La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

¡ Fandango ! Du grand, du beau, de l'art !

À Chaillot se déroule actuellement la quatrième biennale d'art flamenco. Avec "¡ Fandango !", c'est un grand coup d'éclat talentueux qui est donné, le temps d'un spectacle, à cet art avec son allure presque d'opéra, sa théâtralité qui s'associent avec gourmandise à une musique à la fois moderne et classique.



© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
C'est une fable, un conte qui se déroule sous nos yeux, dans une lumière au contour sombre qui découpe et enveloppe la scène ronde dans un voile lumineux. Le temps, le silence, la pause font partie intégrante du spectacle. Les émotions tissent un lien entre les interprètes, dans un rapport physique allant au-delà des mouvements de flamenco. Nous sommes dans un Ailleurs où la musique, le chant et la danse prennent leur place dans une histoire avec ses rebondissements, ses joies, ses peines et ses humeurs. Le théâtre est très présent autour des attitudes et de la gestique. Celles-ci incarnent des sentiments dont la gestuelle est la caisse de résonance.

La représentation est découpée en différents tableaux donnant une articulation presque d'opéra avec des moments forts de scénographie comme ce plateau recouvert subitement d'un voile noir dans lequel se découvre en relief la courbure d'une femme. C'est un enchaînement où la beauté est chaque fois au rendez-vous. Tout est poétique, autant dans l'esthétisme des couleurs que dans les mouvements.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Les séquences se suivent avec pour chacune sa scénographie, ses lumières, ses costumes. Là, un marcel, plus loin un veston, une chemise ou une longue robe. Cela débute avec un ensemble de cinq artistes qui longe la frontière, délimitant la scène, en lançant leurs avant-bras et leurs mèches de cheveux vers l'avant, puis les faisant revenir à eux. Le corps parle au-deçà de ses composantes flamenquistes. Les palmas, sur les jambes et le tronc, viennent accompagner les taconeos avec David Coria, le principal protagoniste, et Rafael Ramírez. Chacun avec son style.

David Coria enchaîne un ensemble de solos aux compas différents. Les taconeos, alternés de pause, caressent presque le sol dans des tapotements de pieds qui refusent la technicité pure et dure préférant son enrobé poétique. Le contact au sol est particulier, ni trop vif, ni trop tranchant car baigné d'émotions, dans un rapport à la scène toujours incarnée. Ce n'est pas uniquement le danseur qui est sur les planches mais surtout le personnage d'un drame, d'une tragédie.

Les talons ne tapent pas le sol comme si celui-ci ne devait pas faire uniquement écho à ce geste. Il l'accompagne plutôt dans une continuité corporelle où les sentiments sont à fleur de peau. Les répliques, somatiques, sont serties de taconéos, comme des éléments de langage avec des braceos toujours sobres, assez proches du tronc.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Rafael Ramírez est dans une attitude, à dessein, plus ramassée, souvent droite, légèrement penchée sans montrer, à la différence de David Coria, plein d'émotion. C'est la sobriété et la tenue qui guident la gestique avec des pieds presque joints pour donner une dynamique rapide. Autant le second porte la tragédie avec lui, autant le premier porte le destin de celle-ci, son inéluctabilité. Ses déplacements via les taconéos font de ceux-ci un langage qui donne, à chacune de ses tapes, un écho vers l'autre. La communication passe par le flamenco avec, plus loin, des castagnettes, éléments caractéristiques du fandango, qui font résonner sa culture ancestrale. Celui-ci, en plus d'être un style musical, est une danse traditionnelle de couple dont les mouvements sont vifs.

Plus loin, chaque danseur se déplace aux quatre coins de la scène en l'attaquant avec les talons décollant des planches et les pointes en l'air de façon synchronisée. C'est une gestuelle théâtrale avec ses répliques corporelles, ses emplacements, ses postures, son chant où, pour chaque tableau, le compas est toujours autre, habillé de couleurs souvent différentes, du rouge au noir en passant par le blanc comme reflets émotionnels.

Un saxophone taquine dès le début du spectacle une guitare flamenca, donnant à l'atmosphère un accent à la fois enrobé de chaleur et de tragique, appuyé aussi par une clarinette qui contrebalance à dessein un tempo où les castagnettes, durant toute une chorégraphie, secouent de leurs rias un traditionnel qui s'allie à une composition musicale très moderne et originale. Un pur bonheur.

"¡ Fandango !"

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Création à Chaillot.
Direction artistique : David Coria, David Lagos.
Chorégraphie : David Coria en collaboration avec Eduardo Martinez.
Direction musicale : David Lagos.
Mise en scène : David Coria.
Avec David Coria, Rafael Ramírez, Paula Comitre, Florencia Oz, Marta Gálvez.
Répétitrice : Paula Comitre.
Concept musical : Hodierno (David Lagos, Alfredo Lagos, Juan Jiménez, Daniel Muñoz "Artomatico").
Lumières : Gloria Montesinos (A.A.I.).
Costumes : Belén de la Quintana, Pili Cordero.
Création sonore : Ángel Olalla.
Régie, assistant de production : Jorge Limosnita.
Durée : 1 h 25.
Production Artemovimiento.

A été représenté les 26 et 28 janvier dans la salle Jean Vilar du Théâtre national de Chaillot (Paris) dans le cadre de la Quatrième Biennale d'Art Flamenco.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.
Quatrième Biennale d'Art Flamenco
Du 26 janvier au 13 février 2020.
Du mardi au vendredi à 19 h 45.
Jeudi à 19 h 45 et 20 h 30.
Samedi à 20 h 30.
Dimanche à 15 h 30.
Chaillot - Théâtre national de la Danse, Paris 16e, 01 53 65 31 00.
>> theatre-chaillot.fr

Programme
Du 29 au 30 janvier 2020 : "Sin permiso - canciones para el silencio", Ana Morales.
Du 30 au 31 janvier 2020 : "La espina que quiso ser flor o la flor que soñó con ser bailaora", Olga Pericet.
1er février 2020 : "Impulso" Rocío Molina.
Du 4 au 6 février 2020 : "Cuentos de Azúcar" Eva Yerbabuena.
8 février 2020 : "Tomatito", Tomatito sextet.
Du 6 au 13 février 2020 : "Magma", Marie-Agnès Gillot, Andrés Marín, Christian Rizzo.

© Jean-Louis Duzert.
© Jean-Louis Duzert.

Safidin Alouache
Mercredi 5 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021