La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Débris" Oh le beau nom pour un bébé né sur un tas d'ordures…

Si dans "Oh les beaux jours", Samuel Beckett mettait en jeu un monde évidé de son humanité où la voix de Winnie, à moitié enterrée dans un gros mamelon, résonnait dans le désert sans rencontrer le moindre écho (y compris celui de Willie, son compagnon), les paroles entremêlées de Michael et Michelle de Dennis Kelly tonitruent dans "Débris" pour remplir le vide sidéral de leur existence dévastée… Et si – comme l'avançait Jacques Lacan, psychanalyste dans tous ses états – le sujet parlant est pris dans les rets du signifiant, nommer joyeusement Débris "son" bébé né sur un tas d'ordures n'a rien… d'insignifiant.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
En effet, comme dans une boucle infernale qui, faute d'avoir pu être brisée, se répéterait de génération en génération, Michael va tenter à cor et à cri de transcender les affres de son enfance incertaine, en nommant affectueusement Débris l'objet élu de sa "re-naissance". Une manière insensée de racheter son existence cabossée et celle de sa sœur Michelle…

Julie Teuf (metteuse en scène et interprète du rôle féminin), depuis sa sortie de l'éstba où, en 2013, elle nous avait gratifiés d'une mémorable interprétation de "Claustria" de Régis Jauffret, confirme ici sa prédilection pour les voyages au bout de la nuit d'une humanité mise à mal. Ainsi dans "Scelŭs [Rendre beau]" de Solenn Denis où elle se plongeait en 2019 dans les eaux troubles des secrets familiaux... Et même si ses talents ne se limitent aucunement à ce registre (cf. la truculente belle-mère de "Machine Feydeau" ou encore l'émouvante Bérénice, reine de Judée délaissée par Titus au nom de la raison d'État), elle renoue là, en compagnie d'Anthony Rzeznicki à l'unisson, avec le terrain de jeu où elle excelle.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Après une entrée en matière pour le moins fracassante où l'on revit, au travers du récit qu'il nous en livre, le jour du seizième anniversaire de Mickael (le jour de la "Suicifixion" de leur père juché nu sur une croix géante dans une scène évoquant l'univers trash de Torentino), on revivra, par la bouche cette fois-ci de sa sœur Michelle, l'une des versions de la mort de leur mère (étouffée par un os de poulet au moment de la mettre au monde). Rien de triste dans cette pure horreur, mais au contraire une joie immense à mesurer à l'aune du sourire hilare affiché par la comédienne se réjouissant d'avoir été choisie, elle, pour survivre à la mère morte de joie le jour de sa naissance…

Le ton est donné… Tenter contre toute raison de se raconter une histoire de vie positive, une histoire où ces deux êtres à la dérive pourraient mettre la tête hors de l'eau en se fabriquant de toutes pièces des parents aimants… Aussi ne pas s'étonner si une énergie folle balaie le plateau où des morceaux d'existences, réelles ou fantasmées, défilent comme des éclats à vif, ménageant des brèches lumineuses par lesquelles ils pourront s'échapper des horreurs vécues.

À la manière de Torentino, la narration non linéaire de Julie Teuf (épousant celle de Dennis Kelly) nous fera alors découvrir des personnages aussi hauts en couleur qu'assez peu fréquentables… Il y aura Onclenri "qui n'est pas vraiment leur oncle" mais qui les a "enlevés… secourus" alors qu'il faisait froid et faim à attendre depuis des heures et des heures que le père sorte du pub où il s'alcoolisait jusqu'à plus soif, lui les embarquant dans sa voiture démarrant en trombe dans la nuit froide de décembre. Et pour quelle destination ? Pour revendre ces chairs fraîches de douze ans et neuf ans trois-quarts à Monsieur Smart & Smile qui possédait "une grande maison, des domestiques, du champagne et des glaces"… et à qui, en retour, on devait une obéissance totale…

Alors quand, plus tard, Mickael découvre sur un tas d'ordures où il atterrit un bébé gelé et mourant, il sait comme une évidence que les enfants poussent sur les déchets, "qu'ils se construisent à partir de feuilles pourries, de canettes de Coca, de seringues usagées" et l'adopte sur le champ (d'immondices) en le gratifiant du doux nom de Débris en référence au lieu où il l'a trouvé… Double de lui-même, Mickael va entourer son avatar de tous les soins d'amour qui lui ont manqué, même que, "avec un nom comme ça, il pourrait lui trouver une école privée" [NDLR : Pourquoi pas le Lycée Stan ?].

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Mais comme la réalité ne se donne à voir qu'au travers des récits recomposés qu'on en fait, Michelle racontera dans un autre tableau intitulé sans ambages "Nécrovivipare", une version de sa naissance moins réjouissante. Celle où elle finira de pousser pendant trois mois dans le corps d'une mère ayant renoncé à la vie pour devenir cadavre, une mère abandonnée devant un écran neigeux par un père alcoolisé, un père dégénéré qui regardait à la télé l'existence qu'il aurait voulu en se noyant dans celle qu'il détestait… Télévision que l'on retrouvera immanquablement de manière résiliente quand Mickael rapportera un récepteur TV pour que son bébé à lui ne manque rien du monde désiré.

Quant à Monsieur Smart & Smile, flanqué de son monumental gorille singe à tout faire, il était prêt, secondé par Onclenri, à initier les enfants à des jeux affectueux si, le père, toujours "bourré et sale, con et méchant, gros et stupide, mais cette fois avec la larme à l'œil" ne venait idéalement les sauver pour rejoindre dans un happy end fantasmé la figure de la mère, au centre de la famille recomposée abondée d'un bébé idéal. S'inventer de toutes pièces une vie pour échapper à son existence… "Renaître de ses cendres" comme nous y invite – au sens propre – le dernier tableau…

Très belles interprétations d'acteurs jonglant tant avec les personnages qu'ils font revivre superbement qu'avec leurs fantasmes le disputant au chaos des cauchemars s'entrechoquant. Une question, cependant… La matière foisonnante abordée, mettant en scène des personnages au bord de la folie contre laquelle ils s'arcboutent, n'aurait-elle pas mérité plus de sobriété dans son traitement scénique ? En effet, pour ne pas risquer de détourner l'essentiel, le jeu très caractérisé des personnages aurait pu se suffire à lui-même pour "exprimer" avec force le va-et-vient des personnages ballottés entre leurs désirs démentiels de réconciliation avec un passé impensable et l'écueil de leurs traumatismes obsédants.

Vu le mardi 23 janvier 2024 dans la Salle Vauthier du TnBA de Bordeaux.

"Débris"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Un spectacle du CaBaret GraBuge.
Texte : Dennis Kelly.
Mise en scène : Julie Teuf, artiste compagnonne.
Co-mise en scène et direction d'actrice et d'acteurs : Fred Egginton.
Avec : Fred Egginton, Anthony Rzeznicki, Julie Teuf.
Scénographie : Alexandrine Rollin.
Construction et Machinerie : Alexandrine Rollin, Cyril Muller, Loïc Férié.
Création des costumes : Estelle Couturier Chatellain.
Création lumière : Jérôme Bertin.
Création sonore : Romain Mater et Maxime Poirion.
"Débris" est publié aux éditions de L'Arche.
Durée : 1 h 30.

A été représenté du mardi 23 au samedi 27 janvier 2024 au TnBA de Bordeaux.

Yves Kafka
Vendredi 9 Février 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023