La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Claude Rich vend son âme au diable

"L'Intrus", Comédie des Champs-Élysées, Paris

À la Comédie des Champs-Élysées, "L’Intrus" a du mal à nous convaincre. Le texte d’Antoine Rault est raté, alambiqué, plutôt prétentieux… La mise en scène de Christophe Lidon, qui travaille à la chaîne, est carrément de mauvais goût… Reste cependant deux comédiens exceptionnels et un sujet qui aurait pu être passionnant.



L'Intrus © D.R.
L'Intrus © D.R.
Pour sa troisième collaboration avec Claude Rich, après les très réussis Le Caïman et Le Diable rouge, l’auteur Antoine Rault s’intéresse cette fois au mythe de Faust qu’il revisite selon les codes de notre monde actuel : Henri est un grand scientifique qui a consacré toute sa vie à l’étude du cerveau et à la maladie d’Alzheimer. Une nuit, il découvre un intrus dans son lit, un jeune homme mystérieux, la maladie elle-même en fait, qui lui propose un pacte diabolique : une dernière jeunesse de quelques instants en échange de son âme… La pièce reprend donc le thème de Faust en le traitant comme une "comédie existentielle" mettant en scène l’homme d’aujourd’hui face aux éternelles questions de la vie, de la mort, de l’amour, du bonheur… Mais que les élèves travaillant leur bac de philo ne s’y trompent pas et passent leur chemin ! Malgré de grandes réussites littéraires, Antoine Rault nous a pondu cette fois un texte bien décevant, tissé de bons mots faciles et de réflexions philosophiques de comptoirs…

On est même quelque peu atterrés de voir deux si bons comédiens défendre de telles banalités. La pièce veut jouer sur les dédoublements de personnages, les retours en arrière, l’entrecroisement des fantasmes et de la réalité, de la folie et des réminiscences… Comme si nous étions nous-mêmes dans la mémoire du personnage, dans son cerveau. Ambitieux, pour le moins. Et raté… car tout cela est plutôt foutraque, sans aucune finesse, et les gros sabots de Christophe Lidon n’arrangent rien. Sa mise en scène dégoulinante de lumières rouges et violettes, use et abuse d’effet "magiques" complètement éculés : bruitages, bascule d’éclairages, miroirs sans teint… La scénographie de Catherine Bluwal - comme souvent chez elle - compose une ambiance très baroque. Mais, cette fois, elle va de pair avec l’ensemble : un manque patent d’inspiration.

L'Intrus © D.R.
L'Intrus © D.R.
Au milieu de ce maelström peu entraînant, il faut se concentrer sur le positif de ce spectacle : le bonheur intact de voir Claude Rich sur une scène. Le sourire est toujours aussi éclatant et le regard pétillant. Il fait vivre son personnage avec une classe inimitable. Il nous touche aussi, même si on ne peut s’empêcher de regretter que l’ensemble soit bien en dessous de la stature de ce comédien.

L’autre joie réside dans le choix parfait de distribution pour ce fameux intrus : Nicolas Vaude, cheveux en bataille et sourire magnifiquement inquiétant, compose un diablotin bondissant, aussi bien effrayant que séduisant, dans une parfaite maîtrise des ruptures. Leur duo fonctionne à merveille, c’est un vrai régal. Pour les trois autres comédiens, même si la fille de Claude Rich en fait partie, force est de constater qu’ils font bien pâle figure face à ces deux têtes d’affiches.

Si l’on peut pardonner aisément un raté à Antoine Rault qui a déjà produit tant de belles pièces auparavant (on pense notamment à celle mise en scène par Bruno Abraham Kremer, La Vie sinon rien), il n’en va pas de même pour Christophe Lidon qui peut-être qu’à force de tant travailler se disperse et perd autant en créativité qu’en finesse.

Quant aux comédiens… mais qu’allaient-ils bien faire dans cette galère ?

"L'Intrus"

(Vu le 16 septembre)
Texte : Antoine Rault.
Mise en scène : Christophe Lidon.
Assistante à la mise en scène : Sophie Gubri.
Avec : Claude Rich, Nicolas Vaude, Jean-Claude Bouillon, Delphine Rich, Chloé Berthier.
Musiques : Michel Winogradoff.
Créateur lumières : Marie-Hélène Pinon.
Costumes : Claire Belloc.
Décorateur : Catherine Bluwal.
Durée: 1 h 40.

Spectacle du 8 septembre au 31 décembre 2011.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 16 h 30.
Comédie des Champs-Élysées, Paris 8e.
Réservations : 01 53 23 99 19.
>> www.comediedeschampselysees.com

Michaël Duplessis
Jeudi 6 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020