La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Du dépilatoire au désopilant chez les Consensuels !

Se promener dans la vieille ville de Lyon a du bon. Au détour d’une rue pavée, on fait des rencontres auxquelles on ne s’attend pas toujours… Ici, c’est au "Boui Boui", le bien nommé "Café comique" de Stéphane Casez autour d’un duo de choc : Les Consensuels.



Thierry Fillon-Pilie et David Pagliaroli © D.R.
Thierry Fillon-Pilie et David Pagliaroli © D.R.
C’est juste là, sur la gauche, à deux pas du métro "le vieux Lyon" et de quelques très bons bouchons de la rue Saint-Jean… Un tout petit lieu, une sorte de bouiboui dans lequel on vous sert une tranche de Comtesse noire avec un petit coup de jaja. Trois fois rien, en somme. Mieux ! La cave n’est pas plus fournie : quelques chaises, une scène minuscule sur laquelle il faut enlever une partie de l’escalier pour pouvoir circuler, et dans le fond la régie. Mais en faut-il plus pour s’attraper une barre de rire et repartir avec une belle banane ?

Pas vraiment en fait. Surtout quand il s’agit de deux hurluberlus comme 'Thierry Fillon-Pillie et David Pagliaroli. Ces humoristes n’ont peur de rien et surtout pas du ridicule. La recette est simple : deux ''has been'' sur le retour, quelques sketchs bien huilés et surtout un talent indéniable. Ils osent. Souvent en dessous de la ceinture, soit. Mais l’écriture est soignée, les enchaînements bons et le jeu précis.

Aussi, tout y passe entre Régis et Jean-Phil : de la monogamie à la polygamie, en passant par la ''masturgamie'' et le conte gay. Certains sketchs ne font pas dans la dentelle. Mais comme ils disent, ''parfois le rire con, c'est bon''. L’air de rien, ils sont réactifs avec le public et savent improviser. Avec leur touche de vainqueurs, ils sont de véritables vases communicants : ils vident leur sac, le public se remplit… de rire ! Bon d’accord, normalement cette blague était réservée à l’élément mâle et femelle. Merci de rire… parce que nous, on fait ce qu’on peut !

Juste une petite chose… C’est quoi le lien avec le titre du spectacle ? Parce que là, on a beau chercher, on ne le fait pas… si ce n’est qu’on se ''poile de rire'' … Ça, pour sûre, c’est certain. Avec leurs quelques répliques qui pourraient devenir cultes, ils auraient de quoi remplir la salle d'un Café de la gare à Paris ! À quand leur visite dans la Capitale ?

Texte : Thierry Fillon-Pilie, David Pagliaroli
Avec : Thierry Fillon-Pilie, David Pagliaroli
Mise en scène : Stéphane Casez

Du 11 avril au 27 avril 2011
Du lundi au mercredi à 19 h 45
Café comique le Boui Boui, 7 rue Mourguet, 69005 Lyon
www.bouiboui.com

Sheila Louinet
Samedi 23 Avril 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019