La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Pour que les vents se lèvent, Une Orestie" Les Atrides projetés dans l'arène contemporaine…

"L'Histoire ne se répète pas, elle bégaie", avançait au XIXe siècle un philosophe barbu. La création présente - que l'on doit à l'Iranien Gurshad Shaheman pour l'écriture, à Nuno Cardoso du Teatro Nacional Sao Joao de Porto et Catherine Marnas, directrice du TnBA, pour la mise en scène - corrobore cette saillie. En effet, prenant possession du plateau du théâtre de Bordeaux, les Atrides s'invitent parmi nous, faisant effraction dans notre monde non pour apporter la leçon du passé mais pour, en miroir à peine déformé, questionner nos dérives.



© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Tout commence par le meurtre de la fille par le père. Iphigénie sacrifiée par le roi des rois grecs, Agamemnon. L'offrande de la vie d'une toute jeune femme offerte aux Dieux pour que le vent se lève et gonfle les voiles grecques jusqu'à Troie - le Moyen-Orient actuel - afin de laver l'honneur du roi Ménélas dont l'épouse, la belle Hélène, a été ravie par Paris, fils du roi troyen Priam… Enfin, c'est ce que l'on veut bien nous raconter depuis l'antiquité. Pour masquer leur volonté de gloires, les détenteurs du Pouvoir n'ont-ils pas toujours eu à c(h)œur (grec ou pas) d'habiller leurs intérêts personnels d'un récit jugé plus "honorable" ?

On apprendra par Électre, la sœur exaltée, nostalgique de la toute-puissance de son paternel, qu'elle méritait bien son sort, sa sœur indigne, vu ses amours saphiques et incestueuses pour leur autre sœur, Chrysothémis. Car, si les mâles guerriers gonflés à la testostérone (Agamemnon, Achille, Pyrrhus…) sacrifient "glorieusement" leur peuple dans un conflit où leur importe leur unique Triomphe à venir, les femmes aussi peuvent parfois verser vers les mêmes tentations guerrières en se faisant les instigatrices d'une vengeance effrénée.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Cependant, si le plateau démasque les héros grecs traditionnels pour faire advenir leur monstruosité drapée dans des habits de grandeur, plus parlante encore sera "la Résistible ascension" (cf. Bertolt Brecht) de la pâle figure d'Oreste (celui qui doute jusqu'à la folie), se métamorphosant in fine en dictateur investi par les Dieux tirant les ficelles de ce fantoche parvenu au pouvoir après avoir, presque à son insu, accompli le meurtre de sa mère, la reine Clytemnestre.

Ces petits meurtres entre amis jurés auraient peut-être, dans leurs excès, quelque chose de risible s'ils ne précipitaient pas l'humanité vers une destruction annoncée, tant la soif de pouvoirs des puissants est inépuisable. Sauf que, l'Histoire ici va bégayer dans un sens où la tradition ne l'attendait plus…

Un signe initial… Sur le bandeau s'affichant en haut de scène, on peut lire "Clytemnestre", et non "Agamemnon", titre choisi par Eschyle pour le premier volet de son "Orestie". Le regard du féminin qui se substitue au masculin, une révolution copernicienne modifiant radicalement les points de vue. Ainsi Clytemnestre d'emblée donne-t-elle le ton de la rupture annoncée. Elle, dont l'amour maternel a été écorché vif, crie l'abomination du meurtre de sa fille Iphigénie, à l'origine des catastrophes en chaîne. Hurlant sa vérité à la figure d'Agamemnon, de retour glorieux de Troie qu'il se vante d'avoir rayée de la carte, elle refuse de se soumettre à ses désirs de mâle prétendant régner en maître absolu sur son corps comme sur le territoire grec. Et ce, sous le regard d'une Iphigénie en robe blanche maculée de sang, contemplant la querelle parentale de ses yeux d'outre-tombe.

Suite à son discours triomphal, où l'antienne des bourreaux résonne dans notre actualité - "Notre honneur est lavé, notre dignité rachetée. Il n'y a pas de gloire plus grande que de mourir pour la patrie" -, Agamemnon est amené à répondre à un journaliste lui attribuant l'épithète de "génocidaire". Et, là encore, il débite, imperturbable, les sempiternels mots des tyrans : "Toutes nos actions ont été dictées par la sécurité de notre peuple. Les Troyens allaient nous anéantir et leurs enfants après eux si nous ne les avions pas exterminés eux aussi". La litanie des "exploits" guerriers se chargeant de démentir les glorieuses déclarations. Ainsi d'Hécube, reine troyenne, venant raconter son martyre, elle, qui après avoir été violée par la soldatesque grecque, fut jetée à l'eau par les soins d'Ulysse, ce héros vénéré.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Et, à cet endroit précis de l'intrigue, le tableau saisissant des victimes troyennes s'extrayant comme au ralenti des casiers leur servant de tombes (superbe scénographie) pour venir une à une s'enchevêtrer au centre du plateau… Quant à Clytemnestre, révulsée par ce carnage à ciel ouvert, elle qui se refusait d'entrer dans le cycle infernal des meurtres appelant d'autres meurtres, elle se verra tirer à bout portant sur le tyran. Cassandre, la prisonnière médium, avant de connaître le même sort, aura, elle, le temps de prédire une apocalypse nucléaire ensevelissant le vieux monde… Catastrophe ultime que seul l'humour d'une réplique décalée de Clytemnestre viendra alléger.

Les deux autres volets de cette "Orestie" contemporaine précipiteront l'action vers un dénouement inattendu. Ils verront tout d'abord s'affronter Électre (la fanatique criant vengeance) et Oreste (le héros tourmenté refusant un temps l'héritage violent) sur un fond de discours universaliste tenu par Clytemnestre prônant la "vivance" entre les peuples (avant certes de battre en retraite face aux slogans "Patrie et Patrie et Patrie…" chantés à tue-tête par ses opposants d'extrême droite).

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Il faudra attendre l'intervention des Dieux (Apollon et Athéna, magistraux magouilleurs), et d'une Pythie sous l'emprise de substances, pour que Les Érinyes pro-féministes acceptent de fermer les yeux sur le meurtre de Clytemnestre afin de mieux pouvoir contrôler l'avènement de l'Homme nouveau, Oreste innocenté et métamorphosé… Ceci avant que n'intervienne un ultime retournement, porteur lui d'une ouverture plus exaltante.

Le projet, fruit pour son écriture d'un auteur iranien (cf. "Pourama, Pourama", "Les Forteresses") empruntant à "l'Orestie" d'Eschyle ses personnages pour les projeter tout de go dans le monde contemporain, n'était pas sans hardiesse… Si l'on ajoute que la distribution comme la mise en jeu se répartit entre des artistes français et portugais s'exprimant chacun dans leur langue, on aurait pu craindre que l'unité de l'ensemble ne tienne de la gageure…

Or, portée par des interprétations soutenues par des mises en jeu créatives et une superbe scénographie, l'intrigue progresse sans faillir vers un dénouement susceptible de rencontrer nos aspirations… En ce soir de représentation théâtrale, devant un parterre de spectateurs assemblés dans un amphithéâtre contemporain, les Atrides ont accouché des promesses d'un monde nouveau. Un monde d'après, à l'horizon débarrassé des bellicismes patriarcaux.

Vu le samedi 8 octobre au TnBA de Bordeaux, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. A été représenté du 4 au 8 octobre.

"Pour que les vents se lèvent, Une Orestie"

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Création - 1ère française.
Texte : Gurshad Shaheman.
Mise en scène : Nuno Cardoso et Catherine Marnas.
Comédiennes et comédiens français(es) : Zoé Briau, Garance Degos, Félix Lefebvre, Léo Namur, Mickaël Pelissier, Bénédicte Simon.
Comédiennes et comédiens portugais(es) : Carlos Malvarez, Gustavo Rebelo, Inês Dias, Telma Cardoso, Teresa Coutinho, Tomé Quirino.
Assistante à la mise en scène : Janaína Suaudeau.
Lumières : José Alvaro Correia.
Scénographe : Fernando Ribeiro.
Création sonore : Esteban Fernandez.
Costumes : Emmanuelle Thomas.
Durée : 3 h 30 avec entracte.

Tournée
Du 20 octobre au 6 novembre 2022 : Teatro Nacional São João (TNSJ), Porto (Portugal).
10 et 11 novembre 2022 : Teatro Municipal Sá de Miranda, Viana do Castelo, (Portugal).
Du 19 au 30 novembre 2022 : Festival Cluj (Roumanie).
16 et 17 mars 2023 : Le Meta - Centre dramatique national, Poitiers (86).
Du 1er au 7 avril 2023 : Le Préau - Centre dramatique national, Vire (14).

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Jeudi 13 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022