La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Fragments" d'Hannah Arendt, l'œuvre en mouvement : penser la vie, vivre la pensée

Faire théâtre d'une pensée singulière échappant à tout courant identifié et à tout dogme établi s'annonce comme une épreuve bornée d'écueils. En effet, comment naviguer, qui plus est sur un plateau de théâtre, au gré des bouillonnements d'une réflexion éminemment "étrangère" aux systèmes de pensées reconnus, sans s'y perdre ? Comment extraire de cette œuvre complexe un corpus fluide éclairant ce qui fut au travail toute une vie durant sans s'y noyer ?



© Vincent Berenger.
© Vincent Berenger.
L'auteure de "Les Origines du totalitarisme" - qui rangeait au même niveau nazisme et stalinisme - apparaît toujours, quelque cinquante années après sa mort, comme un électron libre. Il n'y a qu'à voir (re)fleurir les polémiques autour de son nom pour se rappeler comment elle échappe à toute récupération idéologique. Ainsi "L'Humanité" du 7 avril 2023 titrait-il "Hannah Arendt, une philosophe de gauche ", alors que dans le même temps "Valeurs actuelles" et "FigaroVox" en faisaient le totem adulé de la pensée libérale et conservatrice. Être revendiquée sur l'échiquier, de la droite à la gauche, montre à quel point cette "écrivaine politique" a pu s'abstraire de l'esprit de chapelle pour penser sans entraves.

En effet, au "Jouir sans entraves" des contestataires de 68, Hannah Arendt oppose le "Penser sans entraves", non qu'elle fut timorée sur le plan du désir (cf. sa relation intime avec Heidegger, homme marié, père de famille), mais parce qu'elle trouvait que seule une pensée libérée de toutes amarres pouvait conduire à l'avènement d'un sujet libre… Pour la faire (re)vivre - donc penser - devant nous, il fallait une actrice de la trempe de Bérangère Warluzel, adaptatrice et interprète attentive de ses textes. Se faisant la passeuse passionnée de cette écrivaine ayant incontestablement ouvert une brèche dans la pensée politique de notre temps, elle enjambe les difficultés d'un tel projet pour, dans une mise en jeu allusive de Charles Berling, nous la donner à voir et à entendre telle qu'en elle-même.

© Nicolas Martinez.
© Nicolas Martinez.
Dans le petit "Studio de création" du TnBA - lieu propice à l'émergence d'une relation de proximité avec le plateau situé au même niveau que les spectateurs -, l'interprète n'est pas vraiment seule en scène… Outre les piles de livres qui s'entassent et qui seront rendus à leur vocation de matière vivante, trois mannequins attablés partageront avec quelques spectateurs invités l'espace dédié à la représentation. Ainsi, le dialogue avec l'œuvre est-il mis subtilement en abyme.

De la pénombre, sur les crachotements inaudibles s'échappant de postes de radio recouvrant leurs voix étrangères les unes aux autres, émerge une silhouette fragile et déterminée portant devant elle - comme on le ferait d'un enfant - une pile d'ouvrages, ceux qu'elle a enfantés mêlés à ceux qui ont nourri sa réflexion. Et cette incarnation, échappée de la nuit du plateau, renvoyant à l'obscurité des destinées humaines, va prendre le temps d'énoncer l'essence même de ce qui fonde une existence "éclairée", à savoir la Pensée majuscule, opposée à l'action sûre d'elle-même. D'abord comprendre, vouloir comprendre, comme une nécessité impérieuse, une urgence vitale ne pouvant être soumise au diktat de l'action à tout va.

Car, pour elle, penser, c'est d'abord le lieu d'une action en devenir. Réfléchir l'existence prend alors le sens physique du miroir réfléchissant ce que l'on lui donne à voir. C'est que la réalité ne se donne pas d'emblée, elle "se réfléchit". Et citant Pythagore et les Jeux d'Olympie, elle privilégie le regard essentiel sur la dramaturgie en cours. "Lorsqu'il s'est agi de politique, j'adoptais la posture de regarder de l'extérieur", sans se laisser happer par un continuum de préceptes, enfermant dans une grille de lecture préfabriquée. Chaque être humain a en soi le potentiel pour forger son propre jugement… Mais comment faire naître le désir d'une pensée personnelle dans un monde prompt à proposer des explications clefs en main ?

Au travail devant nous, la pensée de l'actrice épouse les méandres d'un questionnement impliquant son corps entier, soumis aux soubresauts des allées et venues d'un sens en construction. Penser est dangereux… mais ne plus penser l'est encore plus. Alors, se saisissant d'un feutre, sur un tableau de conférencier elle dessine le portrait-robot du non-penser, la fameuse boîte de conserve Campbell - "une soupe à la tomate onctueuse qui nourrit l'Amérique depuis des générations" -, un objet manufacturé dupliqué à des millions d'exemplaires, symbole d'un art de vivre manufacturé, exportable à l'envi et prometteur de jours heureux… vécus entre quatre murs.

© Vincent Berenger.
© Vincent Berenger.
1933. Hannah Arendt fuit l'Allemagne. Elle avait 28 ans. Comment aurait-elle pu envisager un seul instant pouvoir demeurer dans un pays qui, ce 27 février 33, voyait le Reichstag partir en flammes et, avec lui, le siège des libertés ? Son porte-voix - s'exprimant à la première personne - raconte son exil. Son arrestation à Berlin, le récit livré à un policier pour le moins compréhensif, le passage de la frontière grâce à lui…

Autant d'événements, de rencontres, générant en elle une expérience féconde aux antipodes de la "pensée idéologique" (pour elle, un oxymore que l'assemblage de ces deux mots) s'affranchissant à bon compte de la réalité vécue. L'absence de certitude tangible, l'imprévisibilité de l'homme et l'incohérence du monde seront la pierre angulaire de sa méthode réflexive, faisant de la liberté de penser l'exigence essentielle d'un monde désincarcéré de ses camisoles idéologiques.

La "découverte" des camps de la mort sera là pour révéler le dessein de tout totalitarisme. S'attaquer à la nature humaine pour la transformer, jusqu'à la détruire. Comme si l'existence de milliers de prisonniers condamnés n'était que pure abstraction. Le rêve délirant d'un homme nouveau… alors qu'il s'agit de reconsidérer la nature humaine à l'aune de nos expériences… La pensée mise en mouvement par la comédienne progresse en percutant nos consciences, suspendues.

Dès lors, si l'incapacité de pensée n'épargne personne, comment ne pas entendre, comprendre, l'impensable, l'indicible "banalité du mal" au cœur d'"Eichmann à Jérusalem" ? Le mal n'ayant pas de racines singulières, des gens pour la plupart ni bons ni méchants en ont été les artisans accomplis. La non-pensée étant son carburant. Ainsi de cet être insignifiant et d'une banalité ordinaire qu'était Eichmann.

Plus près de nous, la société des loisirs (cf. "La Crise de la culture") sera l'épigone d'une société de masse dont le but est de proclamer le divertissement généralisé afin de détourner d'une société de culture émancipatrice. Mais - citant René Char - "si notre héritage n'est précédé d'aucun testament, nous restons cependant libres d'utiliser l'expérience comme nous le désirons". Rompre le fil de la tradition, pour dans l'exercice d'une pensée maintenue constamment en éveil, vivre - sans idéologie préfabriquée - une aventure à visage humain.

Conquis par l'énergie communicative de leur interprète inspirée, les mots d'Hannah Arendt sont amenés à résonner en nous, comme une petite musique… dérangeante à souhait.

Vu le vendredi 28 avril 2023 au Studio de création du TnBA de Bordeaux.

"Fragments"

© Vincent Berenger.
© Vincent Berenger.
Textes : Hannah Arendt.
Adaptation : Bérengère Warluzel.
Mise en scène : Charles Berling.
Assistante à la mise en scène : Faustine Guégan.
Avec : Bérengère Warluzel.
Collaboration artistique et dramaturgie : Christiane Cohendy
Scénographie : Christian Fenouillat.
Lumière : Marco Giusti.
Conception des marionnettes : Stéphanie Slimani.
Production Châteauvallon-Liberté - Scène nationale.
Durée : 1 h 20.

A été présenté du mardi 25 au vendredi 28 avril 2023 au Studio de création du TnBA de Bordeaux.

Tournée
Les 4 et 5 mai 2023 : Théâtre du Bois de l'Aune, Aix-en-Provence (13).
Du 9 au 13 mai 2023 : Théâtre des Bernardines, Marseille (13).

Yves Kafka
Mardi 2 Mai 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024