La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Panique Olympique" et "Studio Cité", remise en perspective de l'espace public en deux propositions "renversantes"

Inclure au cœur du processus créatif le citoyen de manière intelligente et exigeante (deux mots qui vont très bien ensemble, comme le chantait naguère Paul McCartney à propos d'une certaine Michelle, ma belle), tel est le projet de ces deux propositions artistiques ayant obtenu chacune un vif succès populaire auprès du public festivalier. Comme quoi il est possible de faire rimer désir de participation et travail d'exception, dans un espace public "revisité".



"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique", comme chaque année depuis 2018 et ce jusqu'aux Jeux de la XXXIIIᵉ olympiade Paris 2024, invite des danseurs et non-danseurs à animer joyeusement par leur seule présence démultipliée un espace choisi à chaque fois pour son originalité, le donnant ainsi à voir autrement. Cette année il s'agit de la dalle du Pertuis des Bassins à flot de Bordeaux…

Surplombée par la grue Wellman - installée là en 1947 dans le cadre du Plan Marshall et classée monument historique pour rappeler que le patrimoine artistique de l'ex-Belle Endormie ne se limite pas à ses façades XVIIIe siècle financées par le commerce juteux de la traite négrière, mais intègre l'activité portuaire ouvrière du XXe siècle -, cet espace hors du temps a vocation de devenir le pôle artistique d'un quartier en pleine mutation.

Outre le choix du lieu, une autre particularité de cette performance réside dans la "mixité" de ses participants, collégiens et adultes de tout âge étant conviés à participer ensemble à ce moment chorégraphié où les énergies venues de tous bords se mêlent dans un grand tout festif. Ainsi, après un jour de préparation, chacun est-il prêt à en découdre sur le dancefloor d'une piste circulaire où les couloirs des "sportifs" ont été soigneusement tracés à la chaux.

"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
Et lorsque les participants - entourés en leur périphérie par les spectateurs venus applaudir leurs prouesses - s'élancent un à un, puis par groupes successifs sur l'aire centrale, on sent la température de cette belle fin de soirée prendre soudain quelques degrés tant l'énergie est contagieuse. Parcourant tous les stades d'une compétition savamment orchestrée par Agnès Pelletier et son complice Christian Lanes, les prétendants au titre final s'échauffent, se mesurent les uns aux autres, se soutiennent collectivement avant de s'affronter portés par une "musique de meute" ("La Meute" étant la musique pré-enregistrée et remixée d'une fanfare combinant "techno de conduite hypnotique et musique de fanfare expressive").

Parmi les flashs de cette envolée dansée, on retiendra l'échauffement à doigts comptés, le faux départ mouvementé, la folle course où, aux moments de coopération fusionnelle, succèdent ceux des crocs-en-jambe perfides (dans toutes les versions de "Panique Olympique", on retrouve l'humour, toujours en embuscade) pour en arriver, après épuisement des corps effondrés, au feu d'artifice final : la torche olympique portée triomphalement par le danseur en tutu filant comme une fusée vers l'horizon 2024… et (pour)suivi par l'ensemble des danseurs en liesse ayant réussi l'exploit - en conjuguant leurs envies - de repousser très loin au-dessus de leurs (de nos) têtes, le couvercle oppressant des contraintes vécues.

"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité", du Belge Benjamin Vandewalle, invite à réorganiser le regard de fond en comble au travers de propositions littéralement "renversantes". Le passant, volontairement égaré en ce lieu ou traversant inopinément l'espace public de la place, se voit offrir un échantillon d'expériences sensorielles où d'étranges machines munies de miroirs directionnels l'embarquent dans un univers recomposé par les lois de la physique réflexive.

Seul (Peri-masks), en duo (Inter-view ou Inter-face), ou à plusieurs (Peri-sphere XL), "la tête toujours dans les miroirs", le monde réel apparaît alors sous d'autres angles et d'autres points de vue amenant chacun à modifier son regard unidimensionnel pour en adopter une multitude ouvrant sur des perspectives inimaginables… Pourtant, il ne s'agit là que du même monde réel donné à voir au travers de prismes différents.

Ainsi des Peri-masks permettant de découvrir le monde tel qu'il se donne à voir… à la hauteur d'un géant et/ou à celle d'un enfant de cinq ans ; de l'Inter-face où viennent à se confondre notre visage et celui de l'autre créant un trouble identitaire à en perdre la sienne, identité ; de l'Inter-view où yeux dans les yeux l'identité de chacun se floute ; ou encore du dispositif bluffant du Peri-sphere XL où, à plusieurs embarqués dans le même trip, on découvre la réalité augmentée sens dessus dessous d'une danseuse évoluant "sur" le ciel et de passants marchant tête au sol…

"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
Le total effet de surprise bouleverse (au sens propre) toute représentation figée et, en faisant perdre pied, recalcule les rapports à nous-même, aux autres et à l'espace que nous partageons avec nos semblables et notre environnement. En effet, au-delà des images réfléchies par ces jeux de miroirs et de l'expérience ludique euphorisante qu'elles induisent, il y a là matière… à "réflexion".

Devenant acteur de nos regards diffractés, nous sommes en effet invités à recomposer le réel et la multiplication (d'abord physique) des points de vue ouvre notre esprit à d'autres perspectives, à d'autres possibles. Une manière "naturelle" d'appréhender l'Autre, le Différent, sans appréhension aucune, sans "pré-jugés".

Le théâtre n'est plus une simple vue de l'extérieur mais devient un théâtre personnel composé de points de vue démultipliés propres à révolutionner l'espace public et nos rapports aux autres… au moins le temps d'une "re-présentation".

"Panique Olympique/Quatrième"

"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
Conception et chorégraphie : Agnès Pelletier assistée de Christian Lanes.
Avec : danseurs et non danseurs néo-aquitains venus de toute part, collégiens et adultes.
Création sonore : Yann Servoz.
Projet initié et produit par les festivals Panique au Dancing à Niort et Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB).
Durée : 20 minutes.

Vu le samedi 9 octobre 2021 à 19 h, Dalle du Pertuis, Bassins à flot à Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

"Studio Cité"

"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
Concept et direction artistique : Benjamin Vandewalle.
Performance : Alice Van Der Wielen, Rita Alves, Maria Ferreira Silva, Yentl De Werdt.
Coordination technique : Hans Van Wambeke, Jonas Vanhullebusch.
Support technique : Bjørn Gunnar Otten.
Technicien en tournée : Pierre Daugy.
Régisseur technique : Joris Festjens.
Son : Yoann Durant, Laryssa Kim.
Régisseurs son : Gert Aertsen, Leander Schönweger.
Costumes : Sofie Durnez.
Création graphique : Fien Robbe.
Présenté par le Glob en partenariat avec le Garage Moderne.
Durée : 1 h.

Vu le dimanche 10 octobre 2021 à 15 h, Place Pierre Cétois à Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

FAB - 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 23 octobre 2021.
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Lundi 25 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022