La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Rain" et "Heroes", deux performeuses - l'une d'origine israélienne, l'autre libanaise - font leur show… Esquisse épurée et excès tapageur, au choix…

Fidèle à la richesse de sa ligne éditoriale, le FAB ouvre à nouveau son "carnet théâtral" à des artistes internationaux venus cette année d'Argentine, de Grèce, d'Espagne, d'Italie, de Belgique, de Suisse… sans oublier Israël et le Liban auxquels un important focus est consacré. Ainsi, les chorégraphes danseuses, Meytal Blanaru et Khouloud Yassine, au style fort différent, ont-elles pu surprendre, voire déconcerter, un public resté partagé face à ces propositions.



"Rain" © Pierre Planchenault.
"Rain" © Pierre Planchenault.
"Rain" de Meytal Blanaru, danseuse et chorégraphe israélienne établie à Bruxelles, se donne à voir comme un mouvement complexe menant de l'extérieur vers l'intime afin de pouvoir réinvestir un corps - le sien - expurgé des assignations d'un patriarcat désignant le féminin comme objet à sa disposition. Faisant face aux spectateurs la dominant de la hauteur des gradins, yeux croisant fièrement les leurs, pieds campés au sol (dont la blancheur immaculée souligne ses jambes gainées dans un impeccable pantalon noir), la danseuse prend des poses étudiées jouant sensuellement d'une épaule dénudée. Tout en elle renvoie à la grâce quelque peu sophistiquée des mannequins s'affichant sur le papier glacé des magazines de mode.

Et puis, comme par effraction, la musique répétitive dont elle épousait le tempo se dérègle. Ses mouvements fluides construits avec application se désarticulent jusqu'à la précipiter au sol. Sorte de poupée brisée par une violence prédatrice dont on soupçonne l'odieuse nature, elle tente à grand-peine de se relever. Et lorsque, après des efforts surhumains, elle y parviendra, lorsque la musique à nouveau trouera la lourde chape de silence qui la recouvrait, ses attitudes construites par le regard des hommes se seront volatilisées. Le paroxysme des traumatismes rejoué, elle apprend à "redécouvrir" un corps qui lui avait été de tout temps ravi. Elle semble renaître à elle-même, dans sa vérité recouvrée de femme à part entière.

"Heroes" © Greg Demarque.
"Heroes" © Greg Demarque.
La proposition chorégraphiée au millimètre s'inscrit dans un parcours au long cours de reconquête de soi, projet dans lequel la danse semble jouer tout son rôle. Aussi l'intime, pour être rendu encore plus palpable, peut-être aurait-il eu besoin d'une plus grande proximité avec le public, le plateau paraissant à cet égard surdimensionné pour qu'ait lieu, autant que désiré, le tête-à-tête sensible.

"Heroes" de Khouloud Yassine, chorégraphe, danseuse et comédienne libanaise, n'économise, elle, aucun moyen (!) pour projeter sur le ring les figures omnipotentes des héros qui l'habitent. Les spectateurs pressés à ses pieds, dans "une arène" semi-circulaire, faisant eux office d'adorateurs sommés d'applaudir en cadence ses saillies.

Tout en elle renvoie à une femme maîtresse (de cérémonie) peu encline à se laisser disputer le pouvoir des héros qu'elle endosse avec une jouissance à fleur de peau. Que ce soit la pop star obnubilée par les cris d'extase de ses groupies, le sportif exhibant fièrement ses muscles bandés ou le politicien haranguant la foule avec fureur (!), tous sont campés sans nuances aucune, caricaturés à l'envi, comme si le trop-plein des figures héroïques incarnées avec une outrance glorieusement assumée débordait à flot continu dans la salle pour convaincre de la légitimité du projet : montrer que le pouvoir s'incarne dans des postures corporelles radicales.

"Heroes" © Greg Demarque.
"Heroes" © Greg Demarque.
Portée par la musique électro à fond les manettes succédant aux silences assourdissants, la comédienne ne se lasse pas - avec un contentement de soi non dissimulé - de multiplier les clins d'œil se voulant complice et les mains tendues à l'adresse d'un public pris réellement en otage, dans une parade prétendant haut et fort parodier ce qu'elle-même représente, une artiste en quête de "reconnaissance héroïque".

C'est peu dire que cette "re-présentation" par trop dénuée de subtilité ne nous a pas entièrement convaincus quant à sa pertinence artistique… Et ce n'est pas la figure finale du boxeur au sol, terrassé par un coup de trop, qui remettra en perspective la glorification de ce qu'elle prétendait dénoncer : le culte toxique du héros.

"Rain"

"Rain" © Pierre Planchenault.
"Rain" © Pierre Planchenault.
Concept et chorégraphie : Meytal Blanaru.
Performance : Meytal Blanaru.
Musique : Benjamin Sauzereau.
Dramaturgie : Olivier Hespel.
Production : Fathom High Asbl.
Durée : 25 minutes.

Vu le vendredi 8 octobre 2021, à 19 h, à La Manufacture CDCN de Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

Tournée
Novembre 2021 : Touka Danses - CDCN, Rémire-Montjoly, Guyane Française (97).
Du 13 au 15 janvier 2022 : Festival Écoute et Voir, Tours (37).
20 et 21 janvier 2022 : Pole-Sud - CDCN, Strasbourg (67).

"Heroes"

"Heroes" © Greg Demarque.
"Heroes" © Greg Demarque.
Première française.
Concept et chorégraphie : Khouloud Yassine.
Interprétation : Khouloud Yassine.
Musique : Khaled Yassine.
Scénographie : Fadi Yeniturk.
Musiciens : Elie Afif, Khaled Yassine.
Collaboration à l'écriture et la dramaturgie : Wael Ali.
Durée : 50 minutes.

Vu le vendredi 8 octobre 2021 à 21 h, sur le parvis du centre d'architecture Arc en Rêve, Entrepôt Lainé, Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

FAB - 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 19 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Hedwig and the Angry inch" Quand l'ingratitude de la vie œuvre en silence et brise les rêves et le talent pourtant si légitimes

La comédie musicale rock de Broadway enfin en France ! Récompensée quatre fois aux Tony Awards, Hedwig, la chanteuse transsexuelle germano-américaine, est-allemande, dont la carrière n'a jamais démarré, est accompagnée de son mari croate,Yithak, qui est aussi son assistant et choriste, mais avec lequel elle entretient des relations malsaines, et de son groupe, the Angry Inch. Tout cela pour retracer son parcours de vie pour le moins chaotique : Berlin Est, son adolescence de mauvais garçon, son besoin de liberté, sa passion pour le rock, sa transformation en Hedwig après une opération bâclée qui lui permet de quitter l'Allemagne en épouse d'un GI américain, ce, grâce au soutien sans failles de sa mère…

© Grégory Juppin.
Hedwig bouscule les codes de la bienséance et va jusqu'au bout de ses rêves.
Ni femme, ni homme, entre humour queer et confidences trash, il/elle raconte surtout l'histoire de son premier amour devenu l'une des plus grandes stars du rock, Tommy Gnosis, qui ne cessera de le/la hanter et de le/la poursuivre à sa manière.

"Hedwig and the Angry inch" a vu le jour pour la première fois en 1998, au Off Broadway, dans les caves, sous la direction de John Cameron Mitchell. C'est d'ailleurs lui-même qui l'adaptera au cinéma en 2001. C'est la version de 2014, avec Neil Patrick Harris dans le rôle-titre, qui remporte les quatre Tony Awards, dont celui de la meilleure reprise de comédie musicale.

Ce soir-là, c'était la première fois que nous assistions à un spectacle au Théâtre du Rouge Gorge, alors que nous venons pourtant au Festival depuis de nombreuses années ! Situé au pied du Palais des Papes, du centre historique et du non moins connu hôtel de la Mirande, il s'agit là d'un lieu de la ville close pour le moins pittoresque et exceptionnel.

Brigitte Corrigou
20/09/2023
Spectacle à la Une

"Zoo Story" Dans un océan d'inhumanités, retrouver le vivre ensemble

Central Park, à l'heure de la pause déjeuner. Un homme seul profite de sa quotidienne séquence de répit, sur un banc, symbole de ce minuscule territoire devenu son havre de paix. Dans ce moment voulu comme une trêve face à la folie du monde et aux contraintes de la société laborieuse, un homme surgit sans raison apparente, venant briser la solitude du travailleur au repos. Entrant dans la narration d'un pseudo-récit, il va bouleverser l'ordre des choses, inverser les pouvoirs et détruire les convictions, pour le simple jeu – absurde ? – de la mise en exergue de nos inhumanités et de nos dérives solitaires.

© Alejandro Guerrero.
Lui, Peter (Sylvain Katan), est le stéréotype du bourgeois, cadre dans une maison d'édition, "détenteur" patriarcal d'une femme, deux enfants, deux chats, deux perruches, le tout dans un appartement vraisemblablement luxueux d'un quartier chic et "bobo" de New York. L'autre, Jerry (Pierre Val), à l'opposé, est plutôt du côté de la pauvreté, celle pas trop grave, genre bohème, mais banale qui fait habiter dans une chambre de bonne, supporter les inconvénients de la promiscuité et rechercher ces petits riens, ces rares moments de défoulement ou d'impertinence qui donnent d'éphémères et fugaces instants de bonheur.

Les profils psychologiques des deux personnages sont subtilement élaborés, puis finement étudiés, analysés, au fil de la narration, avec une inversion, un basculement "dominant - dominé", s'inscrivant en douceur dans le déroulement de la pièce. La confrontation, involontaire au début, Peter se laissant tout d'abord porter par le récit de Jerry, devient plus prégnante, incisive, ce dernier portant ses propos plus sur des questionnements existentiels sur la vie, sur les injonctions à la normalité de la société et la réalité pitoyable – selon lui – de l'existence de Peter… cela sous prétexte d'une prise de pouvoir de son espace vital de repos qu'est le banc que celui-ci utilise pour sa pause déjeuner.

La rencontre fortuite entre ces deux humains est en réalité un faux-semblant, tout comme la prétendue histoire du zoo qui ne viendra jamais, Edward Albee (1928-2016) proposant ici une réflexion sur les dérives de la société humaine qui, au fil des décennies, a construit toujours plus de barrières entre elle et le vivant, créant le terreau des détresses ordinaires et des grandes solitudes. Ce constat fait dans les années cinquante par l'auteur américain de "Qui a peur de Virginia Woolf ?" se révèle plus que jamais d'actualité avec l'évolution actuelle de notre monde dans lequel l'individualisme a pris le pas sur le collectif.

Gil Chauveau
15/09/2023