La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

64e Edition des Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 19 juillet, la Citadelle de Sisteron et d'autres lieux remarquables accueillent, pour la 64e fois depuis sa création, l'un des plus anciens festivals d'été de France. Tous les arts dialogueront sur scène, représentés par les plus éminentes personnalités dans une vraie "Harmonie des genres".



© DR.
© DR.
Dans les Alpes-de-Haute-Provence, la Citadelle de Sisteron offre depuis des décades un site de choix avec son théâtre de verdure pour le rayonnement estival du chant, du théâtre et de la musique instrumentale. Mais le festival s'est développé en programmant aussi des spectacles dans la Cathédrale Notre-Dame des Pommiers et le Cloître de Saint-Dominique.
Des lieux d'exception où seront proposés pas moins de neuf rendez-vous (un de plus par rapport à la 63e édition) - dont le thème cette année est le chant et les jeunes voix. Mais les stars confirmées répondent aussi présent comme on le verra dans cette petite sélection des concerts à ne pas rater.

En ouverture de cette 64e édition, un concert titré "Joyaux de l'Opera Buffa" permettra en effet de découvrir deux jeunes chanteuses déjà très appréciées, Ambroisine Bré et Ludivine Gombert, dans un programme dédié à Mozart, Rossini, Offenbach et Gounod notamment. Elles seront accompagnées de l'Orchestre Régional Avignon Provence (fondé à la fin du XVIIIe siècle et formation de l'Opéra Grand Avignon) dirigé par Samuel Jean. C'est la divine mezzo Catherine Trottmann qu'on pourra entendre le 23 juillet dans un concert d'"Inspirations italiennes" (Mozart, Haendel) avec l'orchestre Le Palais Royal (sur instruments d'époque) mené par son chef fondateur Jean-Philippe Sarcos - ancien élève de William Christie et de Georges Prêtre.

© DR.
© DR.
Le 2 août, la soprano catalane Nura Rial et la mandoline primée par un Grammy Award d'Avi Avital donneront "Concerti e Canzoni" pour un programme cent pour cent vénitien en compagnie de l'Orchestre de Chambre de Bâle dirigé par Julien Chauvin au violon - qu'on ne présente plus. Du côté des instrumentistes, le grand Nicholas Angelich (le pianiste aux deux Victoires de la musique classique) se produira avec l'Orchestre Symphonique Ose ! (sic) sous la baguette de son chef fondateur Daniel Kawka. Une soirée qui mettra à l'honneur un "Fantastique Berlioz" pour la commémoration de sa disparition, mais aussi Dvoràk et Rachmaninov.

Côté théâtre, le public pourra applaudir un drame de 1919, "La Légende d'une vie" de Stefan Zweig, dans la mise en scène de Christophe Lidon avec Nathalie Dessay, Macha Méril et Bernard Alane, entre autres comédiens. Pour la danse, deux événements exceptionnels donnent l'eau à la bouche. Le 30 juillet, "Boxe Boxe Brasil" à la croisée des arts donnera l'occasion au Quatuor Debussy de livrer sa conception musicale d'un spectacle chorégraphié par Mourad Merzouki avec la Compagnie Käfig et le Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne.

© DR.
© DR.
Enfin, pour clore en beauté ces Nuits de la Citadelle, le 13 août, Benjamin Millepied offrira la primeur de ses trois dernières créations "Homeward", "Orpheus Highway" et "Bach Studies I" avec sa compagnie fondée en 2012, le L.A. Dance Project. En attendant de découvrir le premier film musical sur "Carmen" de Bizet réalisé par l'ancienne étoile du New York City Ballet (sortie prévue en automne 2019).

Du 19 juillet au 13 août 2019.
64e Nuits de la Citadelle.
Pavillon ATM,
1, Allée de Verdun, Sisteron (04).
Tél. : 04 92 61 06 00.
>> nuitsdelacitadelle.fr

Christine Ducq
Vendredi 5 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020