La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

"Festival Next 2023" Vivement le suivant !

Pour sa 16e édition, le festival "Next", se déroulant du 9 novembre au 2 décembre, est toujours fidèle à sa très riche qualité artistique. 36 spectacles nous emmènent dans une (re)découverte de talents connus, nouveaux, prometteurs, tant régionaux que venus d'ailleurs. Sur cet "ailleurs" s'inscrit un filon où le théâtre, la danse et la performance sillonnent les terres de seize villes françaises et belges autour de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai et de Valenciennes. Première incursion avec les spectacles "Foreshadow" et "Deep cuts".



"Indoor Weather", le 29 novembre au Phénix à Valenciennes © LVS.
"Indoor Weather", le 29 novembre au Phénix à Valenciennes © LVS.
Au début de "Foreshadow", sept danseurs sont situés côté cour sur la lisière des planches. Ils sont en rangs, de profil. Sur scène, ils enchaînent des solos, duos et trios, voire plus en se tenant par les bras, les jambes et les mains. Le spectacle débute avec une fluidité qui n'est pas au rendez-vous les premiers instants, comme si la recherche de l'autre était obérée par un manque de spontanéité. Puis dans une approche beaucoup plus fluide, on assiste à des gestiques qui vont du sol aux murs, les artistes étant parfois perchés sur ceux-ci.

Tout est mouvement et arrêt. La dynamique est dans un rapport au temps où les secondes semblent s'écouler lentement pour les gestuelles. Celles-ci sont dans un prolongement corporel faisant de chaque interprète un passage ou un appui pour l'autre. Les mouvements sont dans un pré carré, souvent à hauteur des torses jusqu'à la plante des pieds, mains comprises, à proximité des uns et des autres.

À dessein, la chorégraphie d'Alexander Vantournhout laisse voir peu de grâce. Cela est pour autant bien agencé dans des équilibres collectifs qui gomment des déséquilibres individuels. Seuls les corps, avec chacun leur gravité, sont mis en exergue comme engagés dans des situations dans lesquelles l'équilibre est recherché dans des figures où le déséquilibre est en toile de fond. On se jette sur des jambes repliées au sol, comme une vague sur un récif. Les interprètes peuvent être accrochés au mur, ou être en appui de bras et de jambes.

"Foreshadow" © Bart Grietens.
"Foreshadow" © Bart Grietens.
Plus loin, ce sont des cercles humains qui se suivent en ce que chacun se tourne vers son alter ego pour apporter une dynamique de mouvements où les artistes se touchent à peine. Et pourtant, tout est touché et paradoxalement relâché. Ceux-là deviennent plus fluides, plus alertes tout en étant parfois un peu lâches musculairement, donnant le sentiment d'un laisser-aller tout en maîtrise puisqu'une réelle synchronisation de temps et de gestes, sans que ceux-ci soient faits au cordeau, a lieu entre les danseurs.

La présence de l'autre devient primordiale, car le mouvement existe par lui. Les membres glissent les uns sur les autres. Le pied de l'un s'appuie sur la main de l'autre quand l'épaule est rebond pour la jambe d'à côté. De cette proximité, elle devient le flux nerveux d'une dynamique qui donne du corps une forme élastique et étendue. Il va toujours plus loin et plus haut, car en continuel mouvement, comme prolongation d'un autre que lui, comme la dérive d'un continent qui bouge et renaît à chaque déplacement.

Pour le deuxième spectacle, la scénographie de "Deep cuts" laisse découvrir des tables en bois où s'étalent haches, scies et canettes de soda. Un homme (Brian Campbell) scie des planches. Puis, il va vers une autre pièce et nous basculons dans un autre monde quand il pousse un chant lyrique en latin, dos au public, avec des partitions affichées sur du contreplaqué. Puis les ruptures de jeu s'enchaînent. On passe du bricolage, à l'opéra, du chant à la danse. Toujours habillé de son tablier de bûcheron lui dénudant les bras et un bout de son torse, il abandonne ses scies pour effectuer des mouvements de danse accompagnés de demi-tours, le tout en longeant le plateau. Dans ces trajectoires et ces déplacements se mêlent une juxtaposition d'univers où la grâce et le rugueux, l'élégance et le fougueux se marient à chaque instant. On bascule d'une forme à l'autre sans préavis, comme si l'un ne devait pas aller sans l'autre.

Une forme de légèreté habite aussi notre protagoniste quand il chante. Dans ces basculements entre activité manuelle physique et le chant, la musique et la poésie, c'est un large spectre de disciplines artistiques qui est appréhendé dans une forme toujours décalée. Rien pourtant n'interdit de chanter un opéra avec son tablier de bricolage ou de danser avec une hache à chaque main. C'est dans cette approche aussi étrange qu'évidente sur scène que s'immiscent tous les tableaux. Cette cohabitation autant gestique qu'artistique nous dessine un monde dans lequel la cohérence des situations ne tient pas lieu d'aiguillon.

Ce qui revisité est un rapport au monde et à soi où se mêlent différentes thématiques via différents supports autant matériels qu'artistiques. Qui est ce protagoniste ? On ne sait. On pourrait le catégoriser par paresse et rapidement dans certaines cases avec ses haches et son tablier qui laisse voir un corps un peu fort et peu gracieux. Que nenni ! Il nous prend à rebrousse-poil après avoir scié aux premiers instants quelques planches en buvant quelques gorgées de soda pour démarrer un chant lyrique. Ces deux aspects font mariage durant le spectacle, la hache cohabitant avec le pas de danse. Ce mélange des genres, entre l'aérien et le terrien, est le fil conducteur des différents tableaux. Le rapport à la matière et à l'espace, au concret et à l'éthéré trouve sa ligne de crête dans la chorégraphie que l'interprète effectue avec son habit de bûcheron.

"Deep Cuts" © Fernanda Tafner.
"Deep Cuts" © Fernanda Tafner.
Sont englobés ainsi la grâce et le frontal, la légèreté et la force, les travaux manuels et l'Art. Dans la fusion de ces deux univers, c'est l'expression de ce décalage constant qui anime notre personnage. De bout en bout de la représentation, les ruptures de jeu s'enchaînent, délivrant pour chacune d'elles un tableau dans lequel l'incarnation de Brian Campbell est des plus physiques ou des plus poétiques, l'esprit cohabitant avec le muscle, la poésie avec le crissement d'une scie, la gorgée de soda avec le chant en latin.

Une vidéo super 8 est projetée durant le spectacle, créant une nouvelle rupture de jeu. On y voit notre protagoniste dans la nature, tout sourire et joyeux. Puis, on le découvre dans un exercice sadomasochiste où la personne qui l'accompagne et qu'on ne voit pas, le filme en lui donnant des coups de martinet sur le dos. Cet autre moment donne une réalité sexuelle à notre personnage qui était dans un rapport actif, viril et dominant depuis le début du spectacle avec ses outils de bricolage, dans une situation de bâtisseur et de destructeur de son chez-soi. Son attitude était liée à la force.

Là, il est dans une attitude de dominé, trouvant un plaisir joyeux à la compagnie d'un autre dont on ignore et le sexe et la moindre caractéristique physique. Il est seul, toujours seul, même quand il est accompagné. Son univers se résume à lui-même dans un épanouissement autant artistique, sexuel que besogneux. Dans ce voyeurisme qui est montré, le public est-il convié ? Dans ce cheminement où le regard de l'autre, a minima dans la vidéo, est présent, fait-il aussi irruption dans son chez-soi ? Le public est-il un acteur du spectacle ou est-ce le quatrième mur de Diderot ?

Dans ce rapport intime à soi, la présence de l'autre est-elle partie prenante ? Ces questions peuvent se poser lors de la séquence vidéo où même l'autre, amant amoureux ou uniquement sexuel, est une présence absente. Dans ce jeu de clair-obscur avec la vidéo, le rapport à soi déborde-t-il uniquement dans le champ du fantasme solitaire ?

C'est une course à soi et vers soi où corps et esprit font un joli mariage. Un spectacle surprenant.

16e Festival Next

Du 9 novembre au 2 décembre 2023.
>> nextfestival.eu
>> Programme

"Foreshadow", d'Alexander Vantournhout (Belgique) & not standing (Belgique), a été interprété le 10 novembre à la salle "Le Phénix" - Scène nationale pôle européen de création, Valenciennes.
"Deep cuts", de Bryan Campbell (États-Unis/France), a été joué (en anglais, surtitré en néerlandais et français) le 10 novembre au Budascoop à Courtrai (Belgique).

Tournée
"Foreshadow"
21 novembre 2023 : "Le Bateau Feu", Dunkerque (FR)
"Deep cuts"
Juin 2024 : Festival Extrapole, Pôle Sud, Strasbourg (67).

Safidin Alouache
Mercredi 22 Novembre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023