Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Country Rendez-vous : la trentaine radieuse

Né il y a trois décennies de l'initiative d'une bande de passionnés dans le village de Dore l'Église, en Haute-Loire, déplacé de quelques kilomètres à Craponne-sur-Arzon pour cause de succès grandissant, le festival Country Rendez-vous célèbre le meilleur, et parfois le plus décoiffant, de la musique populaire américaine. Compte-rendu du trentième anniversaire, fêté les 28, 29 et 30 juillet dernier.



Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
On pourrait bien sûr ne parler que de l'événement qui a marqué la trentième édition du Festival Country Rendez-vous de Craponne-sur-Arzon : le concert exclusif qu'Emmylou Harris a donné le samedi 29 juillet, devant une foule ravie et enthousiaste, et qui a valu à la star, pour la première fois de sa carrière - et sans doute la dernière -, de "faire la une" de La Montagne et du Progrès. Mais ce serait ne pas rendre justice à une manifestation qui a fait de l'éclectisme musical sa marque de fabrique. Ce que le public dense venu fêter cet anniversaire a pu constater, au fil d'une programmation qui comptait pas moins de 13 concerts sur le week-end, pour un prix défiant toute concurrence : 85 euros les trois jours.

Car l'équipe de passionnés qui tient les rênes artistiques et logistiques du festival de Craponne n'a pas oublié que la Country, musique populaire d'un peuple multiple, puise ses sources et ses sons au cœur des innombrables pays qui ont façonné - et façonnent toujours - l'Amérique, et qu'elle se renouvelle en permanence, au fil des décennies, des évolutions sociétales et, naturellement, des inspirations et aspirations de ses musiciens et auteurs.

Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
Emmylous Harris, Craponne 2017 © DR.
Elle est née de l'Irlande, de l'Italie, de l'Espagne, de l'Europe centrale, de l'Afrique, de l'Amérique latine, d'Hawaï, et on ne compte plus les genres qu'elle a croisé, ni les sous-genres qu'elle a engendrés : Americana, Honky Tonk, Bluegrass, Western swing, Hillbilly, Gospel, Outlaws, Nashville sound, Rock sudiste, Country-rock, musique Cajun, Country punk... La liste n'est pas close et ne demande qu'à s'allonger, parfois très loin des clichés qui collent à la peau d'une musique trop systématiquement associée - en France en tout cas - à un folklore ringard et à des idées politiques pas fréquentables.

À Craponne, donc, on vient d'abord pour écouter et découvrir de la musique. On peut y acheter des bottes et des chapeaux, certes, on y croise des cow-boys en tenue de gala, évidemment, mais le plancher pour les line-dancers est placé derrière la tour de régie, pas devant la scène. Tant pis pour eux, car il s'y passe des choses intéressantes, sur la scène. Des étonnantes, aussi. Comme ce groupe finlandais aussi déjanté que réjouissant, Steve 'n' Seagulls (en français : Steve et ses mouettes. Mais on ne peut pas exclure le jeu de mot-référence à Steven Seagall...) : cinq vikings aux prénoms qui sentent la saga nordique - Remmel, Puikkonen, Pukki, Hiltunen, Herman - et au look difficilement descriptible - le mieux est que vous alliez jeter un œil sur leur site stevenseagulls.com et sur leurs clips.

Steve 'n' Seagulls © DR.
Steve 'n' Seagulls © DR.
Faux bourrins mais vrais virtuoses, armés de banjo, mandoline, accordéon, flûte ou balalaïka, ils réinterprètent, avec un jeu de scène déconnant et plein d'humour, des classiques de la pop et du rock, voire du hard-rock - leur reprise, en version originale s'il vous plaît, d'Antisocial de Trust, a laissé le public hilare de bonheur -, débordant d'une énergie joyeuse et communicative.

En comparaison, les Français énervés du groupe de rock celtique en kilt Celkilt - plus facile à écrire qu'à prononcer… -, qui ont clos à coups de riffs bruyants-brouillons la soirée du samedi, paraissaient presque anodins… D'autant que, question rock, on peut préférer le rockabilly endiablé des Sonic Cats, trio de bananes françaises reprenant avec une santé qui donne envie de taper du pied les grands standards des Stray Cats ou d'Eddie Cochran, et qui ont, eux, ouvert la journée du dimanche. Et question groupe français, on peut aussi préférer celui formé pour l'occasion par Gildas Arzel - oui, celui qui a écrit pour Johnny, Céline Dion ou Roch Voisine… -, qui, à la croisée des genres mais avec un souci d'authenticité bluffant, a démontré avec brio que ce n'est pas parce qu'on est né en Alsace qu'on n'a pas l'esprit de l'Ouest.

Celkilt © Jean-Michel Louarn.
Celkilt © Jean-Michel Louarn.
Mais, justement, direz-vous, la musique country "au lait cru", dans tout ça, que devient-elle ? Eh bien, elle a tenu toute sa place, sous toutes ses formes. À commencer par le bluegrass, particulièrement bien soigné cette année, notamment avec le groupe français Bluegrass 43 - dont l'un des piliers, le banjoïste Jean-Marc Delon, fait également partie de la commission artistique du festival -, qui soufflait lui ses quarante bougies de scène.

L'occasion de faire monter sur le plateau une ribambelle de copains musiciens - mais pros jusqu'au bout des ongles - qui ont transformé le show en bœuf festif au goût de trop peu. Même remarque pour les américains de Jeff Skroggins & Colorado, très impressionnant quintette d'instrumentistes-chanteurs qui, pour leur première venue en France, ont livré une prestation pleine de grâce et d'élégance qui ne laisse espérer qu'une chose : leur prompt retour.

Les accros au Sud profond ont été eux aussi servis copieusement, que ce soit via les morceaux au swinguant parfum de bayou de The Savoy Family Cajun Band, qui perpétuent la tradition du clan familial de musiciens - en version steak d'alligator cuisiné à l'accordéon et aux violons -, soit via le blues-rock texan de Bleu Edmondson. Quant aux purs et durs, qui ne jurent que par la pedal-steel, la prestation 100 % honky-tonk de Jake Penrod était faite pour eux, tout comme la voix punchy de l'irlandaise Niamh Lynn, toute en classicisme, qui a fait partager à un public conquis son amour de Patsy Cline, Tammy Wynnette ou Loretta Lynn.

Bluegrass 43 © DR.
Bluegrass 43 © DR.
Et puisque nous en sommes aux voix féminines, revenons là où nous avons commencé : Emmylou Harris, qui a fait escale à Craponne, en exclusivité, dans le cadre d'une tournée européenne placée sous le signe des harmonies vocales féminines. En formation acoustique intimiste, accompagnée par Mary Ann Kennedy et Pam Rose - pour ceux qui portaient déjà veste à frange et Stetson dans les années quatre-vingt, ex-membres du groupe féminin Calamity Jane -, elle a couronné l'événement par un concert somptueux, enveloppant le public dans un voile délicat de mélodies et d'harmonies. Le petit nuage sur lequel elle nous a laissés fût d'ailleurs - presque - le seul qui a survolé les sept hectares du site du festival, qui a bénéficié, pour une fois, d'une météo radieuse.

Festival Country Rendez-vous
A eu lieu du 28 au 30 juillet 2017,
à Craponne-sur-Arzon (43).
>> festivaldecraponne.com

Gérard Biard
Lundi 14 Août 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021