La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Deadtown… pas que des bons, des brutes et des truands !

"Deadtown", La Villette, Espace Chapiteaux, Paris

Les frères Forman voyagent à travers le monde, depuis une vingtaine d'années, avec leur théâtre ambulant où un univers, mariant différentes disciplines artistiques, laisse découvrir des histoires et des caractères qui frôlent le fantastique.



© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
Ce n'est pas l'hôtel du Nord mais il y a une de ces atmosphères sur scène. C'est le Far-West avec ses volutes de fumée, mélange de tabac et de pétarades. Tout est comédie clairement assumée. On refait le film, on pose la bobine et on redémarre sauf qu'ici, il n'y a ni bobine, ni film. Nous sommes au théâtre. Ou presque.

C'est l'ouest américain avec tous ses clichés. Son cinéma muet. Ses filles, ses cow-boys, son whisky. Ses duels. Ses coups de feu. Ses scènes de ménage. Ses coucheries. Ses chansons avec un sur-titrage de paroles assez haut perché pour qu'elles ne soient pas suivies. Car, l'essentiel n'est pas là. Il est dans le geste, dans une dynamique de jeu qui se suffit à elle-même. À la fois simple, efficace où tout est décomposé comme au ralenti avec une synchronisation de personnages qui donne la bonne claque au bon moment au premier étage quand le coup de fusil au rez-de-chaussée arrive au bon endroit. Tout est au cordeau.

Les scènes se déroulent dans un périmètre de jeu où elles semblent se toucher dans leur dramaturgie et être reliées les unes aux autres. Et pourtant, la distance proche qui les sépare raconte deux histoires à deux endroits différents. Rien n'est laissé au hasard. Ni la fumée qui sort du cigare, ni le whisky servi, ni le feu qui dégomme le cadavre dans son cercueil.

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
C'est du vrai cinéma dans un vrai théâtre avec de vrais acteurs qui jouent de vrais personnages dans de fausses histoires sorties tout droit d'un western-spaghetti. Le jeu oscille entre le mime, le ralenti, l'accéléré, les tours de magie qui n'ont rien de magique et des tours de chant qui n'ont rien d'un récital. Le cirque débarque aussi avec ses numéros de vélo fait de voltiges.

Situé au-dessus du saloon et à côté des chambres où ont lieu engueulades, paires de claques ou coucheries, l'orchestre est composé d'une cithare, d'un violon, d'une contrebasse et d'une guitare. La musique est country, les chants souvent rapides, parfois lents et peu enthousiastes comme si les personnages racontaient sans fard leurs misères de vie. Bref, on joue à être ce qu'on a la chance de ne pas être, à savoir un bandit perdu dans un traquenard, un mort dans un cercueil qui renaît d'une balle ou une fille esseulée, en proie aux hommes qui n'ont pour romantisme que leurs colts à la ceinture.

C'est très original, en complet décalage du théâtre et du cinéma. Le spectacle est familial, composé par les frères jumeaux Forman, Petr et Matej, fils de Milos Forman. Le talent est parfois héréditaire.

"Deadtown"

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
Scénario : Ivan Arsenjev & Petr Forman.
Mise en scène : Petr Forman.
Scénographie : Josef Sodomka & Matej Forman.
Conception artistique de l'intérieur de la tente : Matej Forman.
Chorégraphie : Veronika Švábová, Marek Zelinka & collectivité.
Cabaretiers, illusionnistes, bandits et belles femmes : Petr Forman, Veronika Švábová, Marek Zelinka, Jacques Laganache, Daniela Vorácková/Simona Babcáková, Josefína Voverková, Vojta Švejda/Jirí Kniha, Michael Vodenka/Miroslav Kochánek, Ivan ‘Zobák' Pelikán, Petr ‘Goro' Horký, Josef Sodomka/Ivan Arsenjev, Philippe Leforestier, Mitakuye Oyeasin, Jakub Tokoly et Dizzy Gilagio (Didier Castelle, Francois Lezer, Michel Oger, Thierry Malard).
Musique et chansons : Marko Ivanovic & Jarda Traband Svoboda.
Costumes : Andrea Sodomková.
Image animée, image de film : Josef Lepša Caméra Jaromír Kacer.
Son et bruitage : Michal Holubec, Marek Poledna (Studio Bystrouška).
Postproduction de l'image i/o post Technologie des projections : 3dsense.
Conception lumière : Igor Schmidt, Petr ‘Goro' Horký & Petr Forman.
Conception son : Philippe Leforestier & Philippe Tivilier.
Durée : 1 h 40.
Production Théâtre des Frères Forman.

Du 19 septembre au 15 octobre 2017.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
La Villette, Espace Chapiteaux, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.
© Irena Vodáková, Jana Lábrová, Josef Lepša.

Safidin Alouache
Jeudi 5 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022