La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes… "L'homme qui rit"… La société vu par le regard d'un déguenillé

"Deux yeux pareils à des jours de souffrance, un hiatus pour bouche, une protubérance camuse avec deux trous qui étaient les narines, pour face un écrasement, et tout cela ayant pour résultante le rire, il est certain que la nature ne produit pas toute seule de tels chefs-d'œuvre. Seulement, le rire est-il synonyme de la joie ?"



© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Ainsi parle Victor Hugo en décrivant Gwynplaine, l'enfant martyr défiguré, le monstre de foire, le héros de son roman-fleuve "L'homme qui rit" que la Licorne a entrepris de mettre en scène. Suivant à la lettre l'interrogation que l'auteur adresse à son lecteur, la compagnie, saisissant toutes les perches tendues par ce diable d'homme politique, écrivain, auteur de théâtre et journaliste, trouve une forme condensée, une dramaturgie et une esthétique respectueuse de l'ouvrage.

Sur scène, donc, dans un quasi-découpage filmique composé de tableaux chapitrés par des extraits du texte… Une atmosphère, une esthétique de caricature journalistique et de roman-feuilleton, une représentation vue au prisme de baraques foraines… Un jeune orphelin de famille aristocratique martyrisé et mutilé, abandonné. Rejeté dans les bas-fonds de la société, adopté miraculeusement par un miséreux un peu ours au grand cœur, un certain Ursus, un forain, un bateleur qui l'exhibe comme monstre de foire.

Les déguenillés, les sans voix qui font l'objet de risées, de railleries, de moqueries d'autant plus virulentes que la peur qu'ils suscitent aux gens bien nés est grande. Des lords, des puissants réduits leur surface de morgue, de vanité, de méchanceté bête.

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Le spectateur suit le récit haletant et nerveux, ouvert sur la sensibilité et l'imaginaire du merveilleux propre à tous les contes ; et accompagne de toute son attention le rythme nerveux du spectacle et son réalisme théâtral. Ce spectacle ne pourrait pas exister dans sa force si Gwynplaine (et sa compagne de souffrance la petite Déa) n'était pas une marionnette. Non pas isolée, et montrée en tant que telle, mais fondue dans un ensemble où les êtres humains sont de vrais comédiens maquillés, véritables décalques de caricatures saisis dans leur gestuelle. De véritables masques du sarcasme. Des sosies inverses du monstre de foire, l'homme qui rit. À la marionnette, par l'intensité des événements qu'elle subit, la variation des sentiments. Aux comédiens, l'immutabilité du comportement.

La Licorne trouve, pour ce roman au héros quasi inmontrable, une authentique traduction scénique. Cette transposition conserve l'esprit, le contenu et le contenant. Elle joue de l'émotion, de l'information, fait appel au jugement du spectateur pour lequel elle tire un portrait sans concessions d'une société de caste entre tout-puissants cyniques et faibles miséreux. Apporte des éléments au procès de l'arbitraire, de la marchandisation des corps, de la bêtise mauvaise de l'être humain. Un état de la société vu par le regard d'un déguenillé.

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Dans une petite forme sur le même sujet, la "green box", la compagnie La Licorne prend à rebours le spectateur. Du fin fond de la présentation de foire, au fond de la baraque sordide d'Ursus, point aveugle de la grande forme. Elle montre le survivant de l'aventure foraine de Gwynplaine, le loup apprivoisé qui raconte ses souvenirs dans une forme marionnettique à sa mesure . Un art singulier à base d'ossements tirés de sa tanière et une esthétique d'ensemble grossière.

Satirique et provocateur, ce spectacle interpelle le spectateur sur la nature de son rire, en cela fidèle à Hugo. Et dans une forme de malaise, une confrontation au sarcasme, à la moquerie devant le monstre et la misère. Quel méchant rire que le rire de l'homme qui, c'est bien connu, est un loup pour l'homme. C'est peut-être pourquoi le loup a reçu le nom d'Homo par le forain philosophe Ursus qui recueille Gwynplaine.

Ris donc, parterre ris donc.

"L'homme qui rit"

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Mise en scène et scénographie : Claire Dancoisne.
Adaptation : Francis Peduzzi.
Assistante à la mise en scène : Rita Tchenko.
Avec : Henri Botte, Jaï Cassart, Manuel Chemla, Anne Conti, Thomas Dubois, Gaëlle Fraysse, Gwenael Przydatek, Rita Tchenko.
Création musicale : Bruno Soulier.
Création lumières : Emmanuel Robert.
Collaboration artistique : Hervé Gary.
Création des marionnettes : Pierre Dupont, Chicken.
Création costumes : Claire Dancoisne, Chicken, Jeanne Smith, Perrine Wanegue.
Constructions : Bertrand Boulanger, Chicken, Grégoire Chombard, Alex Herman, Olivier Sion.
Durée : 1 h 30.
Tout public à partir de 12 ans.
Une création du Théâtre la Licorne.
>> theatre-lalicorne.fr

Tournée 2019/2020
4 et 5 octobre 2019 : Le Boulon - En partenariat avec Le Phénix, Vieux-Condé (59).
29 novembre 2019 : Association Bourguignonne Culturelle, Dijon (21).
6 et 7 mars 2020 : La Barcarolle, Saint-Omer (62).

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.

Jean Grapin
Samedi 5 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024