La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Zéphyr"… Soufflé de talents !

Compagnon de route depuis trente ans de La Villette, Mourad Merzouki nous emmène au large, avec ses artistes, à la rencontre de Zéphyr, luttant contre, au-dehors ou dans une cale de bateau. Au travers de différentes musiques, l'ailleurs est à l'horizon avec sa force, ses espoirs, sa résistance physique et parfois ses tragédies.



© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Zéphyr, dans la mythologie grecque, est la personnification du vent de l'ouest ou du nord-ouest. Par extension, il est désigné aussi comme doux et agréable. Celui de Mourad Merzouki est chargé de beaucoup plus de signification. Poétique, il l'est assurément.

Un vent souffle au travers de ce qui semble être des hublots répartis le long de parois ocre. Deux danseurs arpentent la scène comme des équilibristes. Les corps s'allongent avec les jambes écartées et légèrement repliées. Comme des vagues, ils se font porter, entraîner par ces souffles brassés par des ventilateurs, calés dans ces ouvertures circulaires.

D'autres interviennent, autour de duos et de chorégraphies de groupe dans une harmonie où celles-ci s'intercalent les unes aux autres sans rupture. Ces dernières mettent en avant aussi chacun dans son individualité, comme s'ils étaient leur propre îlot luttant contre une même force éolienne.

Mourad Merzouki © Julie Cherki.
Mourad Merzouki © Julie Cherki.
Les tableaux sont découpés musicalement avec, pour l'un, une scénographie qui donne un autre rythme et nous fait basculer dans un autre univers, plus féérique. Dans celui-ci, une danseuse porte une longue et très grande robe faite d'un seul drap aidée par l'ensemble des interprètes qui se cache au pourtour de celle-ci, mi-agenouillé, mi-allongé. Elle tourne autour de sa robe, portée en hauteur tel un soleil. Ses bras enclenchent un mouvement de tournoiement, comme une manivelle. Ce n'est pas l'élégance qui prime, mais plutôt la force qui se dégage. Les bras sont mi-repliés, les coudes à quasi quatre-vingt-dix degrés.

Il y a plusieurs tempos avec, à un moment, le temps qui s'arrête presque. La gestuelle devient beaucoup plus lente, comme au ralenti. Tous les artistes sont sur la même latitude, la même ligne contre la paroi ocre qui semble celle d'un bateau. Flirtant presque avec elle, étalés contre elle, glissant dessus comme pour fuir un danger.

Puis, la mer arrive avec sa poésie bleue. Celle-ci est incarnée par des draps bleutés qui balaient la scène avec des danseurs en position mi-allongés, mi-repliés sur les genoux, parfois légèrement debout. Ils sont dans une mer, agités, pour finir, un moment, recouverts par elle. Puis, on découvre quatre d'entre eux allongés au sol sans bouger. À d'autres moments, les membres, inférieurs et supérieurs, s'étendent comme sur une ligne de crête, pouvant basculer d'un fléchissement vers l'autre, d'un équilibre vers un déséquilibre.

Les interprètes s'agrippent à la gravité pour rester debout. Les postures sont toujours courbes. Presque au ralenti, ils avancent, lestés de résistance éolienne, pour gagner une course contre la montre, vers un ailleurs de liberté ou de fuite, mais qui peut être aussi celui de la mort comme nous le rappelle depuis bien trop longtemps ceux que l'on nomme, pour nier leur tragédie, les "migrants", alors que ce sont des réfugiés qui fuient massacres et guerre.

Tout se mélange avec beaucoup d'harmonie. Le contemporain fait la bise au hip-hop qui l'embrasse de son côté. Les mouvements, à l'exception de la dernière scène avec la danseuse habillée de sa longue robe, sont dans un registre corporel où l'espace est épousé dans ses courbures pour sculpter la puissance d'un vent qui prend ainsi toute sa matérialité. Éole n'a qu'à bien se tenir !

"Zéphyr"

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Direction artistique et chorégraphie : Mourad Merzouki, assisté de Marjorie Hannoteaux.
Avec : Soirmi Amada, Ethan Cazaux, Ludovic Collura/Wissam Seddiki, Ana Teresa de Jesus Carvalho Pereira, Nicolas Grosclaude, Simona Machovičová, Camilla Melani, Mourad Messaoud, Thibault Mieglietti, Wissam Seddiki, Adrien Tan.
Création musicale : Armand Amar.
Scénographie : Benjamin Lebreton.
Lumières : Yoann Tivoli assisté de Nicolas Faucheux.
Costumes : Emilie Carpentier.
Crédits musicaux additionnels
Long Distance Productions.
Chants : Isabel Sörling.
Violon : Sarah Nemtanu.
Alto : Lise Berthaud.
Violoncelle : Grégoire Korniluk.
Piano : Julien Carton.

© Julie Cherki.
© Julie Cherki.
Enregistrement, mixage, création sonore : Vincent Joinville aux Studios Babel de Montreuil-sous-Bois.
Production : Katrin Oebel.
Production : Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne/Cie Käfig.
Coproduction : Département de la Vendée, Maison des Arts de Créteil.
Durée : 1 h 20.
Spectacle tout public, recommandé à partir de 7 ans.
Créé le 3 novembre 2021 au Vendéspace (85).

Le spectacle s'est joué du 20 au 23 décembre 2021 à la Grande Halle de la Villette.

Tournée
Du mardi 11 au samedi 22 janvier 2022 : Maison de la Danse, Lyon (69).
Samedi 9 avril 2022 : Palais des Congrès, Issy-les-Moulineaux (92).
Du jeudi 2 au samedi 4 juin 2022 : Wolubilis, Bruxelles (Belgique).

Safidin Alouache
Vendredi 31 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022