La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Searching for John", "Lignes ouvertes" et "La Coulée douce", le réenchantement du réel en guise de bouquet final…

Trois dernières formes pour clore cette sixième édition du Festival des Arts de Bordeaux Métropole. "Trois petits tours et puis s'en vont", selon le refrain de la chanson ayant bercé l'enfance, FAB 2021 tire en douceur sa révérence. Trois moments oniriques trouant le réel pour le réenchanter… fabuleusement !



"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" puise ses racines dans celles bien réelles de son auteur et interprète - Stefan Kinsman, américano-suisse ayant grandi au Costa Rica - pour nous nous embarquer hors-sol vers des contrées oniriques où la magie règne. Ainsi de ce conte fantastique imaginé par cet héritier des clochards célestes, prêt à tout pour (r)éveiller notre désir de merveilleux.

Sous une cabane barnum - fleurant bon un passé hors du temps avec ses loupiotes, sa radio TSF, son guéridon et son fauteuil à bascule - dressée dans un plus grand chapiteau qui l'abrite, les spectateurs serrés sur trois rangées de gradins assistent à n'en pas croire leurs yeux à des prodiges en cascade…

Un grand gaillard aux cheveux longs, campé sur ses deux jambes, se détache de l'obscurité pour très vite "émerger" sous d'autres apparences… celles des anciens habitants venus hanter ce lieu dont il est, selon toutes probabilités, l'héritier. Par on ne sait quel tour miraculeux (on ne le dévoilera pas...), ses couches de vêtements - comme on pèle un oignon - vont se dépiauter une à une sous l'effet apparent de la traction de son corps arc bouté, laissant apparaître comme dans un mirage des êtres de chair et d'os en leurs habits anciens.

"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" © Pierre Planchenault.
Pliée sous une latte du plancher, une chemise à carreaux de la beat generation l'attend. Dès lors, paré des habits de cow-boy et coiffé du chapeau qui va avec, il devient le héros de faits d'armes "diablement" menés convoquant l'art circassien, la musique et le jeu, pour partir à la recherche de Mary ; John et Mary, couple mythique cristallisant une certaine idée de l'Amérique dont il est issu. Et comme les objets qui l'entourent ont une âme qui s'attache à la sienne (pardon Alphonse de Lamartine pour cet aventureux plagiat), pas étonnant alors qu'il les cajole, leur parle avec amour… et qu'en réponse ces derniers tressautent de plaisir.

En particulier la lampe articulée, aux fines attaches, qui vibre, valse, se colle à lui, cligne de l'œil, s'allumant et s'éteignant, l'allumant à le rendre maboul. Et ce n'est pas l'orage déversant des trombes d'eau sur le plateau qui refroidira son désir de retrouver Mary, jusque dans le grenier, les gradins… Le clou de ce voyage en apesanteur, marquant l'épiphanie de sa recherche du temps retrouvé (pardon Marcel Proust pour ce fabuleux emprunt) réside dans le point d'orgue des roues Cyr, aimantées, virtuoses, comme l'Apothéose d'une danse aux vertus enivrantes.

"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
"Lignes ouvertes" prolonge la magie en ouvrant grand l'espace à l'insoutenable légèreté de l'être (pardon Milan Kundera pour cette "en-volée")… Repoussant les limites du possible, la funambule Tatania-Mosio Bongonga s'affranchit de toutes assises terrestres, rompt avec les pesanteurs vécues, offrant un moment d'intense liberté à nous qui la regardons, terriens d'ici-bas, éperdus d'admiration et d'envie…

Perchée à plus de trente-cinq mètres au-dessus de nos têtes, accrochée à son seul sourire et à son assurance aérienne, elle semble traverser en apesanteur les quelque cent quatre-vingts mètres séparant deux immeubles du parc. Dansant au rythme cadencé de ses musiciens, improvisant de folles figures acrobatiques (dans le vide, retenue par une seule cheville), elle habite féériquement l'espace, le réenchantant de sa présence solaire.

Refusant de s'attribuer l'exploit - qu'elle partage avec ses musiciens, ses cordistes, les nombreux habitants venus lui prêter mainforte pour éviter que sous l'effet du vent le fil ne tangue, et avec toutes celles et ceux venus la "soutenir des yeux" -, son élégance et générosité naturelles impressionnent autant que ses prouesses, nous hissant dans un ailleurs aux vertus "planantes".

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce", création in situ. Après "Le Temps des cerises" de Jean-Baptiste Clément, dédié à la Commune libre et autogérée de Paris en 1871, voici venu "Le Temps de La Coulée Douce" de Cyril Jaubert et l'Opéra Pagaï, flanqués de leurs équipiers de la Scène nationale Carré-Colonnes et du FAB 2021, dédié lui au fondateur de La Commune libérée et théâtralisée de Saint-Médard-en-Jalles. Le Printemps en Automne, "le Rêve éveillé" de Médard ressuscité par une foultitude de jardiniers musiciens en tabliers bleus, de fiers-à-bras éclatant les bûches pour alimenter le feu sacré d'une fête païenne embrasant la ville et les imaginaires. Une super production zen, illuminée par des milliers de bougies, à faire pâlir de jalousie les temples bouddhistes…

"Il suffira d'une étincelle/D'un rien, d'un geste/Il suffira d'une étincelle/Et d'un mot d'amour/Pour Allumer le feu/Et faire danser les diables et les dieux/Et voir grandir la flamme dans vos yeux…". Ainsi Johnny (pardon à son âme de butiner son répertoire) enflammait-il les foules à l'aube du deuxième millénaire... Dans son sillage, mais avec une sérénité jouissive, l'Opéra Pagaï et ses complices créent un véritable événement dont les mémoires embrasées se feront les porte-flammes afin d'illuminer les longues nuits d'hiver…

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
Imaginez un carrelet d'altitude juché sur le toit du monde (le Théâtre) ayant à lui seul cristallisé, durant l'enfermement, le désir d'horizons lointains d'où s'échappent les mélodies envoûtantes de concertistes lunaires. Imaginez une Scène nationale entièrement customisée en ferme verte… Des plantations luxuriantes envahissant les bureaux, des bocaux d'aromates bousculant allègrement les dossiers des étagères, des hydrolats de fleurs distillés dans les locaux techniques, des poules caquetant en s'égayant parmi les ordinateurs, des tontes d'ovins exhalant au passage leur odeur forte de suint dans les couloirs des coulisses, des moutons broutant benoîtement l'herbe grasse de l'immense plateau sous l'œil candide d'une petite fille à la balançoire, avec en arrière-plan, là où habituellement prend place le public, des rangées de maïs jusqu'à plus soif… Le paradis bucolique du monde d'après ?

Et ceci n'étant qu'un infime aperçu d'un voyage au pays des merveilles faisant vaciller les repères ordinaires des visiteurs entraînés sans résistance possible de l'autre côté du miroir… et ne constituant encore que "l'avant-scène" de l'aventure proposée… Suivant le sentier lumineux de la grand place, on pénètre de l'autre côté de la grand rue dans le "Jardin secret" foisonnant de plantations et de légendes urbaines. Fruits des graines plantées d'abord en pots par les habitants en mai dernier, les plantes ont pris leur quartier d'été pour raconter, lorsque le vent les anime, la légende de Saint-Médard et de sa "Coulée douce", lui qui avait le don de faire proliférer les potagers par sa seule présence. Les invités, pressés autour d'un feu, médusés, écoutent une conteuse et un ancêtre local raconter la fabuleuse histoire de la fondation de leur ville (Rome, caput) tandis qu'un piano égraine dans la nuit ses notes suaves.

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
Pour clôturer ce festival (un très bon cru… avec à la clé, soupe de potimarrons, maïs et châtaignes grillés au feu de bois, éclades de moules et petit verre de blanc, le tout préparé par une flotte de bénévoles sans lesquels le FAB n'existerait pas), il aurait été compliqué de rêver mieux que de cette bal(l)ade grandeur nature, guidée par de mythiques lucioles (bougies glanées par les habitants et mises en pots) ayant pour un soir échappé à la régression du vivant, reliant la Scène nationale du Carré à son "Jardin secret"…

Un rêve éveillé partagé entre toutes et tous, communauté abandonnant un temps ses semelles de plomb engluées dans un réel peu amène pour s'élever aux confins d'une poésie en actes. La flamme brillait indubitablement dans les yeux des invités à cette cérémonie païenne en l'honneur des dieux Pan (divinité de la nature, protecteur des bergers et des troupeaux) et Apollon (dieu des arts, du chant, de la musique, de la poésie, de la lumière, et dieu des purifications et de la guérison !), littéralement "enchantés" par cette traversée onirique placée sous la (haute) bienveillance de chanteurs et musiciens d'exception.
The fun, à l'état pur.

"Searching for John"

"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" © Pierre Planchenault.
Création 2021.
Auteur et interprète : Stefan Kinsman.
Scénographie : Jean Marc Billon et Jani Nuutinen (Circo Aereo).
Création costumes : Kim Marro.
Création son : Chloé Levoy.
Création lumière : Gautier Devoucoux.
Régisseur général : Nicolas Flacard.
Photographe : Ximena Lemaire Castro.
Aide avec le texte : Michel Cerda.
Grand remerciement conseils et soutien, Andrea Speranza.
Par la Cie La Frontera.
Durée : 1 h.

Vu le samedi 16 octobre à 18 h à l'Esplanade des Terres Neuves à Bègles, dans le cadre du festival FAB 2021

"Lignes ouvertes"

"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
Funambule : Tatiana-Mosio Bongonga.
Direction technique : Jan Naets.
Cordistes : Gaël Honegger, Rémy Legeay, Simon Pourqué.
Musiciens : Don Julio, Djeyla Roz, Pascale Valenta, Adrien Amey ou Laurent Géhant ou Camille Secheppet.
Ingénieurs son : François -Xavier Delaby et/ou Maxime Leneyle.
Par la Cie Basinga.

Vu le dimanche 17 octobre à 17 h au Parc Pinçon de Bordeaux, présenté par Chahuts - Hors-les-murs, quartier de la Benauge/Bordeaux rive droite dans le cadre du festival FAB 2021.

Tournée
29 octobre au 24 novembre 2021 : Institut français du Chili, Santiago de Chili.
29 novembre au 3décembre 2021 : implantation scolaire avec la Ferme du Buisson, Chelles (77).
9 au 17 décembre 2021 : résidence Pôle National Cirque pour le projet "Soka Tira", L'Agora, Boulazac (24).

"La Coulée douce"

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
Création in situ de l'Opéra Pagaï.
Écriture et mise en scène : Cyril Jaubert.
Avec toute la compagnie Opéra Pagaï, les équipes élargies de la Scène nationale et du FAB, et les artistes invités.
Ensemble Les Surprises.

Vu le vendredi 22 octobre de 18 h 30 à 21 h 30, au Carré, Place de la République et au Jardin de Saint-Médard-en-Jalles, dans le cadre du festival FAB 2021.

FAB - 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 23 octobre 2021.
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 2 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022