La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Voix Nouvelles, parité et rencontres au programme du Festival de Royaumont

Pour la 75e édition du Festival de Royaumont, jeunesse, talent, création et rencontres sont au rendez-vous. La musique, la danse et la voix seront encore une fois à l'honneur durant un mois d'intense bouillonnement créatif dans l'un des plus beaux sites d'Île-de-France, l'Abbaye de Royaumont.



© Agathe Poupeney/PhotoScène.
© Agathe Poupeney/PhotoScène.
La rentrée a comme tous les ans un petit goût moins amer grâce au retour de certaines manifestations artistiques. Tel ce festival dont le but est (entre autres) de donner à des artistes et ensembles participant aux académies et résidences financées par la Fondation Royaumont l'opportunité de livrer au public le résultat de leur travail. Une importance plus grande est de surcroît accordée en cette nouvelle édition à la création, répartie à Royaumont en trois pôles : la voix, la danse et la composition musicale.

Ce dernier département, dont le directeur artistique depuis 2015 est Jean-Philippe Wurtz (chef d'orchestre et fondateur de l'Ensemble Linea), vise à développer toutes les formes de créations musicales en intégrant désormais celui des musiques trans-culturelles (avec Samuel Agard, son conseiller artistique). Un projet ambitieux et une évidence pour J.-P. Wurtz, qui prend ainsi acte que la création musicale est désormais affranchie des chapelles et des dogmes. Les compositeurs d'aujourd'hui n'hésitent-ils pas désormais à s'abreuver à de nombreuses sources extra classiques comme le rock, le jazz ou les musiques traditionnelles ?

Mivos Quartet © Blaise Hayward.
Mivos Quartet © Blaise Hayward.
C'est ainsi que l'Académie Voix Nouvelles a sélectionné quatorze compositeurs, sept garçons et sept filles venus du monde entier. Une parité parfaite respectée pour la deuxième année consécutive pour des candidats(es) d'excellent niveau - ce dont s'enorgueillit à juste titre son directeur artistique. Pendant seize jours (à partir du 25 août) ces très jeunes compositeurs venus d'Amérique du Nord, d'Asie (Japon et Taïwan), d'Europe centrale ou du Proche-Orient (Turquie, Israël), plus le Français Baptiste Chassin, se perfectionnent dans leur activité sous la direction de deux formateurs aussi brillants que différents, Franck Bedrossian et Simon Steen-Andersen.

La Fondation attribue par ailleurs une bourse aux compositeurs qui en auraient besoin. Une fois leur œuvre composée au terme d'un long processus créatif, les lauréats la présentent pendant quarante-cinq minutes face aux interprètes professionnels qui les défendront. Cette année un ensemble américain, le Quatuor Mivos, le contrebassiste Florentin Ginot (de l'Ensemble Musik Fabrik) et l'ensemble vocal (de seize voix) en résidence pour deux ans in loco, Les Métaboles, sont chargés de travailler avec eux pour une phase d'ajustement et parfois d'amélioration des partitions. Le processus collaboratif constant aux différentes étapes de la formation est, on le voit, privilégié pour donner vie à ces créations.

Les Métaboles © Elsa Laurent.
Les Métaboles © Elsa Laurent.
Les œuvres sont jouées lors des deux journées du week-end "En Vol" (les 7 et 8 septembre) pour trois Concerts de l'Académie, également sous la direction de Léo Warinski et l'encadrement de la soprano Donatienne Michel-Dansac. Les œuvres devraient relever de styles variés et de formats divers : purement vocales ou voix avec quatuor à cordes ou encore voix et contrebasse. Elles entendent bien retrouver le chemin du cœur du public - que le terme "création contemporaine" fait trop souvent fuir à tort.

La phase de professionnalisation de ces jeunes compositeurs est également essentielle pour les membres de l'équipe de l'Académie Voix Nouvelles. Ainsi des lauréats de l'édition 2018 se sont vu passer neuf commandes (cinq en 2017) par la Festival de Royaumont comme par les ensembles qui les ont accompagnés. Les compositeurs lauréats de 2018 Nuno Costa et Jack Sheen verront donc leurs œuvres jouées le huit septembre, en même temps que leurs aînés tels que Jonathan Harvey (formateur en 2002) ou George Lewis ("Playing with seeds").

Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Le Festival de Royaumont, c'est aussi la création chorégraphique avec, par exemple cette année, Charlie-Anastasia Merlet, Eloïse Duchemin et toujours Hervé Robbe (directeur artistique du département Danse) les 14/15 septembre. De nombreux autres rendez-vous attendent un public toujours plus nombreux (en hausse de 21 % l'an dernier) centrés sur la Polyphonie anglaise, Bach et Telemann, Schumann Poète ou encore Immortal Bach (avec Thomas Lacôte à l'orgue) entre autres.

Sans oublier un week-end consacré au Samaa et au Chant Mozarabe avec l'Ensemble Organum, un hommage à Jean-Claude Malgloire et une Nuit de la Mélodie et du Lied avec le récital des jeunes artistes lauréats de la Fondation Royaumont. C'est enfin l'Académie Orsay-Royaumont (deuxième édition) pour former les duos chanteurs-pianistes de demain sous la houlette des plus grands (Christian Immler, Véronique Gens, Christoph Prégardien et Stéphane Degout pour ne citer que les chanteurs) qui s'ancre durablement dans le paysage musical du Musée d'Orsay comme de Royaumont.


Du 7 septembre au 6 octobre 2019.
Abbaye de Royaumont.
Asnières-sur-Oise (95).
Tél. : 01 30 35 58 00.
Programme complet :
>> royaumont.com

Christine Ducq
Vendredi 30 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024