La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Voix Nouvelles, parité et rencontres au programme du Festival de Royaumont

Pour la 75e édition du Festival de Royaumont, jeunesse, talent, création et rencontres sont au rendez-vous. La musique, la danse et la voix seront encore une fois à l'honneur durant un mois d'intense bouillonnement créatif dans l'un des plus beaux sites d'Île-de-France, l'Abbaye de Royaumont.



© Agathe Poupeney/PhotoScène.
© Agathe Poupeney/PhotoScène.
La rentrée a comme tous les ans un petit goût moins amer grâce au retour de certaines manifestations artistiques. Tel ce festival dont le but est (entre autres) de donner à des artistes et ensembles participant aux académies et résidences financées par la Fondation Royaumont l'opportunité de livrer au public le résultat de leur travail. Une importance plus grande est de surcroît accordée en cette nouvelle édition à la création, répartie à Royaumont en trois pôles : la voix, la danse et la composition musicale.

Ce dernier département, dont le directeur artistique depuis 2015 est Jean-Philippe Wurtz (chef d'orchestre et fondateur de l'Ensemble Linea), vise à développer toutes les formes de créations musicales en intégrant désormais celui des musiques trans-culturelles (avec Samuel Agard, son conseiller artistique). Un projet ambitieux et une évidence pour J.-P. Wurtz, qui prend ainsi acte que la création musicale est désormais affranchie des chapelles et des dogmes. Les compositeurs d'aujourd'hui n'hésitent-ils pas désormais à s'abreuver à de nombreuses sources extra classiques comme le rock, le jazz ou les musiques traditionnelles ?

Mivos Quartet © Blaise Hayward.
Mivos Quartet © Blaise Hayward.
C'est ainsi que l'Académie Voix Nouvelles a sélectionné quatorze compositeurs, sept garçons et sept filles venus du monde entier. Une parité parfaite respectée pour la deuxième année consécutive pour des candidats(es) d'excellent niveau - ce dont s'enorgueillit à juste titre son directeur artistique. Pendant seize jours (à partir du 25 août) ces très jeunes compositeurs venus d'Amérique du Nord, d'Asie (Japon et Taïwan), d'Europe centrale ou du Proche-Orient (Turquie, Israël), plus le Français Baptiste Chassin, se perfectionnent dans leur activité sous la direction de deux formateurs aussi brillants que différents, Franck Bedrossian et Simon Steen-Andersen.

La Fondation attribue par ailleurs une bourse aux compositeurs qui en auraient besoin. Une fois leur œuvre composée au terme d'un long processus créatif, les lauréats la présentent pendant quarante-cinq minutes face aux interprètes professionnels qui les défendront. Cette année un ensemble américain, le Quatuor Mivos, le contrebassiste Florentin Ginot (de l'Ensemble Musik Fabrik) et l'ensemble vocal (de seize voix) en résidence pour deux ans in loco, Les Métaboles, sont chargés de travailler avec eux pour une phase d'ajustement et parfois d'amélioration des partitions. Le processus collaboratif constant aux différentes étapes de la formation est, on le voit, privilégié pour donner vie à ces créations.

Les Métaboles © Elsa Laurent.
Les Métaboles © Elsa Laurent.
Les œuvres sont jouées lors des deux journées du week-end "En Vol" (les 7 et 8 septembre) pour trois Concerts de l'Académie, également sous la direction de Léo Warinski et l'encadrement de la soprano Donatienne Michel-Dansac. Les œuvres devraient relever de styles variés et de formats divers : purement vocales ou voix avec quatuor à cordes ou encore voix et contrebasse. Elles entendent bien retrouver le chemin du cœur du public - que le terme "création contemporaine" fait trop souvent fuir à tort.

La phase de professionnalisation de ces jeunes compositeurs est également essentielle pour les membres de l'équipe de l'Académie Voix Nouvelles. Ainsi des lauréats de l'édition 2018 se sont vu passer neuf commandes (cinq en 2017) par la Festival de Royaumont comme par les ensembles qui les ont accompagnés. Les compositeurs lauréats de 2018 Nuno Costa et Jack Sheen verront donc leurs œuvres jouées le huit septembre, en même temps que leurs aînés tels que Jonathan Harvey (formateur en 2002) ou George Lewis ("Playing with seeds").

Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Le Festival de Royaumont, c'est aussi la création chorégraphique avec, par exemple cette année, Charlie-Anastasia Merlet, Eloïse Duchemin et toujours Hervé Robbe (directeur artistique du département Danse) les 14/15 septembre. De nombreux autres rendez-vous attendent un public toujours plus nombreux (en hausse de 21 % l'an dernier) centrés sur la Polyphonie anglaise, Bach et Telemann, Schumann Poète ou encore Immortal Bach (avec Thomas Lacôte à l'orgue) entre autres.

Sans oublier un week-end consacré au Samaa et au Chant Mozarabe avec l'Ensemble Organum, un hommage à Jean-Claude Malgloire et une Nuit de la Mélodie et du Lied avec le récital des jeunes artistes lauréats de la Fondation Royaumont. C'est enfin l'Académie Orsay-Royaumont (deuxième édition) pour former les duos chanteurs-pianistes de demain sous la houlette des plus grands (Christian Immler, Véronique Gens, Christoph Prégardien et Stéphane Degout pour ne citer que les chanteurs) qui s'ancre durablement dans le paysage musical du Musée d'Orsay comme de Royaumont.


Du 7 septembre au 6 octobre 2019.
Abbaye de Royaumont.
Asnières-sur-Oise (95).
Tél. : 01 30 35 58 00.
Programme complet :
>> royaumont.com

Christine Ducq
Vendredi 30 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019