La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Étés de la Danse"… Soirées d’hommage au grand Rudolf Noureev

Les Étés de la Danse, Théâtre du Châtelet, Paris

Du 4 au 27 juillet, "Les Étés de la Danse" reçoit le ballet national de l’Opéra de Vienne qui rend, entre autres, un hommage à Rudolf Noureev, grand danseur étoile et chorégraphe de l’ex-Union Soviétique qui a su, avec une parfaite maîtrise, allier les danses classique, néo-classique et moderne.



"La Chauve Souris" avec Olga Esina et Kirill Kourlaev © Wiener Staatsballet/Axel Zeiniger.
"La Chauve Souris" avec Olga Esina et Kirill Kourlaev © Wiener Staatsballet/Axel Zeiniger.
Ce sont deux soirées exceptionnelles en hommage à Rudolf Noureev qui débutent le festival des "Étés de la Danse" menées par le ballet national de l’Opéra de Vienne dirigé par Manuel Legris (2010), ancien danseur étoile qui a réussi à faire en quelques années de ce ballet l’un des meilleurs au monde.

La soirée d’hommage, rendu au grand danseur et chorégraphe qui s’est éteint il y a 10 ans, est aussi accompagnée de danses de grands chorégraphes, tels que Balanchine, Roland Petit ou Forsythe. C’est tout un ensemble de danses classiques, modernes ou contemporaines qui défilent sur scène avec une maîtrise technique indéniable du ballet. Ce qui retient surtout, c’est la réelle capacité des danseurs à laisser paraître une aisance certaine pour des pas et des mouvements complexes à effectuer. La légèreté est souvent au rendez-vous, la force parfois, la grâce, toujours. C’est superbe. Une grâce aérienne où les ballerines semblent flotter. La superbe Olga Esina en fait la démonstration avec Vladimir Shishov de façon magnifique dans "La Chauve-Souris" de Roland Petit.

Duo "Black Cake" avec D. Kronberger et E. Peci © WS/Michael-Pöhn.
Duo "Black Cake" avec D. Kronberger et E. Peci © WS/Michael-Pöhn.
Certaines danses sont d’une légèreté presque aérienne avec des mouvements flottants des jambes qui viennent effleurer, par les pointes, le sol dans des cambrures où le corps est élastique, à la fois ondulant et musculeux, svelte et fort. C’est beau, léger, aérien, gracieux. Bref superbe !

D’autres danses, comme "Before NightFall" de Nils Christe (1985), sont vifs dans les pas et les déplacements. "Le Corsaire" est un pas de deux où Denys Cherevychko et Maria Yakovleva déploient une danse très énergique dans des sauts acrobatiques de grande intensité. Il y a aussi ce superbe duo "Black cake" de Hans van Manen (1989) où Irina Tsymbal et Eno Peci sont dans des rôles de composition où l’humour et le spectacle font cause commune dans une chorégraphie très originale.

C’est magnifique de composition, de grâce et de maîtrise. Et rester bouche bée est totalement compréhensible devant la grâce des ballerines.

Les Étés de la Danse - 9e édition

"Pas de deux Rubis" avec M.Yakovleva et M.Sosnovschi © WS/Michael-Pöhn.
"Pas de deux Rubis" avec M.Yakovleva et M.Sosnovschi © WS/Michael-Pöhn.
Spectacle vu : "Gala d’ouverture : Hommage à Rudolf Noureev".
Par le ballet national de l’Opéra de Vienne.
Directeur artistique : Manuel Legris.
Chorégraphies : Vakhtang Tchaboukiani, Nils Christe, Roland Petit, William Forsythe, Rudolf Noureev d’après Marius Petita, George Balanchine, ans van Manen, Alexandre Tchekryguine, John Neumeier.
Musique : Alexander Krein, Bohuslav Martinu, Johann Strauss, Franz Schubert, Piotr Ilyitch Tchaikovski, Igor Stravinski, Riccardo Drigo, Johann Sebastien Bach.
Avec : Kiyoka Hashimoto, Denys Cherevychko, Emilia Baranowicz, Camille de Bellefon, Marcin Dempc, Richard Szabo, Ketevan Papava, Eno Peci, Nina Polakova, Roman Lazik, Alice Firenze, Mihail Sosnovschi, Gala Jovanovic, Attila Bako, Erika Kovacova, Kamil Pavelka, Reina Sawai, Greig Matthews, Olga Elsina, Prisca Zeisel, Irina Tsymbai, Davide Dato, Masayu Kimoto, Maria Yakovleva, Robert Gabdullin, Nina Polakova, Mihail Sosnovschi, Vladimir Shishov, Ioanna Avraam, Natascha Mair, Alexandru Tcacenco, Dumitru Taran, Kirill Kourlaev, Reina Sawai.
Durée : 2 h 40 dont 20 minutes d’entracte.


Du 4 juillet au 27 juillet 2013.
Du 9 au 10 juillet à 20 h, 11 juillet à 13 h (répétition ouverte au public) et 20 h, 12 juillet à 20h, 13 juillet à 15 h et 20 h, 17 juillet à 20 h, 18 juillet à 13 h (cours en public) et 20 h, 19 juillet à 20 h, 20 juillet à 15 h et 20 h, du 22 juillet au 24 juillet à 20 h, 25 juillet à 13 h (cours en public) et 20 h, 26 juillet à 20h, 27 juillet à 15 h et à 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com

Safidine Alouache
Mercredi 10 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020