La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Et tel un Phénix, il renaît de ses lumineuses et ardentes cendres… Spectaculaire et unique, le Phénix Festival est de retour !

C'est parti ! Après le succès remporté par la première édition en 2021, le Phénix Festival, premier "pré-festival d'Avignon organisé à Paris", revient en force cette année avec une sélection riche et variée. C'est dans quelques jours, plus précisément le 27 mai avec "Le jour où mon père m'a tué" au Lavoir Moderne Parisien (Paris 18e) que va commencer cette deuxième édition.



"Britannicus, tragique circus", Les Épis Noirs © DR.
"Britannicus, tragique circus", Les Épis Noirs © DR.
Du 27 mai au 20 juin 2022, ce sont dix-neuf spectacles inédits - accessibles chacun au tarif unique de 16 euros - qui seront présentés dans les sept théâtres partenaires que sont Le Studio Hébertot, le Théâtre La Bruyère, La Nouvelle Seine, Le Lavoir Moderne Parisien, La Reine Blanche, le Théâtre de l'Opprimé et Le Bouffon Théâtre. Cette programmation se voit complétée cette année de trois concerts du monde et de trois lectures à la bougie.

Toujours guidée par la même philosophie fondatrice, initiant un modèle économique solidaire où la création est le fil rouge et la mutualisation le cadre de production des spectacles, le festival - sous l'impulsion de sa fondatrice Sandra Vollant - s'ouvre au monde et à une complète pluridisciplinarité (représentations théâtrales, concerts, lectures, etc.).

Ainsi, cela se concrétise par une approche sans frontières, humaniste et plurielle, que ce soit entre le théâtre privé et le théâtre public, entre les différents registres artistiques, mais aussi par l'accueil de cinq territoires : l'Algérie, la Guadeloupe, La Réunion, la Roumanie, le Québec. Ce dernier est possible grâce notamment à deux nouveautés que sont les concerts aux couleurs du monde (brassage musical multiethnique) et les lectures à la bougie, mise en lumière de projets en devenir pour 2023. Cette dernière démarche ouvre la possibilité d'inviter d'éventuels producteurs et directeurs de salle. Les spectateurs, quant à eux, peuvent aussi découvrir de futurs spectacles dès cette première étape de travail.

À noter également, le jumelage inédit entre le festival Komidi et le Phénix Festival. Forts de leurs valeurs respectives (création et solidarité), ces deux festivals s'allient pour faire circuler les talents de La Réunion vers la métropole et de la métropole vers La Réunion… Pour cette première année de collaboration, trois spectacles du Phénix Festival ont été programmés au Festival Komidi pendant que leur spectacle en création, "Danlor" (mis en scène d'Éric Bouvron) sera dévoilé pour la toute première fois en métropole par le Phénix Festival.

Fidèle à sa toute première vocation, le Phénix Festival valorise toujours plus la libre circulation de la création. Et pour cette deuxième édition, c'est le thème de la réparation et la métamorphose qui sont au cœur de la programmation.

Programmation

"La disparition d'Agatha Christie", répétition © Lou.
"La disparition d'Agatha Christie", répétition © Lou.
13
De Pierre Azéma et Alex Metzinger. Mise en scène : Pierre Azéma, assisté de Laurence Gray. Avec : Alex Metzinger et Pauline Gardel.
Studio Hébertot : 6, 7 et 8 juin à 19 h.

"À fleurs de mots"
De Fane Desrues et Julien Cottereau. Avec : Fane Desrues et Julien Cottereau. Cie de La Liberté.
La Nouvelle Seine : 31 mai, 7 et 14 juin à 19 h.

"La disparition d'Agatha Christie"
De Brigitte Kernel et Sylvia Roux. Mise en scène : Victoire Berger-Perrin. Avec : Sylvia Roux, Bérengère Dautun, Nathalie Lucas, Thomas Lempire, Jean-Pierre Malignon et Lou Valérie
Dubuis.
Théâtre La Bruyère : 31 mai, 1er et 2 juin à 18 h.

"Amaan"
De Julie Métairie. Mise en scène : Julie Métairie et Cille Lansade. Avec : Julie Métairie. DJ et création sonore : Mathilde Tirard.
Théâtre de l'Opprimé : 1er juin à 20 h 30 et 2 juin à 21 h 30.


"Amours", L'Arbre Compagnie © DR.
"Amours", L'Arbre Compagnie © DR.
"Amours"
De Léonor de Recondo. Mise en scène : Vanessa Sanchez. Avec : Déborah Coustols, Aurélia Poirier et Emmanuel Leckner. L'Arbre Compagnie.
Théâtre de l'Opprimé : 2 juin à 19 h et 3 juin à 20 h 30.

"Boule de suif (la meute)"
De Maupassant. Adaptation et mise en scène : Yannick Laubin. Avec : Yannick Laubin. Cie Les Moutons Noirs.
Lavoir Moderne Parisien : 10 et 11 juin à 21 h, 12 juin à 17 h.

"Britannicus, tragique circus"
De Pierre Lericq. Mise en scène : Pierre Lericq. Avec : Jules Fabre, Pierre Lericq, Gilles Nicolas, Tchavdar Pentchev, Marie Réache et Juliette de Ribaucourt. Les Épis Noirs.
Théâtre La Bruyère : 12 juin à 20 h, 11 et 13 juin à 18 h.

"Cadavre Exquis"
De Jacques Chambon, Olivier Maille, Philippe Elno, Jean-Yves Girin, Loan Hill et Peter Dervillez. Mise en scène : Marc Andreini. Avec : Élisa Birsel et Peter Dervillez. Théâtre de Poche Graslin (Nantes).
La Nouvelle Seine : 7 et 14 juin à 21 h.

"Courgette", Cie Paradoxe(s) © DR.
"Courgette", Cie Paradoxe(s) © DR.
"Courgette"
De Gilles Paris, d’après "Autobiographie d'une Courgette". Mise en scène : Pamela Ravassard. Avec : Vanessa Caillhol, Florian Choquart, Garlan Le Martelot, Lola Roskis Gingembre et Vincent Viotti. Compagnie Paradoxe(s).
Théâtre de l'Opprimé : 4 juin à 20 h 30.

"Danlor"
De Éric Bouvron et Vincent Roca. Mise en scène : Éric Bouvron. Avec : Florient Jousse, Sylvain Begert, Thomas Lapen et Laura Woody. Dans le cadre du jumelage avec le Festival Komidi.
Théâtre La Bruyère : 19 juin à 20 h, 18 et 20 juin à 18 h.

"Insuline et Magnolia"
De et avec Stanislas Roquette. Dramaturgie : Alexis Leprince. Collaboration à la mise en scène : Denis Guénoun. Collaborations artistiques : Cédric Orain, Florent Turello, Nil Bosca et Denis Guénoun.
Théâtre La Reine Blanche : 7 et 8 juin à 21 h.

"Je m'appelle Adèle Bloom"
De Franck Harscouët. Mise en scène : Franck Harscouët. Avec : Armelle Deutsch, Sophie-Anne Lecesne, Philippe d’Avilla et Laura Elko. Cie L'Affabulerie
Studio Hébertot : 16, 17 et 18 juin à 21 h.

"La Priapée des écrevisses", Cie Les Enfants terribles © DR.
"La Priapée des écrevisses", Cie Les Enfants terribles © DR.
"K-Mille"
De Jean Husson, Anaëlle Queuille, avec les correspondances de Camille Claudel. Mise en scène : Anaëlle Queuille. Avec : Kate Perrault, Romain Tarnaud, Caroline Jacquemond, Antoine Leveau, Anaëlle Queuille, Anthony Ponzio, Anna Swieton et Ariane Issartel en alternance avec Pierre Gangneux. La Compagnie Les Évadés.
Studio Hébertot : 8 et 9 juin à 21 h.

"La Priapée des Écrevisses"
De Christian Siméon. Mise en scène : Vincent Messager. Avec : Andréa Ferréol, Pauline Phelix, Vincent Messager et Erwin Zirmi. Cie Les Enfants terribles.
Studio Hébertot : 31 mai, 1er et 2 juin à 21 h.

"Le Dépôt amoureux"
De Camille Plazar. Mise en scène : Camille Plazar. Avec : Thomas Ailhaud, Gabriel Arbessier, Lorette Ducornoy, Léa Schwartz et Anaïs Robbe. Cie Tout le monde n'est pas normal.
Studio Hébertot : 13, 14 et 15 juin à 21 h.

"Le jour où mon père m'a tué"
De Charlotte Boimare et Magali Solignat. Mis en scène : Magali Solignat. Avec : Alain Guillo, Charlotte Boimare, Tom Almodar et Magali Solignat.
Lavoir Moderne Parisien : 27 et 28 juin à 21 h, 29 juin à 15 h.

"Mademoiselle Gazole", Compagnie Ito Ita © DR.
"Mademoiselle Gazole", Compagnie Ito Ita © DR.
"Mademoiselle Gazole"
De Nicolas Turon. Mise en scène : Laura Zauner et Georges Vauraz. Avec : Laura Zauner et Georges Vauraz. Compagnie Ito Ita.
Studio Hébertot : 10 juin à 19 h, 11 et 12 juin à 15 h.

"Second Souffle"
De Morgane Raoux. Mise en scène : Julie-Anne Roth. Avec Morgane Raoux, Nicolas Wanczycki. Madame Clarinette et Cie + Pony Production.
Studio Hébertot : 14, 15 et 16 juin à 19 h.

"Univergate"
De Louise Caron. Mise en scène : Renaud Benoit. Avec : Serge Dupuy et Gilles Carballo. Pic'Artheatre.
Studio Hébertot : 3, 4 et 5 juin à 21 h.

>> Concerts du Monde
"Brassens à Alger"
Avec Djamel Djenidi, Pierre Bernon d’Ambrosio, Anne-Catherine Logiest, Siham Bessa, Meriem Bounaga, Habibou Ouali et Jacques Pibarot. ACAL, Luna en Sol.
Studio Hébertot : 19 juin à 18 h.

"(Ex)odes", Compagnie Zumbó © DR.
"(Ex)odes", Compagnie Zumbó © DR.
"(Ex)odes"
De Matías Chebel. Mise en scène, texte et chant : Matías Chebel. Piano, buzuq et percussions : Elie Maalouf. Saxophone, clarinette, flûte traversière et percussions : Marc Vorchin. Compagnie Zumbó
La Nouvelle Seine : 13 juin à 20 h 30.

"Mescla"
Avec Céline Barcaroli, Joris Barcaroli, Éric Frèrejacques et Claudia Musso. La Compagnie Pantai.
La Nouvelle Seine : 31 mai à 21 h.

>> Lectures à la bougie
"La femme comme champ de bataille"
De Matei Visniec. Mise en scène: Bruno Dairou et Édouard Dossetto. Avec : Josiane Pinson et Sylvia Roux.Compagnie des Perspectives.
Café Marcel : 16 juin à 14 h.

"Le dernier jour de Pierre"
De Baptiste Zsilina. Mise en scène : Baptiste Zsilina et Léa Guillec. Avec : Arthur Bohl. Marionnettistes : Marion Pirault, Coline Agard, Léa Guillec, Christophe Potier et Églantine Remblier. Cie Deraïdenz.
Bouffon Théâtre : 2 juin à 17 h 30.

"Table Rase"
De Catherine Chabot, Vicky Betrand, Marie-Anick Blais, Rose-Anne Déry, Sarah Laurendeau, Marie-Noëlle Voisin et Brigitte Poupart. Mise en scène : Sylvy Ferrus. Avec : Élisa Benizio, Odile Blanchet, Chloé Boccara, Laura Mello, Charlotte Monnier et Isis Montanier. Cie Charlotte et son Jules.
La Nouvelle Seine : 13 juin à 17 h 30.

>> Réservations sur le site du festival

Gil Chauveau
Lundi 23 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022