La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Voix Nouvelles, parité et rencontres au programme du Festival de Royaumont

Pour la 75e édition du Festival de Royaumont, jeunesse, talent, création et rencontres sont au rendez-vous. La musique, la danse et la voix seront encore une fois à l'honneur durant un mois d'intense bouillonnement créatif dans l'un des plus beaux sites d'Île-de-France, l'Abbaye de Royaumont.



© Agathe Poupeney/PhotoScène.
© Agathe Poupeney/PhotoScène.
La rentrée a comme tous les ans un petit goût moins amer grâce au retour de certaines manifestations artistiques. Tel ce festival dont le but est (entre autres) de donner à des artistes et ensembles participant aux académies et résidences financées par la Fondation Royaumont l'opportunité de livrer au public le résultat de leur travail. Une importance plus grande est de surcroît accordée en cette nouvelle édition à la création, répartie à Royaumont en trois pôles : la voix, la danse et la composition musicale.

Ce dernier département, dont le directeur artistique depuis 2015 est Jean-Philippe Wurtz (chef d'orchestre et fondateur de l'Ensemble Linea), vise à développer toutes les formes de créations musicales en intégrant désormais celui des musiques trans-culturelles (avec Samuel Agard, son conseiller artistique). Un projet ambitieux et une évidence pour J.-P. Wurtz, qui prend ainsi acte que la création musicale est désormais affranchie des chapelles et des dogmes. Les compositeurs d'aujourd'hui n'hésitent-ils pas désormais à s'abreuver à de nombreuses sources extra classiques comme le rock, le jazz ou les musiques traditionnelles ?

Mivos Quartet © Blaise Hayward.
Mivos Quartet © Blaise Hayward.
C'est ainsi que l'Académie Voix Nouvelles a sélectionné quatorze compositeurs, sept garçons et sept filles venus du monde entier. Une parité parfaite respectée pour la deuxième année consécutive pour des candidats(es) d'excellent niveau - ce dont s'enorgueillit à juste titre son directeur artistique. Pendant seize jours (à partir du 25 août) ces très jeunes compositeurs venus d'Amérique du Nord, d'Asie (Japon et Taïwan), d'Europe centrale ou du Proche-Orient (Turquie, Israël), plus le Français Baptiste Chassin, se perfectionnent dans leur activité sous la direction de deux formateurs aussi brillants que différents, Franck Bedrossian et Simon Steen-Andersen.

La Fondation attribue par ailleurs une bourse aux compositeurs qui en auraient besoin. Une fois leur œuvre composée au terme d'un long processus créatif, les lauréats la présentent pendant quarante-cinq minutes face aux interprètes professionnels qui les défendront. Cette année un ensemble américain, le Quatuor Mivos, le contrebassiste Florentin Ginot (de l'Ensemble Musik Fabrik) et l'ensemble vocal (de seize voix) en résidence pour deux ans in loco, Les Métaboles, sont chargés de travailler avec eux pour une phase d'ajustement et parfois d'amélioration des partitions. Le processus collaboratif constant aux différentes étapes de la formation est, on le voit, privilégié pour donner vie à ces créations.

Les Métaboles © Elsa Laurent.
Les Métaboles © Elsa Laurent.
Les œuvres sont jouées lors des deux journées du week-end "En Vol" (les 7 et 8 septembre) pour trois Concerts de l'Académie, également sous la direction de Léo Warinski et l'encadrement de la soprano Donatienne Michel-Dansac. Les œuvres devraient relever de styles variés et de formats divers : purement vocales ou voix avec quatuor à cordes ou encore voix et contrebasse. Elles entendent bien retrouver le chemin du cœur du public - que le terme "création contemporaine" fait trop souvent fuir à tort.

La phase de professionnalisation de ces jeunes compositeurs est également essentielle pour les membres de l'équipe de l'Académie Voix Nouvelles. Ainsi des lauréats de l'édition 2018 se sont vu passer neuf commandes (cinq en 2017) par la Festival de Royaumont comme par les ensembles qui les ont accompagnés. Les compositeurs lauréats de 2018 Nuno Costa et Jack Sheen verront donc leurs œuvres jouées le huit septembre, en même temps que leurs aînés tels que Jonathan Harvey (formateur en 2002) ou George Lewis ("Playing with seeds").

Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Abbaye de Royaumont, octobre 2016 © Yann Monel.
Le Festival de Royaumont, c'est aussi la création chorégraphique avec, par exemple cette année, Charlie-Anastasia Merlet, Eloïse Duchemin et toujours Hervé Robbe (directeur artistique du département Danse) les 14/15 septembre. De nombreux autres rendez-vous attendent un public toujours plus nombreux (en hausse de 21 % l'an dernier) centrés sur la Polyphonie anglaise, Bach et Telemann, Schumann Poète ou encore Immortal Bach (avec Thomas Lacôte à l'orgue) entre autres.

Sans oublier un week-end consacré au Samaa et au Chant Mozarabe avec l'Ensemble Organum, un hommage à Jean-Claude Malgloire et une Nuit de la Mélodie et du Lied avec le récital des jeunes artistes lauréats de la Fondation Royaumont. C'est enfin l'Académie Orsay-Royaumont (deuxième édition) pour former les duos chanteurs-pianistes de demain sous la houlette des plus grands (Christian Immler, Véronique Gens, Christoph Prégardien et Stéphane Degout pour ne citer que les chanteurs) qui s'ancre durablement dans le paysage musical du Musée d'Orsay comme de Royaumont.


Du 7 septembre au 6 octobre 2019.
Abbaye de Royaumont.
Asnières-sur-Oise (95).
Tél. : 01 30 35 58 00.
Programme complet :
>> royaumont.com

Christine Ducq
Vendredi 30 Août 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020