La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Débris" Oh le beau nom pour un bébé né sur un tas d'ordures…

Si dans "Oh les beaux jours", Samuel Beckett mettait en jeu un monde évidé de son humanité où la voix de Winnie, à moitié enterrée dans un gros mamelon, résonnait dans le désert sans rencontrer le moindre écho (y compris celui de Willie, son compagnon), les paroles entremêlées de Michael et Michelle de Dennis Kelly tonitruent dans "Débris" pour remplir le vide sidéral de leur existence dévastée… Et si – comme l'avançait Jacques Lacan, psychanalyste dans tous ses états – le sujet parlant est pris dans les rets du signifiant, nommer joyeusement Débris "son" bébé né sur un tas d'ordures n'a rien… d'insignifiant.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
En effet, comme dans une boucle infernale qui, faute d'avoir pu être brisée, se répéterait de génération en génération, Michael va tenter à cor et à cri de transcender les affres de son enfance incertaine, en nommant affectueusement Débris l'objet élu de sa "re-naissance". Une manière insensée de racheter son existence cabossée et celle de sa sœur Michelle…

Julie Teuf (metteuse en scène et interprète du rôle féminin), depuis sa sortie de l'éstba où, en 2013, elle nous avait gratifiés d'une mémorable interprétation de "Claustria" de Régis Jauffret, confirme ici sa prédilection pour les voyages au bout de la nuit d'une humanité mise à mal. Ainsi dans "Scelŭs [Rendre beau]" de Solenn Denis où elle se plongeait en 2019 dans les eaux troubles des secrets familiaux... Et même si ses talents ne se limitent aucunement à ce registre (cf. la truculente belle-mère de "Machine Feydeau" ou encore l'émouvante Bérénice, reine de Judée délaissée par Titus au nom de la raison d'État), elle renoue là, en compagnie d'Anthony Rzeznicki à l'unisson, avec le terrain de jeu où elle excelle.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Après une entrée en matière pour le moins fracassante où l'on revit, au travers du récit qu'il nous en livre, le jour du seizième anniversaire de Mickael (le jour de la "Suicifixion" de leur père juché nu sur une croix géante dans une scène évoquant l'univers trash de Torentino), on revivra, par la bouche cette fois-ci de sa sœur Michelle, l'une des versions de la mort de leur mère (étouffée par un os de poulet au moment de la mettre au monde). Rien de triste dans cette pure horreur, mais au contraire une joie immense à mesurer à l'aune du sourire hilare affiché par la comédienne se réjouissant d'avoir été choisie, elle, pour survivre à la mère morte de joie le jour de sa naissance…

Le ton est donné… Tenter contre toute raison de se raconter une histoire de vie positive, une histoire où ces deux êtres à la dérive pourraient mettre la tête hors de l'eau en se fabriquant de toutes pièces des parents aimants… Aussi ne pas s'étonner si une énergie folle balaie le plateau où des morceaux d'existences, réelles ou fantasmées, défilent comme des éclats à vif, ménageant des brèches lumineuses par lesquelles ils pourront s'échapper des horreurs vécues.

À la manière de Torentino, la narration non linéaire de Julie Teuf (épousant celle de Dennis Kelly) nous fera alors découvrir des personnages aussi hauts en couleur qu'assez peu fréquentables… Il y aura Onclenri "qui n'est pas vraiment leur oncle" mais qui les a "enlevés… secourus" alors qu'il faisait froid et faim à attendre depuis des heures et des heures que le père sorte du pub où il s'alcoolisait jusqu'à plus soif, lui les embarquant dans sa voiture démarrant en trombe dans la nuit froide de décembre. Et pour quelle destination ? Pour revendre ces chairs fraîches de douze ans et neuf ans trois-quarts à Monsieur Smart & Smile qui possédait "une grande maison, des domestiques, du champagne et des glaces"… et à qui, en retour, on devait une obéissance totale…

Alors quand, plus tard, Mickael découvre sur un tas d'ordures où il atterrit un bébé gelé et mourant, il sait comme une évidence que les enfants poussent sur les déchets, "qu'ils se construisent à partir de feuilles pourries, de canettes de Coca, de seringues usagées" et l'adopte sur le champ (d'immondices) en le gratifiant du doux nom de Débris en référence au lieu où il l'a trouvé… Double de lui-même, Mickael va entourer son avatar de tous les soins d'amour qui lui ont manqué, même que, "avec un nom comme ça, il pourrait lui trouver une école privée" [NDLR : Pourquoi pas le Lycée Stan ?].

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Mais comme la réalité ne se donne à voir qu'au travers des récits recomposés qu'on en fait, Michelle racontera dans un autre tableau intitulé sans ambages "Nécrovivipare", une version de sa naissance moins réjouissante. Celle où elle finira de pousser pendant trois mois dans le corps d'une mère ayant renoncé à la vie pour devenir cadavre, une mère abandonnée devant un écran neigeux par un père alcoolisé, un père dégénéré qui regardait à la télé l'existence qu'il aurait voulu en se noyant dans celle qu'il détestait… Télévision que l'on retrouvera immanquablement de manière résiliente quand Mickael rapportera un récepteur TV pour que son bébé à lui ne manque rien du monde désiré.

Quant à Monsieur Smart & Smile, flanqué de son monumental gorille singe à tout faire, il était prêt, secondé par Onclenri, à initier les enfants à des jeux affectueux si, le père, toujours "bourré et sale, con et méchant, gros et stupide, mais cette fois avec la larme à l'œil" ne venait idéalement les sauver pour rejoindre dans un happy end fantasmé la figure de la mère, au centre de la famille recomposée abondée d'un bébé idéal. S'inventer de toutes pièces une vie pour échapper à son existence… "Renaître de ses cendres" comme nous y invite – au sens propre – le dernier tableau…

Très belles interprétations d'acteurs jonglant tant avec les personnages qu'ils font revivre superbement qu'avec leurs fantasmes le disputant au chaos des cauchemars s'entrechoquant. Une question, cependant… La matière foisonnante abordée, mettant en scène des personnages au bord de la folie contre laquelle ils s'arcboutent, n'aurait-elle pas mérité plus de sobriété dans son traitement scénique ? En effet, pour ne pas risquer de détourner l'essentiel, le jeu très caractérisé des personnages aurait pu se suffire à lui-même pour "exprimer" avec force le va-et-vient des personnages ballottés entre leurs désirs démentiels de réconciliation avec un passé impensable et l'écueil de leurs traumatismes obsédants.

Vu le mardi 23 janvier 2024 dans la Salle Vauthier du TnBA de Bordeaux.

"Débris"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Un spectacle du CaBaret GraBuge.
Texte : Dennis Kelly.
Mise en scène : Julie Teuf, artiste compagnonne.
Co-mise en scène et direction d'actrice et d'acteurs : Fred Egginton.
Avec : Fred Egginton, Anthony Rzeznicki, Julie Teuf.
Scénographie : Alexandrine Rollin.
Construction et Machinerie : Alexandrine Rollin, Cyril Muller, Loïc Férié.
Création des costumes : Estelle Couturier Chatellain.
Création lumière : Jérôme Bertin.
Création sonore : Romain Mater et Maxime Poirion.
"Débris" est publié aux éditions de L'Arche.
Durée : 1 h 30.

A été représenté du mardi 23 au samedi 27 janvier 2024 au TnBA de Bordeaux.

Yves Kafka
Vendredi 9 Février 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter











À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024