La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Zéphyr"… Soufflé de talents !

Compagnon de route depuis trente ans de La Villette, Mourad Merzouki nous emmène au large, avec ses artistes, à la rencontre de Zéphyr, luttant contre, au-dehors ou dans une cale de bateau. Au travers de différentes musiques, l'ailleurs est à l'horizon avec sa force, ses espoirs, sa résistance physique et parfois ses tragédies.



© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Zéphyr, dans la mythologie grecque, est la personnification du vent de l'ouest ou du nord-ouest. Par extension, il est désigné aussi comme doux et agréable. Celui de Mourad Merzouki est chargé de beaucoup plus de signification. Poétique, il l'est assurément.

Un vent souffle au travers de ce qui semble être des hublots répartis le long de parois ocre. Deux danseurs arpentent la scène comme des équilibristes. Les corps s'allongent avec les jambes écartées et légèrement repliées. Comme des vagues, ils se font porter, entraîner par ces souffles brassés par des ventilateurs, calés dans ces ouvertures circulaires.

D'autres interviennent, autour de duos et de chorégraphies de groupe dans une harmonie où celles-ci s'intercalent les unes aux autres sans rupture. Ces dernières mettent en avant aussi chacun dans son individualité, comme s'ils étaient leur propre îlot luttant contre une même force éolienne.

Mourad Merzouki © Julie Cherki.
Mourad Merzouki © Julie Cherki.
Les tableaux sont découpés musicalement avec, pour l'un, une scénographie qui donne un autre rythme et nous fait basculer dans un autre univers, plus féérique. Dans celui-ci, une danseuse porte une longue et très grande robe faite d'un seul drap aidée par l'ensemble des interprètes qui se cache au pourtour de celle-ci, mi-agenouillé, mi-allongé. Elle tourne autour de sa robe, portée en hauteur tel un soleil. Ses bras enclenchent un mouvement de tournoiement, comme une manivelle. Ce n'est pas l'élégance qui prime, mais plutôt la force qui se dégage. Les bras sont mi-repliés, les coudes à quasi quatre-vingt-dix degrés.

Il y a plusieurs tempos avec, à un moment, le temps qui s'arrête presque. La gestuelle devient beaucoup plus lente, comme au ralenti. Tous les artistes sont sur la même latitude, la même ligne contre la paroi ocre qui semble celle d'un bateau. Flirtant presque avec elle, étalés contre elle, glissant dessus comme pour fuir un danger.

Puis, la mer arrive avec sa poésie bleue. Celle-ci est incarnée par des draps bleutés qui balaient la scène avec des danseurs en position mi-allongés, mi-repliés sur les genoux, parfois légèrement debout. Ils sont dans une mer, agités, pour finir, un moment, recouverts par elle. Puis, on découvre quatre d'entre eux allongés au sol sans bouger. À d'autres moments, les membres, inférieurs et supérieurs, s'étendent comme sur une ligne de crête, pouvant basculer d'un fléchissement vers l'autre, d'un équilibre vers un déséquilibre.

Les interprètes s'agrippent à la gravité pour rester debout. Les postures sont toujours courbes. Presque au ralenti, ils avancent, lestés de résistance éolienne, pour gagner une course contre la montre, vers un ailleurs de liberté ou de fuite, mais qui peut être aussi celui de la mort comme nous le rappelle depuis bien trop longtemps ceux que l'on nomme, pour nier leur tragédie, les "migrants", alors que ce sont des réfugiés qui fuient massacres et guerre.

Tout se mélange avec beaucoup d'harmonie. Le contemporain fait la bise au hip-hop qui l'embrasse de son côté. Les mouvements, à l'exception de la dernière scène avec la danseuse habillée de sa longue robe, sont dans un registre corporel où l'espace est épousé dans ses courbures pour sculpter la puissance d'un vent qui prend ainsi toute sa matérialité. Éole n'a qu'à bien se tenir !

"Zéphyr"

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Direction artistique et chorégraphie : Mourad Merzouki, assisté de Marjorie Hannoteaux.
Avec : Soirmi Amada, Ethan Cazaux, Ludovic Collura/Wissam Seddiki, Ana Teresa de Jesus Carvalho Pereira, Nicolas Grosclaude, Simona Machovičová, Camilla Melani, Mourad Messaoud, Thibault Mieglietti, Wissam Seddiki, Adrien Tan.
Création musicale : Armand Amar.
Scénographie : Benjamin Lebreton.
Lumières : Yoann Tivoli assisté de Nicolas Faucheux.
Costumes : Emilie Carpentier.
Crédits musicaux additionnels
Long Distance Productions.
Chants : Isabel Sörling.
Violon : Sarah Nemtanu.
Alto : Lise Berthaud.
Violoncelle : Grégoire Korniluk.
Piano : Julien Carton.

© Julie Cherki.
© Julie Cherki.
Enregistrement, mixage, création sonore : Vincent Joinville aux Studios Babel de Montreuil-sous-Bois.
Production : Katrin Oebel.
Production : Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne/Cie Käfig.
Coproduction : Département de la Vendée, Maison des Arts de Créteil.
Durée : 1 h 20.
Spectacle tout public, recommandé à partir de 7 ans.
Créé le 3 novembre 2021 au Vendéspace (85).

Le spectacle s'est joué du 20 au 23 décembre 2021 à la Grande Halle de la Villette.

Tournée
Du mardi 11 au samedi 22 janvier 2022 : Maison de la Danse, Lyon (69).
Samedi 9 avril 2022 : Palais des Congrès, Issy-les-Moulineaux (92).
Du jeudi 2 au samedi 4 juin 2022 : Wolubilis, Bruxelles (Belgique).

Safidin Alouache
Vendredi 31 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022