La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Quand ça commence" et "Habiter n'est pas dormir", visite non guidée de deux installations insolites à l'abri de l'ordinaire

Au travers d'une immersion solitaire dans les pièces d'une maison en vente, successivement habitée par des occupantes ayant abandonné là des bribes de leur passé, et, d'une structure à ciel ouvert d'une maison posée en plein centre-ville, où, à la vue de tous, une communauté de joyeux drilles vit sa soirée plutôt festive, le visiteur curieux découvre ce qu'habiter veut dire… Deux compagnies de Nouvelle Aquitaine - Cie De chair et d'os et Cie Volubilis - chacune dans le registre qu'est le sien, proposent ces très étonnantes performances dont le sujet pourrait se situer entre l'approche de l'intime et son effraction dans le paysage public.



"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence", de Camille Duvelleroy et Caroline Melon (Cie De chair et d'os), donne rendez-vous au 30, place de La République à Saint-Médard, rendez-vous tenu secret jusqu'au dernier moment, chaque visiteur (un tous les quarts d'heure) étant prévenu par SMS. Là, sans frapper, on est invité à pousser solitairement la porte d'entrée du pavillon donnant accès aux pièces distribuées de part et d'autre d'un couloir central. Plan de visite à la main, on a tout loisir de découvrir une à une les six pièces, silencieuses, quoique bruissant de la présence de leurs habitantes ayant tour à tour quitté les lieux.

La visite commence par une pièce quasi-nue, celle attribuée à la plus ancienne habitante, Marie-Claude, vieille dame de 89 ans. Elle a rédigé les feuillets manuscrits où elle s'autorise pour la première fois peut-être à naître à sa parole, le lendemain on viendra la chercher pour la conduire en maison de retraite… Témoignage édifiant d'une femme d'origine modeste ayant traversé le XXe siècle, avec son lot de joies (l'amour des premiers temps, les enfants), et d'épreuves (l'avortement sur la table de cuisine, puis, au bureau, les jambes ouvertes de force par le chef prédateur, et puis, plus tard encore, l'infidélité du mari). Une vie (cf. Maupassant) où les aspirations féminines étaient rangées sous la coupe d'un patriarcat triomphant. Elle part, confiant son citronnier aux futures occupantes, soulagée d'avoir osé les mots.

Cinq autres pièces attendent, contenant chacune une histoire de femme qui se découvre au travers de livres et magazines entassés, de valises ouvertes, d'un répondeur téléphonique délivrant ses messages, d'un minitel orné d'un Post-it, d'une liste collée sur le frigo, d'un vase de fleurs accompagné d'un mot d'amour, de mèches de cheveux coupés dans un lavabo voisinant avec des sextoys, un mobile de constellations… Des objets qui délivrent dans le grain de leur matière exposée ce que les feuillets rédigés par leurs propriétaires articulent avec leurs mots, ceux de l'amour désirant, de la solitude endurée, des aspirations vécues.

Ainsi, on découvrira l'univers de l'occupante suivante, Anouk, la cadre indépendante, refusant de s'en laisser compter par les hommes, soumise à son seul désir de femme. Celui de Blanche qui lui succéda avec Jasmine, sa compagne, et leur enfant conçu aux Pays-Bas, des amours lesbiennes aussi intranquilles que celles des hétéros. Celui d'Azra, la femme quittée réapprenant à jouir d'elle-même, se libérant de sa dépendance à l'homme pour devenir ce qu'elle est, puissante et désirante. Celui de Myriam, la jeune femme bling-bling enfermée dans ses images de magazine, et entendant s'en échapper. Enfin, celui de la dernière occupante, Jeanne Gloria Adjovi, une lycéenne fugueuse dont les rêves de grand espace ne peuvent supporter le projet terre à terre de sa mère, flanquée de son gentil nouveau mec.

Six univers (des mondes en soi) de femmes de tout âge et de toute condition à découvrir in situ au travers de minutieuses installations révélant comment les femmes "habitent" ce monde. Immersion grandeur nature dans l'intimité d'existences féminines singulières, porteuses chacune des échos de la grande Histoire, à vivre comme une sociologie vivante du XXe siècle et du début du suivant. Une expérience sensorielle propre à bouleverser "les sens", en redonnant à celui du mot femme ses lettres de liberté.

"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir", d'Agnès Pelletier (Cie Volubilis), invente une chorégraphie délicieusement déliée investissant avec un naturel assumé les différents lieux urbains avant de trouver un refuge : une structure sans toit ni murs, un bâti à ciel ouvert posé sans complexe face à l'Hôtel de Ville de Bordeaux. Tout autour, le public est convié à découvrir la vie animée d'une maison, une demeure "commune" habitée par sept comédiens danseurs en quête d'"extravagances ordinaires".

On les a vus d'abord à Saint-Médard installer leur meuble de salle de bain à un carrefour et, une serviette ceinte autour des reins, une autre en turban autour de leur tête, se glisser dans leur baignoire sur roulettes. Sous les yeux d'automobilistes quelque peu surpris, imperturbable, une femme se brosse les dents en gratifiant les conducteurs de petits signes amicaux. La vie quotidienne d'un début de journée ressemblant somme toute à beaucoup d'autres, si ce n'est peut-être le lieu des ablutions…

Leur transhumance urbaine les conduit jusqu'à la grand ville de la Métropole où ils vont réintégrer leur camp de base dressé entre Cathédrale et Hôtel de Ville, lieu de choix où le foncier prend de la valeur... Ils y vivront la journée sous les yeux de la colossale statue de Chaban Delmas, invitant les passants à se joindre "naturellement" à eux. Et le soir venu, au vu et au su de tous les pèlerins et laïcs, touristes en goguette et travailleurs attardés, ils vont livrer un happening alliant les figures dansées aux interprétations théâtrales.

"Habiter n'est pas dormir" © Pierre Planchenault.
"Habiter n'est pas dormir" © Pierre Planchenault.
Dans un fondu enchaîné, les situations extraites de la vie ordinaire recomposées par le biais de leur fantaisie sans frein vont se précipiter. Apéro convivial, hommes au bain pendant que les femmes rigolent au salon, ballet des légumes à préparer, repas à la Charlot, conciliabules joyeux, changement de tenues à vue, meubles poussés pour libérer un dancefloor, le tout entrecoupé de pauses sur images… et d'un mystérieux coup de sonnette.

Oser habiter le monde de manière inattendue… Tel pourrait être le généreux message délivré de manière subliminale par ces sept complices animés par le plaisir palpable de jouer l'existence ordinaire. En déjouant ce qu'elle peut avoir de terne, la Cie Volubilis lui redonne de la couleur. L'espace public s'en trouve soudain illuminé, entrouvrant les portes d'un rêve éveillé propre à réenchanter le quotidien…

"Quand ça commence"vu le mercredi 5 octobre 2022 au 30, place de la République à Saint-Médard, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. Les visites ont eu lieu du mercredi 5 au dimanche 9 octobre, de 10 h à 20 h à raison d'un départ toutes les quinze minutes.

"Habiter n'est pas dormir" a été vu le vendredi 7 octobre 2022 place Pey-Berland à Bordeaux, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. Ce spectacle a été joué du 5 au 8 octobre.

"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence" © Jonathan Macias.
"Quand ça commence"
Création 2022 Cie De chair et d'os.
Conception, écriture, réalisation et mise en espace : Camille Duvelleroy et Caroline Melon.
Adaptation et mise en jeu : Caroline Melon.
Co-écriture : Aïcha Euzet et Haïla Hessou.
Regards extérieurs : Yan Duyvendak et Nicolas Peufaillit.
Scénographie : Jonathan Macias.
Conduite : Christophe Andral.
Rôle de Mehdi : Denzel Benac.
Rôle de Myriam : Nola Jolly.
Rôle d'Alexis: Fabrice Nzamba.
Conseiller réseau et logiciel libre : Sacha Borrut/Aquilenet.
Cheffe décoratrice : Clémence Duran.
Graphiste Tchat : Benoît Etcheverry.
Dessin et confection du carnet d'Azra : Caroline Granier.
Conseiller informatique : Mehdi Lauters.
Atelier Franck Tallon Graphisme : Emmanuelle March.
Assistante mise en scène tournage : Charlotte Marrel.
Photographe : Ivan Mathie.
Monteuse : Bérénice Meinsohn.
Photographe de plateau tournage : Colas Michard-Melon.
Rédactrice : Stéphanie Pichon.
Durée 1 h.

Tournée
Du 16 au 22 janvier 2023 : La Coupe d'Or - Scène conventionnée, Rochefort (17).
2023 : L'Avant-Scène, Cognac (16).

"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir"
Création 2022 Cie Volubilis.
Conception chorégraphie : Agnès Pelletier.
Danseurs interprètes : Christian Lanes, Vincent Curdy, Lisa Guerrero, Raphael Dupin, Laurent Falguiéras, Agnès Pelletier, Matthieu Sinault.
Conception architecture de la maison et de son mobilier : Chloé Bodart.
Assistante dramaturgie : Mia Fradin.
Agitateurs de conscience : Sonia Lavadinho, Pascal le Brun Cordier, Pascal Servera, Stéphane Jouan et Sylvie Violan.
Création bande-son : Yann Servoz.
Construction de la maison et du mobilier : Julien Lett assisté de Michel Munier.
Costumes : Catherine Sardi et Tezzer.
Régisseurs : Stéphane Benallal et Guénael Grignon.
Durée spectacle : 1 h 05.

"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
"Habiter n'est pas dormir" © Alex Giraud.
Tournée
26 novembre 2022 : La Gràànde Finàle - Espace Agapit, Saint-Maixent-l'École (79).
Du 2 au 4 décembre 2022 : Vitrines en Cours (option) - Lieux public, Centre National et pôle Européen de création pour l'espace Public, Aix-en-Provence (13).
9 décembre 2022 : La Gràànde Finàle - L'Arc - Scène nationale, Le Creusot (71).

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 25 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022