La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Rain" et "Heroes", deux performeuses - l'une d'origine israélienne, l'autre libanaise - font leur show… Esquisse épurée et excès tapageur, au choix…

Fidèle à la richesse de sa ligne éditoriale, le FAB ouvre à nouveau son "carnet théâtral" à des artistes internationaux venus cette année d'Argentine, de Grèce, d'Espagne, d'Italie, de Belgique, de Suisse… sans oublier Israël et le Liban auxquels un important focus est consacré. Ainsi, les chorégraphes danseuses, Meytal Blanaru et Khouloud Yassine, au style fort différent, ont-elles pu surprendre, voire déconcerter, un public resté partagé face à ces propositions.



"Rain" © Pierre Planchenault.
"Rain" © Pierre Planchenault.
"Rain" de Meytal Blanaru, danseuse et chorégraphe israélienne établie à Bruxelles, se donne à voir comme un mouvement complexe menant de l'extérieur vers l'intime afin de pouvoir réinvestir un corps - le sien - expurgé des assignations d'un patriarcat désignant le féminin comme objet à sa disposition. Faisant face aux spectateurs la dominant de la hauteur des gradins, yeux croisant fièrement les leurs, pieds campés au sol (dont la blancheur immaculée souligne ses jambes gainées dans un impeccable pantalon noir), la danseuse prend des poses étudiées jouant sensuellement d'une épaule dénudée. Tout en elle renvoie à la grâce quelque peu sophistiquée des mannequins s'affichant sur le papier glacé des magazines de mode.

Et puis, comme par effraction, la musique répétitive dont elle épousait le tempo se dérègle. Ses mouvements fluides construits avec application se désarticulent jusqu'à la précipiter au sol. Sorte de poupée brisée par une violence prédatrice dont on soupçonne l'odieuse nature, elle tente à grand-peine de se relever. Et lorsque, après des efforts surhumains, elle y parviendra, lorsque la musique à nouveau trouera la lourde chape de silence qui la recouvrait, ses attitudes construites par le regard des hommes se seront volatilisées. Le paroxysme des traumatismes rejoué, elle apprend à "redécouvrir" un corps qui lui avait été de tout temps ravi. Elle semble renaître à elle-même, dans sa vérité recouvrée de femme à part entière.

"Heroes" © Greg Demarque.
"Heroes" © Greg Demarque.
La proposition chorégraphiée au millimètre s'inscrit dans un parcours au long cours de reconquête de soi, projet dans lequel la danse semble jouer tout son rôle. Aussi l'intime, pour être rendu encore plus palpable, peut-être aurait-il eu besoin d'une plus grande proximité avec le public, le plateau paraissant à cet égard surdimensionné pour qu'ait lieu, autant que désiré, le tête-à-tête sensible.

"Heroes" de Khouloud Yassine, chorégraphe, danseuse et comédienne libanaise, n'économise, elle, aucun moyen (!) pour projeter sur le ring les figures omnipotentes des héros qui l'habitent. Les spectateurs pressés à ses pieds, dans "une arène" semi-circulaire, faisant eux office d'adorateurs sommés d'applaudir en cadence ses saillies.

Tout en elle renvoie à une femme maîtresse (de cérémonie) peu encline à se laisser disputer le pouvoir des héros qu'elle endosse avec une jouissance à fleur de peau. Que ce soit la pop star obnubilée par les cris d'extase de ses groupies, le sportif exhibant fièrement ses muscles bandés ou le politicien haranguant la foule avec fureur (!), tous sont campés sans nuances aucune, caricaturés à l'envi, comme si le trop-plein des figures héroïques incarnées avec une outrance glorieusement assumée débordait à flot continu dans la salle pour convaincre de la légitimité du projet : montrer que le pouvoir s'incarne dans des postures corporelles radicales.

"Heroes" © Greg Demarque.
"Heroes" © Greg Demarque.
Portée par la musique électro à fond les manettes succédant aux silences assourdissants, la comédienne ne se lasse pas - avec un contentement de soi non dissimulé - de multiplier les clins d'œil se voulant complice et les mains tendues à l'adresse d'un public pris réellement en otage, dans une parade prétendant haut et fort parodier ce qu'elle-même représente, une artiste en quête de "reconnaissance héroïque".

C'est peu dire que cette "re-présentation" par trop dénuée de subtilité ne nous a pas entièrement convaincus quant à sa pertinence artistique… Et ce n'est pas la figure finale du boxeur au sol, terrassé par un coup de trop, qui remettra en perspective la glorification de ce qu'elle prétendait dénoncer : le culte toxique du héros.

"Rain"

"Rain" © Pierre Planchenault.
"Rain" © Pierre Planchenault.
Concept et chorégraphie : Meytal Blanaru.
Performance : Meytal Blanaru.
Musique : Benjamin Sauzereau.
Dramaturgie : Olivier Hespel.
Production : Fathom High Asbl.
Durée : 25 minutes.

Vu le vendredi 8 octobre 2021, à 19 h, à La Manufacture CDCN de Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

Tournée
Novembre 2021 : Touka Danses - CDCN, Rémire-Montjoly, Guyane Française (97).
Du 13 au 15 janvier 2022 : Festival Écoute et Voir, Tours (37).
20 et 21 janvier 2022 : Pole-Sud - CDCN, Strasbourg (67).

"Heroes"

"Heroes" © Greg Demarque.
"Heroes" © Greg Demarque.
Première française.
Concept et chorégraphie : Khouloud Yassine.
Interprétation : Khouloud Yassine.
Musique : Khaled Yassine.
Scénographie : Fadi Yeniturk.
Musiciens : Elie Afif, Khaled Yassine.
Collaboration à l'écriture et la dramaturgie : Wael Ali.
Durée : 50 minutes.

Vu le vendredi 8 octobre 2021 à 21 h, sur le parvis du centre d'architecture Arc en Rêve, Entrepôt Lainé, Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

FAB - 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 19 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022