Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

3 au 12 août 2012, Festival Interceltique - "Emvod Ar Gelted", Lorient, Morbihan

Au départ, en 1971, était la "Fête des Cornemuses", son championnat des Bagadou, sa cotriade et son impressionnant défilé de plus de trente cercles. Fort d'une volonté et d'une profonde conviction de développer l'aura de la musique et de la culture bretonne, conforté très rapidement par la présence d'autres nations, le festival crée le concept de l'interceltisme... et devient l'Interceltique... faisant de Lorient la capitale mondiale de la celtitude contemporaine, métissée et ouverte au monde.



Nuit Interceltique © M. Renac 2011.
Nuit Interceltique © M. Renac 2011.
Après avoir reçu de nombreux pays ou provinces (Irlande, Île de Man, Écosse, Pays de Galles, Galice, Asturies, etc.), le Festival Interceltique de Lorient accueille cette année l'Acadie... Et les acadiens, ces francophones venant des provinces du Canada Atlantique, notamment du Nouveau-Brunswick, qui ont toujours mis un point d'honneur à défendre sans relâche leur culture et leur langue maternelle, le français. Les artistes de cette communauté à forte identité seront présents en grand nombre pour offrir les multiples facettes de leurs chansons et de leurs musiques actuelles, agrémentées de leur savoureux accent et de leur énergie débordante.

Pour cette édition 2012, les concerts événements seront nombreux. On peut déjà retenir la soirée d'ouverture (vendredi 3 août) très éclectique et rock folk où nous retrouverons la chanteuse amérindienne Buffy Sainte-Marie (d'origine Cree) aux textes "engagés" sur une musique pop rock ; le breton Krismenn qui s’inspire à la fois du chant traditionnel breton, du hip hop, du rap, des musiques électroniques ; et l'acadien Joseph Edgar, réunissant avec brio le mélange délicat de multiples styles et influences, et proposant un univers, souvent qualifié d’urbain acoustique, à la fois rafraîchissant, unique et familier.

Orquestra Buena Vista Social Club © Francis Vernhet/Jazz in Marciac.
Orquestra Buena Vista Social Club © Francis Vernhet/Jazz in Marciac.
Le lendemain sera marqué par une soirée placée sous le signe de "La Bretagne des Mondes" avec "Mor Kreizdouar", un projet initiée par le breton Sylvain Barou, virtuose de la flûte traversière, qui marie deux duos exceptionnels : Erik Marchand (voix), Florian Baron (oud) avec le crétois Stelios Petrakis (laouto, lyra, saz) et le percussionniste d’origine iranienne Kevyan Chemirani. Ces cinq artistes artistes proposent ainsi une rencontre est-ouest où la musique bretonne dialogue avec des sonorités et des thèmes méditerranéens et orientaux. La soirée se poursuivra avec Moriarty qui interprétera des chansons de son dernier album "The Missing Room" (2011), tout en allant faire un tour en Louisiane, avec la complicité du trio cajun contemporain Mama Rosin, puis vers l'Océan Indien en compagnie de l'une des plus grandes voix du maloya actuel, la réunionnaise Christine Salem.

Un groupe mythique à l'affiche du dimanche 5 : l'Orquestra Buena Vista Social Club. Révélé par le guitariste Ry Cooder et le film documentaire de Wim Wenders en 1998, le groupe - issu à l'origine de ce célèbre club de musique de La Havane - interprète aujourd'hui de grands classiques du répertoire cubain en mélangeant différents genres : trova, jazz, son, boleros, salsa, etc. Ces musiciens cubains sont parmi les meilleurs au monde, leur cohésion est parfaite et leur musicalité incomparable. Parmi les membres de la formation présents à Lorient, on retrouvera avec plaisir Omara Portuondo, Guajiro Mirabal, Aguaje Ramos, mais également Idonia Valdes, Roberto Fonseca...

La Virée © Patrick Guigueno.
La Virée © Patrick Guigueno.
L'année de l'Acadie implique bien évidemment une Grande Nuit de l'Acadie. Elle aura lieu le 6 août. A cette occasion, le public pourra retrouver des artistes qui viennent au FIL depuis dix ans, pour une soirée placée sous le signe de la convivialité musicale. Roch Voisine et Dominique Dupuis côtoieront Lisa Leblanc (qui fait un tabac outre Atlantique), Joseph Edgar ou encore Sandra Le Couteur. Énergie, passion et rythmes endiablés seront aussi au rendez-vous avec La Virée (Éric Haché, Théo Brideau, Denis Surette), George Belliveau, Fayo, Monique Poirier, Kit Goguen, Louise Vautour et des invités surprises... Un concert où tous les acadiens et les lorientais vont chanter et danser ensemble !

Le Bagad le plus connu au monde ? L'incontournable bagad de Lann-Bihoué bien sûr ! Ambassadeur de la musique bretonne à travers les 5 continents depuis soixante ans, il se trouve aujourd’hui dans la fleur de l’âge avec une maturité musicale qui a gagné ses lettres de noblesse et où chaque penn soner a su laisser une empreinte de haute qualité. C'est donc son anniversaire qui sera fêté, le 7 août, lors d'une soirée exceptionnelle où il partagera la scène avec les danseurs du cercle du Croisty, le groupe breton Skolpad et d’autres invités d’exception... dont Alain Souchon... selon le Major Renard !

Dan Ar Braz Bernard © Galeron/L'Oz Production.
Dan Ar Braz Bernard © Galeron/L'Oz Production.
Autre soirée à ne pas manquer, la Nuit du Port de Pêche, le samedi 11 août, consacrée à l'une des figures emblématiques de la scène bretonne, Dan Ar Braz, et à la présentation, en première mondiale, de son nouveau projet scénique et nouvel album "Célébration". Douze ans après le dernier concert triomphal de "L’Héritage des Celtes" à Lorient, Dan Ar Braz revient à ses premières amours : célébrer la création, le talent de musiciens hors pair, les racines, le partage et la transmission de valeurs, sublimer sa culture et sa terre natale, la Bretagne. Pour cette "Célébration", synonyme de retrouvailles, de rencontres, mêlant compositions rock et sonorités celtiques, il sera entouré de musiciens bretons et des virtuoses du Bagad Kemper.

Le lendemain soir, pour clore en apothéose l’année de l’Acadie, la violoniste acadienne de Memramcook, Dominique Dupuis (joliment surnommée la "Fiancée des Nations Celtes"), invitera l’atypique bagad des pompiers de Lorient et l’un de ses compatriotes d’outre-Atlantique, Sprag Session de Nouvelle Écosse. Puis le collectif festif "le Jeu à la Nantaise" emmènera le public dans un tourbillon de couleurs musicales. Pour terminer cette soirée, les Carhaisiens de Diaouled ar Menez fêteront leurs quarante ans de scène et feront danser les foules jusqu’au bout de la nuit sur des airs endiablés.

À minuit, toute la planète sera invitée pour la 3e année consécutive à danser l’An Dro the World.

Bagad de Lann Bihoué © DR.
Bagad de Lann Bihoué © DR.
Du 3 au 12 août 2012.
42e Festival Interceltique de Lorient.
Année de l'Acadie.
Infos : festival-interceltique.com

>> Programmation complète

Gil Chauveau
Lundi 30 Juillet 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021