La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Arcadie" Le paradis est pavé de bonnes intentions…

Quand Sylvain Maurice, séduit par les aspirations libertaires de l'héroïne du best-seller éponyme d'Emmanuelle Bayamack-Tam, jette son dévolu sur le prix du Livre Inter 2019, c'est animé (comme l'écrivaine) des meilleures intentions du monde… Projeter sur un plateau le récit d'apprentissage d'une toute jeune fille découvrant Liberty House, lieu dont le seul nom vaut programme, apparaît prometteur de matières propres à questionner nos sociétés de plus en plus corsetées, voire liberticides…



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Mais si l'adaptation du metteur en scène est restée fidèle au roman, notamment au travers du choix de l'actrice proposant une vivante interprétation de l'itinéraire suivi par l'adolescente, a-t-elle pour autant réussi à "percuter" les paradis proposés afin d'ouvrir sur une réelle réflexion ?

Sur un carré immaculé délimité au sol, enveloppée d'une musique douce, émerge l'interprète à la tête couronnée de fleurs. Seule en scène, elle va conter à la première personne une expérience fabuleuse, celle de la rencontre d'une jeune fille à peine pubère avec le mentor d'une communauté portant le nom évocateur d'Arcady… Dans ce lieu paradisiaque, sorte de cour des Miracles accueillant les exclus du monde contemporain, se retrouvent handicapés physiques, dépressifs et bipolaires, marginaux refusant en bloc les "avancées" des technologies nouvelles. Sous la houlette des plus aimantes de leur gourou protecteur, ils vont vivre là, en milieu naturel, une paix fabriquée à l'aune de leurs aspirations libertaires.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Farah, dont le corps sculpté par les lumières du plateau n'en finit pas de vibrer, découvre émerveillée les frissons causés par une nature grouillante de vie. Des frémissements intenses qui, très vite, vont envahir son propre corps, comme des ondes naturelles partant de son bas ventre pour la submerger de plaisirs intenses. Rien à voir avec les ondes maudites ayant précipité sa mère dans ce havre "isolé" pour la mettre à l'abri de toutes émissions électromagnétiques. L'évocation de leur appartement d'avant, transformé en sanctuaire évidé de ses ordinateurs, téléphones portables et autres plaques à induction n'ayant pas réussi à protéger des fichues radiations sa génitrice revêtue d'un scaphandre d'apicultrice, lui offre l'occasion de joindre l'humour à l'extase promise par l'existence ici et maintenant…

Une promesse de vie pastorale sans entraves où le désir est érigé en bien sacré par Arcady, son berger, guide spirituel et membre éminemment viril de cette communauté hédonique. Veillant personnellement à ce que chacun et chacune, quels que soient son physique et son mental, puisse avoir accès aux satisfactions d'une sexualité vécue dans l'innocence d'avant le péché originel, il s'affairera – avec grande générosité – à donner corps à sa philosophie…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
En effet, dans ce lieu de vie protégée, tout le monde, handicapé, difforme, malade ou vieux, a droit à une sexualité épanouie. Et Arcady en est le premier garant, butinant de manière consentie chacun et chacune selon ses désirs… Quant au corps de Farah, travaillé par le flux des hormones adolescentes, il verra là l'opportunité de réaliser ses aspirations en connaissant la jouissance d'une union orgasmique avec le pasteur à l'aura divine.

Aux antipodes des "valeurs actuelles", ces pratiques énoncées en toute candeur pourraient apparaître choquantes… Mais le sont-elles vraiment lorsque l'on prend acte qu'elles présupposent le consentement éclairé des Arcadiens disposant de leurs corps comme ils l'entendent, un corps qui leur appartient en dehors de tout diktat étatique… D'ailleurs, le patriarche se gardera bien de satisfaire la demande explicite de Farah – "J'ai quatorze ans, mais je t'aime et te désire" – avant qu'elle n'ait atteint l'âge d'une maturité lui permettant d'émettre un consentement réfléchi.

Venant se superposer au thème de la liberté sexuelle, assumée pleinement en tant que ferment de libération (écho de "La Révolution sexuelle", 1936, de Wilhelm Reich, révolutionnaire et psychanalyste maudit), celui de l'identité genrée (héritée de l'état civil ou vécue en son for intérieur ?) créera, un temps, un trouble chez l'héroïne… En effet, privée de règles et conduite chez une gynécologue un brin excitée par le cas clinique qu'elle découvre, Farah se découvrira anatomiquement mi-homme, mi-femme. Et là encore, c'est Arcady qui, hors de tout tabou, la rassurera pleinement en enfouissant son visage dans sa toison. La comédienne, se lovant au sol, délivrera alors un récit extatique du passage à l'acte qui s'en suivra, ponctuant enfin l'union charnelle tant désirée.

En effet, n'ayant trouvé ni dans les livres, ni dans ses rencontres féminines, une réponse sur l'essence de la féminité (existe-t-elle ou est-elle une construction ?), Farah s'en remettra corps et âme à celui qui la fait advenir à l'état de sujet désirable, désirable à ses yeux et aux yeux des autres. Acte sexuel vécu comme fondamentalement libérateur en écho aux slogans d'un certain Mai 68 où politique et sexe étaient liés indissolublement : "Plus je fais l'amour, plus j'ai envie de faire la révolution ; plus je fais la révolution, plus j'ai envie de faire l'amour".

Alors, expérience libératrice aux vertus émancipatrices que celle offerte par le maître à penser de cette communauté édénique incarnée au plateau par une comédienne débordante de vitalité ? Peut-être… jusqu'au moment où la mécanique impeccablement huilée s'enrayera. Le gourou ne s'octroiera-t-il pas à l'occasion des droits refusés à ceux qu'il régente ? Ne les incitera-t-il pas à trouver de nouveaux adeptes fortunés pour "enrichir" la communauté ? Et surtout, lorsqu'un migrant viendra s'introduire dans le périmètre du territoire protégé, remettant en cause l'équilibre construit, qu'en sera-t-il de la belle générosité prêchée à tout-va par le groupe et son guide suprême ?

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
C'est là où, "dramatiquement", le bât blesse, la mise en jeu ne questionnant à aucun moment une vision quelque peu chimérique… En effet, si l'héroïne de papier et de plateau, se sentant légitimement trahie dans ses illusions, s'affranchit d'Arcady en prenant ses distances, c'est pour aller créer tout feu tout flamme sa propre communauté…

Devenant nouvel apôtre du bonheur à la portée de tous, la Sauveuse de l'Humanité, archange prônant, elle, l'amour inconditionnel et sans frontières du prochain, quelle que soit sa couleur de peau, son origine, on est en droit de craindre le pire… tant l'Histoire nous a appris que derrière tout ayatollah du bonheur des peuples se cache un dictateur en puissance. Et si "l'amour existe", encore faudrait-il ne pas le prendre pour "argent comptant"… sur un autre pour le faire vivre.

Vu le jeudi 2 mai 2024, Salle Vauthier du TnBA de Bordeaux en Aquitaine.

"Arcadie"

Texte : Emmanuelle Bayamack-Tam.
Adaptation : Sylvain Maurice.
Mise en scène : Sylvain Maurice.
Avec : Constance Larrieu.
Création lumière : Rodolphe Martin.
Création sonore : David Bichindaritz.
Costumes : Olga Karpinsky.
Collaboration à la scénographie et régie générale : Alain Deroo.
Régie lumière : Rodolphe Martin.
Régie son : Jérémie Tison.
Durée : 1 h 15.
"Arcadie" est édité chez P.O.L - prix du Livre Inter 2019.

Représenté du lundi 29 avril au vendredi 3 mai 2024 au TnBA à Bordeaux (33).

Tournée
Du 15 au 17 mai 2024 : Théâtre du Point du Jour, Lyon (69)
© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.

Yves Kafka
Mardi 14 Mai 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024