La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Cataract Valley" Famille je vous aime !

Un cadre idyllique, où flore et faune sauvages sembleraient immuables, serait-il de nature à panser les souffrances d'âmes à la dérive en leur donnant racines ? S'il est vrai que la littérature est le lieu de résilience de passions dévorantes et le théâtre, "l'autre scène" où se projettent à l'envi les conflits psychiques générés par les assignations familiales héritées, alors "Camp Cataract", écrit en 1948 par Jane Bowles - digne héritière de Virginia Woolf -, fait figure d'écosystème.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Comme l'auteure d'"Une chambre à soi", la nouvelliste new-yorkaise éprouvait une attirance assumée pour les amours féminines ; tout comme elle, elle a lié sa vie à un écrivain de renom lui prodiguant une amitié au-dessus de tout soupçon. L'une et l'autre semblaient fascinées par les désordres de l'âme trouvant leurs échos dans les eaux tourmentées. Mais si Virginia Woolf mit volontairement fin à sa vie dans les eaux de l'Ousse, c'est en se noyant dans l'alcool que Jane Bowles interrompit ses souffrances. Auparavant, les chutes d'eau lui avaient fourni une source mimétique d'inspiration…

Ainsi, en adaptant la nouvelle de Jane Bowles à la scène, Marie Rémond et Thomas Quillardet se confrontent à un défi artistique. Comment plastiquement pouvoir rendre compte des mouvements intérieurs de deux sœurs (on laissera la troisième à Anton Tchékhov) impactées par une névrose familiale dévorante ? Comment ne pas s'abimer dans une mise en jeu qui n'évoquerait que l'écume des enjeux vécus par Harriet, la sœur "fragile des nerfs" tentant de trouver, près des chutes, une issue à son mal-être endémique, et par Sadie, la sœur engluée tout autant sinon plus dans une problématique dévastatrice ?

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Entre onirisme et réalité, "Cataract Valley" nous embarque dans deux lieux se faisant judicieusement écho, confondus dans la même "construction", figurant alternativement la salle à manger familiale, noyau de l'héritage névrotique, et le cabanon en bois élevé près des cataractes, refuge transitoire et illusoire. Si Harriet, "indépendante mais soucieuse du regard des autres", a trouvé l'énergie d'y séjourner, ce n'est qu'à titre épisodique tant elle ne peut rompre avec ses assises. Quant à Sadie, elle qui, bien que sadisée par son autre sœur et le rustre mari de celle-ci, n'arrête pas d'égrener les louanges de "l'esprit de famille", elle ne peut concevoir d'être séparée de sa sœur, quand bien même devrait-elle en mourir.

Comme dans le jeu du jokari, elles ont l'une et l'autre le même fil à la patte qui ramène inexorablement leur "je" vers leur point d'ancrage, le nœud pervers tissé par les attaches parentales. On pense à la prédiction de Serge Leclaire, le psychanalyste auteur de l'essai "On tue un enfant", invitant à s'affranchir des vœux secrets des parents, déposés dans l'inconscient de chacun(e). Pour vivre en tant que sujet, poursuit-il, "il faut s'en affranchir : meurtre nécessaire autant qu'impossible, encore à perpétrer, jamais accompli". Et ce, au risque de disparaître soi-même si "Sa Majesté l'Enfant", objet des désirs parentaux, venait à survivre.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
La plus jeune des sœurs, Harriet, protégée par ses symptômes nerveux l'ayant conduite à prendre acte de son mal-être, trouve un peu de répit auprès de la force diluvienne des eaux en furie faisant diversion aux flux internes qui menacent de l'engloutir. Sadie, attirée irrésistiblement par elle, sous le couvert bien-pensant de l'amour sororal, ne bénéficiera pas de la même protection lorsqu'elle s'aventurera, corsetée jusqu'à l'étouffement dans ses empêchements hérités, à la rejoindre près "des chutes". Le pluriel résonne alors polyphoniquement comme une prophétie.

Les jeux des deux actrices épousent le je de leur personnage (avec mention spéciale à accorder à Caroline Arrouas dans le rôle de Sadie) et l'on finirait par croire aux démons qui les agitent… si ce n'était la présence près de ce lieu voué par excellence au tourisme de masse d'un "Indien" irlandais grimé pour la circonstance - capitalisme et consumérisme obligent - afin de fourguer aux cohortes en transhumance des souvenirs de pacotille cousus main. Cette rupture granguignolesque de ton, surlignée à l'envi par la mise en jeu, introduit une faille dans laquelle se précipitent les horizons d'attente propres au texte, les engloutissant à jamais.

Dommage qu'il en advienne ainsi de ce qui s'annonçait comme une promesse digne d'attention, la chute - que l'on ne dévoilera pas - perdant elle-même de sa crédibilité dans cette volonté délibérée d'avoir voulu auparavant apporter - "à tout prix" - de la légèreté à ce qui n'en réclamait aucunement.

"Cataract Valley"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'après la nouvelle "Camp Cataract" de Jane Bowles, nouvelle extraite de "Plaisirs Paisibles" (1948).
Un projet de Marie Rémond.
Adaptation et mise en scène : Marie Rémond et Thomas Quillardet.
Avec : Caroline Arrouas, Caroline Darchen, Laurent Ménoret, Marie Rémond.
Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy.
Son : Aline Loustalot.
Lumières : Michel Le Borgne.
Costumes : Marie La Rocca.
Réalisation du décor dans les ateliers du Théâtre de la Cité sous la direction de Claude Gaillard.
Réalisation des costumes dans les ateliers du Théâtre de la Cité sous la direction de Nathalie Trouvé.
Durée 1 h 30.

Créé en 2018 au Théâtre de la Cité - CDN Toulouse Occitanie.
A été représente au TnBA, Salle Vauthier, Bordeaux, du 8 au 17 janvier 2020.

Tournée

22 au 24 janvier 2020 : Comédie de Reims - CDN, Reims (51).
29 au 31 janvier 2020 : Théâtre de Lorient - CDN, Lorient (56).

Yves Kafka
Mardi 21 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020