La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (1ère partie)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Jusqu'au 25 septembre, au Lucernaire, le comédien incarne le narrateur-personnage de "Faim" dans un spectacle adapté du roman paru en 1890 du norvégien Knut Hamsun. Le récit, en partie autobiographique, du Prix Nobel de littérature explore la conscience et les stigmates physiques d'un jeune écrivain tenaillé par la faim, errant dans une ville, Kristania. Nous avons rencontré Xavier Gallais.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Avec son jeu chorégraphique, une présence magnétique et une voix inoubliable, Xavier Gallais est un de ces acteurs rares que l'on suit depuis ses débuts. Après avoir incendié la scène avec ses incarnations habitées de héros romantiques tels Cyrano, Ruy Blas ou le Prince de Kleist, il arpente désormais de nouveaux territoires. Et c'est au Paradis (une petite salle pour cinquante spectateurs au second étage du Lucernaire) qu'il reprend le spectacle "Faim" mis en scène par Arthur Nauzyciel.

Dans un décor passe-partout évoquant au choix une gare, une mansarde ou une rue désertée en hiver (entre un sapin de Noël et un distributeur de boissons), le comédien offre aux spectateurs une incarnation sensible et toute en nuances du monologue saisissant adapté du roman de Knut Hamsun.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment avez-vous découvert le texte de Knut Hamsun ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Héléna Bossis et Daniel Darès, directeurs du Théâtre Antoine - alors que je jouais dans "Ondine", mis en scène par Jacques Weber (en 2005 NDLR) -, voulaient absolument que je fasse un monologue. Ils m'ont fait plusieurs propositions dont le roman de Knut Hamsun. J'ai su que je voudrais en faire quelque chose mais je n'étais pas prêt à ce moment-là pour un monologue. Le temps a passé et quand j'ai travaillé avec Arthur Nauzyciel sur "Ordet" (en 2008), la pièce d'un écrivain danois Kaj Munk dont l'univers est proche de celui d'Hamsun, je me suis senti prêt à l'aborder. Mais bien des écueils étaient à éviter : je ne voulais pas livrer une performance d'acteur. J'ai compris qu'avec Arthur Nauzyciel je pourrai raconter l'histoire que j'aimais et qui me permettrait de travailler sur la solitude du personnage de "Faim".

Dans mes recherches pour adapter le roman, je me suis aperçu que Jean-Louis Barrault en avait monté une version pour une trentaine d'acteurs avec deux personnages-narrateurs au lieu d'un. Une histoire de double sur fond d'orgue de barbarie. L'inverse de ce que je voulais faire donc mais le travail de Barrault m'a conforté dans l'idée de faire le spectacle.

Il a existé grâce à Frédéric Franck, directeur du Théâtre de la Madeleine - où je jouais "Nono" de Guitry mis en scène par Michel Fau. J'avais envie de faire entendre cette histoire à un public a priori très éloigné du personnage misérable qu'elle met en scène et ce, dans un théâtre privé avec des dorures ! Après une tournée au CDN d'Orléans (le théâtre d'A. Nauzyciel NDLR) et deux dates à New York, ce n'était plus comme à la Madeleine un lever de rideau mais "Faim" était devenu un vrai spectacle dans la forme imposée par Arthur qui est forte - et qui résonnait en moi.

Il me fallait désormais de la proximité. Quand Benoît Lavigne (directeur du Lucernaire) m'a proposé de monter le spectacle à nouveau, j'ai accepté puisqu'il est maintenant arrivé à maturité.

"Faim" parle de la solitude et du corps aussi. J'ai l'impression que vous vous intéressez beaucoup au corps en ce moment avec notamment cette "Étude de fesses" qui arrive en fin de mois (Xavier Gallais rit). Vous voulez dire adieu à votre image d'acteur romantique ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Ah oui ? C'est vrai que si je regarde derrière moi, j'ai joué des personnages romantiques comme Ruy Blas, des personnages du post-romantisme tel Roberto Zucco. Et même quand ils ne l'étaient pas, je les teintais d'un certain romantisme, d'un goût pour le contraste. C'est ce que je retiens de ce mouvement : les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles voulant les réunir dans le cosmos ! (Il rit). Alors casser cette image ? Peut-être, mais cela n'est pas conscient. Et dans le romantisme, le corps est important - arraché, comme dans "Faim".

En tout cas, j'ai envie maintenant de m'attarder sur les détails. Dans "Étude de Fesses", c'est bien cela : une étude sur un détail du corps. "Faim" est aussi une étude en détail sur un comportement et les conséquences physiques et morales de la privation.

Avec Florient Azoulay, mon co-adaptateur, nous avons veillé à conserver les deux dimensions physique et métaphysique du récit de Knut Hamsun - lesquelles sont plus ou moins mises en valeur selon la traduction de Georges Sautreau ou celle de Régis Boyer.

Pour en revenir à votre question, c'est vrai que j'aimais les fresques et les grandes évolutions de personnages sur scène, les prendre à un certain degré pour les mener à un conflit ultime, une explosion. Ces dernières années j'ai plutôt envie de travailler sur une couleur et toutes ses nuances. C'est un travail plus concentré.

À suivre...
Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Mercredi 9 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020