La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

3 au 12 août 2012, Festival Interceltique - "Emvod Ar Gelted", Lorient, Morbihan

Au départ, en 1971, était la "Fête des Cornemuses", son championnat des Bagadou, sa cotriade et son impressionnant défilé de plus de trente cercles. Fort d'une volonté et d'une profonde conviction de développer l'aura de la musique et de la culture bretonne, conforté très rapidement par la présence d'autres nations, le festival crée le concept de l'interceltisme... et devient l'Interceltique... faisant de Lorient la capitale mondiale de la celtitude contemporaine, métissée et ouverte au monde.



Nuit Interceltique © M. Renac 2011.
Nuit Interceltique © M. Renac 2011.
Après avoir reçu de nombreux pays ou provinces (Irlande, Île de Man, Écosse, Pays de Galles, Galice, Asturies, etc.), le Festival Interceltique de Lorient accueille cette année l'Acadie... Et les acadiens, ces francophones venant des provinces du Canada Atlantique, notamment du Nouveau-Brunswick, qui ont toujours mis un point d'honneur à défendre sans relâche leur culture et leur langue maternelle, le français. Les artistes de cette communauté à forte identité seront présents en grand nombre pour offrir les multiples facettes de leurs chansons et de leurs musiques actuelles, agrémentées de leur savoureux accent et de leur énergie débordante.

Pour cette édition 2012, les concerts événements seront nombreux. On peut déjà retenir la soirée d'ouverture (vendredi 3 août) très éclectique et rock folk où nous retrouverons la chanteuse amérindienne Buffy Sainte-Marie (d'origine Cree) aux textes "engagés" sur une musique pop rock ; le breton Krismenn qui s’inspire à la fois du chant traditionnel breton, du hip hop, du rap, des musiques électroniques ; et l'acadien Joseph Edgar, réunissant avec brio le mélange délicat de multiples styles et influences, et proposant un univers, souvent qualifié d’urbain acoustique, à la fois rafraîchissant, unique et familier.

Orquestra Buena Vista Social Club © Francis Vernhet/Jazz in Marciac.
Orquestra Buena Vista Social Club © Francis Vernhet/Jazz in Marciac.
Le lendemain sera marqué par une soirée placée sous le signe de "La Bretagne des Mondes" avec "Mor Kreizdouar", un projet initiée par le breton Sylvain Barou, virtuose de la flûte traversière, qui marie deux duos exceptionnels : Erik Marchand (voix), Florian Baron (oud) avec le crétois Stelios Petrakis (laouto, lyra, saz) et le percussionniste d’origine iranienne Kevyan Chemirani. Ces cinq artistes artistes proposent ainsi une rencontre est-ouest où la musique bretonne dialogue avec des sonorités et des thèmes méditerranéens et orientaux. La soirée se poursuivra avec Moriarty qui interprétera des chansons de son dernier album "The Missing Room" (2011), tout en allant faire un tour en Louisiane, avec la complicité du trio cajun contemporain Mama Rosin, puis vers l'Océan Indien en compagnie de l'une des plus grandes voix du maloya actuel, la réunionnaise Christine Salem.

Un groupe mythique à l'affiche du dimanche 5 : l'Orquestra Buena Vista Social Club. Révélé par le guitariste Ry Cooder et le film documentaire de Wim Wenders en 1998, le groupe - issu à l'origine de ce célèbre club de musique de La Havane - interprète aujourd'hui de grands classiques du répertoire cubain en mélangeant différents genres : trova, jazz, son, boleros, salsa, etc. Ces musiciens cubains sont parmi les meilleurs au monde, leur cohésion est parfaite et leur musicalité incomparable. Parmi les membres de la formation présents à Lorient, on retrouvera avec plaisir Omara Portuondo, Guajiro Mirabal, Aguaje Ramos, mais également Idonia Valdes, Roberto Fonseca...

La Virée © Patrick Guigueno.
La Virée © Patrick Guigueno.
L'année de l'Acadie implique bien évidemment une Grande Nuit de l'Acadie. Elle aura lieu le 6 août. A cette occasion, le public pourra retrouver des artistes qui viennent au FIL depuis dix ans, pour une soirée placée sous le signe de la convivialité musicale. Roch Voisine et Dominique Dupuis côtoieront Lisa Leblanc (qui fait un tabac outre Atlantique), Joseph Edgar ou encore Sandra Le Couteur. Énergie, passion et rythmes endiablés seront aussi au rendez-vous avec La Virée (Éric Haché, Théo Brideau, Denis Surette), George Belliveau, Fayo, Monique Poirier, Kit Goguen, Louise Vautour et des invités surprises... Un concert où tous les acadiens et les lorientais vont chanter et danser ensemble !

Le Bagad le plus connu au monde ? L'incontournable bagad de Lann-Bihoué bien sûr ! Ambassadeur de la musique bretonne à travers les 5 continents depuis soixante ans, il se trouve aujourd’hui dans la fleur de l’âge avec une maturité musicale qui a gagné ses lettres de noblesse et où chaque penn soner a su laisser une empreinte de haute qualité. C'est donc son anniversaire qui sera fêté, le 7 août, lors d'une soirée exceptionnelle où il partagera la scène avec les danseurs du cercle du Croisty, le groupe breton Skolpad et d’autres invités d’exception... dont Alain Souchon... selon le Major Renard !

Dan Ar Braz Bernard © Galeron/L'Oz Production.
Dan Ar Braz Bernard © Galeron/L'Oz Production.
Autre soirée à ne pas manquer, la Nuit du Port de Pêche, le samedi 11 août, consacrée à l'une des figures emblématiques de la scène bretonne, Dan Ar Braz, et à la présentation, en première mondiale, de son nouveau projet scénique et nouvel album "Célébration". Douze ans après le dernier concert triomphal de "L’Héritage des Celtes" à Lorient, Dan Ar Braz revient à ses premières amours : célébrer la création, le talent de musiciens hors pair, les racines, le partage et la transmission de valeurs, sublimer sa culture et sa terre natale, la Bretagne. Pour cette "Célébration", synonyme de retrouvailles, de rencontres, mêlant compositions rock et sonorités celtiques, il sera entouré de musiciens bretons et des virtuoses du Bagad Kemper.

Le lendemain soir, pour clore en apothéose l’année de l’Acadie, la violoniste acadienne de Memramcook, Dominique Dupuis (joliment surnommée la "Fiancée des Nations Celtes"), invitera l’atypique bagad des pompiers de Lorient et l’un de ses compatriotes d’outre-Atlantique, Sprag Session de Nouvelle Écosse. Puis le collectif festif "le Jeu à la Nantaise" emmènera le public dans un tourbillon de couleurs musicales. Pour terminer cette soirée, les Carhaisiens de Diaouled ar Menez fêteront leurs quarante ans de scène et feront danser les foules jusqu’au bout de la nuit sur des airs endiablés.

À minuit, toute la planète sera invitée pour la 3e année consécutive à danser l’An Dro the World.

Bagad de Lann Bihoué © DR.
Bagad de Lann Bihoué © DR.
Du 3 au 12 août 2012.
42e Festival Interceltique de Lorient.
Année de l'Acadie.
Infos : festival-interceltique.com

>> Programmation complète

Gil Chauveau
Lundi 30 Juillet 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022