La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"We love arabs"… I have a dream

"We love arabs", Théâtre du Rond-Point, Paris

C'est un Juif et un Arabe qui arrivent, le temps d'un spectacle, à unir, sans l'ONU, dans une même chapelle de communion, deux populations à l'aide de la danse, du théâtre et d'une bonne dose d'humour.



© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
C'est un plaisir de voir l'art utilisé à des fins politiques pour prôner l'ouverture à l'autre et être l'étendard de la paix. Hillel Kogan traite du rapport entre Juifs et Arabes en Israël. Qu'est-ce qui fait leurs identités ? À cette question, le chorégraphe israélien utilise l'humour, libératoire, et la danse Gaga pour botter le Q de tous les préjugés.

De façon éclatante, il pose le problème de la cohabitation de ces peuples qui vivent côte à côte "dans un pays qui est gagné par le racisme, la brutalité, l'ignorance, un mauvais usage de la force, le fanatisme", selon le chorégraphe israélien Ohad Naharin, inventeur de la danse Gaga. Celle-ci est basée essentiellement sur de l'improvisation où Adi Boutrous incorpore chaque gestuelle proposée par Kogan. Les artistes dansent ensemble, l'un aiguillon de l'autre, avec, au fil de la chorégraphie qui se construit, des mouvements ajoutés de façon périodique sans que rien ne soit laissé de côté.

Cette transmission de gestes, où Adil "suit" Hillel, permet de faire exister des mouvements aux états presque identiques, mais perçus dans un espace temporel légèrement décalé. Basée sur de l'improvisation d'un côté et de la spontanéité de l'autre, personne ne délaisse son identité artistique. Elles sont portées à un échelon plus élevé de partage. Le partenaire devient complice.

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
Kogan utilise, par le biais du théâtre, la parole pour expliquer son dessein à Boutrous. Nous sommes au début de la création d'un projet où un chorégraphe israélien juif souhaite intégrer un danseur israélien arabe en expliquant les difficultés de cette possibilité en Israël. C'est ce cheminement qui est expliqué, mis en lumière sous forme de dialogue avec le public et entre les artistes.

Mais au final, qu'est-ce qui peut relier ces deux peuples ? Son histoire ? Sa mentalité ? Ses croyances ? Ses Dieux ?

Que nenni… c'est la cuisine, l'hommos d'après Hillel Kogan. Cette purée de pois chiches nappée d'huile d'olive se retrouve autant dans les assiettes de Tel Aviv, Ashkelon que Gaza et Hébron. Et qui plus est aussi à Jérusalem.

C'est un spectacle qui fait tomber tous les murs de haine hissés par les fanatismes religieux et politiques. Le chorégraphe israélien, par le biais d'une grande finesse d'esprit, essaie d'établir un lien entre les deux communautés pour que les hommes deviennent amis, de ceux avec qui on partage son pain ou son hommos.

"We love arabs"

© Gadi Dagon.
© Gadi Dagon.
Texte et chorégraphie : Hillel Logan.
Avec : Adi Boutrous et Hillel Logan.
Musiques : Kazem Alsaher, Mozart.
Conseillers artistiques : Inbal Yaacobi, Rotem Tashach.
Traduction : Talia de Vries.
Lumière : Amir Castro.
Régie lumière : Stéphane Blanche.
Régie son : Laurent Le Nevez.
Habillage : Céline Saujot.
Durée : environ 55 min.

Du 12 septembre au 8 octobre 2017.
Du mardi au dimanche à 18 h 30.
Théâtre du Rond-Point, salle Jean Tardieu, Paris 8e, 01 44 95 98 21.
>> theatredurondpoint.fr

Tournée

© Giovanni Cittadini Cesi.
© Giovanni Cittadini Cesi.
18 octobre 2017 : International Arts Festival, Melbourne (Australie).
7 novembre 2017 : Halle aux Grains - Scène NationaLe, Blois (41).
8 novembre 2017 : Maison de la Culture, Bourges (18).
9 novembre 2017 : Nouveau Théâtre, Châtellerault (86).
14 novembre 2017 : Théâtre de l'Hôtel de Ville, Saint-Barthélémy-d'Anjou (49).
16 novembre 2017 : Théâtre de Thalie, Montaigu (85).
17 novembre 2017 : Centre Culturel Piano'Cocktail, Bouguenais (44).
21 novembre 2017 : Le Théâtre, Laval (53).
23 novembre 2017 : Poitiers (86).
28 et 29 novembre 2017 : Le Sémaphore, Cébazat (63).
30 novembre 2017 : Théâtre Les Sept Collines, Tulle (19).
10 janvier 2018 : Palais du Littoral, Grande-Synthe (59).
12 janvier 2018 : Espace René Coutteure, Grenay (62).
16 janvier 2018 : Le Rayon Vert, Saint-Valéry-en-Caux (76).

>> Suite de la tournée :

Safidin Alouache
Mercredi 20 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019