La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Die Odyssee (L'Odyssée)" Schauspielhaus de Vienne… La grotte comme lieu d'expérimentation d'un "théâtre sans spectateurs"

Jakob Engel et Jan Philipp Stange envisagent l'histoire non racontée dans l'épopée et conçoivent leur propre "Odyssée" avec la traduction anglaise d'Emily Wilson (2017) en filigrane. La grotte, lieu mythique par excellence, est confrontée à la banalité prétendue du jeu scénique en guise d'expérimentation d'un "théâtre sans spectateurs".



© Matthias Heschl.
© Matthias Heschl.
Jakob Engel et Jan Philipp Stange ont consulté l'Association régionale de spéléologie de Vienne et de la Basse-Autriche et Michael Nagl, cinématographe spécialisé dans la recherche des grottes pour les décors de "L'Odyssée". Le réalisme de la scène transformée en une grotte, avec un éclairage réaliste et tamisé d'Oliver Mathias Kratochwill et Christoph Pichler, évoque la sensation d'une descente aux enfers en entrant dans la salle de spectacle souterraine de la Schauspielhaus de Vienne. Judith Altmeyer, habillée en cafard géant, entre en scène en rampant, ses gémissements se brisent en échos. Les effets sonores de Benjamin Bauer, qui captent bien la profondeur sonore des échos et des gouttes d'eau dans une grotte, renforcent la disposition scénique adaptée pour une épopée…

Mais c'est trompeur! Le topos de la grotte comme lieu mythique est brisé lorsque le cafard interpelle les spectateurs… avec "Voyez-vous, j'ai une grosse pression ce soir. Je ressens tous vos yeux sur moi", pour introduire une réflexion sur la nature du théâtre fait pour plaire aux spectateurs qui jugent lorsqu'ils ne sont pas contents. "C'est toujours vous qui me jugez. Vous me dites que le spectateur est moyen, mauvais… Mais envisagez-vous, si moi aussi, je suis mécontente puisque j'ai des spectateurs moyens !" Les lignes qui suivent couvrent des choses quotidiennes de son parcours professionnel, jusqu'aux détails aléatoires sans finalité qui ne font qu'humaniser le "monstre" de la grotte.

© Matthias Heschl.
© Matthias Heschl.
Les monologues du cafard sont intercalés épisodiquement du chant velouté et ritualiste de Jacob Bussmann dont les paroles sont tirées des extraits choisis de la traduction anglaise de "L'Odyssée" d'Emily Wilson (2017), et par les scènes de l'exploration de la grotte par trois chercheurs (Simon Bauer, Sebastian Schindegger, Til Schindler). Comme les monologues, l'exploration se décompose vite en une série d'actions banales et de conversations inaudibles. Le contraste entre la gravité de l'ensemble scénique et le chant racontant Ulysse, les Cyclopes et la tristesse de Pénélope, d'une part, et, de l'autre, le cafard et les explorateurs qui font leurs propres affaires créent une impression de gonflement temporel qui pose un défi aux spectateurs pour rester intéressés.

Plusieurs partent, prouvant, selon l'observation du cafard au début, qu'il existe une règle implicite selon laquelle le théâtre est censé plaire au public (d'une autre perspective, cela fait même partie de l'expérimentation). Au fur et à mesure, ceux qui arrivent à dompter l'ennui parviennent à apprécier le spectacle comme étant en soi et pour soi dans le gonflement temporel qui incite une méditation collective.

© Matthias Heschl.
© Matthias Heschl.
Seule la fin ressemble à quelque chose d'une représentation conventionnelle : après une nuit d'ivresse, un petit tremblement de terre fait tomber quelques rochers dans la grotte qui tuent deux des trois chercheurs. Le dernier qui reste rencontre enfin le cafard, prend la main que lui offre la créature et ils partent tous deux dans les ténèbres. Cet acte réconciliateur signale qu'il est enfin temps de réfléchir sur le sous-titre du spectacle "À quoi ressemblerait le monde après la pandémie ?". La fin suggère-t-elle que l'on devrait accepter la nouvelle réalité? Or, la réponse n'existe pas, puisque la pandémie n'est enfin qu'une partie de l'odyssée de la société vers un futur inconnu et indéterminé… qu'on devrait tout de même embrasser dans un acte de réconciliation.

Vu le 8 juillet 2022 au Schauspielhaus Wien (Porzellangasse 19, Vienne, 9e district).

"Die Odyssee (L'Odyssée)"

© Matthias Heschl.
© Matthias Heschl.
Concept : Jakob Engel et Jan Philipp Stange.
Texte : Judith Altmeyer, Jakob Engel et Jan Philipp Stange.
Mise en scène : Jakob Engel et Jan Philipp Stange.
Assistantes à la mise en scène : Johanna Mitulla et Anna Rumpler.
Avec : Judith Altmeyer, Simon Bauer, Jacob Bussmann, Sebastian Schindegger, Til Schindler.
Décors et costumes : Jakob Engel et Jan Philipp Stange.
Musique : Jacob Bussmann.
Technicien du son : Benjamin Bauer.
Éclairage : Oliver Mathias Kratochwill et Christoph Pichler.
Dramaturgie : Lucie Ortmann.
Assistante pour l'équipement : Camilla Dina Smolders.

Spectacle en allemand.
Il a été répresenté du 30 juin au 8 juillet 2022.
Schauspielhaus Wien, Porzellangasse 19, Vienne, 9e district.
Tél. : +43 1 317 01 01 18, du mardi au vendredi, de 16h à 18h.

>> schauspielhaus.at

© Matthias Heschl.
© Matthias Heschl.

Vinda Miguna
Lundi 18 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022