La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (1ère partie)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Jusqu'au 25 septembre, au Lucernaire, le comédien incarne le narrateur-personnage de "Faim" dans un spectacle adapté du roman paru en 1890 du norvégien Knut Hamsun. Le récit, en partie autobiographique, du Prix Nobel de littérature explore la conscience et les stigmates physiques d'un jeune écrivain tenaillé par la faim, errant dans une ville, Kristania. Nous avons rencontré Xavier Gallais.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Avec son jeu chorégraphique, une présence magnétique et une voix inoubliable, Xavier Gallais est un de ces acteurs rares que l'on suit depuis ses débuts. Après avoir incendié la scène avec ses incarnations habitées de héros romantiques tels Cyrano, Ruy Blas ou le Prince de Kleist, il arpente désormais de nouveaux territoires. Et c'est au Paradis (une petite salle pour cinquante spectateurs au second étage du Lucernaire) qu'il reprend le spectacle "Faim" mis en scène par Arthur Nauzyciel.

Dans un décor passe-partout évoquant au choix une gare, une mansarde ou une rue désertée en hiver (entre un sapin de Noël et un distributeur de boissons), le comédien offre aux spectateurs une incarnation sensible et toute en nuances du monologue saisissant adapté du roman de Knut Hamsun.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment avez-vous découvert le texte de Knut Hamsun ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Héléna Bossis et Daniel Darès, directeurs du Théâtre Antoine - alors que je jouais dans "Ondine", mis en scène par Jacques Weber (en 2005 NDLR) -, voulaient absolument que je fasse un monologue. Ils m'ont fait plusieurs propositions dont le roman de Knut Hamsun. J'ai su que je voudrais en faire quelque chose mais je n'étais pas prêt à ce moment-là pour un monologue. Le temps a passé et quand j'ai travaillé avec Arthur Nauzyciel sur "Ordet" (en 2008), la pièce d'un écrivain danois Kaj Munk dont l'univers est proche de celui d'Hamsun, je me suis senti prêt à l'aborder. Mais bien des écueils étaient à éviter : je ne voulais pas livrer une performance d'acteur. J'ai compris qu'avec Arthur Nauzyciel je pourrai raconter l'histoire que j'aimais et qui me permettrait de travailler sur la solitude du personnage de "Faim".

Dans mes recherches pour adapter le roman, je me suis aperçu que Jean-Louis Barrault en avait monté une version pour une trentaine d'acteurs avec deux personnages-narrateurs au lieu d'un. Une histoire de double sur fond d'orgue de barbarie. L'inverse de ce que je voulais faire donc mais le travail de Barrault m'a conforté dans l'idée de faire le spectacle.

Il a existé grâce à Frédéric Franck, directeur du Théâtre de la Madeleine - où je jouais "Nono" de Guitry mis en scène par Michel Fau. J'avais envie de faire entendre cette histoire à un public a priori très éloigné du personnage misérable qu'elle met en scène et ce, dans un théâtre privé avec des dorures ! Après une tournée au CDN d'Orléans (le théâtre d'A. Nauzyciel NDLR) et deux dates à New York, ce n'était plus comme à la Madeleine un lever de rideau mais "Faim" était devenu un vrai spectacle dans la forme imposée par Arthur qui est forte - et qui résonnait en moi.

Il me fallait désormais de la proximité. Quand Benoît Lavigne (directeur du Lucernaire) m'a proposé de monter le spectacle à nouveau, j'ai accepté puisqu'il est maintenant arrivé à maturité.

"Faim" parle de la solitude et du corps aussi. J'ai l'impression que vous vous intéressez beaucoup au corps en ce moment avec notamment cette "Étude de fesses" qui arrive en fin de mois (Xavier Gallais rit). Vous voulez dire adieu à votre image d'acteur romantique ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Ah oui ? C'est vrai que si je regarde derrière moi, j'ai joué des personnages romantiques comme Ruy Blas, des personnages du post-romantisme tel Roberto Zucco. Et même quand ils ne l'étaient pas, je les teintais d'un certain romantisme, d'un goût pour le contraste. C'est ce que je retiens de ce mouvement : les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles voulant les réunir dans le cosmos ! (Il rit). Alors casser cette image ? Peut-être, mais cela n'est pas conscient. Et dans le romantisme, le corps est important - arraché, comme dans "Faim".

En tout cas, j'ai envie maintenant de m'attarder sur les détails. Dans "Étude de Fesses", c'est bien cela : une étude sur un détail du corps. "Faim" est aussi une étude en détail sur un comportement et les conséquences physiques et morales de la privation.

Avec Florient Azoulay, mon co-adaptateur, nous avons veillé à conserver les deux dimensions physique et métaphysique du récit de Knut Hamsun - lesquelles sont plus ou moins mises en valeur selon la traduction de Georges Sautreau ou celle de Régis Boyer.

Pour en revenir à votre question, c'est vrai que j'aimais les fresques et les grandes évolutions de personnages sur scène, les prendre à un certain degré pour les mener à un conflit ultime, une explosion. Ces dernières années j'ai plutôt envie de travailler sur une couleur et toutes ses nuances. C'est un travail plus concentré.

À suivre...
Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Mercredi 9 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019