La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Étés de la Danse"… Soirées d’hommage au grand Rudolf Noureev

Les Étés de la Danse, Théâtre du Châtelet, Paris

Du 4 au 27 juillet, "Les Étés de la Danse" reçoit le ballet national de l’Opéra de Vienne qui rend, entre autres, un hommage à Rudolf Noureev, grand danseur étoile et chorégraphe de l’ex-Union Soviétique qui a su, avec une parfaite maîtrise, allier les danses classique, néo-classique et moderne.



"La Chauve Souris" avec Olga Esina et Kirill Kourlaev © Wiener Staatsballet/Axel Zeiniger.
"La Chauve Souris" avec Olga Esina et Kirill Kourlaev © Wiener Staatsballet/Axel Zeiniger.
Ce sont deux soirées exceptionnelles en hommage à Rudolf Noureev qui débutent le festival des "Étés de la Danse" menées par le ballet national de l’Opéra de Vienne dirigé par Manuel Legris (2010), ancien danseur étoile qui a réussi à faire en quelques années de ce ballet l’un des meilleurs au monde.

La soirée d’hommage, rendu au grand danseur et chorégraphe qui s’est éteint il y a 10 ans, est aussi accompagnée de danses de grands chorégraphes, tels que Balanchine, Roland Petit ou Forsythe. C’est tout un ensemble de danses classiques, modernes ou contemporaines qui défilent sur scène avec une maîtrise technique indéniable du ballet. Ce qui retient surtout, c’est la réelle capacité des danseurs à laisser paraître une aisance certaine pour des pas et des mouvements complexes à effectuer. La légèreté est souvent au rendez-vous, la force parfois, la grâce, toujours. C’est superbe. Une grâce aérienne où les ballerines semblent flotter. La superbe Olga Esina en fait la démonstration avec Vladimir Shishov de façon magnifique dans "La Chauve-Souris" de Roland Petit.

Duo "Black Cake" avec D. Kronberger et E. Peci © WS/Michael-Pöhn.
Duo "Black Cake" avec D. Kronberger et E. Peci © WS/Michael-Pöhn.
Certaines danses sont d’une légèreté presque aérienne avec des mouvements flottants des jambes qui viennent effleurer, par les pointes, le sol dans des cambrures où le corps est élastique, à la fois ondulant et musculeux, svelte et fort. C’est beau, léger, aérien, gracieux. Bref superbe !

D’autres danses, comme "Before NightFall" de Nils Christe (1985), sont vifs dans les pas et les déplacements. "Le Corsaire" est un pas de deux où Denys Cherevychko et Maria Yakovleva déploient une danse très énergique dans des sauts acrobatiques de grande intensité. Il y a aussi ce superbe duo "Black cake" de Hans van Manen (1989) où Irina Tsymbal et Eno Peci sont dans des rôles de composition où l’humour et le spectacle font cause commune dans une chorégraphie très originale.

C’est magnifique de composition, de grâce et de maîtrise. Et rester bouche bée est totalement compréhensible devant la grâce des ballerines.

Les Étés de la Danse - 9e édition

"Pas de deux Rubis" avec M.Yakovleva et M.Sosnovschi © WS/Michael-Pöhn.
"Pas de deux Rubis" avec M.Yakovleva et M.Sosnovschi © WS/Michael-Pöhn.
Spectacle vu : "Gala d’ouverture : Hommage à Rudolf Noureev".
Par le ballet national de l’Opéra de Vienne.
Directeur artistique : Manuel Legris.
Chorégraphies : Vakhtang Tchaboukiani, Nils Christe, Roland Petit, William Forsythe, Rudolf Noureev d’après Marius Petita, George Balanchine, ans van Manen, Alexandre Tchekryguine, John Neumeier.
Musique : Alexander Krein, Bohuslav Martinu, Johann Strauss, Franz Schubert, Piotr Ilyitch Tchaikovski, Igor Stravinski, Riccardo Drigo, Johann Sebastien Bach.
Avec : Kiyoka Hashimoto, Denys Cherevychko, Emilia Baranowicz, Camille de Bellefon, Marcin Dempc, Richard Szabo, Ketevan Papava, Eno Peci, Nina Polakova, Roman Lazik, Alice Firenze, Mihail Sosnovschi, Gala Jovanovic, Attila Bako, Erika Kovacova, Kamil Pavelka, Reina Sawai, Greig Matthews, Olga Elsina, Prisca Zeisel, Irina Tsymbai, Davide Dato, Masayu Kimoto, Maria Yakovleva, Robert Gabdullin, Nina Polakova, Mihail Sosnovschi, Vladimir Shishov, Ioanna Avraam, Natascha Mair, Alexandru Tcacenco, Dumitru Taran, Kirill Kourlaev, Reina Sawai.
Durée : 2 h 40 dont 20 minutes d’entracte.


Du 4 juillet au 27 juillet 2013.
Du 9 au 10 juillet à 20 h, 11 juillet à 13 h (répétition ouverte au public) et 20 h, 12 juillet à 20h, 13 juillet à 15 h et 20 h, 17 juillet à 20 h, 18 juillet à 13 h (cours en public) et 20 h, 19 juillet à 20 h, 20 juillet à 15 h et 20 h, du 22 juillet au 24 juillet à 20 h, 25 juillet à 13 h (cours en public) et 20 h, 26 juillet à 20h, 27 juillet à 15 h et à 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com

Safidine Alouache
Mercredi 10 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019