La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

De réfractions en réfractions, avec douceur... Des artifices de Venise aux étoiles du désert

"Desdemona", Spielzeit'Europa/Berliner Festspiele, Berlin

Au début de l’histoire de William Shakespeare, il y a une aventure où tout est réussite, Othello et Desdemone sont unis. Et puis il y a cette fatalité qui ouvre un mythe qui hante le théâtre européen. Othello est un grand héros de guerre qui séduit par le récit de sa vie d’avant, avant quand il était esclave avant d’être racheté par Venise. Desdémone est la fille du noble, elle est celle qui meurt (à coup d’oreiller ou de poignard, on ne sait plus trop). Effacée comme toute femme. Desdémone et Othello font couple pour l’éternité par cet amour, cette jalousie, cette colère, cette effusion qui tue l’autre et soi. Mort brutale. C’est une histoire qui ne s’explique pas sous l’oreiller.



Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
À l’acte 4 de "Othello", la pièce de William Shakespeare, Desdémone chante mélancolique la chanson du saule. Petit annotation discrète. La chanson est celle de sa nourrice africaine morte elle-même en la chantant.

Dans un méthodique travail d’évocation (avec le soutien de Toni Morrison pour l’écriture, de Rokia Traoré pour la musique), Peter Sellars propose une relecture du personnage et pour ce faire retrouve les voies d’une histoire ignorée, met en voix une voix inaudible, inouïe. Celle de la nourrice qui, du fond des âges, face aux grands héros de guerre tout en fureur, est la voix de la tragédie et de la compassion. Comme s'il existait par ces mots-là une forme de lien, une chaîne qui apaise l’instant du malheur et de la mort. Douceur des contes que cette chanson transmise de femme en femme. Cette chanson fait sens. Elle est l’avertissement du destin, son axe et son retour perpétuel.

Peter Sellars exploitant cette mince ressource, façonne un diamant théâtral.

Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
La forme est celle d’un récital épuré utilisant, dans la profondeur du plateau - de l’avant-scène au lointain -, les ressources scénographique résolument moderne avec ses micros, sa sonorisation, ses éclairages. Le spectateur reconnaît du théâtre le dispositif le plus archaïque, celui du dialogue qui réunit deux orants qui chantent en alternance. L’un (Rokia Traoré) porte l’ombre de la nourrice et l'autre (Tina Benko) celle de Desdémone. Trois choreutes et deux musiciens traditionnels les accompagnent, les épaulent. Trois femmes à la manière antique, trois grâces ou trois parques attendries pour observer des spectres.

L’écriture de Toni Morrison offre une dramaturgie solide et pertinente selon les données de la sensibilité moderne. Les interprètes trouvent un appui ferme et peuvent mettre en vibrations les pensées sources de regrets, les confidences, les montées à la conscience.

Rokia Traoré, du tréfonds de sa tradition de femme appartenant à une famille de griots, s’approprie la matière de cette nourrice africaine et entreprend un authentique retour à la source, une montée spectaculaire au présent du monde.

Desdemona © Ruth Walz.
Desdemona © Ruth Walz.
Et le spectateur ébloui assiste à un miracle. Le chant de Rokia Traoré sculpte l’espace, éloigne l’objet du récit pour mieux le bercer. L’enfant Desdémone est bien là. Dans le vide, entre ses bras et ses mains. Enfant né, enfant mort.

La voix de Tina Benko à l’inverse prend possession du corps de Desdémone, le malmène, le secoue de douleur. Enfant abandonné.

Mélopée et lamento agitent ainsi les ombres. La différence stylistique qui les oppose est telle (deux écoles d’interprétation) qu’un vide bien perceptible les sépare. Et paradoxalement les réunit dans une extraordinaire unité scénique. Néant créatif. Le rythme et l’intensité de la parole engendrent une forme de tension dramatique et progressive. Conjonction des contraires. Pouvoir libérateur de la parole. Exaltation de la beauté des corps. Élasticité du temps. On peut parler à propos de ce travail de tension racinienne.

La scénographie accompagne discrètement ce mouvement. Micros et ampoules nues. Des éléments de verrerie sont disposés dans la profondeur : des verres, des carafes, autant d’éclats de libations. De réfractions en réfractions, le spectateur est conduit avec douceur des artifices de Venise aux étoiles du désert. Au terme de ce spectacle, le spectateur a assisté à une bouleversante cérémonie sacrée, à la levée du voile de deuil.

Il est ainsi un conte que se racontent les femmes, entre elles, dans leur désert commun, comme en un mirage : le dialogue de la nourrice africaine et de Desdémone la riche vénitienne.

Créée au printemps dernier au Mali, "Desdemona", dernière création de Peter Sellars, fait un périple international. Après Vienne, Bruxelles, Paris (Théâtre des Amandiers de Nanterre), la production part aux États-Unis avant de revenir en Europe (Allemagne et Angleterre). Chaque présentation de ce metteur en scène célèbre pour ses mises en scène d’opéra fait l’objet d’une véritable ovation.

"Desdemona"

Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
Texte : Toni Morrison.
Mise en scène : Peter Sellars.
Musique : Rokia Traoré.
Lumière : James F. Ingalls.
Son : Alexis Giraud.
Avec : Tina Benko, Rokia Traoré, Diabaté Mamah, Naba Aminata Traoré, Fatim Kouyaté, Bintou Soumbounou, Mamadyba Camara.

2 au 3 novembre 2011 : Lincoln Center for The Performing Arts, New York.
10 au 12 novembre 2011 : - Berlin Spielzeit'Europa/Berliner Festspiele.
Juillet 2012 (dates non précisées) : Barbican, Londres.

Jean Grapin
Jeudi 3 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019