La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Quand ça commence" et "Habiter n'est pas dormir", visite non guidée de deux installations insolites à l'abri de l'ordinaire

Au travers d'une immersion solitaire dans les pièces d'une maison en vente, successivement habitée par des occupantes ayant abandonné là des bribes de leur passé, et, d'une structure à ciel ouvert d'une maison posée en plein centre-ville, où, à la vue de tous, une communauté de joyeux drilles vit sa soirée plutôt festive, le visiteur curieux découvre ce qu'habiter veut dire… Deux compagnies de Nouvelle Aquitaine - Cie De chair et d'os et Cie Volubilis - chacune dans le registre qu'est le sien, proposent ces très étonnantes performances dont le sujet pourrait se situer entre l'approche de l'intime et son effraction dans le paysage public.



"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence", de Camille Duvelleroy et Caroline Melon (Cie De chair et d'os), donne rendez-vous au 30, place de La République à Saint-Médard, rendez-vous tenu secret jusqu'au dernier moment, chaque visiteur (un tous les quarts d'heure) étant prévenu par SMS. Là, sans frapper, on est invité à pousser solitairement la porte d'entrée du pavillon donnant accès aux pièces distribuées de part et d'autre d'un couloir central. Plan de visite à la main, on a tout loisir de découvrir une à une les six pièces, silencieuses, quoique bruissant de la présence de leurs habitantes ayant tour à tour quitté les lieux.

La visite commence par une pièce quasi-nue, celle attribuée à la plus ancienne habitante, Marie-Claude, vieille dame de 89 ans. Elle a rédigé les feuillets manuscrits où elle s'autorise pour la première fois peut-être à naître à sa parole, le lendemain on viendra la chercher pour la conduire en maison de retraite… Témoignage édifiant d'une femme d'origine modeste ayant traversé le XXe siècle, avec son lot de joies (l'amour des premiers temps, les enfants), et d'épreuves (l'avortement sur la table de cuisine, puis, au bureau, les jambes ouvertes de force par le chef prédateur, et puis, plus tard encore, l'infidélité du mari). Une vie (cf. Maupassant) où les aspirations féminines étaient rangées sous la coupe d'un patriarcat triomphant. Elle part, confiant son citronnier aux futures occupantes, soulagée d'avoir osé les mots.

Cinq autres pièces attendent, contenant chacune une histoire de femme qui se découvre au travers de livres et magazines entassés, de valises ouvertes, d'un répondeur téléphonique délivrant ses messages, d'un minitel orné d'un Post-it, d'une liste collée sur le frigo, d'un vase de fleurs accompagné d'un mot d'amour, de mèches de cheveux coupés dans un lavabo voisinant avec des sextoys, un mobile de constellations… Des objets qui délivrent dans le grain de leur matière exposée ce que les feuillets rédigés par leurs propriétaires articulent avec leurs mots, ceux de l'amour désirant, de la solitude endurée, des aspirations vécues.

Ainsi, on découvrira l'univers de l'occupante suivante, Anouk, la cadre indépendante, refusant de s'en laisser compter par les hommes, soumise à son seul désir de femme. Celui de Blanche qui lui succéda avec Jasmine, sa compagne, et leur enfant conçu aux Pays-Bas, des amours lesbiennes aussi intranquilles que celles des hétéros. Celui d'Azra, la femme quittée réapprenant à jouir d'elle-même, se libérant de sa dépendance à l'homme pour devenir ce qu'elle est, puissante et désirante. Celui de Myriam, la jeune femme bling-bling enfermée dans ses images de magazine, et entendant s'en échapper. Enfin, celui de la dernière occupante, Jeanne Gloria Adjovi, une lycéenne fugueuse dont les rêves de grand espace ne peuvent supporter le projet terre à terre de sa mère, flanquée de son gentil nouveau mec.

Six univers (des mondes en soi) de femmes de tout âge et de toute condition à découvrir in situ au travers de minutieuses installations révélant comment les femmes "habitent" ce monde. Immersion grandeur nature dans l'intimité d'existences féminines singulières, porteuses chacune des échos de la grande Histoire, à vivre comme une sociologie vivante du XXe siècle et du début du suivant. Une expérience sensorielle propre à bouleverser "les sens", en redonnant à celui du mot femme ses lettres de liberté.

"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir", d'Agnès Pelletier (Cie Volubilis), invente une chorégraphie délicieusement déliée investissant avec un naturel assumé les différents lieux urbains avant de trouver un refuge : une structure sans toit ni murs, un bâti à ciel ouvert posé sans complexe face à l'Hôtel de Ville de Bordeaux. Tout autour, le public est convié à découvrir la vie animée d'une maison, une demeure "commune" habitée par sept comédiens danseurs en quête d'"extravagances ordinaires".

On les a vus d'abord à Saint-Médard installer leur meuble de salle de bain à un carrefour et, une serviette ceinte autour des reins, une autre en turban autour de leur tête, se glisser dans leur baignoire sur roulettes. Sous les yeux d'automobilistes quelque peu surpris, imperturbable, une femme se brosse les dents en gratifiant les conducteurs de petits signes amicaux. La vie quotidienne d'un début de journée ressemblant somme toute à beaucoup d'autres, si ce n'est peut-être le lieu des ablutions…

Leur transhumance urbaine les conduit jusqu'à la grand ville de la Métropole où ils vont réintégrer leur camp de base dressé entre Cathédrale et Hôtel de Ville, lieu de choix où le foncier prend de la valeur... Ils y vivront la journée sous les yeux de la colossale statue de Chaban Delmas, invitant les passants à se joindre "naturellement" à eux. Et le soir venu, au vu et au su de tous les pèlerins et laïcs, touristes en goguette et travailleurs attardés, ils vont livrer un happening alliant les figures dansées aux interprétations théâtrales.

"Habiter n'est pas dormir" © Pierre Planchenault.
"Habiter n'est pas dormir" © Pierre Planchenault.
Dans un fondu enchaîné, les situations extraites de la vie ordinaire recomposées par le biais de leur fantaisie sans frein vont se précipiter. Apéro convivial, hommes au bain pendant que les femmes rigolent au salon, ballet des légumes à préparer, repas à la Charlot, conciliabules joyeux, changement de tenues à vue, meubles poussés pour libérer un dancefloor, le tout entrecoupé de pauses sur images… et d'un mystérieux coup de sonnette.

Oser habiter le monde de manière inattendue… Tel pourrait être le généreux message délivré de manière subliminale par ces sept complices animés par le plaisir palpable de jouer l'existence ordinaire. En déjouant ce qu'elle peut avoir de terne, la Cie Volubilis lui redonne de la couleur. L'espace public s'en trouve soudain illuminé, entrouvrant les portes d'un rêve éveillé propre à réenchanter le quotidien…

"Quand ça commence"vu le mercredi 5 octobre 2022 au 30, place de la République à Saint-Médard, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. Les visites ont eu lieu du mercredi 5 au dimanche 9 octobre, de 10 h à 20 h à raison d'un départ toutes les quinze minutes.

"Habiter n'est pas dormir" a été vu le vendredi 7 octobre 2022 place Pey-Berland à Bordeaux, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. Ce spectacle a été joué du 5 au 8 octobre.

"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence"
Création 2022 Cie De chair et d'os.
Conception, écriture, réalisation et mise en espace : Camille Duvelleroy et Caroline Melon.
Adaptation et mise en jeu : Caroline Melon.
Co-écriture : Aïcha Euzet et Haïla Hessou.
Regards extérieurs : Yan Duyvendak et Nicolas Peufaillit.
Scénographie : Jonathan Macias.
Conduite : Christophe Andral.
Rôle de Mehdi : Denzel Benac.
Rôle de Myriam : Nola Jolly.
Rôle d'Alexis: Fabrice Nzamba.
Conseiller réseau et logiciel libre : Sacha Borrut/Aquilenet.
Cheffe décoratrice : Clémence Duran.
Graphiste Tchat : Benoît Etcheverry.
Dessin et confection du carnet d'Azra : Caroline Granier.
Conseiller informatique : Mehdi Lauters.
Atelier Franck Tallon Graphisme : Emmanuelle March.
Assistante mise en scène tournage : Charlotte Marrel.
Photographe : Ivan Mathie.
Monteuse : Bérénice Meinsohn.
Photographe de plateau tournage : Colas Michard-Melon.
Rédactrice : Stéphanie Pichon.
Durée 1 h.

Tournée
Du 16 au 22 janvier 2023 : La Coupe d'Or - Scène conventionnée, Rochefort (17).
2023 : L'Avant-Scène, Cognac (16).

"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir"
Création 2022 Cie Volubilis.
Conception chorégraphie : Agnès Pelletier.
Danseurs interprètes : Christian Lanes, Vincent Curdy, Lisa Guerrero, Raphael Dupin, Laurent Falguiéras, Agnès Pelletier, Matthieu Sinault.
Conception architecture de la maison et de son mobilier : Chloé Bodart.
Assistante dramaturgie : Mia Fradin.
Agitateurs de conscience : Sonia Lavadinho, Pascal le Brun Cordier, Pascal Servera, Stéphane Jouan et Sylvie Violan.
Création bande-son : Yann Servoz.
Construction de la maison et du mobilier : Julien Lett assisté de Michel Munier.
Costumes : Catherine Sardi et Tezzer.
Régisseurs : Stéphane Benallal et Guénael Grignon.
Durée spectacle : 1 h 05.

"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
Tournée
26 novembre 2022 : La Gràànde Finàle - Espace Agapit, Saint-Maixent-l'École (79).
Du 2 au 4 décembre 2022 : Vitrines en Cours (option) - Lieux public, Centre National et pôle Européen de création pour l'espace Public, Aix-en-Provence (13).
9 décembre 2022 : La Gràànde Finàle - L'Arc - Scène nationale, Le Creusot (71).

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 25 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022