La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Zéphyr"… Soufflé de talents !

Compagnon de route depuis trente ans de La Villette, Mourad Merzouki nous emmène au large, avec ses artistes, à la rencontre de Zéphyr, luttant contre, au-dehors ou dans une cale de bateau. Au travers de différentes musiques, l'ailleurs est à l'horizon avec sa force, ses espoirs, sa résistance physique et parfois ses tragédies.



© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Zéphyr, dans la mythologie grecque, est la personnification du vent de l'ouest ou du nord-ouest. Par extension, il est désigné aussi comme doux et agréable. Celui de Mourad Merzouki est chargé de beaucoup plus de signification. Poétique, il l'est assurément.

Un vent souffle au travers de ce qui semble être des hublots répartis le long de parois ocre. Deux danseurs arpentent la scène comme des équilibristes. Les corps s'allongent avec les jambes écartées et légèrement repliées. Comme des vagues, ils se font porter, entraîner par ces souffles brassés par des ventilateurs, calés dans ces ouvertures circulaires.

D'autres interviennent, autour de duos et de chorégraphies de groupe dans une harmonie où celles-ci s'intercalent les unes aux autres sans rupture. Ces dernières mettent en avant aussi chacun dans son individualité, comme s'ils étaient leur propre îlot luttant contre une même force éolienne.

Mourad Merzouki © Julie Cherki.
Mourad Merzouki © Julie Cherki.
Les tableaux sont découpés musicalement avec, pour l'un, une scénographie qui donne un autre rythme et nous fait basculer dans un autre univers, plus féérique. Dans celui-ci, une danseuse porte une longue et très grande robe faite d'un seul drap aidée par l'ensemble des interprètes qui se cache au pourtour de celle-ci, mi-agenouillé, mi-allongé. Elle tourne autour de sa robe, portée en hauteur tel un soleil. Ses bras enclenchent un mouvement de tournoiement, comme une manivelle. Ce n'est pas l'élégance qui prime, mais plutôt la force qui se dégage. Les bras sont mi-repliés, les coudes à quasi quatre-vingt-dix degrés.

Il y a plusieurs tempos avec, à un moment, le temps qui s'arrête presque. La gestuelle devient beaucoup plus lente, comme au ralenti. Tous les artistes sont sur la même latitude, la même ligne contre la paroi ocre qui semble celle d'un bateau. Flirtant presque avec elle, étalés contre elle, glissant dessus comme pour fuir un danger.

Puis, la mer arrive avec sa poésie bleue. Celle-ci est incarnée par des draps bleutés qui balaient la scène avec des danseurs en position mi-allongés, mi-repliés sur les genoux, parfois légèrement debout. Ils sont dans une mer, agités, pour finir, un moment, recouverts par elle. Puis, on découvre quatre d'entre eux allongés au sol sans bouger. À d'autres moments, les membres, inférieurs et supérieurs, s'étendent comme sur une ligne de crête, pouvant basculer d'un fléchissement vers l'autre, d'un équilibre vers un déséquilibre.

Les interprètes s'agrippent à la gravité pour rester debout. Les postures sont toujours courbes. Presque au ralenti, ils avancent, lestés de résistance éolienne, pour gagner une course contre la montre, vers un ailleurs de liberté ou de fuite, mais qui peut être aussi celui de la mort comme nous le rappelle depuis bien trop longtemps ceux que l'on nomme, pour nier leur tragédie, les "migrants", alors que ce sont des réfugiés qui fuient massacres et guerre.

Tout se mélange avec beaucoup d'harmonie. Le contemporain fait la bise au hip-hop qui l'embrasse de son côté. Les mouvements, à l'exception de la dernière scène avec la danseuse habillée de sa longue robe, sont dans un registre corporel où l'espace est épousé dans ses courbures pour sculpter la puissance d'un vent qui prend ainsi toute sa matérialité. Éole n'a qu'à bien se tenir !

"Zéphyr"

© Laurent Philippe.
© Laurent Philippe.
Direction artistique et chorégraphie : Mourad Merzouki, assisté de Marjorie Hannoteaux.
Avec : Soirmi Amada, Ethan Cazaux, Ludovic Collura/Wissam Seddiki, Ana Teresa de Jesus Carvalho Pereira, Nicolas Grosclaude, Simona Machovičová, Camilla Melani, Mourad Messaoud, Thibault Mieglietti, Wissam Seddiki, Adrien Tan.
Création musicale : Armand Amar.
Scénographie : Benjamin Lebreton.
Lumières : Yoann Tivoli assisté de Nicolas Faucheux.
Costumes : Emilie Carpentier.
Crédits musicaux additionnels
Long Distance Productions.
Chants : Isabel Sörling.
Violon : Sarah Nemtanu.
Alto : Lise Berthaud.
Violoncelle : Grégoire Korniluk.
Piano : Julien Carton.

© Julie Cherki.
© Julie Cherki.
Enregistrement, mixage, création sonore : Vincent Joinville aux Studios Babel de Montreuil-sous-Bois.
Production : Katrin Oebel.
Production : Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne/Cie Käfig.
Coproduction : Département de la Vendée, Maison des Arts de Créteil.
Durée : 1 h 20.
Spectacle tout public, recommandé à partir de 7 ans.
Créé le 3 novembre 2021 au Vendéspace (85).

Le spectacle s'est joué du 20 au 23 décembre 2021 à la Grande Halle de la Villette.

Tournée
Du mardi 11 au samedi 22 janvier 2022 : Maison de la Danse, Lyon (69).
Samedi 9 avril 2022 : Palais des Congrès, Issy-les-Moulineaux (92).
Du jeudi 2 au samedi 4 juin 2022 : Wolubilis, Bruxelles (Belgique).

Safidin Alouache
Vendredi 31 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022