La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (1ère partie)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Jusqu'au 25 septembre, au Lucernaire, le comédien incarne le narrateur-personnage de "Faim" dans un spectacle adapté du roman paru en 1890 du norvégien Knut Hamsun. Le récit, en partie autobiographique, du Prix Nobel de littérature explore la conscience et les stigmates physiques d'un jeune écrivain tenaillé par la faim, errant dans une ville, Kristania. Nous avons rencontré Xavier Gallais.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Avec son jeu chorégraphique, une présence magnétique et une voix inoubliable, Xavier Gallais est un de ces acteurs rares que l'on suit depuis ses débuts. Après avoir incendié la scène avec ses incarnations habitées de héros romantiques tels Cyrano, Ruy Blas ou le Prince de Kleist, il arpente désormais de nouveaux territoires. Et c'est au Paradis (une petite salle pour cinquante spectateurs au second étage du Lucernaire) qu'il reprend le spectacle "Faim" mis en scène par Arthur Nauzyciel.

Dans un décor passe-partout évoquant au choix une gare, une mansarde ou une rue désertée en hiver (entre un sapin de Noël et un distributeur de boissons), le comédien offre aux spectateurs une incarnation sensible et toute en nuances du monologue saisissant adapté du roman de Knut Hamsun.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment avez-vous découvert le texte de Knut Hamsun ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Héléna Bossis et Daniel Darès, directeurs du Théâtre Antoine - alors que je jouais dans "Ondine", mis en scène par Jacques Weber (en 2005 NDLR) -, voulaient absolument que je fasse un monologue. Ils m'ont fait plusieurs propositions dont le roman de Knut Hamsun. J'ai su que je voudrais en faire quelque chose mais je n'étais pas prêt à ce moment-là pour un monologue. Le temps a passé et quand j'ai travaillé avec Arthur Nauzyciel sur "Ordet" (en 2008), la pièce d'un écrivain danois Kaj Munk dont l'univers est proche de celui d'Hamsun, je me suis senti prêt à l'aborder. Mais bien des écueils étaient à éviter : je ne voulais pas livrer une performance d'acteur. J'ai compris qu'avec Arthur Nauzyciel je pourrai raconter l'histoire que j'aimais et qui me permettrait de travailler sur la solitude du personnage de "Faim".

Dans mes recherches pour adapter le roman, je me suis aperçu que Jean-Louis Barrault en avait monté une version pour une trentaine d'acteurs avec deux personnages-narrateurs au lieu d'un. Une histoire de double sur fond d'orgue de barbarie. L'inverse de ce que je voulais faire donc mais le travail de Barrault m'a conforté dans l'idée de faire le spectacle.

Il a existé grâce à Frédéric Franck, directeur du Théâtre de la Madeleine - où je jouais "Nono" de Guitry mis en scène par Michel Fau. J'avais envie de faire entendre cette histoire à un public a priori très éloigné du personnage misérable qu'elle met en scène et ce, dans un théâtre privé avec des dorures ! Après une tournée au CDN d'Orléans (le théâtre d'A. Nauzyciel NDLR) et deux dates à New York, ce n'était plus comme à la Madeleine un lever de rideau mais "Faim" était devenu un vrai spectacle dans la forme imposée par Arthur qui est forte - et qui résonnait en moi.

Il me fallait désormais de la proximité. Quand Benoît Lavigne (directeur du Lucernaire) m'a proposé de monter le spectacle à nouveau, j'ai accepté puisqu'il est maintenant arrivé à maturité.

"Faim" parle de la solitude et du corps aussi. J'ai l'impression que vous vous intéressez beaucoup au corps en ce moment avec notamment cette "Étude de fesses" qui arrive en fin de mois (Xavier Gallais rit). Vous voulez dire adieu à votre image d'acteur romantique ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Ah oui ? C'est vrai que si je regarde derrière moi, j'ai joué des personnages romantiques comme Ruy Blas, des personnages du post-romantisme tel Roberto Zucco. Et même quand ils ne l'étaient pas, je les teintais d'un certain romantisme, d'un goût pour le contraste. C'est ce que je retiens de ce mouvement : les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles voulant les réunir dans le cosmos ! (Il rit). Alors casser cette image ? Peut-être, mais cela n'est pas conscient. Et dans le romantisme, le corps est important - arraché, comme dans "Faim".

En tout cas, j'ai envie maintenant de m'attarder sur les détails. Dans "Étude de Fesses", c'est bien cela : une étude sur un détail du corps. "Faim" est aussi une étude en détail sur un comportement et les conséquences physiques et morales de la privation.

Avec Florient Azoulay, mon co-adaptateur, nous avons veillé à conserver les deux dimensions physique et métaphysique du récit de Knut Hamsun - lesquelles sont plus ou moins mises en valeur selon la traduction de Georges Sautreau ou celle de Régis Boyer.

Pour en revenir à votre question, c'est vrai que j'aimais les fresques et les grandes évolutions de personnages sur scène, les prendre à un certain degré pour les mener à un conflit ultime, une explosion. Ces dernières années j'ai plutôt envie de travailler sur une couleur et toutes ses nuances. C'est un travail plus concentré.

À suivre...
Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Mercredi 9 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019