La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Écrire pour le théâtre" - Mieux comprendre l’activité d’auteur dramatique, favoriser l’écriture dramatique contemporaine

Deuxième partie faisant suite à la présentation début mai à la SACD de deux études initiées par cette dernière et par le Ministère de la Culture et de la Communication. Nous vous présentons ici la synthèse de "Écrire pour le théâtre", une étude menée et présentée par Antoine Doré, chercheur à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).



Antoine Doré © SACD.
Antoine Doré © SACD.
Qu’est‐ce qu’un auteur dramatique ? Comment écrire pour le théâtre aujourd’hui ?

C’est pour répondre à ces questions essentielles et nourrir la réflexion sur une politique en faveur des auteurs qu’une étude a été confiée en 2008 par le Ministère de la Culture et de la Communication et la SACD en partenariat avec la Direction générale de la création artistique (DGCA), à Antoine Doré, sociologue, chercheur à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).
Cette étude s’appuie sur une enquête auprès des auteurs eux‐mêmes et sur une comparaison européenne. Ainsi, une campagne d’entretiens a été effectuée auprès de 81 auteurs dramatiques résidant en France, sélectionnés pour la diversité de leurs profils, sur des critères comme l’âge, le lieu de résidence et le niveau de revenus en droits d’auteur. Ils ont été interrogés sur une série de thèmes ayant trait à leur biographie, à leur pratique d’écriture, à leurs autres activités, aux trajectoires de leurs textes et à leur pratique des politiques publiques. Une attention particulière a été donnée à leurs difficultés professionnelles et à leurs éventuelles revendications en matière de politiques culturelles. Ces rencontres ont été complétées par plus de 60 entretiens en France et à l’étranger auprès de "personnes ressource" (traducteurs, dramaturges, éditeurs, agents, universitaires, responsables de théâtres, d’organisations professionnelles d’auteurs, de comités de lecture, etc.) et par le traitement quantitatif de fichiers fournis par la SACD.

Qui sont ces auteurs ?

L’analyse des données de la SACD, portant sur la période 1997‐2008, révèle un doublement des effectifs d’auteurs dramatiques (2 400 en 1997, 4 800 en 2008), qui ne s’est pas accompagné d’un accroissement dans une telle proportion des perceptions de droits d’auteur. Si l’on tient compte des chiffres de l’inflation, le montant des droits perçus par an en moyenne par les auteurs dramatiques (ayant touché des droits) a diminué de plus de 15 %, pour s’établir à 5 133 euros brut en 2008. L’analyse quantitative révèle également que la moitié des auteurs dramatiques hexagonaux se concentrent à Paris ou en région parisienne et que les hommes représentent deux tiers des effectifs, malgré une croissance régulière de la proportion de femmes. Les revenus sont distribués de manière très inégalitaire entre les auteurs, puisque 10 % d’entre eux reçoivent 77 % des droits et que le revenu moyen des auteurs résidant à Paris est presque trois fois supérieur au revenu moyen des auteurs de province.

Une nécessaire pluriactivité pour survivre et pouvoir écrire

La pluriactivité est la norme de travail des auteurs dramatiques. C’est le premier enseignement de la campagne d’entretiens. Qu’ils occupent un emploi salarié, qu’ils aient le statut d’intermittent du spectacle ou qu’ils vivent essentiellement de l’écriture, quasiment tous les auteurs de théâtre exercent plusieurs activités. La diversification professionnelle prend, pour les uns, la forme d’une polyvalence théâtrale (cumul de plusieurs fonctions dans le processus théâtral), pour d’autres, de la polyactivité (exercice d’une activité hors du secteur du spectacle vivant). L’écriture s’accompagne également, dans de nombreux cas, d’un faisceau de tâches, comme la conduite d’ateliers d’écritures et l’intervention en milieu scolaire, social ou culturel. La gestion d’un "portefeuille d’activités" permet aux auteurs de pallier la faiblesse et l’incertitude des revenus d’écriture – les droits d’auteur ne représentant, pour la grande majorité, qu’une part résiduelle des ressources. Cependant, l’incertitude est telle que les "carrières d’auteur" sont discontinues et qu’elles sont souvent marquées par des changements de stratégie professionnelle et de régime social, et pour beaucoup d’auteurs par des périodes de chômage.

Un parcours du combattant

Plusieurs données se dégagent de la biographie des auteurs, malgré la multiplicité des parcours. L’initiation de l’écriture dramatique est assez tardive, en moyenne à l’âge de 26 ans pour les auteurs interrogés. La plupart ont suivi des études universitaires sanctionnées par un diplôme (le niveau d’étude médian de l’échantillon est de Bac+4), ainsi qu’une formation théâtrale. 47 % des auteurs interrogés ont même reçu une formation professionnalisante ou pré‐professionnalisante au métier de comédien. Ce chiffre traduit un autre phénomène, essentiel pour comprendre l’identité de ce groupe professionnel : la proximité avec la pratique scénique. La majorité des auteurs entretiennent des liens étroits avec la scène, par leur activité propre d’interprète ou/et de metteur en scène ou par leur inscription dans des réseaux.
Une carrière d’auteur se construit, comme pour les praticiens de la scène, par l’épreuve du plateau, mais elle est également balisée par la publication et par l’obtention de récompenses symboliques : sélections dans des comités de lecture, bourses publiques, prix d’écriture. Autant de modes de reconnaissance permettant aux auteurs d’exister dans un secteur où aucun critère de professionnalité ne s’impose.

La situation des auteurs dramatiques en Europe

L’enquête a également porté sur la situation des auteurs en Grande‐Bretagne, en Allemagne et en l’Italie. L’exercice de l’activité d’auteur y est analysé à la lumière du cadre politique, institutionnel et socio‐économique dans lequel elle s’insère.
• Le système britannique est structuré par l’action intense d’une quinzaine de théâtres subventionnés, spécialisés dans les nouvelles dramaturgies, qui dynamisent le secteur en passant de nombreuses commandes à des auteurs. Les agents littéraires jouent un rôle central dans la découverte des jeunes auteurs et dans la conception des projets artistiques.
• En Allemagne, plusieurs dizaines de théâtres publics, fortement subventionnés et à caractère généraliste, animent la production dramaturgique. Ils travaillent en étroite collaboration avec des agents‐éditeurs. L’Allemagne est, avec la France, le seul pays où les auteurs bénéficient d’un statut social spécifique.
• Le système italien n’est pas du tout conçu pour permettre à des auteurs dramatiques de vivre de l’écriture. En l’absence de la moindre volonté politique pour promouvoir un théâtre contemporain de textes, l’émergence de quelques auteurs est due à l’action d’un éditeur et à celle d’un petit théâtre qui organise un concours d’écriture biennal.

Quelles politiques mener ?

Enfin cette étude présente une analyse des politiques culturelles en France et soutient la conduite d’une politique structurée en faveur des auteurs et des écritures dramatiques contemporaines, répondant à quatre objectifs complémentaires :
• Stimuler la création et la diffusion des écritures dramatiques contemporaines ;
• Améliorer la situation des auteurs en agissant sur l’emploi, le statut d’auteur, la rémunération et l’accompagnement de carrière ;
• Soutenir activement l’insertion de nouveaux auteurs ;
• Élargir les publics des nouvelles dramaturgies par une politique de promotion et de transmission.

Site de la SACD.

Á lire également la première partie :
"Une diversité de carrières d’auteur de l’audiovisuel et du spectacle vivant. Les auteurs de la SACD de 1997 à 2008" réalisée par Marie Gouyon.

Gil Chauveau
Jeudi 19 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011