La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Cataract Valley" Famille je vous aime !

Un cadre idyllique, où flore et faune sauvages sembleraient immuables, serait-il de nature à panser les souffrances d'âmes à la dérive en leur donnant racines ? S'il est vrai que la littérature est le lieu de résilience de passions dévorantes et le théâtre, "l'autre scène" où se projettent à l'envi les conflits psychiques générés par les assignations familiales héritées, alors "Camp Cataract", écrit en 1948 par Jane Bowles - digne héritière de Virginia Woolf -, fait figure d'écosystème.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Comme l'auteure d'"Une chambre à soi", la nouvelliste new-yorkaise éprouvait une attirance assumée pour les amours féminines ; tout comme elle, elle a lié sa vie à un écrivain de renom lui prodiguant une amitié au-dessus de tout soupçon. L'une et l'autre semblaient fascinées par les désordres de l'âme trouvant leurs échos dans les eaux tourmentées. Mais si Virginia Woolf mit volontairement fin à sa vie dans les eaux de l'Ousse, c'est en se noyant dans l'alcool que Jane Bowles interrompit ses souffrances. Auparavant, les chutes d'eau lui avaient fourni une source mimétique d'inspiration…

Ainsi, en adaptant la nouvelle de Jane Bowles à la scène, Marie Rémond et Thomas Quillardet se confrontent à un défi artistique. Comment plastiquement pouvoir rendre compte des mouvements intérieurs de deux sœurs (on laissera la troisième à Anton Tchékhov) impactées par une névrose familiale dévorante ? Comment ne pas s'abimer dans une mise en jeu qui n'évoquerait que l'écume des enjeux vécus par Harriet, la sœur "fragile des nerfs" tentant de trouver, près des chutes, une issue à son mal-être endémique, et par Sadie, la sœur engluée tout autant sinon plus dans une problématique dévastatrice ?

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Entre onirisme et réalité, "Cataract Valley" nous embarque dans deux lieux se faisant judicieusement écho, confondus dans la même "construction", figurant alternativement la salle à manger familiale, noyau de l'héritage névrotique, et le cabanon en bois élevé près des cataractes, refuge transitoire et illusoire. Si Harriet, "indépendante mais soucieuse du regard des autres", a trouvé l'énergie d'y séjourner, ce n'est qu'à titre épisodique tant elle ne peut rompre avec ses assises. Quant à Sadie, elle qui, bien que sadisée par son autre sœur et le rustre mari de celle-ci, n'arrête pas d'égrener les louanges de "l'esprit de famille", elle ne peut concevoir d'être séparée de sa sœur, quand bien même devrait-elle en mourir.

Comme dans le jeu du jokari, elles ont l'une et l'autre le même fil à la patte qui ramène inexorablement leur "je" vers leur point d'ancrage, le nœud pervers tissé par les attaches parentales. On pense à la prédiction de Serge Leclaire, le psychanalyste auteur de l'essai "On tue un enfant", invitant à s'affranchir des vœux secrets des parents, déposés dans l'inconscient de chacun(e). Pour vivre en tant que sujet, poursuit-il, "il faut s'en affranchir : meurtre nécessaire autant qu'impossible, encore à perpétrer, jamais accompli". Et ce, au risque de disparaître soi-même si "Sa Majesté l'Enfant", objet des désirs parentaux, venait à survivre.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
La plus jeune des sœurs, Harriet, protégée par ses symptômes nerveux l'ayant conduite à prendre acte de son mal-être, trouve un peu de répit auprès de la force diluvienne des eaux en furie faisant diversion aux flux internes qui menacent de l'engloutir. Sadie, attirée irrésistiblement par elle, sous le couvert bien-pensant de l'amour sororal, ne bénéficiera pas de la même protection lorsqu'elle s'aventurera, corsetée jusqu'à l'étouffement dans ses empêchements hérités, à la rejoindre près "des chutes". Le pluriel résonne alors polyphoniquement comme une prophétie.

Les jeux des deux actrices épousent le je de leur personnage (avec mention spéciale à accorder à Caroline Arrouas dans le rôle de Sadie) et l'on finirait par croire aux démons qui les agitent… si ce n'était la présence près de ce lieu voué par excellence au tourisme de masse d'un "Indien" irlandais grimé pour la circonstance - capitalisme et consumérisme obligent - afin de fourguer aux cohortes en transhumance des souvenirs de pacotille cousus main. Cette rupture granguignolesque de ton, surlignée à l'envi par la mise en jeu, introduit une faille dans laquelle se précipitent les horizons d'attente propres au texte, les engloutissant à jamais.

Dommage qu'il en advienne ainsi de ce qui s'annonçait comme une promesse digne d'attention, la chute - que l'on ne dévoilera pas - perdant elle-même de sa crédibilité dans cette volonté délibérée d'avoir voulu auparavant apporter - "à tout prix" - de la légèreté à ce qui n'en réclamait aucunement.

"Cataract Valley"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'après la nouvelle "Camp Cataract" de Jane Bowles, nouvelle extraite de "Plaisirs Paisibles" (1948).
Un projet de Marie Rémond.
Adaptation et mise en scène : Marie Rémond et Thomas Quillardet.
Avec : Caroline Arrouas, Caroline Darchen, Laurent Ménoret, Marie Rémond.
Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy.
Son : Aline Loustalot.
Lumières : Michel Le Borgne.
Costumes : Marie La Rocca.
Réalisation du décor dans les ateliers du Théâtre de la Cité sous la direction de Claude Gaillard.
Réalisation des costumes dans les ateliers du Théâtre de la Cité sous la direction de Nathalie Trouvé.
Durée 1 h 30.

Créé en 2018 au Théâtre de la Cité - CDN Toulouse Occitanie.
A été représente au TnBA, Salle Vauthier, Bordeaux, du 8 au 17 janvier 2020.

Tournée

22 au 24 janvier 2020 : Comédie de Reims - CDN, Reims (51).
29 au 31 janvier 2020 : Théâtre de Lorient - CDN, Lorient (56).

Yves Kafka
Mardi 21 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022