La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Étés de la Danse"… Soirées d’hommage au grand Rudolf Noureev

Les Étés de la Danse, Théâtre du Châtelet, Paris

Du 4 au 27 juillet, "Les Étés de la Danse" reçoit le ballet national de l’Opéra de Vienne qui rend, entre autres, un hommage à Rudolf Noureev, grand danseur étoile et chorégraphe de l’ex-Union Soviétique qui a su, avec une parfaite maîtrise, allier les danses classique, néo-classique et moderne.



"La Chauve Souris" avec Olga Esina et Kirill Kourlaev © Wiener Staatsballet/Axel Zeiniger.
"La Chauve Souris" avec Olga Esina et Kirill Kourlaev © Wiener Staatsballet/Axel Zeiniger.
Ce sont deux soirées exceptionnelles en hommage à Rudolf Noureev qui débutent le festival des "Étés de la Danse" menées par le ballet national de l’Opéra de Vienne dirigé par Manuel Legris (2010), ancien danseur étoile qui a réussi à faire en quelques années de ce ballet l’un des meilleurs au monde.

La soirée d’hommage, rendu au grand danseur et chorégraphe qui s’est éteint il y a 10 ans, est aussi accompagnée de danses de grands chorégraphes, tels que Balanchine, Roland Petit ou Forsythe. C’est tout un ensemble de danses classiques, modernes ou contemporaines qui défilent sur scène avec une maîtrise technique indéniable du ballet. Ce qui retient surtout, c’est la réelle capacité des danseurs à laisser paraître une aisance certaine pour des pas et des mouvements complexes à effectuer. La légèreté est souvent au rendez-vous, la force parfois, la grâce, toujours. C’est superbe. Une grâce aérienne où les ballerines semblent flotter. La superbe Olga Esina en fait la démonstration avec Vladimir Shishov de façon magnifique dans "La Chauve-Souris" de Roland Petit.

Duo "Black Cake" avec D. Kronberger et E. Peci © WS/Michael-Pöhn.
Duo "Black Cake" avec D. Kronberger et E. Peci © WS/Michael-Pöhn.
Certaines danses sont d’une légèreté presque aérienne avec des mouvements flottants des jambes qui viennent effleurer, par les pointes, le sol dans des cambrures où le corps est élastique, à la fois ondulant et musculeux, svelte et fort. C’est beau, léger, aérien, gracieux. Bref superbe !

D’autres danses, comme "Before NightFall" de Nils Christe (1985), sont vifs dans les pas et les déplacements. "Le Corsaire" est un pas de deux où Denys Cherevychko et Maria Yakovleva déploient une danse très énergique dans des sauts acrobatiques de grande intensité. Il y a aussi ce superbe duo "Black cake" de Hans van Manen (1989) où Irina Tsymbal et Eno Peci sont dans des rôles de composition où l’humour et le spectacle font cause commune dans une chorégraphie très originale.

C’est magnifique de composition, de grâce et de maîtrise. Et rester bouche bée est totalement compréhensible devant la grâce des ballerines.

Les Étés de la Danse - 9e édition

"Pas de deux Rubis" avec M.Yakovleva et M.Sosnovschi © WS/Michael-Pöhn.
"Pas de deux Rubis" avec M.Yakovleva et M.Sosnovschi © WS/Michael-Pöhn.
Spectacle vu : "Gala d’ouverture : Hommage à Rudolf Noureev".
Par le ballet national de l’Opéra de Vienne.
Directeur artistique : Manuel Legris.
Chorégraphies : Vakhtang Tchaboukiani, Nils Christe, Roland Petit, William Forsythe, Rudolf Noureev d’après Marius Petita, George Balanchine, ans van Manen, Alexandre Tchekryguine, John Neumeier.
Musique : Alexander Krein, Bohuslav Martinu, Johann Strauss, Franz Schubert, Piotr Ilyitch Tchaikovski, Igor Stravinski, Riccardo Drigo, Johann Sebastien Bach.
Avec : Kiyoka Hashimoto, Denys Cherevychko, Emilia Baranowicz, Camille de Bellefon, Marcin Dempc, Richard Szabo, Ketevan Papava, Eno Peci, Nina Polakova, Roman Lazik, Alice Firenze, Mihail Sosnovschi, Gala Jovanovic, Attila Bako, Erika Kovacova, Kamil Pavelka, Reina Sawai, Greig Matthews, Olga Elsina, Prisca Zeisel, Irina Tsymbai, Davide Dato, Masayu Kimoto, Maria Yakovleva, Robert Gabdullin, Nina Polakova, Mihail Sosnovschi, Vladimir Shishov, Ioanna Avraam, Natascha Mair, Alexandru Tcacenco, Dumitru Taran, Kirill Kourlaev, Reina Sawai.
Durée : 2 h 40 dont 20 minutes d’entracte.


Du 4 juillet au 27 juillet 2013.
Du 9 au 10 juillet à 20 h, 11 juillet à 13 h (répétition ouverte au public) et 20 h, 12 juillet à 20h, 13 juillet à 15 h et 20 h, 17 juillet à 20 h, 18 juillet à 13 h (cours en public) et 20 h, 19 juillet à 20 h, 20 juillet à 15 h et 20 h, du 22 juillet au 24 juillet à 20 h, 25 juillet à 13 h (cours en public) et 20 h, 26 juillet à 20h, 27 juillet à 15 h et à 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com

Safidine Alouache
Mercredi 10 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020