La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "This Song Father Used To Sing" et "NEV", immersion dans deux univers opposés… unis par un joug tyrannique

Avoir fait le choix de réunir dans le même article ces deux formes du Festival peut paraître hasardeux… En effet, le théâtre du Thaïlandais Wichaya Artamat nous invite dans un appartement feutré de Banghok où, dans une atmosphère éclairée par des lumières douces, au rythme lent des ans qui s'écoulent, un frère et une sœur dévident les souvenirs d'un père disparu. Tandis que l'installation performance du Haïtien Guy Régis Jr nous précipite dans la pile du Pont de Pierre de Bordeaux où, sans ménagement, nous sommes projetés en tout inconfort au cœur du commerce triangulaire dont la ville fut l'un des trois ports…



"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
"This Song Father Used To Sing", cette chanson de Teresa Teng - star populaire taïwanaise - que leur père d'origine chinoise aimait chanter, devient le leitmotiv lancinant d'une recherche du temps qui passe. Celle qu'un cadet et son aînée, se retrouvant au fil des années trois jours en mai dans la maison de leur enfance, élaborent par touches impressionnistes. Là, tout en rendant hommage à la figure tutélaire du disparu dont le portrait encadré de deux bougies trône dans le petit autel dressé à l'entrée, ils vont s'adonner à l'art d'un échange impromptu sans aspérités visibles.

En creux de ce qui se dit, de ces presque rien du quotidien troublant à peine le silence d'une mélodie sans fin, se devinent bruire au loin - si loin de nous qu'ils en sont inaudibles - les échos d'événements extérieurs affectant leur existence… sinon pourquoi les dates de 1992, 2010 et 2014 s'afficheraient-elles en haut de l'écran de scène ? L'énigme posée par ces années mises en exergue se résumera hélas à leurs fugitives inscriptions… Le frère, étudiant en théâtre d'avant-garde, les yeux fixés obstinément sur son portable, la sœur, en passe de délaisser son studio de yoga pour un restaurant de cuisine végétarienne, lui jetant des regards furtifs, semblent l'un et l'autre enfermés dans leur monde, recouvert d'une chape de non-dits.

"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
Ils ne s'en évadent que pour communiquer autour de la cuisson du riz, des frais du croque-mort non encore réglés, ou encore de l'opportunité de déterrer le patriarche pour l'incinérer et lui donner place dans l'autel. Parfois ils se chamaillent autour de ce qu'aurait aimé faire ou manger le père, de la manière qu'il aurait de tenir très haut la bouilloire de thé, jamais gravement, se réunissant aussitôt dans le pliage des papiers dorés roulés et brûlés en offrande au mort.

Parfois des petits secrets personnels filtrent, comme celui du plaisir de la cigarette que s'accordait le père, ou bien des confidences moins personnelles comme l'évocation brumeuse "d'un jour d'élection déterminant l'avenir". Tout est mis sur le même plan, celui d'une discrétion parfaite, prudente à l'excès… Mais ce qui n'est pas dit, finit par tonitruer.

En effet, dans cette atmosphère lissée où le temps semble suspendu jusqu'à l'ennui, Wichaya Artamat nous suggère, sans rien en laisser filtrer, que la réalité qui se joue derrière la placide façade de cette histoire familiale est d'une tout autre gravité. Nous devinons alors que ce qui motive l'extrême réserve du metteur en scène thaïlandais pour évoquer les événements de la grande Histoire lui faisant écho résulte d'une violence d'État.

"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
Cette frilosité apparente est l'expression en creux du joug des lois thaïlandaises. Celles des régimes militaires autoritaires se succédant depuis l'instauration de la monarchie constitutionnelle qui, sous le regard de rois trônant sourires aux lèvres, ont vu des milliers d'intellectuels, journalistes, artistes, militants, détenus dans des camps, sans parler de ceux que l'on a fait taire pour toujours, massacrés dans des répressions sanglantes.

Si ce trou dans la représentation est ressenti par nous occidentaux comme une frustration "dramatique" (au sens théâtral), en en saisissant la raison nous pouvons, dès lors à sa juste valeur, apprécier pleinement "le charme discret de l'univers dépeint".

Vu le lundi 10 octobre 2022, aux Colonnes de Blanquefort, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. Autre représentation le mardi 11 octobre.

"NEV" © Nous Théâtre.
"NEV" © Nous Théâtre.
"NEV", du Haïtien Guy Régis Jr, n'a plus à s'embarrasser de telles précautions pour aborder de manière frontale l'impensable du commerce esclavagiste ayant constitué naguère la fortune des négociants de Nantes, La Rochelle et Bordeaux. Même si l'acronyme étrangement énigmatique, ayant été retenu pour titre de l'installation, peut questionner…

Quel lieu pouvait être plus propice que la pile du "pont de pierre" de Bordeaux, enjambant le fleuve Garonne, pour abriter une telle performance mettant en jeu une autre traversée… celle des esclaves noirs transportés par mer pour être vendus avec d'autres marchandises ? Par petits groupes de cinq à six personnes, casquées pour éviter les chocs avec les parois de pierre, dans une totale obscurité, les participant(e)s traversent un univers sonore empli de craquements de coque, de bruits de rames s'entrechoquant, de vagues se brisant, mêlés aux clameurs des chants vaudou interrompus par des ahanements de suffocation.

L'effet de réalité produite en direct est glaçant, comme si, désorienté par le noir régnant, on faisait partie de la cargaison de l'un de ces sinistres bateaux. Et lorsqu'au terme de cette immersion, d'une dizaine de minutes vécues comme un interminable voyage à fond de cale, au bout de la nuit vécue on entrevoit un rai de lumière, c'est pour s'entendre délivrer un extrait des registres d'esclaves détaillant par le menu l'opération dite de l'étampage :

"NEV" © Nous Théâtre.
"NEV" © Nous Théâtre.
"Quand on veut étamper un nègre, on fait chauffer l'étampe sans la faire rougir, on frotte l'endroit où on les veut appliquer avec un peu de suif ou de graisse et on met dessus un papier huilé ou ciré et l'on applique l'étampe dessus, le plus légèrement qu'il est possible. La chair s'enfle aussitôt et quand l'effet de la brûlure est passé, la marque reste imprimée sur la peau sans qu'il soit possible de la jamais effacer".

Mise en jeu des atrocités infligées au nom d'un libéralisme triomphant - celui du commerce triangulaire -, cette installation sonore et sensible, imaginée par un dramaturge haïtien porteur de cette mémoire, est de nature à bouleverser artistiquement et humainement. En parlant aux sens, elle donne à entendre le sort de tous les massacrés au nom du profit de quelques-uns.

Une seule ombre au tableau : pourquoi le titre original, "Nègres En Vente", a-t-il été réduit là à sa portion congrue d'acronyme obscur, "NEV" ? Y aurait-il dans cette "réduction" une trace du politiquement correct écartant délibérément le mot "Nègres" du vocabulaire admis pour dénoncer la traite dont ils ont fait l'objet, comme pour en édulcorer artificiellement la violence ? En revanche, les noms de rue des esclavagistes ayant fait fortune ont toujours droit de cité dans le quartier des Chartrons, et ailleurs à Bordeaux, sans que cela ne semble aucunement choquer les bonnes âmes.

Vu le samedi 8 octobre 2022, Pile du pont de pierre de Bordeaux, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole, en partenariat avec le Musée d'Aquitaine et la Maison Éco-Citoyenne. Les représentations ont eu lieu les 8 et 9 octobre.

"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
"This Song Father Used To Sing" © Wichaya Artamat.
"This Song Father Used To Sing"
"This Song Father Used To Sing"
Spectacle en Thaïlandais surtitré en français.
Mise en scène : Wichaya Artamat.
Texte : Wichaya Artamat, Jaturachai Srichanwanpen, Parnrut Kritchanchai.
Avec : Jaturachai Srichanwanpen, Parnrut Kritchanchai, Saifah Tanthana.
Scénographie : Rueangrith Suntisuk.
Lumière : Pornpan Arayaveerasid.
Musique et vidéo : Atikhun Adulpocatorn.
Régie plateau : Pathipon Adsavamahapong.
Durée : 1 h 40.

"NEV"
Mise en scène : Guy Régis Jr.
Performeur : Guy Régis Jr.
Assistante à la mise en scène et créatrice sonore : Hélène Lacroix.
Durée : 10 minutes.
À partir de 12 ans.

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Jeudi 27 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022