La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Xavier Gallais, comédien non apprivoisé (1ère partie)

"Faim", Le Lucernaire, Paris

Jusqu'au 25 septembre, au Lucernaire, le comédien incarne le narrateur-personnage de "Faim" dans un spectacle adapté du roman paru en 1890 du norvégien Knut Hamsun. Le récit, en partie autobiographique, du Prix Nobel de littérature explore la conscience et les stigmates physiques d'un jeune écrivain tenaillé par la faim, errant dans une ville, Kristania. Nous avons rencontré Xavier Gallais.



© Fabien Pio.
© Fabien Pio.
Avec son jeu chorégraphique, une présence magnétique et une voix inoubliable, Xavier Gallais est un de ces acteurs rares que l'on suit depuis ses débuts. Après avoir incendié la scène avec ses incarnations habitées de héros romantiques tels Cyrano, Ruy Blas ou le Prince de Kleist, il arpente désormais de nouveaux territoires. Et c'est au Paradis (une petite salle pour cinquante spectateurs au second étage du Lucernaire) qu'il reprend le spectacle "Faim" mis en scène par Arthur Nauzyciel.

Dans un décor passe-partout évoquant au choix une gare, une mansarde ou une rue désertée en hiver (entre un sapin de Noël et un distributeur de boissons), le comédien offre aux spectateurs une incarnation sensible et toute en nuances du monologue saisissant adapté du roman de Knut Hamsun.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment avez-vous découvert le texte de Knut Hamsun ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Héléna Bossis et Daniel Darès, directeurs du Théâtre Antoine - alors que je jouais dans "Ondine", mis en scène par Jacques Weber (en 2005 NDLR) -, voulaient absolument que je fasse un monologue. Ils m'ont fait plusieurs propositions dont le roman de Knut Hamsun. J'ai su que je voudrais en faire quelque chose mais je n'étais pas prêt à ce moment-là pour un monologue. Le temps a passé et quand j'ai travaillé avec Arthur Nauzyciel sur "Ordet" (en 2008), la pièce d'un écrivain danois Kaj Munk dont l'univers est proche de celui d'Hamsun, je me suis senti prêt à l'aborder. Mais bien des écueils étaient à éviter : je ne voulais pas livrer une performance d'acteur. J'ai compris qu'avec Arthur Nauzyciel je pourrai raconter l'histoire que j'aimais et qui me permettrait de travailler sur la solitude du personnage de "Faim".

Dans mes recherches pour adapter le roman, je me suis aperçu que Jean-Louis Barrault en avait monté une version pour une trentaine d'acteurs avec deux personnages-narrateurs au lieu d'un. Une histoire de double sur fond d'orgue de barbarie. L'inverse de ce que je voulais faire donc mais le travail de Barrault m'a conforté dans l'idée de faire le spectacle.

Il a existé grâce à Frédéric Franck, directeur du Théâtre de la Madeleine - où je jouais "Nono" de Guitry mis en scène par Michel Fau. J'avais envie de faire entendre cette histoire à un public a priori très éloigné du personnage misérable qu'elle met en scène et ce, dans un théâtre privé avec des dorures ! Après une tournée au CDN d'Orléans (le théâtre d'A. Nauzyciel NDLR) et deux dates à New York, ce n'était plus comme à la Madeleine un lever de rideau mais "Faim" était devenu un vrai spectacle dans la forme imposée par Arthur qui est forte - et qui résonnait en moi.

Il me fallait désormais de la proximité. Quand Benoît Lavigne (directeur du Lucernaire) m'a proposé de monter le spectacle à nouveau, j'ai accepté puisqu'il est maintenant arrivé à maturité.

"Faim" parle de la solitude et du corps aussi. J'ai l'impression que vous vous intéressez beaucoup au corps en ce moment avec notamment cette "Étude de fesses" qui arrive en fin de mois (Xavier Gallais rit). Vous voulez dire adieu à votre image d'acteur romantique ?

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Xavier Gallais - Ah oui ? C'est vrai que si je regarde derrière moi, j'ai joué des personnages romantiques comme Ruy Blas, des personnages du post-romantisme tel Roberto Zucco. Et même quand ils ne l'étaient pas, je les teintais d'un certain romantisme, d'un goût pour le contraste. C'est ce que je retiens de ce mouvement : les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles voulant les réunir dans le cosmos ! (Il rit). Alors casser cette image ? Peut-être, mais cela n'est pas conscient. Et dans le romantisme, le corps est important - arraché, comme dans "Faim".

En tout cas, j'ai envie maintenant de m'attarder sur les détails. Dans "Étude de Fesses", c'est bien cela : une étude sur un détail du corps. "Faim" est aussi une étude en détail sur un comportement et les conséquences physiques et morales de la privation.

Avec Florient Azoulay, mon co-adaptateur, nous avons veillé à conserver les deux dimensions physique et métaphysique du récit de Knut Hamsun - lesquelles sont plus ou moins mises en valeur selon la traduction de Georges Sautreau ou celle de Régis Boyer.

Pour en revenir à votre question, c'est vrai que j'aimais les fresques et les grandes évolutions de personnages sur scène, les prendre à un certain degré pour les mener à un conflit ultime, une explosion. Ces dernières années j'ai plutôt envie de travailler sur une couleur et toutes ses nuances. C'est un travail plus concentré.

À suivre...
Entretien réalisé le 4 septembre 2015.

"Faim"

© Isabelle Nègre.
© Isabelle Nègre.
Texte : Knut Hamsun.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Adaptation théâtrale : Florient Azoulay et Xavier Gallais.
Traductions : Régis Boyer et Georges Sautreau.
Avec : Xavier Gallais.
Collaboration artistique : Florient Azoulay.
Scénographie : Giulio Lichtner.
Mouvements : Damien Jalet.
Son : Xavier Jacquot.
Costume : Gaspard Yurkievich.
Durée : 1 h 20.

Du 26 août au 25 septembre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

"Étude de fesses"
Tetxtes : Xavier Gallais et le Projet Bloom.
Conception : Florient Azoulay.
Collaboration artistique : Colin Roche.
Avec : Xavier Gallais.
Soprano : Raquel Camarinha.
Guitare : Christelle Séry et Margot Fontana.
Durée : 1 h 40.

Du 30 septembre au 16 octobre 2015.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34

"Splendid's"
Spectacle anglais surtitré en français.
Texte : Jean Genet.
Traduction anglaise : Neil Bartlett.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.

Du 20 au 26 mars 2016.
Théâtre de la Colline, Paris, 20e, 01 44 62 52 52.

Christine Ducq
Mercredi 9 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019