La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Symphonie pour klaxons et essuie-glaces" "La Voix humaine/Point d'orgue" Diversité harmonique, la symphonie et son double…

Outre les lieux de représentations situés aux antipodes (un banal parking de Saint-Médard-en-Jalles et le somptueux Grand Théâtre de Bordeaux classé monument historique), outre les instruments convoqués (klaxons, essuie-glaces de guimbardes et prestigieux concertistes de l'ONBA, Orchestre National Bordeaux Aquitaine), outre les livrets à l'écriture dissonante (Jérôme Rouger et Jean Cocteau/Olivier Py), ces deux formes apparemment opposées ont pourtant, l'une et l'autre, eu droit de cité (sic) sur… France Culture. Comme quoi la Culture n'a rien d'univoque et peut réserver de belles surprises…



"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour klaxons et essuie-glaces", forme musicale (auto)mobile pouvant être donnée dans différents lieux au gré des déplacements de Jérôme Rouger (auteur, metteur en scène comédien, lauréat du Prix Philippe Avron "décerné à un artiste dont l'écriture apparaît essentielle à la compréhension du monde") et de son tout autant fantasque complice, Patrick Ingueneau (auteur-compositeur-interprète échevelé).

Sous la baguette (l'ire des clés) de leur chef, l'orchestre composé de neuf voitures disposées en demi-cercle et de leurs conducteurs-klaxonneurs assistés de leurs essuie-glaces va exécuter, en trois mouvements rondement menés, une symphonie urbaine commentée en direct-différé (l'émission est prévue pour être diffusée sur les ondes à une heure tardive de la nuit…) par le vrai-faux journaliste de France Culture ici présent. Disert et lyrique lorsqu'il présente le décor naturel avec la Jalle qui coule non loin sans altérer pour autant la tessiture des instruments, sa parole est teintée d'une ironie délicieuse.

"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
Cette musique, certes élitiste, montre s'il en était besoin que la grande musique peut être populaire… Ainsi du public mélomane, wesh-wesh et baba cool, qui se presse en cet après-midi incertain de début octobre pour écouter religieusement ce don du ciel.

Le premier klaxon, formé dans les plus grands embouteillages du monde, donne le la au claquement en série des portières. Quant à la symphonie des essuie-glaces égrenant la même note obstinément, elle renvoie au mouvement de la cinquième symphonie de Beethoven et ouvre sur l'hymne à la mort (sur les routes). Le concert (de klaxons) débordera, comme il est noté noir sur blanc dans toute la littérature des partitions, sur une bordée d'injures allant crescendo, pouvant néanmoins, si affinités, se conclure en do(do) majeur.

De l'entrée majestueuse jusqu'au salut final, en passant par la présentation appliquée de chaque instrumentiste, tous les codes concertistes sont passés en revue (auto-mobile) pour créer un pastiche hilarant… aussi (im)pertinent que l'original. Oui, la grande musique peut être populaire.

"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
"La Voix humaine/Point d'orgue", deux grands spectacles lyriques s'adossant l'un à l'autre pour faire résonner les voix somptueuses d'Elle (soprano), de Lui (baryton) et de L'Autre (ténor) dans un décor contemporain épuré s'enchâssant à merveille dans le théâtre à l'italienne créé par Victor Louis. Lorsque l'on aura rappelé que les auteurs de la première pièce sont, pour la composition musicale, Francis Poulenc, et pour l'écriture, Jean Cocteau, et pour la seconde, Thierry Escaich et Olivier Py dans une écriture contemporaine composée de vers libres de douze syllabes, on comprendra que tout ici n'est que luxe et volupté, une invitation au voyage au bout des sens…

Et il s'agit bien de cela, nous mener jusqu'aux frissons des amours passionnelles où la brûlure consume de l'intérieur ceux et celles qui s'y précipitent à corps perdus. Mais la réussite de ce montage hors-normes (chapeau bas à Olivier Py, l'architecte de ce projet ingénieux), c'est de présenter, à la suite de la sublime "Voix Humaine" réifiant la descente aux enfers d'une femme délaissée, le contrepoint amplificateur de "Point d'Orgue" dévoilant sans pudeur inutile la face cachée de ce drame en la personne de l'amant dévasté par "la maladie de la mort" aux échos durassiens. Une mise en abyme de ce qu'aimer suppose d'aveuglement destructeur lorsque, "Elle/Lui", pour fuir l'existence se confond avec l'objet d'amour jusqu'à s'y déliter dans un monde à la recherche du sens perdu.

"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
Comme un gant dont on retournerait la peau, on vit le drame amoureux dans un renversement de points de vue propre à nous faire perdre nos "pré-jugés", nos appuis, jusqu'à la chute imprévisible où "Elle" adviendra à elle-même. En effet, si dans le premier opus on avait été bouleversé par "Elle", cette femme au bord du gouffre, naviguant pathétiquement entre l'image digne qu'elle voudrait laisser au téléphone à son amant et l'angoisse qui la mine de l'intérieur jusqu'à explosion l'amenant à déverser ce qu'elle voulait taire (sa tentative de suicide), le second tableau nous livre "Lui", l'amant en prise avec les affres d'une douleur "méta-physique" insoutenable attaquant son intégrité physique. L'apparition récurrente d'un chien noir traversant l'avant-scène - guide pour conduire l'homme vers la mort - étant à prendre comme un rejeton de l'autre-scène, tant l'inconscient est structuré comme un théâtre.

Seule en scène, "Elle" est sublime autant dans sa voix de soprano modulant la moindre émotion que dans les jets de son corps surplombé par le tableau de la mort d'Ophélie. "Lui", tout autant pertinent dans son interprétation, a affaire avec "L'Autre", mystérieux bourreau de lui-même dont l'identité sifflante reste flottante.

"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
"Point d'orgue" © Éric Bouloumié.
Est-ce son amant le sadisant autant psychiquement que physiquement ? Est-ce un double de lui-même, sorte de "sur-moi" dépositaire des traces inconscientes d'une culpabilité maladive ? Ou est-ce une incarnation du Démon auquel il aurait vendu son âme ?... Peu importe, ce qui ressort, c'est qu'en "Lui" la folie destructrice est à l'œuvre. Lorsqu'il s'agit du sens à donner à l'existence rien n'est simple, l'échange avec cet "Autre" permet à "Lui" d'aborder des questions existentielles à faire chavirer toute raison.

Et, là encore, la scénographie, s'appuyant sur un décor "réversible", épouse à l'envi les bouleversements d'Elle, Lui et l'Autre, emportant le spectateur dans un vertige lui mettant les idées "sens dessus dessous", rebrassant salutairement les certitudes établies. Quant aux partitions musicales et leur exécution magistrale par les musiciens de l'ONBA, elles participent avec leur singularité chacune à la création de l'illusion théâtrale d'où s'échappent des effets de vérité humaine. Un grand moment esthétique, lyrique, théâtral, projetant les rhizomes de la voix humaine… jusqu'à son point d'orgue.

"Symphonie pour klaxons et essuie-glaces"

"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
"Symphonie pour Klaxons" © Pierre Planchenault.
Composition musicale : Patrick Ingueneau.
Écriture : Jérôme Rouger.
Avec : Jérôme Rouger (journaliste-producteur de France Musique).
Chef d'orchestre : Patrick Ingueneau .
1er klaxon : Armelle Dousset.
Interprètes de l'orchestre : huit habitants du territoire.
Régisseur d'orchestre et accordeur, Pio D'Elia.
Compagnie La Martingale.
Durée : 30 minutes.

Vu le samedi 2 octobre 2021 à 16 h, sur le parking Dupérier à Saint-Médard-en-Jalles, dans le cadre du FAB 2021 (autre représentation donnée, samedi 2 octobre à 17 h 30).

"La Voix humaine/Point d'orgue"

"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
"La voix humaine" © Éric Bouloumié.
Création 2021.
"La Voix humaine", tragédie lyrique de Francis Poulenc créée le 6 février 1959, d'après un monologue de Jean Cocteau créé à la Comédie-Française en 1930.
"Point d'orgue", opéra de Thierry Escaich créé le 6 mars 2021 au Théâtre des Champs-Élysées, livret d'Olivier Py.
Direction musicale : Pierre Dumoussaud.
Mise en scène : Olivier Py.
Interprètes : Anne Catherine Gillet (Elle, soprano), Jean-Sébastien Bou (Lui, baryton), Cyrille Dubois (L'Autre, ténor).
Collaborateur à la mise en scène : Daniel Izzo.
Décors et costumes : Pierre-André Weitz.
Lumières : Bertrand Killy.
Orchestre National Bordeaux Aquitain.
Durée : 1 h 40.

Vu le lundi 4 octobre 2021 à 20 h, au Grand-Théâtre de Bordeaux, dans le cadre du FAB 2021.
Autres représentations : mercredi 6 à 20 h, vendredi 8 à 20 h et dimanche 10 à 15 h.

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Vendredi 8 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021