La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Dans les murs" Un homme entre dans son appartement et trouve un inconnu prétendant être chez lui…

Gravée dans le bronze des incertitudes et des angoisses de notre époque, "Dans les murs" s'inscrit dans le contexte de la guerre du logement actuel. Qu'est-ce que cette guerre ? Celle que mènent de plus en plus de citoyens qui, en dépit d'un travail, ne trouvent pas de logements à louer. Des loyers trop chers, des garanties extravagantes demandées par les bailleurs, ou des propriétaires préférant garder leurs logements vides plutôt que de risquer les mauvais payeurs ou les difficultés économiques des locataires, autant de raisons qui transforment un simple bail en clef du paradis…



© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
C'est ainsi qu'un logement, un banal appartement dans un immeuble d'une centaine d'appartements, devient ici le personnage principal autour duquel les deux protagonistes vont s'affronter. Voici la situation de départ. Une valse étrange et inquiétante qu'Eddy, Richard et les murs de l'appartement vont danser durant un peu plus d'une heure. Deux corps et un décor fait de murs pivotants qui lui donnent vie. C'est de leurs bras, de leurs rages et de leurs peurs que les deux personnages enlacent à tour de rôle ces murs, objets de toutes leurs convoitises.

Ce sont également deux discours qui joutent et boxent : l'un, celui d'Eddy, incarné par Guillaume Clausse, fait résonner les mots du locataire sans logement, l'autre, celui de Richard (le bien nommé), interprété par Jocelyn Lagarrigue, ceux du propriétaire qui ne parlent que d'ordre, les mots de celui qui se sent dans son droit. Car, à travers cette situation concrète, la pièce interroge essentiellement sur cette question de droit, de bon droit, en partant de celui au logement qui est de nature essentielle, mais auquel toute une partie de la population n'accède pas.

© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
Flirtant parfois avec l'absurde, le texte de Vincent Farasse dévoile les ténèbres de ces situations tragiques cachées. De ces individus à la fois intégrés et exclus de la société. Une grande humanité se dégage de ces mots qui s'attachent à nous faire aimer ces personnes sensibles en évitant les pièges de l'absurde pour l'absurde. Des dialogues ciselés alternent sans défaut de rythme avec des monologues vivants.

Les deux comédiens semblent se régaler de ces personnages très colorés. Guillaume Clausse crée Eddy, le sans domicile, avec autant de cœur que de frissonnement épidermique. Très physique, il fait passer l'émotion intégralement par son corps et une incarnation entière. Jocelyn Lagarrigue, en contraste, semble un animal à l'affût de sa proie. Il est une inquiétante présence, dont le jeu ne se dévoile jamais tout à fait.

La mise en scène de Didier Girauldon donne du mouvement à une situation qui serait sinon très statique (unité de lieu, de temps et d'action). Elle s'ingénie à dynamiser les scènes par de constants déplacements des protagonistes et un jeu que les éléments de décor permettent : principalement deux pans de murs percés de deux portes, symétriques, que les interprètes manipulent et qui représentent ce Graal moderne, le logement.

© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
Comment cette guerre finit-elle ? Qui gagne ? Qui perd ? Le spectacle laisse l'imaginaire des spectateurs répondre.

Pour l'anecdote (si l'on veut), un mot sur les déboires rencontrés par la compagnie Jabberwock qui produit le spectacle. En dehors des règles actuelles qui ont empêché la création de la pièce dans la région de Tours le 17 décembre, un autre bâton a été jeté dans les roues du spectacle. La salle qui devait accueillir la création (La Pléiade, à La Riche, bourgade proche de Tours) l'a refusée quelques jours avant la première, par décision de la mairie semble-t-il. Sans justification précise…

Drôle de pied-de-nez du destin que de voir une pièce ayant pour fil narratif la difficulté de trouver un logement se voir "jetée à la rue" par des institutions locales… Par chance, et par grâce, et par respect pour le travail que font les compagnies dans tous les territoires, la ville de Saint-Cyr-sur-Loire a accueilli cette avant-première dans sa très belle salle L'Escale. Alors au passage, un grand merci à la commune de Saint-Cyr-sur-Loire qui a permis de sauver cette création.

"Dans les murs"

© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
Texte : Vincent Farasse.
Mise en scène : Didier Girauldon, en collaboration avec Constance Larrieu.
Avec : Guillaume Clausse et Jocelyn Lagarrigue.
Musique : David Bichindaritz.
Scénographie : Antoine Vasseur.
Création lumières : Mathilde Chamoux.
Création costumes : Fanny Brouste.
Chorégraphie combat : Emmanuel Lanzi.
Régie générale : Florian Jourdon.
Production Compagnie Jabberwock.
Durée : 1 h 10.

Du 20 au 31 janvier 2021.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 16 h.
Théâtre de la Reine Blanche, Paris 18e, 01 40 05 06 96.
>> reineblanche.com

Bruno Fougniès
Mercredi 23 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021