La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival de Charleville-Mézières : le plaisir simple des petits théâtres ambulants

16 au 25 septembre 2011, Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes, Charlevilles-Mézières, Ardennes

Le festival mondial de Charleville-Mézières a cinquante ans et démontre combien l’art de la marionnette (qu’il soit d’Europe, d’Orient proche ou extrême, d’Amérique du Nord ou du Sud) autrefois ignoré est bien vivant. Universel et d’une extraordinaire variété il est même à la pointe de la création. Comme si l’excès de "virtuel" et "d’esprit de sérieux" dans lequel le monde actuel se complaît, ne stimulait au sein de la société civile le plaisir simple de petits théâtres ambulants. Charleville -Mézières avec son Institut international de la marionnette (l’IIM a trente ans) et son réseau de bénévoles est une fête n’en déplaise à Rimbaud.



Cie Philippe Genty, "Voyageurs Immobiles" © Pascal François.
Cie Philippe Genty, "Voyageurs Immobiles" © Pascal François.
Inlassablement depuis des décennies, les marionnettes ont subverti, décloisonné l’espace du spectacle sérieux. Elles ont grandi, rétréci, se sont métamorphosées .Depuis Guignol (et sa dimension sociale), les manipulateurs sont devenus acteurs à part entière et, jouant à cache- cache avec le public, en une forme sophistiquée d’anti-bateleur, elles peuvent maintenant devenir fantômes d’elles-même, jusqu’à se fondre dans l’objet, voire la matière ou son reflet (elles entrent aussi en images électroniques).

N’hésitant plus à plonger dans le grand répertoire ou bien explorer les aspects les plus anodins de la vie ordinaire, ou bien encore réveiller les grands traumatismes de l’Histoire, elles ont pris leurs marques au festival d’Avignon avec Gisèle Vienne ou la compagnie Pseudonymo. Histoire de dérouter les esprits ? Ou tout simplement retrouver leur place dans l’univers théâtral ?

Turak, "Les fenêtres éclairées" © Fabien Laine.
Turak, "Les fenêtres éclairées" © Fabien Laine.
N’ont-elles point, déjà, été automates dans les temples de l’antiquité ? Propagandistes de l’opéra chinois dans les compagnes reculées de l’empire des Han ou célébrées en tant que telles par Goethe ou Kleist ?

C’est que les poupées de chiffons à qui il faut insuffler vie, les petites maries si l’on en croit l’étymologie, quoiqu’elles s’en défendent, fascinent, disent ce qui ne peut se dire. Il suffit d’une main, d’une voix, d’un peu de matière, pour que s’élabore un récit. Lien entre l’imaginaire et le réel, les marionnettes sont des avatars plus qu’humaines, des hommes enfants à part entière. Elles ont la liberté, à la fois fragile et cruelle, parlant vrai même quand elles mentent outrageusement. Avec le risque très humain de la perte dans l’imaginaire, la marionnette anime un espace proche de la magie qui va de l’effroi au rire. Le "gai rire" comme le souligne Diego Stirman, médecin qui a tout abandonné pour suivre dans le hasard et la nécessité une vie de marionnettiste cherchant dans le spectacle de marionnette et de clown mêlé un rapport au public "créactionniste".

Label Brut, "L'enfer" © Jeff Rabillon.
Label Brut, "L'enfer" © Jeff Rabillon.
C’est pourquoi, rituellement, le colloque intitulé "Marionnette et thérapie" accompagne la grande réunion de Charleville pour examiner les pouvoirs et les frontières de la marionnette.

À côté des grands historiques que sont Philippe Genty, Ilka Schönbein, Theater Taptoe, le Stuffed puppet theater ou les frères Forman (dignes enfants de la volière Dromesko), le public retrouvera avec joie Barbara Mélois et ses petites formes, jouant avec ses bolducs.

De même, la Revue du Spectacle a repéré la prestation de Label Brut avec sa comédienne et ses quatre kilos de pâte à pain…

À Charleville Mézières, les marionnettes sont tout simplement fières de retrouver leur juste place, à leur manière si simple et si évidente de partager le plaisir.

Du 16 au 25 Septembre 2011.
50e Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes.
Charleville-Mézières (08).
Tél. : 03 24 59 94 94.
festival@marionnette.com
www.festival-marionnette.com

>> Programme du In

Amit Drori, "Savana" © Jerome Vernez.
Amit Drori, "Savana" © Jerome Vernez.

Les Frères Forman, "Obludarium" © B. Engerand.
Les Frères Forman, "Obludarium" © B. Engerand.

"Spartacus" par La Licorne © Sylvain Liagre.
"Spartacus" par La Licorne © Sylvain Liagre.

Jean Grapin
Jeudi 8 Septembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020