La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Expendables 2 : y’en a un peu plus, je vous les mets quand même ?

Ils reviennent, ils ne sont pas contents, et, en plus, ils sont plus nombreux. En 2010, Stallone rendait un hommage nostalgique à Robert Aldrich et à ses "Douze salopards". Deux ans plus tard, sa bande de mercenaires burnés reprend du service pour une séquelle décomplexée et généreuse. "Cette fois-ci, c’est personnel", prévient la bande-annonce. On aurait envie d’ajouter : cette fois-ci, c’est pour le fun.



© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Bien qu’également sorti au cœur de l’été aux États-Unis - le 17 août pour être précis -, saison propice aux coups de chaud, aucun tueur de masse surarmé n’a été signalé aux avant-premières de "Expendables 2", et aucune fusillade n’a été à déplorer. Il est vrai que se livrer à un massacre au fusil d’assaut lors d’une projection de ce blockbuster qui débite sans broncher ses trois cent balles explosives à la seconde eut été de la gourmandise, voire de la boulimie.

Assurant la relève après un "Expendables - Unité spéciale" signé Stallone, qui lorgnait avec nostalgie vers les films d’action mâle "à l’ancienne" façon "Les Douze salopards", Simon West s’en démarque ostensiblement, préférant jouer sur le second degré et l’iconisation des personnages - et des acteurs qui les interprètent -, qui semblent désormais sortir tout droit d’une BD plutôt que d’un film de Robert Aldrich. Il empoigne la caméra avec sa détermination d’habile faiseur hollywoodien bien décidé à ne pas voler son public et, les présentations ayant été faites dans le premier volet, va dès les premières images directement à l’essentiel. Essentiel qui consiste, dans une production de ce genre, à tout casser avec jubilation.

© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Entreprise d’autant plus aisée qu’il dispose d’un casting aux allures de colonne de chars d’assaut : Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Terry Crews, Randy Couture, Liam Hemsworth… Ouf. À vue de nez, on doit dépasser la tonne de testostérone pure. Est-ce pour alléger un peu le plat que l’on a cru bon d’ajouter au générique la plus aérienne Yu Nan, ou par pur souci de parité ? Toujours est-il que l’actrice chinoise, malgré un CV bien plus intello que ces collègues et bien que ne pesant guère plus lourd qu’un cuissot de Schwarzenegger, ne dépareille pas dans l’équipe de gros bras tatoués menée par Barney Ross et dégomme son comptant de bad guys sans sourciller.

© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Car c’est bien la principale activité des héros et des salauds qui s’ébattent virilement dans "Expendables 2" : empiler les cadavres et enfiler les répliques d’anthologie, au gré d’un scénario ne s’embarrassant jamais de finasseries et allant au plus simple et au plus balisé.

Il s’agit cette fois, pour les mercenaires burinés - et parfois botoxés… - spécialistes des missions impossibles, d’empêcher l’infâme Jean Vilain - Jean-Claude Van Damme, qui se délecte de son personnage de méchant de série B - de récupérer cinq tonnes de plutonium planquées au fin fond de l’Albanie. Ils seront occasionnellement épaulés par le légendaire Booker, Chuck Norris - s’adonnant pour la première fois de sa vie à la distanciation et jouant à être… Chuck Norris -, ainsi que par Trench et Mr Church - Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis, qui, cette fois, ne font plus simplement de la figuration amicale et endossent de vrais rôles, armement lourd et répliques référentielles à l’appui.

© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Pur plaisir décérébré, jouissif à l’extrême, "Expendables 2" remplit son cahier des charges au-delà de toute espérance, sans jamais engendrer cette lassitude qui saisit souvent le spectateur de bulldozers hollywoodiens devant la pyrotechnique transformée en routine. Étonnamment, ce film pourtant peu avare en munitions, explosions et démolitions variées parvient à conserver une certaine légèreté, en partie du fait d’un second degré et d’une autodérision parfaitement assumés par l’ensemble du casting. Ce n’est pas le moindre de ses paradoxes.

● The Expendables 2
Réalisation : Simon West.
Scénario : Richard Wenk et Sylvester Stallone.
Directeur de la photographie : Shelly Johnson.
Avec : Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Terry Crews, Randy Couture, Liam Hemsworth, Yu Nan, Scott Adkins, Amanda Ooms, Charisma Carpenter.
En salles à partir du 22 août 2012.

Gérard Biard
Lundi 20 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020