La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
À l'affiche

En direct, les lauréats de la 25e Nuit des Molière

Les Molière ont débuté sur France 2... et la soirée a commencé avec la pièce "Jeux de scène" de Victor Haïm, interprétée par Zabou Breitman et Léa Drucker... Le spectacle étant fini, Laurent Lafitte, Monsieur Loyal de la soirée, entre en scène avec Michel Galabru, président d'honneur des 25e Molière. Dans un instant les premiers lauréats (surlignés en jaune)...



Brigitte Fossey © Gil Chauveau.
Brigitte Fossey © Gil Chauveau.
● Molière du théâtre public :
>> Les Chaises
Eugène Ionesco/Luc Bondy, Théâtre Nanterre-Amandiers
>> Le Dindon
Georges Feydeau/Philippe Adrien, ARRT/Théâtre de la Tempête
>> Rêve d’Automne
Jon Fosse/Patrice Chéreau, Théâtre de la Ville
>> Un fil à la patte
Georges Feydeau/Jérôme Deschamps, Comédie Française


● Molière du théâtre privé :
>> Diplomatie
Cyril Gely/Stephan Meldegg, Théâtre de la Madeleine
>> Henri IV
Daniel Colas, Théâtre des Mathurins
>> Le mec de la tombe d’à côté
Katarina Mazetti/Panchika Velez, Théâtre de la Renaissance
>> Le repas des fauves
Vahe Katcha/Julien Sibre, Théâtre Michel

Aurore Auteuil © Gil Chauveau.
Aurore Auteuil © Gil Chauveau.
● Molière des compagnies :
>> Dom Juan
René Loyon/Cie RL
>> Les Femmes savantes
Marc Paquien/Cie de l’Intervention
>> Ma chambre froide
Joël Pommerat/Cie Louis Brouillard

>> Le mardi à Monoprix
Michel Didym/Cie Boomerang

● Molière de la pièce comique :
>> Le gai mariage
Gérard Bitton, Michel Munz/José Paul, Agnès Boury, Théâtre des Nouveautés
>> Le Prénom
Matthieu Delaporte, Alexandre de la Patellière/Bernard Murat, Théâtre Edouard VII
>> Le Technicien
Eric Assous/Jean-Luc Moreau, Théâtre du Palais-Royal
>> Thé à la menthe ou t’es citron ?
Danielle Navarro-Haudecœur, Patrick Haudecœur, Théâtre Fontaine

Peter Brook © Gil Chauveau.
Peter Brook © Gil Chauveau.
● Molière du théâtre musical :
>> Mamma Mia !
Catherine Johnson/Phyllida Lloyd, Théâtre Mogador
>> Mike
Gadi Inbar/Thomas le Douarec, Théâtre Comédia
>> La nuit d’Elliot Fall
Vincent Daenen/Jean-Luc Revol, Théâtre du Caramel Fou
>> Une flûte enchantée
Mozart/Peter Brook, CICT/Bouffes du Nord


● Molière du comédien :
>> Niels Arestrup dans Diplomatie
>> Jean-François Balmer dans Henri IV
>> Jean-Claude Dreyfus dans Le mardi à Monoprix
>> André Dussollier dans Diplomatie
>> Christian Hecq dans Un fil à la patte
>> Micha Lescot dans Les Chaises

● Molière de la comédienne :
>> Valeria Bruni Tedeschi dans Rêve d’Automne
>> Julie Depardieu dans Nono
>> Catherine Hiegel dans La Mère
>> Maaïke Jansen dans Le Technicien
>> Dominique Reymond dans Les Chaises
>> Hélène Vincent dans La Célestine

Guillaume Gallienne © Gil Chauveau
Guillaume Gallienne © Gil Chauveau
● Molière du comédien dans un second rôle :
>> Maxime d’Aboville dans Henri IV
>> Jean-Michel Dupuis dans Le Prénom
>> Guillaume Gallienne dans Un fil à la patte
>> Thierry Hancisse dans Un fil à la patte
>> Guillaume de Tonquédec dans Le Prénom
>> Bernard Verley dans Rêve d’Automne

● Molière de la comédienne dans un second rôle :
>> Valérie Benguigui dans Le Prénom
>> Brigitte Catillon dans Nono
>> Dominique Constanza dans Un fil à la patte
>> Nanou Garcia dans Aller chercher demain
>> Christiane Millet dans Funérailles d’hiver
>> Bulle Ogier dans Rêve d’Automne

● Molière de l’auteur francophone vivant :
>> Denise Chalem pour Aller chercher demain
>> Daniel Colas pour Henri IV
>> Emmanuel Darley pour Le mardi à Monoprix
>> Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière pour Le Prénom
>> Valère Novarina pour Le vrai sang
>> Joël Pommerat pour Ma chambre froide

Catherine Hiegel © Gil Chauveau
Catherine Hiegel © Gil Chauveau
● Molière du metteur en scène :
>> Philippe Adrien pour Le Dindon
>> Patrice Chéreau pour Rêve d’Automne
>> Marcial Di Fonzo Bo pour La Mère
>> Bernard Murat pour Le Prénom
>> Joël Pommerat pour Ma chambre froide
>> Julien Sibre pour Le repas des fauves

● Molière du jeune talent féminin
>> Aurore Auteuil dans Le vieux juif blonde
>> Anaïs Demoustier dans Le Problème
>> Audrey Lamy dans Audrey Lamy- Dernières avant Vegas
>> Georgia Scalliet dans Les Trois sœurs

● Molière du jeune talent masculin
>> Grégory Benchenafi dans Mike
>> Laurent Cazanave dans Brume de dieu
>> Benjamin Jungers dans La Maladie de la famille M.
>> Guillaume Marquet dans Le Dindon
>> Davy Sardou dans Le Nombril

● Molière de l’adaptateur/traducteur
>> Florence Delay pour La Célestine
>> Alain Ganas pour Le mec de la tombe d’à côté
>> Dominique Hollier pour Harper Regan
>> Julien Sibre pour Le repas des fauves

● Molière du créateur de costumes
>> David Belugou pour Nono
>> Vanessa Sannino pour Un fil à la patte
>> Françoise Tournafond pour Les Oiseaux
>> Jean-Daniel Vuillermoz pour Henri IV

● Molière du créateur de lumière
>> Dominique Bruguière pour Rêve d'Automne
>> Fabrice Kebour pour Pluie d'Enfer
>> Pascal Noël pour Mike
>> Éric Soyer et Jean-Gabriel Valot pour Ma chambre froide

● Molière du décorateur/scénographe
>> Richard Peduzzi pour Rêve d'Automne

● Molière du Spectacle Jeune Public
>> Vy de Michèle Nguyen

Gil Chauveau
Mercredi 13 Avril 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022