La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.



© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
La petite joaillerie, dont la renommée ne fait qu'augmenter grâce au talent de l'ancien employé, devient alors une sorte de frontière, de sas, entre le monde extérieur occupé par l'armée d'Hitler, et le monde clandestin où, malgré les drames du moment, la vie continue de bouillonner, de rêver et de créer un avenir. La délicatesse de l'écriture et du jeu des comédiens évite tous les pièges de l'exagération ou du scabreux, et ce sont des échanges touchants, pudiques, aux silences riches de sens qui forme l'essentielle de cette sonate des cœurs purs. Sans oublier les rires et les sourires provoqués par cette situation de ménage à trois consenti.

La mise en scène de Jean-Philippe Daguerre fonctionne sur le principe du montage cinéma : des scènes courtes, vives, avec des "cuts" aux noirs rapides et des fondus enchaînés subtils, soutenus par une bande son pertinente. Le spectacle défile ainsi sur un rythme intense. Les comédiens, tous très justes, absolument bien campés dans leurs rôles ajoutent à l'attraction que suscite cette histoire.

Alexandre Bonstein incarne un monsieur Haffmann d'une absolue grâce, à la fois effacé et combatif, Grégori Baquet construit un Pierre Vigneau sensible, attachant dans ses doutes, touchant dans son amour. Julie Cavanna dessine une femme à la fois forte et troublée par l'étrange situation où elle est plongée, elle parvient à faire naître des émotions avec des presque rien, toute en finesse. Tous les trois sont au diapason de la mise en scène : leurs jeux sont faits de touches délicates et d'esquisses suggestives.

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
On pourrait faire le reproche d'un dénouement un peu trop optimiste. Reste que les horreurs de l'Histoire ne sont pas édulcorées (grâce notamment à la belle dangerosité du couple de nazis interprété par Charlotte Matzneff, capable de rendre un rire aussi acéré que du barbelé, et Franck Desmedt au sourire si carnassier que l'on ne peut que se sentir proie face à lui).

Mais aussi à cause des références à la véritable histoire des spoliations d'œuvres d'art faites à Paul Rosenberg par les nazis. "La femme assise", tableau de Matisse qui faisait partie de sa collection, joue un rôle important dans cette histoire.

Et c'est finalement un message d'espoir en l'humain qui reste.

"Adieu Monsieur Haffmann"

Adieu Monsieur Haffmann
Auteur : Jean-Philippe Daguerre.
Mise en scène : Jean-Philippe Daguerre.
Avec : Grégori Baquet en alternance avec Charles Lelaure ou Benjamin Brenière, dans le rôle de Pierre Vigneau ; Alexandre Bonstein en alternance avec Marc Siemiatycki, dans le rôle de Joseph Haffmann ; Julie Cavanna en alternance avec Anne Plantey, dans le rôle d’Isabelle Vigneau ; Franck Desmedt en alternance avec Jean-Philippe Daguerre, dans le rôle d'Otto Abetz ; Charlotte Matzneff, en alternance avec Salomé Villiers, dans le rôle de Suzanne Abetz.
Décor : Caroline Mexme.
Musique et assistanat à la mise en scène : Hervé Haine.
Lumières : Aurélien Amsellem.
Costumes: Virginie H.
Collaboration artistique: Laurence Pollet-Villard.
Durée : 1 h 25.


À partir du 9 octobre 2018.
Jusqu'au 20 janvier 2019.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h 30.
À partir du 22 janvier 2019.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h, samedi 23 mars à 15 h.
Théâtre Rive Gauche, Paris 14e, 01 43 35 32 31.
>> theatre-rive-gauche.com

Bruno Fougniès
Mardi 9 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019