La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Panique Olympique" et "Studio Cité", remise en perspective de l'espace public en deux propositions "renversantes"

Inclure au cœur du processus créatif le citoyen de manière intelligente et exigeante (deux mots qui vont très bien ensemble, comme le chantait naguère Paul McCartney à propos d'une certaine Michelle, ma belle), tel est le projet de ces deux propositions artistiques ayant obtenu chacune un vif succès populaire auprès du public festivalier. Comme quoi il est possible de faire rimer désir de participation et travail d'exception, dans un espace public "revisité".



"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique", comme chaque année depuis 2018 et ce jusqu'aux Jeux de la XXXIIIᵉ olympiade Paris 2024, invite des danseurs et non-danseurs à animer joyeusement par leur seule présence démultipliée un espace choisi à chaque fois pour son originalité, le donnant ainsi à voir autrement. Cette année il s'agit de la dalle du Pertuis des Bassins à flot de Bordeaux…

Surplombée par la grue Wellman - installée là en 1947 dans le cadre du Plan Marshall et classée monument historique pour rappeler que le patrimoine artistique de l'ex-Belle Endormie ne se limite pas à ses façades XVIIIe siècle financées par le commerce juteux de la traite négrière, mais intègre l'activité portuaire ouvrière du XXe siècle -, cet espace hors du temps a vocation de devenir le pôle artistique d'un quartier en pleine mutation.

Outre le choix du lieu, une autre particularité de cette performance réside dans la "mixité" de ses participants, collégiens et adultes de tout âge étant conviés à participer ensemble à ce moment chorégraphié où les énergies venues de tous bords se mêlent dans un grand tout festif. Ainsi, après un jour de préparation, chacun est-il prêt à en découdre sur le dancefloor d'une piste circulaire où les couloirs des "sportifs" ont été soigneusement tracés à la chaux.

"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
Et lorsque les participants - entourés en leur périphérie par les spectateurs venus applaudir leurs prouesses - s'élancent un à un, puis par groupes successifs sur l'aire centrale, on sent la température de cette belle fin de soirée prendre soudain quelques degrés tant l'énergie est contagieuse. Parcourant tous les stades d'une compétition savamment orchestrée par Agnès Pelletier et son complice Christian Lanes, les prétendants au titre final s'échauffent, se mesurent les uns aux autres, se soutiennent collectivement avant de s'affronter portés par une "musique de meute" ("La Meute" étant la musique pré-enregistrée et remixée d'une fanfare combinant "techno de conduite hypnotique et musique de fanfare expressive").

Parmi les flashs de cette envolée dansée, on retiendra l'échauffement à doigts comptés, le faux départ mouvementé, la folle course où, aux moments de coopération fusionnelle, succèdent ceux des crocs-en-jambe perfides (dans toutes les versions de "Panique Olympique", on retrouve l'humour, toujours en embuscade) pour en arriver, après épuisement des corps effondrés, au feu d'artifice final : la torche olympique portée triomphalement par le danseur en tutu filant comme une fusée vers l'horizon 2024… et (pour)suivi par l'ensemble des danseurs en liesse ayant réussi l'exploit - en conjuguant leurs envies - de repousser très loin au-dessus de leurs (de nos) têtes, le couvercle oppressant des contraintes vécues.

"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité", du Belge Benjamin Vandewalle, invite à réorganiser le regard de fond en comble au travers de propositions littéralement "renversantes". Le passant, volontairement égaré en ce lieu ou traversant inopinément l'espace public de la place, se voit offrir un échantillon d'expériences sensorielles où d'étranges machines munies de miroirs directionnels l'embarquent dans un univers recomposé par les lois de la physique réflexive.

Seul (Peri-masks), en duo (Inter-view ou Inter-face), ou à plusieurs (Peri-sphere XL), "la tête toujours dans les miroirs", le monde réel apparaît alors sous d'autres angles et d'autres points de vue amenant chacun à modifier son regard unidimensionnel pour en adopter une multitude ouvrant sur des perspectives inimaginables… Pourtant, il ne s'agit là que du même monde réel donné à voir au travers de prismes différents.

Ainsi des Peri-masks permettant de découvrir le monde tel qu'il se donne à voir… à la hauteur d'un géant et/ou à celle d'un enfant de cinq ans ; de l'Inter-face où viennent à se confondre notre visage et celui de l'autre créant un trouble identitaire à en perdre la sienne, identité ; de l'Inter-view où yeux dans les yeux l'identité de chacun se floute ; ou encore du dispositif bluffant du Peri-sphere XL où, à plusieurs embarqués dans le même trip, on découvre la réalité augmentée sens dessus dessous d'une danseuse évoluant "sur" le ciel et de passants marchant tête au sol…

"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
Le total effet de surprise bouleverse (au sens propre) toute représentation figée et, en faisant perdre pied, recalcule les rapports à nous-même, aux autres et à l'espace que nous partageons avec nos semblables et notre environnement. En effet, au-delà des images réfléchies par ces jeux de miroirs et de l'expérience ludique euphorisante qu'elles induisent, il y a là matière… à "réflexion".

Devenant acteur de nos regards diffractés, nous sommes en effet invités à recomposer le réel et la multiplication (d'abord physique) des points de vue ouvre notre esprit à d'autres perspectives, à d'autres possibles. Une manière "naturelle" d'appréhender l'Autre, le Différent, sans appréhension aucune, sans "pré-jugés".

Le théâtre n'est plus une simple vue de l'extérieur mais devient un théâtre personnel composé de points de vue démultipliés propres à révolutionner l'espace public et nos rapports aux autres… au moins le temps d'une "re-présentation".

"Panique Olympique/Quatrième"

"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
"Panique Olympique" © Pierre Planchenault.
Conception et chorégraphie : Agnès Pelletier assistée de Christian Lanes.
Avec : danseurs et non danseurs néo-aquitains venus de toute part, collégiens et adultes.
Création sonore : Yann Servoz.
Projet initié et produit par les festivals Panique au Dancing à Niort et Festival International des Arts de Bordeaux Métropole (FAB).
Durée : 20 minutes.

Vu le samedi 9 octobre 2021 à 19 h, Dalle du Pertuis, Bassins à flot à Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

"Studio Cité"

"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
"Studio Cité" © Pierre Planchenault.
Concept et direction artistique : Benjamin Vandewalle.
Performance : Alice Van Der Wielen, Rita Alves, Maria Ferreira Silva, Yentl De Werdt.
Coordination technique : Hans Van Wambeke, Jonas Vanhullebusch.
Support technique : Bjørn Gunnar Otten.
Technicien en tournée : Pierre Daugy.
Régisseur technique : Joris Festjens.
Son : Yoann Durant, Laryssa Kim.
Régisseurs son : Gert Aertsen, Leander Schönweger.
Costumes : Sofie Durnez.
Création graphique : Fien Robbe.
Présenté par le Glob en partenariat avec le Garage Moderne.
Durée : 1 h.

Vu le dimanche 10 octobre 2021 à 15 h, Place Pierre Cétois à Bordeaux, dans le cadre du festival FAB 2021.

FAB - 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
A eu lieu du 1er au 23 octobre 2021.
>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Lundi 25 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021