La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Cataract Valley" Famille je vous aime !

Un cadre idyllique, où flore et faune sauvages sembleraient immuables, serait-il de nature à panser les souffrances d'âmes à la dérive en leur donnant racines ? S'il est vrai que la littérature est le lieu de résilience de passions dévorantes et le théâtre, "l'autre scène" où se projettent à l'envi les conflits psychiques générés par les assignations familiales héritées, alors "Camp Cataract", écrit en 1948 par Jane Bowles - digne héritière de Virginia Woolf -, fait figure d'écosystème.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Comme l'auteure d'"Une chambre à soi", la nouvelliste new-yorkaise éprouvait une attirance assumée pour les amours féminines ; tout comme elle, elle a lié sa vie à un écrivain de renom lui prodiguant une amitié au-dessus de tout soupçon. L'une et l'autre semblaient fascinées par les désordres de l'âme trouvant leurs échos dans les eaux tourmentées. Mais si Virginia Woolf mit volontairement fin à sa vie dans les eaux de l'Ousse, c'est en se noyant dans l'alcool que Jane Bowles interrompit ses souffrances. Auparavant, les chutes d'eau lui avaient fourni une source mimétique d'inspiration…

Ainsi, en adaptant la nouvelle de Jane Bowles à la scène, Marie Rémond et Thomas Quillardet se confrontent à un défi artistique. Comment plastiquement pouvoir rendre compte des mouvements intérieurs de deux sœurs (on laissera la troisième à Anton Tchékhov) impactées par une névrose familiale dévorante ? Comment ne pas s'abimer dans une mise en jeu qui n'évoquerait que l'écume des enjeux vécus par Harriet, la sœur "fragile des nerfs" tentant de trouver, près des chutes, une issue à son mal-être endémique, et par Sadie, la sœur engluée tout autant sinon plus dans une problématique dévastatrice ?

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Entre onirisme et réalité, "Cataract Valley" nous embarque dans deux lieux se faisant judicieusement écho, confondus dans la même "construction", figurant alternativement la salle à manger familiale, noyau de l'héritage névrotique, et le cabanon en bois élevé près des cataractes, refuge transitoire et illusoire. Si Harriet, "indépendante mais soucieuse du regard des autres", a trouvé l'énergie d'y séjourner, ce n'est qu'à titre épisodique tant elle ne peut rompre avec ses assises. Quant à Sadie, elle qui, bien que sadisée par son autre sœur et le rustre mari de celle-ci, n'arrête pas d'égrener les louanges de "l'esprit de famille", elle ne peut concevoir d'être séparée de sa sœur, quand bien même devrait-elle en mourir.

Comme dans le jeu du jokari, elles ont l'une et l'autre le même fil à la patte qui ramène inexorablement leur "je" vers leur point d'ancrage, le nœud pervers tissé par les attaches parentales. On pense à la prédiction de Serge Leclaire, le psychanalyste auteur de l'essai "On tue un enfant", invitant à s'affranchir des vœux secrets des parents, déposés dans l'inconscient de chacun(e). Pour vivre en tant que sujet, poursuit-il, "il faut s'en affranchir : meurtre nécessaire autant qu'impossible, encore à perpétrer, jamais accompli". Et ce, au risque de disparaître soi-même si "Sa Majesté l'Enfant", objet des désirs parentaux, venait à survivre.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
La plus jeune des sœurs, Harriet, protégée par ses symptômes nerveux l'ayant conduite à prendre acte de son mal-être, trouve un peu de répit auprès de la force diluvienne des eaux en furie faisant diversion aux flux internes qui menacent de l'engloutir. Sadie, attirée irrésistiblement par elle, sous le couvert bien-pensant de l'amour sororal, ne bénéficiera pas de la même protection lorsqu'elle s'aventurera, corsetée jusqu'à l'étouffement dans ses empêchements hérités, à la rejoindre près "des chutes". Le pluriel résonne alors polyphoniquement comme une prophétie.

Les jeux des deux actrices épousent le je de leur personnage (avec mention spéciale à accorder à Caroline Arrouas dans le rôle de Sadie) et l'on finirait par croire aux démons qui les agitent… si ce n'était la présence près de ce lieu voué par excellence au tourisme de masse d'un "Indien" irlandais grimé pour la circonstance - capitalisme et consumérisme obligent - afin de fourguer aux cohortes en transhumance des souvenirs de pacotille cousus main. Cette rupture granguignolesque de ton, surlignée à l'envi par la mise en jeu, introduit une faille dans laquelle se précipitent les horizons d'attente propres au texte, les engloutissant à jamais.

Dommage qu'il en advienne ainsi de ce qui s'annonçait comme une promesse digne d'attention, la chute - que l'on ne dévoilera pas - perdant elle-même de sa crédibilité dans cette volonté délibérée d'avoir voulu auparavant apporter - "à tout prix" - de la légèreté à ce qui n'en réclamait aucunement.

"Cataract Valley"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'après la nouvelle "Camp Cataract" de Jane Bowles, nouvelle extraite de "Plaisirs Paisibles" (1948).
Un projet de Marie Rémond.
Adaptation et mise en scène : Marie Rémond et Thomas Quillardet.
Avec : Caroline Arrouas, Caroline Darchen, Laurent Ménoret, Marie Rémond.
Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy.
Son : Aline Loustalot.
Lumières : Michel Le Borgne.
Costumes : Marie La Rocca.
Réalisation du décor dans les ateliers du Théâtre de la Cité sous la direction de Claude Gaillard.
Réalisation des costumes dans les ateliers du Théâtre de la Cité sous la direction de Nathalie Trouvé.
Durée 1 h 30.

Créé en 2018 au Théâtre de la Cité - CDN Toulouse Occitanie.
A été représente au TnBA, Salle Vauthier, Bordeaux, du 8 au 17 janvier 2020.

Tournée

22 au 24 janvier 2020 : Comédie de Reims - CDN, Reims (51).
29 au 31 janvier 2020 : Théâtre de Lorient - CDN, Lorient (56).

Yves Kafka
Mardi 21 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021