La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Candide ou l'Optimisme" Le fantastique voyage au bout de la nuit d'un bâtard éclairé

Adapter un conte initiatique, écrit au mitan du XVIIIe siècle par un illustre philosophe des Lumières avide d'en découdre avec les obscurantismes de son époque, relève du pur défi. En effet, si la réflexion voltairienne sur le monde tel qu'il va (ou ne va pas), sous-tendant les aventures picaresques du héros dont le patronyme est devenu depuis nom commun, est toujours d'actualité, les personnages et leurs péripéties, eux, sont datés. Julien Duval (dé)joue cette difficulté en proposant une mise en jeu tonique et décalée, espiègle et déroutante, propre à rendre l'essence de l'œuvre en la projetant jusqu'à nous de manière décomplexée.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Ah qu'ils étaient beaux ces moments exquis passés en compagnie de sa belle Cunégonde, fille de M. et Mme La Baronne de Thunder-ten-tronckH, dans leur château de Westphalie à l'abri des bruits du monde. Le jeune homme, niais comme pas un, rougissait de plaisir à la vue de sa cousine qui l'entraînait dans une partie de frétillement de langues, de mouvements cadencés de hanches et dans un corps-à-corps prometteur d'extase… Sauf que, leurs ébats surpris par le papa, détenteur d'un nombre impressionnant de quartiers de noblesse, il ne pouvait être question que sa chère fille déchoie de son rang en s'acoquinant avec un bâtard né des amours de la sœur de M. Le Baron et d'un gentilhomme moins capé en parts de noblesse…

Ainsi le jeune Candide sera-t-il chassé d'emblée du minuscule paradis terrestre, disgrâce augurant du long périple émaillé des heurs et malheurs, petits bonheurs et grands désastres qui l'attendront dans l'immense monde… Cette entrée en matière, menée tambour battant en convoquant les codes de la farce mâtinée d'une musique rythmée à tout crin, donne le ton. On aurait même pu craindre un instant, au vu de cette amorce, à une forme de facilité propre à séduire à bon compte un public moins averti… Il n'en sera rien.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Maîtrisant le foisonnement des aventures et mésaventures de son antihéros magnifiquement naïf, le metteur en scène prend plaisir, au travers de ses truculentes péripéties, à ne jamais trahir le cheminement de ses pensées, l'amenant à reconsidérer l'enseignement du philosophe Pangloss, à l'aune des atrocités vues et vécues. Ainsi le précepte cardinal, "Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles", va-t-il souffrir du contact avec une réalité beaucoup moins amène conduisant l'ingénu à contredire son maître es-pensée : "Eh bien mon cher Pangloss, quand vous avez été pendu, disséqué, roué de coups, et que vous avez ramé aux galères, avez-vous toujours pensé que tout allait le mieux du monde ?".

Les personnages hauts en couleurs - à l'exemple du baronnet en slip vert, mini-cape et bonnet verts - campés par une troupe de sept comédiens délurés, arpentant "en tous sens" le plateau, endossant avec envie une multitude de rôles, ont soif de nous extirper de notre zone de confort en démultipliant les horreurs narrées avec une bonhomie contagieuse. La leçon liminaire du très suffisant philosophe Pangloss (avatar de Leibnitz, ennemi juré de Voltaire), professeur de métaphysico-théologo-cosmolo-nigologie vêtu d'un trois-pièces et chaussé de lunettes fines permettant de lui "tailler un costume" à sa mesure tant son discours sur "la raison suffisante", s'avère… insuffisante et porte dans ses plis son démenti formel : non, tout dans ce bas-monde n'est pas "nécessairement pour la meilleure fin".

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Défileront sur fond du même décor minimaliste de dunes éclairées différemment au fur et à mesure que les paysages se succèdent - Westphalie, Hollande, Lisbonne, Amérique du Sud, Venise, etc. - une foultitude d'horreurs en tous genres… Ainsi de l'enrôlement de force dans l'armée bulgare où notre héros, après avoir été soulé et roué de coups, découvre le carnage des champs de bataille. Ainsi de la Hollande où il apprend que Cunégonde est morte après avoir été violée par les Bulgares, idem du sort de La Baronne coupée en morceaux, et où il rencontre Pangloss, vérolé et vomissant. Ainsi de Lisbonne, au lendemain du funeste tremblement de terre, où les prêtres décident d'un autodafé pour que s'abstienne la terre de trembler : ils en seront les victimes expiatoires, Pangloss pendu et Candide - cela devient une habitude - sauvagement fouetté… Et ceci n'est encore qu'un début, continuons…

De rebondissements en rebondissements (Cunégonde n'était finalement pas morte…), d'horreurs en horreurs, la réflexion de Candide progresse : "Dommage que Pangloss n'ait été pendu. je lui ferais quelques objections…". Et quand Pangloss réapparaîtra (lui aussi…) pour se réjouir du sort du "nègre" de la sucrerie de Surinam - amputé certes de la main droite et de la jambe gauche, mais ayant l'insigne honneur d'être l'esclave d'un blanc, de faire la fortune de ses parents qui l'ont vendu… et de nous offrir accessoirement le sucre que nous mangeons en Europe - en clamant que les petits malheurs de tous font le bien commun -, Candide se mettra à douter plus encore de sa philosophie : "Pangloss il faudra que je renonce à ton optimisme…".

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Mais alors le monde entier ne serait-il que malheur ? Certes Candide découvrira qu'au nom de la religion, les hérétiques sont pendus ou jetés au feu, certes il sera amené, lui l'innocent pacifiste, à occire deux hommes de religion et un autre sans religion aucune, certes il constatera que c'est ainsi que les hommes vivent en portant la mort aux autres, que les guerres sont des boucheries infâmes où l'on dépèce à qui rigole… mais il fera aussi de belles rencontres, ouvroir de promesses potentielles.

Outre le séjour mirifique en Eldorado - pays où, puisqu'il n'y a pas de religion, tous sont frères et aucun ne risque d'être brûlé vif pour des croyances qu'il n'a pas - les rencontres avec l'aimable Jacques l'anabaptiste, avec Martin, philosophe lucidement "pessimiste", conscient des atrocités sans pour autant en être aigri, et enfin avec le jardinier ravi du lopin de terre où poussent ses cédrats, tous vont contribuer à la conclusion heureuse. Au terme de ce voyage au bout de la nuit, devenu philosophe éclairé, faisant front au public, regard extatique et sourire en banane, Candide clamera en même temps que sa vérité découverte - "Il faut cultiver notre jardin !" - sa confiance en l'homme capable d'œuvrer pour son bonheur terrestre.

Menée au rythme soutenu d'une campagne homérique où les (anti)héros (Candide et Cunégonde, devenue vieille et laide mais toujours sensuelle) triomphent in fine des turpitudes des institutions guerrières et religieuses porteuses d'un obscurantisme mortel, cette mise en jeu ludique et lumineuse des attendus du conte réalise une aporie : nous "divertir" (sourires et rires) sans nous "divertir" de l'essentiel, tant les correspondances entre le siècle de Voltaire et le nôtre sont - hélas, trois fois hélas - criantes de vérité terrienne… à ne pas taire.

Vu le jour de la première, mardi 9 novembre à 20 h 30 au TnBA Bordeaux.

"Candide ou l'Optimisme"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création production 2021 TnBA.
D'après le conte de Voltaire.
Adaptation théâtrale, Julien Duval et Carlos Martins.
Mise en scène : Julien Duval, artiste compagnon.
Assistanat à la mise en scène: Julia Roger (stagiaire).
Avec : Zoé Gauchet, Vanessa Koutseff, Félix Lefebvre, Odille Lauria, Franck Manzoni, Carlos Martins et Thierry Otin.
Composition musicale : Kat May.
Scénographie : Olivier Thomas.
Lumière : Anna Tubiana.
Costumes : Aude Désigaux, assistée de Laëtitia Bidault, Kam Derbali et Céleste Fournier.
Son : Madame Miniature.
Régie générale : Denis Vernet.
Travail corporel : Elsa Moulineau.
Régie son : Samuel Poumeyrol.
Régie plateau : Margot Vincent.
Régie lumière : François Lamoliatte.
Construction décors : Marc Valladon et Raphaël Quillart.
Compagnie Le Syndicat d'Initiative.
Durée 2 h.

Tournée
Du 11 au 12 janvier 2022 : L'Odyssée - Scène conventionnée, Périgueux (24).
Du 26 au 27 janvier 2022 : Théâtre Ducourneau - Scène conventionnée, Agen (47).
Du 2 au 4 février 2022 : Le Bateau Feu - Scène nationale, Dunkerque (59).
Du 8 au 9 février 2022 : L'Empreinte - Scène nationale de Brive-Tulle, Brive-la-Gaillarde (19).
Du 12 au 14 avril 2022 : La Coupe d'Or - Scène conventionnée, Rochefort (17).

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.

Yves Kafka
Jeudi 18 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022