La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Humour

Arnaud Tsamère, le phénomène

Buzz d'Arnaud Tsamère dans l’émission de Ruquier ("On n’demande qu’à en rire"). En ce moment au Théâtre Les Feux de la rampe, son spectacle "chose promise" fait un carton. C’est bien simple, les soirs où il se produit, on y voit une file (interminable) d’aficionados. De notre côté, on se devait de comprendre : était-ce l’effet "vu à la téloche" et mouton de Panurge ? Genre phénomène de mode et autres flammèches de pacotilles ? Il fallait donc qu’on aille voir… de nos propres oreilles. Disons que nous n’avons pas été déçus par l’artiste !



Arnaud Tsamère, le phénomène
Comme dans tous les One man show, le pitch est archi simple : Patrice Valenton, c’est le genre de prof un peu psycho-rigide sur le retour. Mais Patrice, c’est aussi un chic type. Car il a eu un meilleur ami (Rémi), mort dans un accident de voiture pour cause d’éthylisme aggravé (version Les petits mouchoirs encore plus sirupeux). Avant de crever, il lui a légué un carnet sur lequel il a gribouillé quelques rêves de gosses : des anecdotes du Balto, une histoire de ventriloquie, un souvenir de film (et pas des moindres : Les Tontons flingueurs)… que Patrice raconte uniquement pour lui rendre hommage. Le paquet est maison, limite rudimentaire, mais il bien ficelé. Il n’y a plus qu’à attraper le fil et à tirer dessus pour que s’en échappe une explosion de rires, d’idées et de personnages… Et hop, nous voilà partis pour près d’une heure trente de banane… à se fendre la poire, limite à se taper le cul par terre…

Alors Patrice, ça fait quoi de se retrouver sur le devant de la scène ?

Avant d’entendre ta réponse ("chose promise" !), je t’ai écrit une p’tite bafouille. Je voudrais bien que tu la lises… attentivement !

Très cher prof. d’Économie,

Voilà, il faut que je te dise… Je n’ai jamais été ton élève (Dieu m’en préserve, tu dois être chiant à mourir dans une salle de classe). En revanche, si un jour tu dois changer de métier, suis les pas de ton défunt ami : deviens farceur, railleur, ironiste, ventriloque (si si même ça !), humoral, fantaisiste, chansonnier, caricaturiste, surréaliste, burlesque, amuseur… Mais enfin, quitte cette casquette de prof, et deviens n’importe quoi, même comique de foire si ça te chante. Tout, SAUF fonctionnaire de morveux !
Je ne dis pas, tu dois être un type très sympa avec ta petite moustache et ta cravate en forme de tige. Mais bon, je te préfère avec ta tronche de noix de cajou quand tu te mets à causer avec "Falzouille", que tu "branles la nouille" du proviseur/producteur ou que tu te mets tout bonnement à turlupiner la connerie humaine (d’ailleurs, pas encore assez à mon goût). Alors, s’il te plait, ta rengaine de "shui pas comédien", tu te la fous dans ta poche et tu continues à "procéder à ton rappel", parce que moi, je reviendrai pour te serrer la pince. Et puis, je pense vraiment qu’en continuant à rendre hommage à ton ami mort, tu donnes une sacrée banane au spectacle vivant.

Alors comme dit l’autre (mort d’ailleurs !), salut ma poule, et bonne bourre avec Dino !


P.S. : Si les autres comprennent pas ma lettre, ils ont cas aller voir ton spectacle ! "Pouet".

"Chose promise"

Arnaud Tsamère © Alexandra Verniest.
Arnaud Tsamère © Alexandra Verniest.
(Vu le mercredi 4 mai 2011)

Texte : François Rollin, Arnaud Joyet et Arnaud Tsamère.
Mise en scène : François Rollin et Arnaud Joyet.

Les mardi et mercredi à 21 h 30.
Du 5 janvier 2011 au 26 juin 2011.
Théâtre Les Feux de la rampe
Réservations : 01 42 46 26 19
www.theatre-lesfeuxdelarampe.com

Du 8 au 31 juillet au Festival Off d'Avignon.
Nous vous signalons que le spectacle d'Arnaud Tsamere, "Chose promise", au Théâtre du Monte Charge étant quasi complet jusqu'à la fin du festival, des dates supplémentaires ont été rajoutées au Palace du 14 au 19 juillet à 12 h.

>> À écouter dans la rubrique RDV du jour, l'interview en trois épisodes de Arnaud Tsamère.

Sheila Louinet
Mardi 10 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019