Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Deadtown… pas que des bons, des brutes et des truands !

"Deadtown", La Villette, Espace Chapiteaux, Paris

Les frères Forman voyagent à travers le monde, depuis une vingtaine d'années, avec leur théâtre ambulant où un univers, mariant différentes disciplines artistiques, laisse découvrir des histoires et des caractères qui frôlent le fantastique.



© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
Ce n'est pas l'hôtel du Nord mais il y a une de ces atmosphères sur scène. C'est le Far-West avec ses volutes de fumée, mélange de tabac et de pétarades. Tout est comédie clairement assumée. On refait le film, on pose la bobine et on redémarre sauf qu'ici, il n'y a ni bobine, ni film. Nous sommes au théâtre. Ou presque.

C'est l'ouest américain avec tous ses clichés. Son cinéma muet. Ses filles, ses cow-boys, son whisky. Ses duels. Ses coups de feu. Ses scènes de ménage. Ses coucheries. Ses chansons avec un sur-titrage de paroles assez haut perché pour qu'elles ne soient pas suivies. Car, l'essentiel n'est pas là. Il est dans le geste, dans une dynamique de jeu qui se suffit à elle-même. À la fois simple, efficace où tout est décomposé comme au ralenti avec une synchronisation de personnages qui donne la bonne claque au bon moment au premier étage quand le coup de fusil au rez-de-chaussée arrive au bon endroit. Tout est au cordeau.

Les scènes se déroulent dans un périmètre de jeu où elles semblent se toucher dans leur dramaturgie et être reliées les unes aux autres. Et pourtant, la distance proche qui les sépare raconte deux histoires à deux endroits différents. Rien n'est laissé au hasard. Ni la fumée qui sort du cigare, ni le whisky servi, ni le feu qui dégomme le cadavre dans son cercueil.

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
C'est du vrai cinéma dans un vrai théâtre avec de vrais acteurs qui jouent de vrais personnages dans de fausses histoires sorties tout droit d'un western-spaghetti. Le jeu oscille entre le mime, le ralenti, l'accéléré, les tours de magie qui n'ont rien de magique et des tours de chant qui n'ont rien d'un récital. Le cirque débarque aussi avec ses numéros de vélo fait de voltiges.

Situé au-dessus du saloon et à côté des chambres où ont lieu engueulades, paires de claques ou coucheries, l'orchestre est composé d'une cithare, d'un violon, d'une contrebasse et d'une guitare. La musique est country, les chants souvent rapides, parfois lents et peu enthousiastes comme si les personnages racontaient sans fard leurs misères de vie. Bref, on joue à être ce qu'on a la chance de ne pas être, à savoir un bandit perdu dans un traquenard, un mort dans un cercueil qui renaît d'une balle ou une fille esseulée, en proie aux hommes qui n'ont pour romantisme que leurs colts à la ceinture.

C'est très original, en complet décalage du théâtre et du cinéma. Le spectacle est familial, composé par les frères jumeaux Forman, Petr et Matej, fils de Milos Forman. Le talent est parfois héréditaire.

"Deadtown"

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
Scénario : Ivan Arsenjev & Petr Forman.
Mise en scène : Petr Forman.
Scénographie : Josef Sodomka & Matej Forman.
Conception artistique de l'intérieur de la tente : Matej Forman.
Chorégraphie : Veronika Švábová, Marek Zelinka & collectivité.
Cabaretiers, illusionnistes, bandits et belles femmes : Petr Forman, Veronika Švábová, Marek Zelinka, Jacques Laganache, Daniela Vorácková/Simona Babcáková, Josefína Voverková, Vojta Švejda/Jirí Kniha, Michael Vodenka/Miroslav Kochánek, Ivan ‘Zobák' Pelikán, Petr ‘Goro' Horký, Josef Sodomka/Ivan Arsenjev, Philippe Leforestier, Mitakuye Oyeasin, Jakub Tokoly et Dizzy Gilagio (Didier Castelle, Francois Lezer, Michel Oger, Thierry Malard).
Musique et chansons : Marko Ivanovic & Jarda Traband Svoboda.
Costumes : Andrea Sodomková.
Image animée, image de film : Josef Lepša Caméra Jaromír Kacer.
Son et bruitage : Michal Holubec, Marek Poledna (Studio Bystrouška).
Postproduction de l'image i/o post Technologie des projections : 3dsense.
Conception lumière : Igor Schmidt, Petr ‘Goro' Horký & Petr Forman.
Conception son : Philippe Leforestier & Philippe Tivilier.
Durée : 1 h 40.
Production Théâtre des Frères Forman.

Du 19 septembre au 15 octobre 2017.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
La Villette, Espace Chapiteaux, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.

Safidin Alouache
Jeudi 5 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020