La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Symphonie pour klaxons et essuie-glaces" "La Voix humaine/Point d'orgue" Diversité harmonique, la symphonie et son double…

Outre les lieux de représentations situés aux antipodes (un banal parking de Saint-Médard-en-Jalles et le somptueux Grand Théâtre de Bordeaux classé monument historique), outre les instruments convoqués (klaxons, essuie-glaces de guimbardes et prestigieux concertistes de l'ONBA, Orchestre National Bordeaux Aquitaine), outre les livrets à l'écriture dissonante (Jérôme Rouger et Jean Cocteau/Olivier Py), ces deux formes apparemment opposées ont pourtant, l'une et l'autre, eu droit de cité (sic) sur… France Culture. Comme quoi la Culture n'a rien d'univoque et peut réserver de belles surprises…



"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour klaxons et essuie-glaces", forme musicale (auto)mobile pouvant être donnée dans différents lieux au gré des déplacements de Jérôme Rouger (auteur, metteur en scène comédien, lauréat du Prix Philippe Avron "décerné à un artiste dont l'écriture apparaît essentielle à la compréhension du monde") et de son tout autant fantasque complice, Patrick Ingueneau (auteur-compositeur-interprète échevelé).

Sous la baguette (l'ire des clés) de leur chef, l'orchestre composé de neuf voitures disposées en demi-cercle et de leurs conducteurs-klaxonneurs assistés de leurs essuie-glaces va exécuter, en trois mouvements rondement menés, une symphonie urbaine commentée en direct-différé (l'émission est prévue pour être diffusée sur les ondes à une heure tardive de la nuit…) par le vrai-faux journaliste de France Culture ici présent. Disert et lyrique lorsqu'il présente le décor naturel avec la Jalle qui coule non loin sans altérer pour autant la tessiture des instruments, sa parole est teintée d'une ironie délicieuse.

"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
Cette musique, certes élitiste, montre s'il en était besoin que la grande musique peut être populaire… Ainsi du public mélomane, wesh-wesh et baba cool, qui se presse en cet après-midi incertain de début octobre pour écouter religieusement ce don du ciel.

Le premier klaxon, formé dans les plus grands embouteillages du monde, donne le la au claquement en série des portières. Quant à la symphonie des essuie-glaces égrenant la même note obstinément, elle renvoie au mouvement de la cinquième symphonie de Beethoven et ouvre sur l'hymne à la mort (sur les routes). Le concert (de klaxons) débordera, comme il est noté noir sur blanc dans toute la littérature des partitions, sur une bordée d'injures allant crescendo, pouvant néanmoins, si affinités, se conclure en do(do) majeur.

De l'entrée majestueuse jusqu'au salut final, en passant par la présentation appliquée de chaque instrumentiste, tous les codes concertistes sont passés en revue (auto-mobile) pour créer un pastiche hilarant… aussi (im)pertinent que l'original. Oui, la grande musique peut être populaire.

"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
"La Voix humaine/Point d'orgue", deux grands spectacles lyriques s'adossant l'un à l'autre pour faire résonner les voix somptueuses d'Elle (soprano), de Lui (baryton) et de L'Autre (ténor) dans un décor contemporain épuré s'enchâssant à merveille dans le théâtre à l'italienne créé par Victor Louis. Lorsque l'on aura rappelé que les auteurs de la première pièce sont, pour la composition musicale, Francis Poulenc, et pour l'écriture, Jean Cocteau, et pour la seconde, Thierry Escaich et Olivier Py dans une écriture contemporaine composée de vers libres de douze syllabes, on comprendra que tout ici n'est que luxe et volupté, une invitation au voyage au bout des sens…

Et il s'agit bien de cela, nous mener jusqu'aux frissons des amours passionnelles où la brûlure consume de l'intérieur ceux et celles qui s'y précipitent à corps perdus. Mais la réussite de ce montage hors-normes (chapeau bas à Olivier Py, l'architecte de ce projet ingénieux), c'est de présenter, à la suite de la sublime "Voix Humaine" réifiant la descente aux enfers d'une femme délaissée, le contrepoint amplificateur de "Point d'Orgue" dévoilant sans pudeur inutile la face cachée de ce drame en la personne de l'amant dévasté par "la maladie de la mort" aux échos durassiens. Une mise en abyme de ce qu'aimer suppose d'aveuglement destructeur lorsque, "Elle/Lui", pour fuir l'existence se confond avec l'objet d'amour jusqu'à s'y déliter dans un monde à la recherche du sens perdu.

"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
Comme un gant dont on retournerait la peau, on vit le drame amoureux dans un renversement de points de vue propre à nous faire perdre nos "pré-jugés", nos appuis, jusqu'à la chute imprévisible où "Elle" adviendra à elle-même. En effet, si dans le premier opus on avait été bouleversé par "Elle", cette femme au bord du gouffre, naviguant pathétiquement entre l'image digne qu'elle voudrait laisser au téléphone à son amant et l'angoisse qui la mine de l'intérieur jusqu'à explosion l'amenant à déverser ce qu'elle voulait taire (sa tentative de suicide), le second tableau nous livre "Lui", l'amant en prise avec les affres d'une douleur "méta-physique" insoutenable attaquant son intégrité physique. L'apparition récurrente d'un chien noir traversant l'avant-scène - guide pour conduire l'homme vers la mort - étant à prendre comme un rejeton de l'autre-scène, tant l'inconscient est structuré comme un théâtre.

Seule en scène, "Elle" est sublime autant dans sa voix de soprano modulant la moindre émotion que dans les jets de son corps surplombé par le tableau de la mort d'Ophélie. "Lui", tout autant pertinent dans son interprétation, a affaire avec "L'Autre", mystérieux bourreau de lui-même dont l'identité sifflante reste flottante.

"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
Est-ce son amant le sadisant autant psychiquement que physiquement ? Est-ce un double de lui-même, sorte de "sur-moi" dépositaire des traces inconscientes d'une culpabilité maladive ? Ou est-ce une incarnation du Démon auquel il aurait vendu son âme ?... Peu importe, ce qui ressort, c'est qu'en "Lui" la folie destructrice est à l'œuvre. Lorsqu'il s'agit du sens à donner à l'existence rien n'est simple, l'échange avec cet "Autre" permet à "Lui" d'aborder des questions existentielles à faire chavirer toute raison.

Et, là encore, la scénographie, s'appuyant sur un décor "réversible", épouse à l'envi les bouleversements d'Elle, Lui et l'Autre, emportant le spectateur dans un vertige lui mettant les idées "sens dessus dessous", rebrassant salutairement les certitudes établies. Quant aux partitions musicales et leur exécution magistrale par les musiciens de l'ONBA, elles participent avec leur singularité chacune à la création de l'illusion théâtrale d'où s'échappent des effets de vérité humaine. Un grand moment esthétique, lyrique, théâtral, projetant les rhizomes de la voix humaine… jusqu'à son point d'orgue.

"Symphonie pour klaxons et essuie-glaces"

"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
Composition musicale : Patrick Ingueneau.
Écriture : Jérôme Rouger.
Avec : Jérôme Rouger (journaliste-producteur de France Musique).
Chef d'orchestre : Patrick Ingueneau .
1er klaxon : Armelle Dousset.
Interprètes de l'orchestre : huit habitants du territoire.
Régisseur d'orchestre et accordeur, Pio D'Elia.
Compagnie La Martingale.
Durée : 30 minutes.

Vu le samedi 2 octobre 2021 à 16 h, sur le parking Dupérier à Saint-Médard-en-Jalles, dans le cadre du FAB 2021 (autre représentation donnée, samedi 2 octobre à 17 h 30).

"La Voix humaine/Point d'orgue"

"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
Création 2021.
"La Voix humaine", tragédie lyrique de Francis Poulenc créée le 6 février 1959, d'après un monologue de Jean Cocteau créé à la Comédie-Française en 1930.
"Point d'orgue", opéra de Thierry Escaich créé le 6 mars 2021 au Théâtre des Champs-Élysées, livret d'Olivier Py.
Direction musicale : Pierre Dumoussaud.
Mise en scène : Olivier Py.
Interprètes : Anne Catherine Gillet (Elle, soprano), Jean-Sébastien Bou (Lui, baryton), Cyrille Dubois (L'Autre, ténor).
Collaborateur à la mise en scène : Daniel Izzo.
Décors et costumes : Pierre-André Weitz.
Lumières : Bertrand Killy.
Orchestre National Bordeaux Aquitain.
Durée : 1 h 40.

Vu le lundi 4 octobre 2021 à 20 h, au Grand-Théâtre de Bordeaux, dans le cadre du FAB 2021.
Autres représentations : mercredi 6 à 20 h, vendredi 8 à 20 h et dimanche 10 à 15 h.

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Vendredi 8 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022