La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Searching for John", "Lignes ouvertes" et "La Coulée douce", le réenchantement du réel en guise de bouquet final…

Trois dernières formes pour clore cette sixième édition du Festival des Arts de Bordeaux Métropole. "Trois petits tours et puis s'en vont", selon le refrain de la chanson ayant bercé l'enfance, FAB 2021 tire en douceur sa révérence. Trois moments oniriques trouant le réel pour le réenchanter… fabuleusement !



"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" puise ses racines dans celles bien réelles de son auteur et interprète - Stefan Kinsman, américano-suisse ayant grandi au Costa Rica - pour nous nous embarquer hors-sol vers des contrées oniriques où la magie règne. Ainsi de ce conte fantastique imaginé par cet héritier des clochards célestes, prêt à tout pour (r)éveiller notre désir de merveilleux.

Sous une cabane barnum - fleurant bon un passé hors du temps avec ses loupiotes, sa radio TSF, son guéridon et son fauteuil à bascule - dressée dans un plus grand chapiteau qui l'abrite, les spectateurs serrés sur trois rangées de gradins assistent à n'en pas croire leurs yeux à des prodiges en cascade…

Un grand gaillard aux cheveux longs, campé sur ses deux jambes, se détache de l'obscurité pour très vite "émerger" sous d'autres apparences… celles des anciens habitants venus hanter ce lieu dont il est, selon toutes probabilités, l'héritier. Par on ne sait quel tour miraculeux (on ne le dévoilera pas...), ses couches de vêtements - comme on pèle un oignon - vont se dépiauter une à une sous l'effet apparent de la traction de son corps arc bouté, laissant apparaître comme dans un mirage des êtres de chair et d'os en leurs habits anciens.

"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" © Pierre Planchenault.
Pliée sous une latte du plancher, une chemise à carreaux de la beat generation l'attend. Dès lors, paré des habits de cow-boy et coiffé du chapeau qui va avec, il devient le héros de faits d'armes "diablement" menés convoquant l'art circassien, la musique et le jeu, pour partir à la recherche de Mary ; John et Mary, couple mythique cristallisant une certaine idée de l'Amérique dont il est issu. Et comme les objets qui l'entourent ont une âme qui s'attache à la sienne (pardon Alphonse de Lamartine pour cet aventureux plagiat), pas étonnant alors qu'il les cajole, leur parle avec amour… et qu'en réponse ces derniers tressautent de plaisir.

En particulier la lampe articulée, aux fines attaches, qui vibre, valse, se colle à lui, cligne de l'œil, s'allumant et s'éteignant, l'allumant à le rendre maboul. Et ce n'est pas l'orage déversant des trombes d'eau sur le plateau qui refroidira son désir de retrouver Mary, jusque dans le grenier, les gradins… Le clou de ce voyage en apesanteur, marquant l'épiphanie de sa recherche du temps retrouvé (pardon Marcel Proust pour ce fabuleux emprunt) réside dans le point d'orgue des roues Cyr, aimantées, virtuoses, comme l'Apothéose d'une danse aux vertus enivrantes.

"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
"Lignes ouvertes" prolonge la magie en ouvrant grand l'espace à l'insoutenable légèreté de l'être (pardon Milan Kundera pour cette "en-volée")… Repoussant les limites du possible, la funambule Tatania-Mosio Bongonga s'affranchit de toutes assises terrestres, rompt avec les pesanteurs vécues, offrant un moment d'intense liberté à nous qui la regardons, terriens d'ici-bas, éperdus d'admiration et d'envie…

Perchée à plus de trente-cinq mètres au-dessus de nos têtes, accrochée à son seul sourire et à son assurance aérienne, elle semble traverser en apesanteur les quelque cent quatre-vingts mètres séparant deux immeubles du parc. Dansant au rythme cadencé de ses musiciens, improvisant de folles figures acrobatiques (dans le vide, retenue par une seule cheville), elle habite féériquement l'espace, le réenchantant de sa présence solaire.

Refusant de s'attribuer l'exploit - qu'elle partage avec ses musiciens, ses cordistes, les nombreux habitants venus lui prêter mainforte pour éviter que sous l'effet du vent le fil ne tangue, et avec toutes celles et ceux venus la "soutenir des yeux" -, son élégance et générosité naturelles impressionnent autant que ses prouesses, nous hissant dans un ailleurs aux vertus "planantes".

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce", création in situ. Après "Le Temps des cerises" de Jean-Baptiste Clément, dédié à la Commune libre et autogérée de Paris en 1871, voici venu "Le Temps de La Coulée Douce" de Cyril Jaubert et l'Opéra Pagaï, flanqués de leurs équipiers de la Scène nationale Carré-Colonnes et du FAB 2021, dédié lui au fondateur de La Commune libérée et théâtralisée de Saint-Médard-en-Jalles. Le Printemps en Automne, "le Rêve éveillé" de Médard ressuscité par une foultitude de jardiniers musiciens en tabliers bleus, de fiers-à-bras éclatant les bûches pour alimenter le feu sacré d'une fête païenne embrasant la ville et les imaginaires. Une super production zen, illuminée par des milliers de bougies, à faire pâlir de jalousie les temples bouddhistes…

"Il suffira d'une étincelle/D'un rien, d'un geste/Il suffira d'une étincelle/Et d'un mot d'amour/Pour Allumer le feu/Et faire danser les diables et les dieux/Et voir grandir la flamme dans vos yeux…". Ainsi Johnny (pardon à son âme de butiner son répertoire) enflammait-il les foules à l'aube du deuxième millénaire... Dans son sillage, mais avec une sérénité jouissive, l'Opéra Pagaï et ses complices créent un véritable événement dont les mémoires embrasées se feront les porte-flammes afin d'illuminer les longues nuits d'hiver…

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
Imaginez un carrelet d'altitude juché sur le toit du monde (le Théâtre) ayant à lui seul cristallisé, durant l'enfermement, le désir d'horizons lointains d'où s'échappent les mélodies envoûtantes de concertistes lunaires. Imaginez une Scène nationale entièrement customisée en ferme verte… Des plantations luxuriantes envahissant les bureaux, des bocaux d'aromates bousculant allègrement les dossiers des étagères, des hydrolats de fleurs distillés dans les locaux techniques, des poules caquetant en s'égayant parmi les ordinateurs, des tontes d'ovins exhalant au passage leur odeur forte de suint dans les couloirs des coulisses, des moutons broutant benoîtement l'herbe grasse de l'immense plateau sous l'œil candide d'une petite fille à la balançoire, avec en arrière-plan, là où habituellement prend place le public, des rangées de maïs jusqu'à plus soif… Le paradis bucolique du monde d'après ?

Et ceci n'étant qu'un infime aperçu d'un voyage au pays des merveilles faisant vaciller les repères ordinaires des visiteurs entraînés sans résistance possible de l'autre côté du miroir… et ne constituant encore que "l'avant-scène" de l'aventure proposée… Suivant le sentier lumineux de la grand place, on pénètre de l'autre côté de la grand rue dans le "Jardin secret" foisonnant de plantations et de légendes urbaines. Fruits des graines plantées d'abord en pots par les habitants en mai dernier, les plantes ont pris leur quartier d'été pour raconter, lorsque le vent les anime, la légende de Saint-Médard et de sa "Coulée douce", lui qui avait le don de faire proliférer les potagers par sa seule présence. Les invités, pressés autour d'un feu, médusés, écoutent une conteuse et un ancêtre local raconter la fabuleuse histoire de la fondation de leur ville (Rome, caput) tandis qu'un piano égraine dans la nuit ses notes suaves.

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
Pour clôturer ce festival (un très bon cru… avec à la clé, soupe de potimarrons, maïs et châtaignes grillés au feu de bois, éclades de moules et petit verre de blanc, le tout préparé par une flotte de bénévoles sans lesquels le FAB n'existerait pas), il aurait été compliqué de rêver mieux que de cette bal(l)ade grandeur nature, guidée par de mythiques lucioles (bougies glanées par les habitants et mises en pots) ayant pour un soir échappé à la régression du vivant, reliant la Scène nationale du Carré à son "Jardin secret"…

Un rêve éveillé partagé entre toutes et tous, communauté abandonnant un temps ses semelles de plomb engluées dans un réel peu amène pour s'élever aux confins d'une poésie en actes. La flamme brillait indubitablement dans les yeux des invités à cette cérémonie païenne en l'honneur des dieux Pan (divinité de la nature, protecteur des bergers et des troupeaux) et Apollon (dieu des arts, du chant, de la musique, de la poésie, de la lumière, et dieu des purifications et de la guérison !), littéralement "enchantés" par cette traversée onirique placée sous la (haute) bienveillance de chanteurs et musiciens d'exception.
The fun, à l'état pur.

"Searching for John"

"Searching for John" © Pierre Planchenault.
"Searching for John" © Pierre Planchenault.
Création 2021.
Auteur et interprète : Stefan Kinsman.
Scénographie : Jean Marc Billon et Jani Nuutinen (Circo Aereo).
Création costumes : Kim Marro.
Création son : Chloé Levoy.
Création lumière : Gautier Devoucoux.
Régisseur général : Nicolas Flacard.
Photographe : Ximena Lemaire Castro.
Aide avec le texte : Michel Cerda.
Grand remerciement conseils et soutien, Andrea Speranza.
Par la Cie La Frontera.
Durée : 1 h.

Vu le samedi 16 octobre à 18 h à l'Esplanade des Terres Neuves à Bègles, dans le cadre du festival FAB 2021

"Lignes ouvertes"

"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
"Lignes ouvertes" © Pierre Planchenault.
Funambule : Tatiana-Mosio Bongonga.
Direction technique : Jan Naets.
Cordistes : Gaël Honegger, Rémy Legeay, Simon Pourqué.
Musiciens : Don Julio, Djeyla Roz, Pascale Valenta, Adrien Amey ou Laurent Géhant ou Camille Secheppet.
Ingénieurs son : François -Xavier Delaby et/ou Maxime Leneyle.
Par la Cie Basinga.

Vu le dimanche 17 octobre à 17 h au Parc Pinçon de Bordeaux, présenté par Chahuts - Hors-les-murs, quartier de la Benauge/Bordeaux rive droite dans le cadre du festival FAB 2021.

Tournée
29 octobre au 24 novembre 2021 : Institut français du Chili, Santiago de Chili.
29 novembre au 3décembre 2021 : implantation scolaire avec la Ferme du Buisson, Chelles (77).
9 au 17 décembre 2021 : résidence Pôle National Cirque pour le projet "Soka Tira", L'Agora, Boulazac (24).

"La Coulée douce"

"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
"La Coulée douce" © Pierre Planchenault.
Création in situ de l'Opéra Pagaï.
Écriture et mise en scène : Cyril Jaubert.
Avec toute la compagnie Opéra Pagaï, les équipes élargies de la Scène nationale et du FAB, et les artistes invités.
Ensemble Les Surprises.

Vu le vendredi 22 octobre de 18 h 30 à 21 h 30, au Carré, Place de la République et au Jardin de Saint-Médard-en-Jalles, dans le cadre du festival FAB 2021.

FAB - 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 23 octobre 2021.
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 2 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022