La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Pour que les vents se lèvent, Une Orestie" Les Atrides projetés dans l'arène contemporaine…

"L'Histoire ne se répète pas, elle bégaie", avançait au XIXe siècle un philosophe barbu. La création présente - que l'on doit à l'Iranien Gurshad Shaheman pour l'écriture, à Nuno Cardoso du Teatro Nacional Sao Joao de Porto et Catherine Marnas, directrice du TnBA, pour la mise en scène - corrobore cette saillie. En effet, prenant possession du plateau du théâtre de Bordeaux, les Atrides s'invitent parmi nous, faisant effraction dans notre monde non pour apporter la leçon du passé mais pour, en miroir à peine déformé, questionner nos dérives.



© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Tout commence par le meurtre de la fille par le père. Iphigénie sacrifiée par le roi des rois grecs, Agamemnon. L'offrande de la vie d'une toute jeune femme offerte aux Dieux pour que le vent se lève et gonfle les voiles grecques jusqu'à Troie - le Moyen-Orient actuel - afin de laver l'honneur du roi Ménélas dont l'épouse, la belle Hélène, a été ravie par Paris, fils du roi troyen Priam… Enfin, c'est ce que l'on veut bien nous raconter depuis l'antiquité. Pour masquer leur volonté de gloires, les détenteurs du Pouvoir n'ont-ils pas toujours eu à c(h)œur (grec ou pas) d'habiller leurs intérêts personnels d'un récit jugé plus "honorable" ?

On apprendra par Électre, la sœur exaltée, nostalgique de la toute-puissance de son paternel, qu'elle méritait bien son sort, sa sœur indigne, vu ses amours saphiques et incestueuses pour leur autre sœur, Chrysothémis. Car, si les mâles guerriers gonflés à la testostérone (Agamemnon, Achille, Pyrrhus…) sacrifient "glorieusement" leur peuple dans un conflit où leur importe leur unique Triomphe à venir, les femmes aussi peuvent parfois verser vers les mêmes tentations guerrières en se faisant les instigatrices d'une vengeance effrénée.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Cependant, si le plateau démasque les héros grecs traditionnels pour faire advenir leur monstruosité drapée dans des habits de grandeur, plus parlante encore sera "la Résistible ascension" (cf. Bertolt Brecht) de la pâle figure d'Oreste (celui qui doute jusqu'à la folie), se métamorphosant in fine en dictateur investi par les Dieux tirant les ficelles de ce fantoche parvenu au pouvoir après avoir, presque à son insu, accompli le meurtre de sa mère, la reine Clytemnestre.

Ces petits meurtres entre amis jurés auraient peut-être, dans leurs excès, quelque chose de risible s'ils ne précipitaient pas l'humanité vers une destruction annoncée, tant la soif de pouvoirs des puissants est inépuisable. Sauf que, l'Histoire ici va bégayer dans un sens où la tradition ne l'attendait plus…

Un signe initial… Sur le bandeau s'affichant en haut de scène, on peut lire "Clytemnestre", et non "Agamemnon", titre choisi par Eschyle pour le premier volet de son "Orestie". Le regard du féminin qui se substitue au masculin, une révolution copernicienne modifiant radicalement les points de vue. Ainsi Clytemnestre d'emblée donne-t-elle le ton de la rupture annoncée. Elle, dont l'amour maternel a été écorché vif, crie l'abomination du meurtre de sa fille Iphigénie, à l'origine des catastrophes en chaîne. Hurlant sa vérité à la figure d'Agamemnon, de retour glorieux de Troie qu'il se vante d'avoir rayée de la carte, elle refuse de se soumettre à ses désirs de mâle prétendant régner en maître absolu sur son corps comme sur le territoire grec. Et ce, sous le regard d'une Iphigénie en robe blanche maculée de sang, contemplant la querelle parentale de ses yeux d'outre-tombe.

Suite à son discours triomphal, où l'antienne des bourreaux résonne dans notre actualité - "Notre honneur est lavé, notre dignité rachetée. Il n'y a pas de gloire plus grande que de mourir pour la patrie" -, Agamemnon est amené à répondre à un journaliste lui attribuant l'épithète de "génocidaire". Et, là encore, il débite, imperturbable, les sempiternels mots des tyrans : "Toutes nos actions ont été dictées par la sécurité de notre peuple. Les Troyens allaient nous anéantir et leurs enfants après eux si nous ne les avions pas exterminés eux aussi". La litanie des "exploits" guerriers se chargeant de démentir les glorieuses déclarations. Ainsi d'Hécube, reine troyenne, venant raconter son martyre, elle, qui après avoir été violée par la soldatesque grecque, fut jetée à l'eau par les soins d'Ulysse, ce héros vénéré.

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Et, à cet endroit précis de l'intrigue, le tableau saisissant des victimes troyennes s'extrayant comme au ralenti des casiers leur servant de tombes (superbe scénographie) pour venir une à une s'enchevêtrer au centre du plateau… Quant à Clytemnestre, révulsée par ce carnage à ciel ouvert, elle qui se refusait d'entrer dans le cycle infernal des meurtres appelant d'autres meurtres, elle se verra tirer à bout portant sur le tyran. Cassandre, la prisonnière médium, avant de connaître le même sort, aura, elle, le temps de prédire une apocalypse nucléaire ensevelissant le vieux monde… Catastrophe ultime que seul l'humour d'une réplique décalée de Clytemnestre viendra alléger.

Les deux autres volets de cette "Orestie" contemporaine précipiteront l'action vers un dénouement inattendu. Ils verront tout d'abord s'affronter Électre (la fanatique criant vengeance) et Oreste (le héros tourmenté refusant un temps l'héritage violent) sur un fond de discours universaliste tenu par Clytemnestre prônant la "vivance" entre les peuples (avant certes de battre en retraite face aux slogans "Patrie et Patrie et Patrie…" chantés à tue-tête par ses opposants d'extrême droite).

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Il faudra attendre l'intervention des Dieux (Apollon et Athéna, magistraux magouilleurs), et d'une Pythie sous l'emprise de substances, pour que Les Érinyes pro-féministes acceptent de fermer les yeux sur le meurtre de Clytemnestre afin de mieux pouvoir contrôler l'avènement de l'Homme nouveau, Oreste innocenté et métamorphosé… Ceci avant que n'intervienne un ultime retournement, porteur lui d'une ouverture plus exaltante.

Le projet, fruit pour son écriture d'un auteur iranien (cf. "Pourama, Pourama", "Les Forteresses") empruntant à "l'Orestie" d'Eschyle ses personnages pour les projeter tout de go dans le monde contemporain, n'était pas sans hardiesse… Si l'on ajoute que la distribution comme la mise en jeu se répartit entre des artistes français et portugais s'exprimant chacun dans leur langue, on aurait pu craindre que l'unité de l'ensemble ne tienne de la gageure…

Or, portée par des interprétations soutenues par des mises en jeu créatives et une superbe scénographie, l'intrigue progresse sans faillir vers un dénouement susceptible de rencontrer nos aspirations… En ce soir de représentation théâtrale, devant un parterre de spectateurs assemblés dans un amphithéâtre contemporain, les Atrides ont accouché des promesses d'un monde nouveau. Un monde d'après, à l'horizon débarrassé des bellicismes patriarcaux.

Vu le samedi 8 octobre au TnBA de Bordeaux, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole. A été représenté du 4 au 8 octobre.

"Pour que les vents se lèvent, Une Orestie"

© Frédéric Desmesure.
© Frédéric Desmesure.
Création - 1ère française.
Texte : Gurshad Shaheman.
Mise en scène : Nuno Cardoso et Catherine Marnas.
Comédiennes et comédiens français(es) : Zoé Briau, Garance Degos, Félix Lefebvre, Léo Namur, Mickaël Pelissier, Bénédicte Simon.
Comédiennes et comédiens portugais(es) : Carlos Malvarez, Gustavo Rebelo, Inês Dias, Telma Cardoso, Teresa Coutinho, Tomé Quirino.
Assistante à la mise en scène : Janaína Suaudeau.
Lumières : José Alvaro Correia.
Scénographe : Fernando Ribeiro.
Création sonore : Esteban Fernandez.
Costumes : Emmanuelle Thomas.
Durée : 3 h 30 avec entracte.

Tournée
Du 20 octobre au 6 novembre 2022 : Teatro Nacional São João (TNSJ), Porto (Portugal).
10 et 11 novembre 2022 : Teatro Municipal Sá de Miranda, Viana do Castelo, (Portugal).
Du 19 au 30 novembre 2022 : Festival Cluj (Roumanie).
16 et 17 mars 2023 : Le Meta - Centre dramatique national, Poitiers (86).
Du 1er au 7 avril 2023 : Le Préau - Centre dramatique national, Vire (14).

FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Jeudi 13 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022