La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Deadtown… pas que des bons, des brutes et des truands !

"Deadtown", La Villette, Espace Chapiteaux, Paris

Les frères Forman voyagent à travers le monde, depuis une vingtaine d'années, avec leur théâtre ambulant où un univers, mariant différentes disciplines artistiques, laisse découvrir des histoires et des caractères qui frôlent le fantastique.



© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
Ce n'est pas l'hôtel du Nord mais il y a une de ces atmosphères sur scène. C'est le Far-West avec ses volutes de fumée, mélange de tabac et de pétarades. Tout est comédie clairement assumée. On refait le film, on pose la bobine et on redémarre sauf qu'ici, il n'y a ni bobine, ni film. Nous sommes au théâtre. Ou presque.

C'est l'ouest américain avec tous ses clichés. Son cinéma muet. Ses filles, ses cow-boys, son whisky. Ses duels. Ses coups de feu. Ses scènes de ménage. Ses coucheries. Ses chansons avec un sur-titrage de paroles assez haut perché pour qu'elles ne soient pas suivies. Car, l'essentiel n'est pas là. Il est dans le geste, dans une dynamique de jeu qui se suffit à elle-même. À la fois simple, efficace où tout est décomposé comme au ralenti avec une synchronisation de personnages qui donne la bonne claque au bon moment au premier étage quand le coup de fusil au rez-de-chaussée arrive au bon endroit. Tout est au cordeau.

Les scènes se déroulent dans un périmètre de jeu où elles semblent se toucher dans leur dramaturgie et être reliées les unes aux autres. Et pourtant, la distance proche qui les sépare raconte deux histoires à deux endroits différents. Rien n'est laissé au hasard. Ni la fumée qui sort du cigare, ni le whisky servi, ni le feu qui dégomme le cadavre dans son cercueil.

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
C'est du vrai cinéma dans un vrai théâtre avec de vrais acteurs qui jouent de vrais personnages dans de fausses histoires sorties tout droit d'un western-spaghetti. Le jeu oscille entre le mime, le ralenti, l'accéléré, les tours de magie qui n'ont rien de magique et des tours de chant qui n'ont rien d'un récital. Le cirque débarque aussi avec ses numéros de vélo fait de voltiges.

Situé au-dessus du saloon et à côté des chambres où ont lieu engueulades, paires de claques ou coucheries, l'orchestre est composé d'une cithare, d'un violon, d'une contrebasse et d'une guitare. La musique est country, les chants souvent rapides, parfois lents et peu enthousiastes comme si les personnages racontaient sans fard leurs misères de vie. Bref, on joue à être ce qu'on a la chance de ne pas être, à savoir un bandit perdu dans un traquenard, un mort dans un cercueil qui renaît d'une balle ou une fille esseulée, en proie aux hommes qui n'ont pour romantisme que leurs colts à la ceinture.

C'est très original, en complet décalage du théâtre et du cinéma. Le spectacle est familial, composé par les frères jumeaux Forman, Petr et Matej, fils de Milos Forman. Le talent est parfois héréditaire.

"Deadtown"

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
Scénario : Ivan Arsenjev & Petr Forman.
Mise en scène : Petr Forman.
Scénographie : Josef Sodomka & Matej Forman.
Conception artistique de l'intérieur de la tente : Matej Forman.
Chorégraphie : Veronika Švábová, Marek Zelinka & collectivité.
Cabaretiers, illusionnistes, bandits et belles femmes : Petr Forman, Veronika Švábová, Marek Zelinka, Jacques Laganache, Daniela Vorácková/Simona Babcáková, Josefína Voverková, Vojta Švejda/Jirí Kniha, Michael Vodenka/Miroslav Kochánek, Ivan ‘Zobák' Pelikán, Petr ‘Goro' Horký, Josef Sodomka/Ivan Arsenjev, Philippe Leforestier, Mitakuye Oyeasin, Jakub Tokoly et Dizzy Gilagio (Didier Castelle, Francois Lezer, Michel Oger, Thierry Malard).
Musique et chansons : Marko Ivanovic & Jarda Traband Svoboda.
Costumes : Andrea Sodomková.
Image animée, image de film : Josef Lepša Caméra Jaromír Kacer.
Son et bruitage : Michal Holubec, Marek Poledna (Studio Bystrouška).
Postproduction de l'image i/o post Technologie des projections : 3dsense.
Conception lumière : Igor Schmidt, Petr ‘Goro' Horký & Petr Forman.
Conception son : Philippe Leforestier & Philippe Tivilier.
Durée : 1 h 40.
Production Théâtre des Frères Forman.

Du 19 septembre au 15 octobre 2017.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
La Villette, Espace Chapiteaux, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.

Safidin Alouache
Jeudi 5 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020