La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coin de l’œil

Expendables 2 : y’en a un peu plus, je vous les mets quand même ?

Ils reviennent, ils ne sont pas contents, et, en plus, ils sont plus nombreux. En 2010, Stallone rendait un hommage nostalgique à Robert Aldrich et à ses "Douze salopards". Deux ans plus tard, sa bande de mercenaires burnés reprend du service pour une séquelle décomplexée et généreuse. "Cette fois-ci, c’est personnel", prévient la bande-annonce. On aurait envie d’ajouter : cette fois-ci, c’est pour le fun.



© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Bien qu’également sorti au cœur de l’été aux États-Unis - le 17 août pour être précis -, saison propice aux coups de chaud, aucun tueur de masse surarmé n’a été signalé aux avant-premières de "Expendables 2", et aucune fusillade n’a été à déplorer. Il est vrai que se livrer à un massacre au fusil d’assaut lors d’une projection de ce blockbuster qui débite sans broncher ses trois cent balles explosives à la seconde eut été de la gourmandise, voire de la boulimie.

Assurant la relève après un "Expendables - Unité spéciale" signé Stallone, qui lorgnait avec nostalgie vers les films d’action mâle "à l’ancienne" façon "Les Douze salopards", Simon West s’en démarque ostensiblement, préférant jouer sur le second degré et l’iconisation des personnages - et des acteurs qui les interprètent -, qui semblent désormais sortir tout droit d’une BD plutôt que d’un film de Robert Aldrich. Il empoigne la caméra avec sa détermination d’habile faiseur hollywoodien bien décidé à ne pas voler son public et, les présentations ayant été faites dans le premier volet, va dès les premières images directement à l’essentiel. Essentiel qui consiste, dans une production de ce genre, à tout casser avec jubilation.

© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Entreprise d’autant plus aisée qu’il dispose d’un casting aux allures de colonne de chars d’assaut : Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Terry Crews, Randy Couture, Liam Hemsworth… Ouf. À vue de nez, on doit dépasser la tonne de testostérone pure. Est-ce pour alléger un peu le plat que l’on a cru bon d’ajouter au générique la plus aérienne Yu Nan, ou par pur souci de parité ? Toujours est-il que l’actrice chinoise, malgré un CV bien plus intello que ces collègues et bien que ne pesant guère plus lourd qu’un cuissot de Schwarzenegger, ne dépareille pas dans l’équipe de gros bras tatoués menée par Barney Ross et dégomme son comptant de bad guys sans sourciller.

© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Car c’est bien la principale activité des héros et des salauds qui s’ébattent virilement dans "Expendables 2" : empiler les cadavres et enfiler les répliques d’anthologie, au gré d’un scénario ne s’embarrassant jamais de finasseries et allant au plus simple et au plus balisé.

Il s’agit cette fois, pour les mercenaires burinés - et parfois botoxés… - spécialistes des missions impossibles, d’empêcher l’infâme Jean Vilain - Jean-Claude Van Damme, qui se délecte de son personnage de méchant de série B - de récupérer cinq tonnes de plutonium planquées au fin fond de l’Albanie. Ils seront occasionnellement épaulés par le légendaire Booker, Chuck Norris - s’adonnant pour la première fois de sa vie à la distanciation et jouant à être… Chuck Norris -, ainsi que par Trench et Mr Church - Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis, qui, cette fois, ne font plus simplement de la figuration amicale et endossent de vrais rôles, armement lourd et répliques référentielles à l’appui.

© 2012 Metropolitan Filmexport.
© 2012 Metropolitan Filmexport.
Pur plaisir décérébré, jouissif à l’extrême, "Expendables 2" remplit son cahier des charges au-delà de toute espérance, sans jamais engendrer cette lassitude qui saisit souvent le spectateur de bulldozers hollywoodiens devant la pyrotechnique transformée en routine. Étonnamment, ce film pourtant peu avare en munitions, explosions et démolitions variées parvient à conserver une certaine légèreté, en partie du fait d’un second degré et d’une autodérision parfaitement assumés par l’ensemble du casting. Ce n’est pas le moindre de ses paradoxes.

● The Expendables 2
Réalisation : Simon West.
Scénario : Richard Wenk et Sylvester Stallone.
Directeur de la photographie : Shelly Johnson.
Avec : Sylvester Stallone, Jason Statham, Jet Li, Dolph Lundgren, Bruce Willis, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Terry Crews, Randy Couture, Liam Hemsworth, Yu Nan, Scott Adkins, Amanda Ooms, Charisma Carpenter.
En salles à partir du 22 août 2012.

Gérard Biard
Lundi 20 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019