Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

De réfractions en réfractions, avec douceur... Des artifices de Venise aux étoiles du désert

"Desdemona", Spielzeit'Europa/Berliner Festspiele, Berlin

Au début de l’histoire de William Shakespeare, il y a une aventure où tout est réussite, Othello et Desdemone sont unis. Et puis il y a cette fatalité qui ouvre un mythe qui hante le théâtre européen. Othello est un grand héros de guerre qui séduit par le récit de sa vie d’avant, avant quand il était esclave avant d’être racheté par Venise. Desdémone est la fille du noble, elle est celle qui meurt (à coup d’oreiller ou de poignard, on ne sait plus trop). Effacée comme toute femme. Desdémone et Othello font couple pour l’éternité par cet amour, cette jalousie, cette colère, cette effusion qui tue l’autre et soi. Mort brutale. C’est une histoire qui ne s’explique pas sous l’oreiller.



Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
À l’acte 4 de "Othello", la pièce de William Shakespeare, Desdémone chante mélancolique la chanson du saule. Petit annotation discrète. La chanson est celle de sa nourrice africaine morte elle-même en la chantant.

Dans un méthodique travail d’évocation (avec le soutien de Toni Morrison pour l’écriture, de Rokia Traoré pour la musique), Peter Sellars propose une relecture du personnage et pour ce faire retrouve les voies d’une histoire ignorée, met en voix une voix inaudible, inouïe. Celle de la nourrice qui, du fond des âges, face aux grands héros de guerre tout en fureur, est la voix de la tragédie et de la compassion. Comme s'il existait par ces mots-là une forme de lien, une chaîne qui apaise l’instant du malheur et de la mort. Douceur des contes que cette chanson transmise de femme en femme. Cette chanson fait sens. Elle est l’avertissement du destin, son axe et son retour perpétuel.

Peter Sellars exploitant cette mince ressource, façonne un diamant théâtral.

Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
La forme est celle d’un récital épuré utilisant, dans la profondeur du plateau - de l’avant-scène au lointain -, les ressources scénographique résolument moderne avec ses micros, sa sonorisation, ses éclairages. Le spectateur reconnaît du théâtre le dispositif le plus archaïque, celui du dialogue qui réunit deux orants qui chantent en alternance. L’un (Rokia Traoré) porte l’ombre de la nourrice et l'autre (Tina Benko) celle de Desdémone. Trois choreutes et deux musiciens traditionnels les accompagnent, les épaulent. Trois femmes à la manière antique, trois grâces ou trois parques attendries pour observer des spectres.

L’écriture de Toni Morrison offre une dramaturgie solide et pertinente selon les données de la sensibilité moderne. Les interprètes trouvent un appui ferme et peuvent mettre en vibrations les pensées sources de regrets, les confidences, les montées à la conscience.

Rokia Traoré, du tréfonds de sa tradition de femme appartenant à une famille de griots, s’approprie la matière de cette nourrice africaine et entreprend un authentique retour à la source, une montée spectaculaire au présent du monde.

Desdemona © Ruth Walz.
Desdemona © Ruth Walz.
Et le spectateur ébloui assiste à un miracle. Le chant de Rokia Traoré sculpte l’espace, éloigne l’objet du récit pour mieux le bercer. L’enfant Desdémone est bien là. Dans le vide, entre ses bras et ses mains. Enfant né, enfant mort.

La voix de Tina Benko à l’inverse prend possession du corps de Desdémone, le malmène, le secoue de douleur. Enfant abandonné.

Mélopée et lamento agitent ainsi les ombres. La différence stylistique qui les oppose est telle (deux écoles d’interprétation) qu’un vide bien perceptible les sépare. Et paradoxalement les réunit dans une extraordinaire unité scénique. Néant créatif. Le rythme et l’intensité de la parole engendrent une forme de tension dramatique et progressive. Conjonction des contraires. Pouvoir libérateur de la parole. Exaltation de la beauté des corps. Élasticité du temps. On peut parler à propos de ce travail de tension racinienne.

La scénographie accompagne discrètement ce mouvement. Micros et ampoules nues. Des éléments de verrerie sont disposés dans la profondeur : des verres, des carafes, autant d’éclats de libations. De réfractions en réfractions, le spectateur est conduit avec douceur des artifices de Venise aux étoiles du désert. Au terme de ce spectacle, le spectateur a assisté à une bouleversante cérémonie sacrée, à la levée du voile de deuil.

Il est ainsi un conte que se racontent les femmes, entre elles, dans leur désert commun, comme en un mirage : le dialogue de la nourrice africaine et de Desdémone la riche vénitienne.

Créée au printemps dernier au Mali, "Desdemona", dernière création de Peter Sellars, fait un périple international. Après Vienne, Bruxelles, Paris (Théâtre des Amandiers de Nanterre), la production part aux États-Unis avant de revenir en Europe (Allemagne et Angleterre). Chaque présentation de ce metteur en scène célèbre pour ses mises en scène d’opéra fait l’objet d’une véritable ovation.

"Desdemona"

Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
Texte : Toni Morrison.
Mise en scène : Peter Sellars.
Musique : Rokia Traoré.
Lumière : James F. Ingalls.
Son : Alexis Giraud.
Avec : Tina Benko, Rokia Traoré, Diabaté Mamah, Naba Aminata Traoré, Fatim Kouyaté, Bintou Soumbounou, Mamadyba Camara.

2 au 3 novembre 2011 : Lincoln Center for The Performing Arts, New York.
10 au 12 novembre 2011 : - Berlin Spielzeit'Europa/Berliner Festspiele.
Juillet 2012 (dates non précisées) : Barbican, Londres.

Jean Grapin
Jeudi 3 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021