La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

"Ça ira mieux demain"… Alévêque ne se fait pas prier pour en remettre !

"Ça ira mieux demain", Théâtre du Rond-Point, Paris

Alévêque, en pourfendeur de la morosité, joue les "Don Quichotte" sur scène. Il se bat, tel un soldat des temps modernes qui en a sa claque, contre l'ambiance morne et triste. Mais oui, ça ira mieux demain pardi !



© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
J'ai hésité à écrire cet article. Mais il est difficile de passer sous silence un soldat qui s'est battu contre la dette et les banques et qui aujourd'hui s'attaque à la morosité. Dans son spectacle, Alévêque fait aussi un croche-pied à la jeunesse vue de sa hauteur d'âge. Du Kev Adams inversé.

Il s'installe au piano et en deux temps trois mouvements fait glisser quelques notes tel un concertiste. Sauf que ce n'en est pas un et que c'est le premier à le savoir. Il porte juste ses rêves, donne sa perception du monde au travers de son optimisme feint ou réel.

"Ça ira mieux demain" est un peu le leitmotiv parlé et chanté du spectacle. La ritournelle fait chanson, le décalage est opéré mais c'est un peu du déjà vu, déjà connu avec des bons mots mais quelques facilités. Ce qui est bien avec Alévêque, c'est ce ton qui rafraîchit notre époque et qui efface, le temps d'un spectacle, cette galerie de piètres penseurs, par la qualité des propos ou des idées, devenus les coqueluches cathodiques d'une pensée mortifère et d'une vision fade et grossière du monde. Une pensée qui se nourrit de cette sempiternelle chanson du "c'était mieux avant" et de raccourcis où la littérature délaisse sa poésie pour s'accrocher à des idées grosses de paresse et molles de courage.

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Oui, moi aussi, je préférais avant, quand j'avais vingt ans et que je pouvais jouer six heures de suite au football sans être fatigué, faire cinquante pompes d'affilée d'une seule main (1), prendre le transilien en discutant avec de jolis sourires sans rencontrer des militaires en Famas (2). C'était mieux avant pardi ! La poésie était au balcon de toutes les fenêtres, il n'y avait pas de chômage et mon voisin de palier était toujours une jolie fille amoureuse, l'étranger un ami, le musulman un frère et les migrants une promesse d'avenir. Bien sûr…

Avec Alévêque, l'optimisme est de mise même si le propos reste moqueur, cruel et assez lucide d'une société qui doute d'elle-même, ballotée par l'insécurité, la peur de l'étranger, d'une fausse perte d'identité alimentée par certains politiques inspirés par des propos de piliers de bar. Alévêque nous fait oublier cela même s'il joue dans une catégorie où son talent aurait pu le mettre ailleurs. Il a toutefois le mérite de chanter à tue-tête contre la morosité.

Quand certains Intellectuels sont aux abonnés absents alors que d'autres ont perdu leurs points sur les "i", quand une partie des politiques joue les "pères cravache" avec des populations ballotées par la misère et la guerre suite aux inconséquences de politiques extérieures occidentales, oui le rire permet de botter le Q à tout cela. L'humoriste devient, au sens noble du terme, le Bouffon qui dit sa vérité à des actualités facilement anxiogènes quand elles se laissent politiquement enfermer par les peurs. Pour nous mettre à cheval et aller, grâce à la culture et à l'Art, vers cet Ailleurs qui enrichit chaque jour la France.
Mais ça ira mieux dès aujourd'hui car demain est un présent qui se lève sur de nouvelles promesses.

(1) Je frôle le mensonge ? Et alors…;o)
(2) Fusil d'Assaut de la Manufacture d'Armes de Saint-Étienne (FAMAS).

"Ça ira mieux demain"

© Xavier Cantat.
© Xavier Cantat.
Un spectacle de et avec : Christophe Alévêque.
Mise en scène : Philippe Sohier en collaboration avec Thierry Falvisaner.
Lumières : Jérôme Pérez Lopez.
Régie Générale : Francky Mermillod.
Durée estimé : 1 h 30.

Jusqu'au 7 novembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Théâtre du Rond-Point, Salle Renaud-Barrault, Paris 8e, 01 44 95 98 00.
>> theatredurondpoint.fr

Tournée
19 novembre 2015 : Le Radiant, Lyon (69).
25 au 27 novembre 2015 : La Comédie de Picardie, Amiens (80).
À partir du 4 décembre 2015 : Le Palais des Glaces, Paris (75).
8 décembre 2015 : La Passerelle, Florange (57).
11 et 12 décembre 2015 : Théâtre du Gymnase (13).
8 janvier 2016 : Bergerac (33).
10 mai 2016 : Anthéa, Antibes (06).
12 mai 2016 : Le Haillan (33).

Safidin Alouache
Mercredi 4 Novembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011