La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

¡ Fandango ! Du grand, du beau, de l'art !

À Chaillot se déroule actuellement la quatrième biennale d'art flamenco. Avec "¡ Fandango !", c'est un grand coup d'éclat talentueux qui est donné, le temps d'un spectacle, à cet art avec son allure presque d'opéra, sa théâtralité qui s'associent avec gourmandise à une musique à la fois moderne et classique.



© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
C'est une fable, un conte qui se déroule sous nos yeux, dans une lumière au contour sombre qui découpe et enveloppe la scène ronde dans un voile lumineux. Le temps, le silence, la pause font partie intégrante du spectacle. Les émotions tissent un lien entre les interprètes, dans un rapport physique allant au-delà des mouvements de flamenco. Nous sommes dans un Ailleurs où la musique, le chant et la danse prennent leur place dans une histoire avec ses rebondissements, ses joies, ses peines et ses humeurs. Le théâtre est très présent autour des attitudes et de la gestique. Celles-ci incarnent des sentiments dont la gestuelle est la caisse de résonance.

La représentation est découpée en différents tableaux donnant une articulation presque d'opéra avec des moments forts de scénographie comme ce plateau recouvert subitement d'un voile noir dans lequel se découvre en relief la courbure d'une femme. C'est un enchaînement où la beauté est chaque fois au rendez-vous. Tout est poétique, autant dans l'esthétisme des couleurs que dans les mouvements.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Les séquences se suivent avec pour chacune sa scénographie, ses lumières, ses costumes. Là, un marcel, plus loin un veston, une chemise ou une longue robe. Cela débute avec un ensemble de cinq artistes qui longe la frontière, délimitant la scène, en lançant leurs avant-bras et leurs mèches de cheveux vers l'avant, puis les faisant revenir à eux. Le corps parle au-deçà de ses composantes flamenquistes. Les palmas, sur les jambes et le tronc, viennent accompagner les taconeos avec David Coria, le principal protagoniste, et Rafael Ramírez. Chacun avec son style.

David Coria enchaîne un ensemble de solos aux compas différents. Les taconeos, alternés de pause, caressent presque le sol dans des tapotements de pieds qui refusent la technicité pure et dure préférant son enrobé poétique. Le contact au sol est particulier, ni trop vif, ni trop tranchant car baigné d'émotions, dans un rapport à la scène toujours incarnée. Ce n'est pas uniquement le danseur qui est sur les planches mais surtout le personnage d'un drame, d'une tragédie.

Les talons ne tapent pas le sol comme si celui-ci ne devait pas faire uniquement écho à ce geste. Il l'accompagne plutôt dans une continuité corporelle où les sentiments sont à fleur de peau. Les répliques, somatiques, sont serties de taconéos, comme des éléments de langage avec des braceos toujours sobres, assez proches du tronc.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Rafael Ramírez est dans une attitude, à dessein, plus ramassée, souvent droite, légèrement penchée sans montrer, à la différence de David Coria, plein d'émotion. C'est la sobriété et la tenue qui guident la gestique avec des pieds presque joints pour donner une dynamique rapide. Autant le second porte la tragédie avec lui, autant le premier porte le destin de celle-ci, son inéluctabilité. Ses déplacements via les taconéos font de ceux-ci un langage qui donne, à chacune de ses tapes, un écho vers l'autre. La communication passe par le flamenco avec, plus loin, des castagnettes, éléments caractéristiques du fandango, qui font résonner sa culture ancestrale. Celui-ci, en plus d'être un style musical, est une danse traditionnelle de couple dont les mouvements sont vifs.

Plus loin, chaque danseur se déplace aux quatre coins de la scène en l'attaquant avec les talons décollant des planches et les pointes en l'air de façon synchronisée. C'est une gestuelle théâtrale avec ses répliques corporelles, ses emplacements, ses postures, son chant où, pour chaque tableau, le compas est toujours autre, habillé de couleurs souvent différentes, du rouge au noir en passant par le blanc comme reflets émotionnels.

Un saxophone taquine dès le début du spectacle une guitare flamenca, donnant à l'atmosphère un accent à la fois enrobé de chaleur et de tragique, appuyé aussi par une clarinette qui contrebalance à dessein un tempo où les castagnettes, durant toute une chorégraphie, secouent de leurs rias un traditionnel qui s'allie à une composition musicale très moderne et originale. Un pur bonheur.

"¡ Fandango !"

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Création à Chaillot.
Direction artistique : David Coria, David Lagos.
Chorégraphie : David Coria en collaboration avec Eduardo Martinez.
Direction musicale : David Lagos.
Mise en scène : David Coria.
Avec David Coria, Rafael Ramírez, Paula Comitre, Florencia Oz, Marta Gálvez.
Répétitrice : Paula Comitre.
Concept musical : Hodierno (David Lagos, Alfredo Lagos, Juan Jiménez, Daniel Muñoz "Artomatico").
Lumières : Gloria Montesinos (A.A.I.).
Costumes : Belén de la Quintana, Pili Cordero.
Création sonore : Ángel Olalla.
Régie, assistant de production : Jorge Limosnita.
Durée : 1 h 25.
Production Artemovimiento.

A été représenté les 26 et 28 janvier dans la salle Jean Vilar du Théâtre national de Chaillot (Paris) dans le cadre de la Quatrième Biennale d'Art Flamenco.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Quatrième Biennale d'Art Flamenco
Du 26 janvier au 13 février 2020.
Du mardi au vendredi à 19 h 45.
Jeudi à 19 h 45 et 20 h 30.
Samedi à 20 h 30.
Dimanche à 15 h 30.
Chaillot - Théâtre national de la Danse, Paris 16e, 01 53 65 31 00.
>> theatre-chaillot.fr

Programme
Du 29 au 30 janvier 2020 : "Sin permiso - canciones para el silencio", Ana Morales.
Du 30 au 31 janvier 2020 : "La espina que quiso ser flor o la flor que soñó con ser bailaora", Olga Pericet.
1er février 2020 : "Impulso" Rocío Molina.
Du 4 au 6 février 2020 : "Cuentos de Azúcar" Eva Yerbabuena.
8 février 2020 : "Tomatito", Tomatito sextet.
Du 6 au 13 février 2020 : "Magma", Marie-Agnès Gillot, Andrés Marín, Christian Rizzo.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.

Safidin Alouache
Mercredi 5 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020