La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Country Rendez-vous : la trentaine radieuse

Né il y a trois décennies de l'initiative d'une bande de passionnés dans le village de Dore l'Église, en Haute-Loire, déplacé de quelques kilomètres à Craponne-sur-Arzon pour cause de succès grandissant, le festival Country Rendez-vous célèbre le meilleur, et parfois le plus décoiffant, de la musique populaire américaine. Compte-rendu du trentième anniversaire, fêté les 28, 29 et 30 juillet dernier.



Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
On pourrait bien sûr ne parler que de l'événement qui a marqué la trentième édition du Festival Country Rendez-vous de Craponne-sur-Arzon : le concert exclusif qu'Emmylou Harris a donné le samedi 29 juillet, devant une foule ravie et enthousiaste, et qui a valu à la star, pour la première fois de sa carrière - et sans doute la dernière -, de "faire la une" de La Montagne et du Progrès. Mais ce serait ne pas rendre justice à une manifestation qui a fait de l'éclectisme musical sa marque de fabrique. Ce que le public dense venu fêter cet anniversaire a pu constater, au fil d'une programmation qui comptait pas moins de 13 concerts sur le week-end, pour un prix défiant toute concurrence : 85 euros les trois jours.

Car l'équipe de passionnés qui tient les rênes artistiques et logistiques du festival de Craponne n'a pas oublié que la Country, musique populaire d'un peuple multiple, puise ses sources et ses sons au cœur des innombrables pays qui ont façonné - et façonnent toujours - l'Amérique, et qu'elle se renouvelle en permanence, au fil des décennies, des évolutions sociétales et, naturellement, des inspirations et aspirations de ses musiciens et auteurs.

Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
Elle est née de l'Irlande, de l'Italie, de l'Espagne, de l'Europe centrale, de l'Afrique, de l'Amérique latine, d'Hawaï, et on ne compte plus les genres qu'elle a croisé, ni les sous-genres qu'elle a engendrés : Americana, Honky Tonk, Bluegrass, Western swing, Hillbilly, Gospel, Outlaws, Nashville sound, Rock sudiste, Country-rock, musique Cajun, Country punk... La liste n'est pas close et ne demande qu'à s'allonger, parfois très loin des clichés qui collent à la peau d'une musique trop systématiquement associée - en France en tout cas - à un folklore ringard et à des idées politiques pas fréquentables.

À Craponne, donc, on vient d'abord pour écouter et découvrir de la musique. On peut y acheter des bottes et des chapeaux, certes, on y croise des cow-boys en tenue de gala, évidemment, mais le plancher pour les line-dancers est placé derrière la tour de régie, pas devant la scène. Tant pis pour eux, car il s'y passe des choses intéressantes, sur la scène. Des étonnantes, aussi. Comme ce groupe finlandais aussi déjanté que réjouissant, Steve 'n' Seagulls (en français : Steve et ses mouettes. Mais on ne peut pas exclure le jeu de mot-référence à Steven Seagall...) : cinq vikings aux prénoms qui sentent la saga nordique - Remmel, Puikkonen, Pukki, Hiltunen, Herman - et au look difficilement descriptible - le mieux est que vous alliez jeter un œil sur leur site stevenseagulls.com et sur leurs clips.

Steve 'n' Seagulls © DR.
Steve 'n' Seagulls © DR.
Faux bourrins mais vrais virtuoses, armés de banjo, mandoline, accordéon, flûte ou balalaïka, ils réinterprètent, avec un jeu de scène déconnant et plein d'humour, des classiques de la pop et du rock, voire du hard-rock - leur reprise, en version originale s'il vous plaît, d'Antisocial de Trust, a laissé le public hilare de bonheur -, débordant d'une énergie joyeuse et communicative.

En comparaison, les Français énervés du groupe de rock celtique en kilt Celkilt - plus facile à écrire qu'à prononcer… -, qui ont clos à coups de riffs bruyants-brouillons la soirée du samedi, paraissaient presque anodins… D'autant que, question rock, on peut préférer le rockabilly endiablé des Sonic Cats, trio de bananes françaises reprenant avec une santé qui donne envie de taper du pied les grands standards des Stray Cats ou d'Eddie Cochran, et qui ont, eux, ouvert la journée du dimanche. Et question groupe français, on peut aussi préférer celui formé pour l'occasion par Gildas Arzel - oui, celui qui a écrit pour Johnny, Céline Dion ou Roch Voisine… -, qui, à la croisée des genres mais avec un souci d'authenticité bluffant, a démontré avec brio que ce n'est pas parce qu'on est né en Alsace qu'on n'a pas l'esprit de l'Ouest.

Celkilt © Jean-Michel Louarn.
Celkilt © Jean-Michel Louarn.
Mais, justement, direz-vous, la musique country "au lait cru", dans tout ça, que devient-elle ? Eh bien, elle a tenu toute sa place, sous toutes ses formes. À commencer par le bluegrass, particulièrement bien soigné cette année, notamment avec le groupe français Bluegrass 43 - dont l'un des piliers, le banjoïste Jean-Marc Delon, fait également partie de la commission artistique du festival -, qui soufflait lui ses quarante bougies de scène.

L'occasion de faire monter sur le plateau une ribambelle de copains musiciens - mais pros jusqu'au bout des ongles - qui ont transformé le show en bœuf festif au goût de trop peu. Même remarque pour les américains de Jeff Skroggins & Colorado, très impressionnant quintette d'instrumentistes-chanteurs qui, pour leur première venue en France, ont livré une prestation pleine de grâce et d'élégance qui ne laisse espérer qu'une chose : leur prompt retour.

Les accros au Sud profond ont été eux aussi servis copieusement, que ce soit via les morceaux au swinguant parfum de bayou de The Savoy Family Cajun Band, qui perpétuent la tradition du clan familial de musiciens - en version steak d'alligator cuisiné à l'accordéon et aux violons -, soit via le blues-rock texan de Bleu Edmondson. Quant aux purs et durs, qui ne jurent que par la pedal-steel, la prestation 100 % honky-tonk de Jake Penrod était faite pour eux, tout comme la voix punchy de l'irlandaise Niamh Lynn, toute en classicisme, qui a fait partager à un public conquis son amour de Patsy Cline, Tammy Wynnette ou Loretta Lynn.

Bluegrass 43 © DR.
Bluegrass 43 © DR.
Et puisque nous en sommes aux voix féminines, revenons là où nous avons commencé : Emmylou Harris, qui a fait escale à Craponne, en exclusivité, dans le cadre d'une tournée européenne placée sous le signe des harmonies vocales féminines. En formation acoustique intimiste, accompagnée par Mary Ann Kennedy et Pam Rose - pour ceux qui portaient déjà veste à frange et Stetson dans les années quatre-vingt, ex-membres du groupe féminin Calamity Jane -, elle a couronné l'événement par un concert somptueux, enveloppant le public dans un voile délicat de mélodies et d'harmonies. Le petit nuage sur lequel elle nous a laissés fût d'ailleurs - presque - le seul qui a survolé les sept hectares du site du festival, qui a bénéficié, pour une fois, d'une météo radieuse.

Festival Country Rendez-vous
A eu lieu du 28 au 30 juillet 2017,
à Craponne-sur-Arzon (43).
>> festivaldecraponne.com

Gérard Biard
Lundi 14 Août 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019