La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2023 "Cachalotte" et "L'âge d'or" La ker-messe est dite… En temps de crise, main basse sur la création artistique ?

Le divertissement promu en Eldorado des scènes culturelles risque-t-il devenir le nouveau mantra des programmations ? Encouragés en cela par des financeurs publics (et des médias) mesurant trop souvent la réussite des entreprises "artistiques" à l'audience qu'elles recueillent, les festivals sont incités à se soumettre implicitement à la règle du marché. Et si le Festival International des Arts de Bordeaux Métropole présente toujours de nombreuses propositions échappant à ce diktat, d'autres formes auraient tendance à sacrifier à cette injonction tacite, ou, autre tendance, à "verdir" à l'excès le menu pour le rendre "politiquement correct", reléguant ainsi les attendus artistiques au second plan.



"Cachalotte" © Pierre Planchenault.
"Cachalotte" © Pierre Planchenault.
"Cachalotte", du Collectif suisse Ouinch Ouinch au nom rigolo, s'inscrit dans les formes "d'animation" destinées à réunir un public séduit à coup sûr par la promesse d'une joyeuse déambulation à la recherche de "La Grande Cachalotte" égarée sur les bords de la Garonne…

Cette course à l'échalote (maritime) prend la forme d'une itinérance rive droite menée tambour battant par quatre dynamiques et sympathiques danseurs et danseuses. Grimés et affublés de pelures aussi déjantées que leurs jeux potaches volontairement régressifs (batailles de ballons "gonflés" d'eau, tirs de pistolets à eau…), tirant une carriole-bateau brinquebalante contenant un bric-à-brac de filets et autres instruments marins d'où émergent une bouée (qui finira autour de la taille d'une participante) et une grande bâche bleue (déployée au-dessus des participants en guise de vague), multipliant chants et figures hautes en couleur, ils conduisent à grand renfort de bruits le cortège jusqu'au fleuve.

Si l'heure passée en compagnie de ce collectif au nom débonnaire (à son crédit, aucun esprit de sérieux et aucune prétention…) n'a rien de désagréable en soi et respire un lâcher prise divertissant susceptible d'être apprécié, on peut toutefois se poser la question de sa place dans un festival qui s'affiche être "Festival International des Arts"… Suffit-il de "divertir" dans l'esprit kermesse pour faire art ?

"L'âge d'or" © Yves Kafka.
"L'âge d'or" © Yves Kafka.
"L'âge d'or", du collectif suisse Tomas Gonzales & Igor Cardellini, à l'esprit de sérieux, lui, propose une visite guidée du Centre commercial Mériadeck, projet de l'ancien député-maire Jacques Chaban-Delmas dont l'ambition affichée, en cette fin d'années soixante-dix, était de requalifier un quartier jugé par la bourgeoisie bordelaise "insalubre" par sa concentration d'émigrés, de travailleurs pauvres et de travailleuses du sexe. Ainsi, selon le modèle venu tout droit des États-Unis d'Amérique, rassemblant une soixantaine d'enseignes ayant pignon sur commerce et abritant sur trois niveaux l'hypermarché Auchan, ce centre commercial coulé dans le béton triomphant des Trente Glorieuses (d'où son sobriquet de "bunker") et dont la devise – "Urbain par nature" – fait figure d'oxymore, peut se targuer d'être l'un des plus grands existant en centre-ville.

Casque audio aux oreilles, casquette rouge arborant de manière (in)signifiante le sigle H&M (avec obligation de la porter pour "faire groupe"), les participants sont conviés à mettre leurs pas dans ceux d'une "guide touristique" commentant in situ l'archéologie de ce concept dont le but – véritable scoop – est de susciter le désir d'achats. De ses commentaires, lus sur son bloc-notes et prononcés avec l'autorité de celle qui a fait le tour de la question, ressort une organisation des lieux savamment conçue pour faire franchir "à tout prix" le seuil de chaque enseigne. Tout, en effet, est ici pensé (températures constantes, vitrines éclairées), "tout est sous contrôle pour créer sensations de bien-être et envies", nous explique-t-on doctement.

Première pause devant la vitrine de vêtements New Yorker, inspirée pour sa composition, nous dit-on encore, des enseignements de la muséographie et des arts de la scène. Autre pause devant celle d'une enseigne de produits de beauté où l'on nous invite cette fois-ci à admirer les portraits géants de deux créatures maquillées "avec soins". Puis, gagnés par l'euphorie du temple de la consommation, notre guide et nous à sa suite franchissons facétieusement le seuil de l'enseigne H&M (celle qui a fait don généreusement de la casquette). Là, invités par notre guide à participer à un lancer spontané de sac à main, nous nous livrons à une chorégraphie improvisée, aux accents de "La la land"…

"L'âge d'or" © Yves Kafka.
"L'âge d'or" © Yves Kafka.
Serions-nous, à l'insu de notre plein gré, la cible d'une action de promotion dont on serait les acteurs bénévoles ? Action de marketing déguisant – comme le green washing sait si bien le faire – un recyclage de la grande consommation en innocente animation culturelle ? De même, lorsqu'est abordée sur le ton de la confidence la présence d'une porte mystérieuse de deux mètres sur deux, derrière laquelle se cache un espace interdit à la visite (celui des stocks… pas suffisamment spectaculaires), ou lorsque nous est confié l'aveu d'une caissière (ayant dévoilé avec embarras… le montant de son salaire), on se dit que ces critiques gentillettes font figure de bien innocents arbrisseaux cachant une forêt de dénis. Le caddy est plein… Erreur : il restait encore à vivre la vraie fausse pose photo de groupe à retrouver sur le compte Instagram d'Auchan Mériadeck.

Ce qui aurait donné sens à cette entreprise, affichant des prétentions culturelles et critiques, est passé à la moulinette de la soumission aux "partenaires". Exit la moindre trace de l'impact environnemental et humain des modes de production et de consommation promus par la Galaxie Mulliez, modèle caractérisé de la mondialisation néo-libérale. Quant à H&M, dont le drame de l'effondrement du Rana Plaza au Bangladesh a mis sous les feux des projecteurs les conditions désastreuses des petites mains travaillant pour son compte, peut-on impunément accepter d'en faire la promotion, fût-ce sous la forme d'un gadget couvre-chef ou d'une danse ludique ?

Certes, comme il nous a été rappelé micro fermé, "invité par Auchan et sous contrôle étroit" (interdiction de prendre des photos), il ne pouvait être question… de questionner. Mais alors qu'allait faire dans cette galère des "artistes" attachés à leur liberté de création ?

Une compensation cependant pour chaque participant : le cadeau d'un sac de toile portant la griffe "Auchan" et contenant – inventaire à la Prévert – deux brosses à dent et/ou un écarteur d'orteils (sic), quatre caramels mous de marque "Kréma", le catalogue Auchan "supplément plaisirs d'automne"… sans oublier la rutilante casquette H&M ! Quant au dépliant du Centre culturel Suisse, égaré parmi eux, il méritait une toute autre compagnie.

Vu "Cachalotte" le vendredi 6 octobre à 15 h sur les bords de Garonne, 10 quai de Brazza, et "L'âge d'or" le même jour à 12 h 30 au Centre commercial Mériadeck, dans le cadre du Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB).

"Cachalotte" © Pierre Planchenault.
"Cachalotte" © Pierre Planchenault.
"Cachalotte"
Interprétation : Marius Barthaux, Karine Dahouindji, Simon Peretti et Victor Poltier.
Objets sonores : Benoît Renaudin.
Costumes : Marie Romanens.
Lumière : Julien Brun.
Production exécutive : Ars Longa Agency - Mathias Ecoeur.
Durée : 1 h.
Par le Collectif suisse Ouinch Ouinch.
Représenté jeudi 5 et vendredi 6 octobre 2023.

"L'âge d'or"
Conception et texte : Tomas Gonzalez, Igor Cardellini.
Avec (en alternance) : Rébecca Balestra, Marion Duval, Dominique Gilliot, Adaya Henry, Anna Franziska Jäger, Riina Maidre, Annica Muller, Emilia Verginelli.
Assistant mise en scène, Pierre-Angelo Zavaglia.
Regard extérieur, Adina Secrétan.
Régie technique, Sonya Trolliet.
Durée : 1 h 10.
Collectif suisse Tomas Gonzales & Igor Cardellini.
En partenariat avec le Centre culturel Suisse, On Tour et le Centre commercial Mériadeck.
Représenté jeudi 5, vendredi 6 et samedi 7 octobre 2023.

FAB - 8e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 30 septembre au 15 octobre 2023.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mercredi 18 Octobre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024