La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes… "L'homme qui rit"… La société vu par le regard d'un déguenillé

"Deux yeux pareils à des jours de souffrance, un hiatus pour bouche, une protubérance camuse avec deux trous qui étaient les narines, pour face un écrasement, et tout cela ayant pour résultante le rire, il est certain que la nature ne produit pas toute seule de tels chefs-d'œuvre. Seulement, le rire est-il synonyme de la joie ?"



© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Ainsi parle Victor Hugo en décrivant Gwynplaine, l'enfant martyr défiguré, le monstre de foire, le héros de son roman-fleuve "L'homme qui rit" que la Licorne a entrepris de mettre en scène. Suivant à la lettre l'interrogation que l'auteur adresse à son lecteur, la compagnie, saisissant toutes les perches tendues par ce diable d'homme politique, écrivain, auteur de théâtre et journaliste, trouve une forme condensée, une dramaturgie et une esthétique respectueuse de l'ouvrage.

Sur scène, donc, dans un quasi-découpage filmique composé de tableaux chapitrés par des extraits du texte… Une atmosphère, une esthétique de caricature journalistique et de roman-feuilleton, une représentation vue au prisme de baraques foraines… Un jeune orphelin de famille aristocratique martyrisé et mutilé, abandonné. Rejeté dans les bas-fonds de la société, adopté miraculeusement par un miséreux un peu ours au grand cœur, un certain Ursus, un forain, un bateleur qui l'exhibe comme monstre de foire.

Les déguenillés, les sans voix qui font l'objet de risées, de railleries, de moqueries d'autant plus virulentes que la peur qu'ils suscitent aux gens bien nés est grande. Des lords, des puissants réduits leur surface de morgue, de vanité, de méchanceté bête.

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Le spectateur suit le récit haletant et nerveux, ouvert sur la sensibilité et l'imaginaire du merveilleux propre à tous les contes ; et accompagne de toute son attention le rythme nerveux du spectacle et son réalisme théâtral. Ce spectacle ne pourrait pas exister dans sa force si Gwynplaine (et sa compagne de souffrance la petite Déa) n'était pas une marionnette. Non pas isolée, et montrée en tant que telle, mais fondue dans un ensemble où les êtres humains sont de vrais comédiens maquillés, véritables décalques de caricatures saisis dans leur gestuelle. De véritables masques du sarcasme. Des sosies inverses du monstre de foire, l'homme qui rit. À la marionnette, par l'intensité des événements qu'elle subit, la variation des sentiments. Aux comédiens, l'immutabilité du comportement.

La Licorne trouve, pour ce roman au héros quasi inmontrable, une authentique traduction scénique. Cette transposition conserve l'esprit, le contenu et le contenant. Elle joue de l'émotion, de l'information, fait appel au jugement du spectateur pour lequel elle tire un portrait sans concessions d'une société de caste entre tout-puissants cyniques et faibles miséreux. Apporte des éléments au procès de l'arbitraire, de la marchandisation des corps, de la bêtise mauvaise de l'être humain. Un état de la société vu par le regard d'un déguenillé.

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Dans une petite forme sur le même sujet, la "green box", la compagnie La Licorne prend à rebours le spectateur. Du fin fond de la présentation de foire, au fond de la baraque sordide d'Ursus, point aveugle de la grande forme. Elle montre le survivant de l'aventure foraine de Gwynplaine, le loup apprivoisé qui raconte ses souvenirs dans une forme marionnettique à sa mesure . Un art singulier à base d'ossements tirés de sa tanière et une esthétique d'ensemble grossière.

Satirique et provocateur, ce spectacle interpelle le spectateur sur la nature de son rire, en cela fidèle à Hugo. Et dans une forme de malaise, une confrontation au sarcasme, à la moquerie devant le monstre et la misère. Quel méchant rire que le rire de l'homme qui, c'est bien connu, est un loup pour l'homme. C'est peut-être pourquoi le loup a reçu le nom d'Homo par le forain philosophe Ursus qui recueille Gwynplaine.

Ris donc, parterre ris donc.

"L'homme qui rit"

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.
Mise en scène et scénographie : Claire Dancoisne.
Adaptation : Francis Peduzzi.
Assistante à la mise en scène : Rita Tchenko.
Avec : Henri Botte, Jaï Cassart, Manuel Chemla, Anne Conti, Thomas Dubois, Gaëlle Fraysse, Gwenael Przydatek, Rita Tchenko.
Création musicale : Bruno Soulier.
Création lumières : Emmanuel Robert.
Collaboration artistique : Hervé Gary.
Création des marionnettes : Pierre Dupont, Chicken.
Création costumes : Claire Dancoisne, Chicken, Jeanne Smith, Perrine Wanegue.
Constructions : Bertrand Boulanger, Chicken, Grégoire Chombard, Alex Herman, Olivier Sion.
Durée : 1 h 30.
Tout public à partir de 12 ans.
Une création du Théâtre la Licorne.
>> theatre-lalicorne.fr

Tournée 2019/2020
4 et 5 octobre 2019 : Le Boulon - En partenariat avec Le Phénix, Vieux-Condé (59).
29 novembre 2019 : Association Bourguignonne Culturelle, Dijon (21).
6 et 7 mars 2020 : La Barcarolle, Saint-Omer (62).

© Christophe Loiseau.
© Christophe Loiseau.

Jean Grapin
Samedi 5 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019