La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

De réfractions en réfractions, avec douceur... Des artifices de Venise aux étoiles du désert

"Desdemona", Spielzeit'Europa/Berliner Festspiele, Berlin

Au début de l’histoire de William Shakespeare, il y a une aventure où tout est réussite, Othello et Desdemone sont unis. Et puis il y a cette fatalité qui ouvre un mythe qui hante le théâtre européen. Othello est un grand héros de guerre qui séduit par le récit de sa vie d’avant, avant quand il était esclave avant d’être racheté par Venise. Desdémone est la fille du noble, elle est celle qui meurt (à coup d’oreiller ou de poignard, on ne sait plus trop). Effacée comme toute femme. Desdémone et Othello font couple pour l’éternité par cet amour, cette jalousie, cette colère, cette effusion qui tue l’autre et soi. Mort brutale. C’est une histoire qui ne s’explique pas sous l’oreiller.



Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
À l’acte 4 de "Othello", la pièce de William Shakespeare, Desdémone chante mélancolique la chanson du saule. Petit annotation discrète. La chanson est celle de sa nourrice africaine morte elle-même en la chantant.

Dans un méthodique travail d’évocation (avec le soutien de Toni Morrison pour l’écriture, de Rokia Traoré pour la musique), Peter Sellars propose une relecture du personnage et pour ce faire retrouve les voies d’une histoire ignorée, met en voix une voix inaudible, inouïe. Celle de la nourrice qui, du fond des âges, face aux grands héros de guerre tout en fureur, est la voix de la tragédie et de la compassion. Comme s'il existait par ces mots-là une forme de lien, une chaîne qui apaise l’instant du malheur et de la mort. Douceur des contes que cette chanson transmise de femme en femme. Cette chanson fait sens. Elle est l’avertissement du destin, son axe et son retour perpétuel.

Peter Sellars exploitant cette mince ressource, façonne un diamant théâtral.

Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
La forme est celle d’un récital épuré utilisant, dans la profondeur du plateau - de l’avant-scène au lointain -, les ressources scénographique résolument moderne avec ses micros, sa sonorisation, ses éclairages. Le spectateur reconnaît du théâtre le dispositif le plus archaïque, celui du dialogue qui réunit deux orants qui chantent en alternance. L’un (Rokia Traoré) porte l’ombre de la nourrice et l'autre (Tina Benko) celle de Desdémone. Trois choreutes et deux musiciens traditionnels les accompagnent, les épaulent. Trois femmes à la manière antique, trois grâces ou trois parques attendries pour observer des spectres.

L’écriture de Toni Morrison offre une dramaturgie solide et pertinente selon les données de la sensibilité moderne. Les interprètes trouvent un appui ferme et peuvent mettre en vibrations les pensées sources de regrets, les confidences, les montées à la conscience.

Rokia Traoré, du tréfonds de sa tradition de femme appartenant à une famille de griots, s’approprie la matière de cette nourrice africaine et entreprend un authentique retour à la source, une montée spectaculaire au présent du monde.

Desdemona © Ruth Walz.
Desdemona © Ruth Walz.
Et le spectateur ébloui assiste à un miracle. Le chant de Rokia Traoré sculpte l’espace, éloigne l’objet du récit pour mieux le bercer. L’enfant Desdémone est bien là. Dans le vide, entre ses bras et ses mains. Enfant né, enfant mort.

La voix de Tina Benko à l’inverse prend possession du corps de Desdémone, le malmène, le secoue de douleur. Enfant abandonné.

Mélopée et lamento agitent ainsi les ombres. La différence stylistique qui les oppose est telle (deux écoles d’interprétation) qu’un vide bien perceptible les sépare. Et paradoxalement les réunit dans une extraordinaire unité scénique. Néant créatif. Le rythme et l’intensité de la parole engendrent une forme de tension dramatique et progressive. Conjonction des contraires. Pouvoir libérateur de la parole. Exaltation de la beauté des corps. Élasticité du temps. On peut parler à propos de ce travail de tension racinienne.

La scénographie accompagne discrètement ce mouvement. Micros et ampoules nues. Des éléments de verrerie sont disposés dans la profondeur : des verres, des carafes, autant d’éclats de libations. De réfractions en réfractions, le spectateur est conduit avec douceur des artifices de Venise aux étoiles du désert. Au terme de ce spectacle, le spectateur a assisté à une bouleversante cérémonie sacrée, à la levée du voile de deuil.

Il est ainsi un conte que se racontent les femmes, entre elles, dans leur désert commun, comme en un mirage : le dialogue de la nourrice africaine et de Desdémone la riche vénitienne.

Créée au printemps dernier au Mali, "Desdemona", dernière création de Peter Sellars, fait un périple international. Après Vienne, Bruxelles, Paris (Théâtre des Amandiers de Nanterre), la production part aux États-Unis avant de revenir en Europe (Allemagne et Angleterre). Chaque présentation de ce metteur en scène célèbre pour ses mises en scène d’opéra fait l’objet d’une véritable ovation.

"Desdemona"

Desdemona © Pascal Victor.
Desdemona © Pascal Victor.
Texte : Toni Morrison.
Mise en scène : Peter Sellars.
Musique : Rokia Traoré.
Lumière : James F. Ingalls.
Son : Alexis Giraud.
Avec : Tina Benko, Rokia Traoré, Diabaté Mamah, Naba Aminata Traoré, Fatim Kouyaté, Bintou Soumbounou, Mamadyba Camara.

2 au 3 novembre 2011 : Lincoln Center for The Performing Arts, New York.
10 au 12 novembre 2011 : - Berlin Spielzeit'Europa/Berliner Festspiele.
Juillet 2012 (dates non précisées) : Barbican, Londres.

Jean Grapin
Jeudi 3 Novembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019