Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Dans les murs" Un homme entre dans son appartement et trouve un inconnu prétendant être chez lui…

Gravée dans le bronze des incertitudes et des angoisses de notre époque, "Dans les murs" s'inscrit dans le contexte de la guerre du logement actuel. Qu'est-ce que cette guerre ? Celle que mènent de plus en plus de citoyens qui, en dépit d'un travail, ne trouvent pas de logements à louer. Des loyers trop chers, des garanties extravagantes demandées par les bailleurs, ou des propriétaires préférant garder leurs logements vides plutôt que de risquer les mauvais payeurs ou les difficultés économiques des locataires, autant de raisons qui transforment un simple bail en clef du paradis…



© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
C'est ainsi qu'un logement, un banal appartement dans un immeuble d'une centaine d'appartements, devient ici le personnage principal autour duquel les deux protagonistes vont s'affronter. Voici la situation de départ. Une valse étrange et inquiétante qu'Eddy, Richard et les murs de l'appartement vont danser durant un peu plus d'une heure. Deux corps et un décor fait de murs pivotants qui lui donnent vie. C'est de leurs bras, de leurs rages et de leurs peurs que les deux personnages enlacent à tour de rôle ces murs, objets de toutes leurs convoitises.

Ce sont également deux discours qui joutent et boxent : l'un, celui d'Eddy, incarné par Guillaume Clausse, fait résonner les mots du locataire sans logement, l'autre, celui de Richard (le bien nommé), interprété par Jocelyn Lagarrigue, ceux du propriétaire qui ne parlent que d'ordre, les mots de celui qui se sent dans son droit. Car, à travers cette situation concrète, la pièce interroge essentiellement sur cette question de droit, de bon droit, en partant de celui au logement qui est de nature essentielle, mais auquel toute une partie de la population n'accède pas.

© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
Flirtant parfois avec l'absurde, le texte de Vincent Farasse dévoile les ténèbres de ces situations tragiques cachées. De ces individus à la fois intégrés et exclus de la société. Une grande humanité se dégage de ces mots qui s'attachent à nous faire aimer ces personnes sensibles en évitant les pièges de l'absurde pour l'absurde. Des dialogues ciselés alternent sans défaut de rythme avec des monologues vivants.

Les deux comédiens semblent se régaler de ces personnages très colorés. Guillaume Clausse crée Eddy, le sans domicile, avec autant de cœur que de frissonnement épidermique. Très physique, il fait passer l'émotion intégralement par son corps et une incarnation entière. Jocelyn Lagarrigue, en contraste, semble un animal à l'affût de sa proie. Il est une inquiétante présence, dont le jeu ne se dévoile jamais tout à fait.

La mise en scène de Didier Girauldon donne du mouvement à une situation qui serait sinon très statique (unité de lieu, de temps et d'action). Elle s'ingénie à dynamiser les scènes par de constants déplacements des protagonistes et un jeu que les éléments de décor permettent : principalement deux pans de murs percés de deux portes, symétriques, que les interprètes manipulent et qui représentent ce Graal moderne, le logement.

© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
Comment cette guerre finit-elle ? Qui gagne ? Qui perd ? Le spectacle laisse l'imaginaire des spectateurs répondre.

Pour l'anecdote (si l'on veut), un mot sur les déboires rencontrés par la compagnie Jabberwock qui produit le spectacle. En dehors des règles actuelles qui ont empêché la création de la pièce dans la région de Tours le 17 décembre, un autre bâton a été jeté dans les roues du spectacle. La salle qui devait accueillir la création (La Pléiade, à La Riche, bourgade proche de Tours) l'a refusée quelques jours avant la première, par décision de la mairie semble-t-il. Sans justification précise…

Drôle de pied-de-nez du destin que de voir une pièce ayant pour fil narratif la difficulté de trouver un logement se voir "jetée à la rue" par des institutions locales… Par chance, et par grâce, et par respect pour le travail que font les compagnies dans tous les territoires, la ville de Saint-Cyr-sur-Loire a accueilli cette avant-première dans sa très belle salle L'Escale. Alors au passage, un grand merci à la commune de Saint-Cyr-sur-Loire qui a permis de sauver cette création.

"Dans les murs"

© Jonathan Michel.
© Jonathan Michel.
Texte : Vincent Farasse.
Mise en scène : Didier Girauldon, en collaboration avec Constance Larrieu.
Avec : Guillaume Clausse et Jocelyn Lagarrigue.
Musique : David Bichindaritz.
Scénographie : Antoine Vasseur.
Création lumières : Mathilde Chamoux.
Création costumes : Fanny Brouste.
Chorégraphie combat : Emmanuel Lanzi.
Régie générale : Florian Jourdon.
Production Compagnie Jabberwock.
Durée : 1 h 10.

Du 20 au 31 janvier 2021.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 16 h.
Théâtre de la Reine Blanche, Paris 18e, 01 40 05 06 96.
>> reineblanche.com

Bruno Fougniès
Mercredi 23 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020