Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Via Sophiatown… Quand la danse devient un porte-voix politique

"Via Sophiatown", Théâtre de la Cité Internationale, Paris puis en tournée

Dans sa dernière comédie musicale, la compagnie Via Katlehong Dance nous invite à découvrir deux danses venues des faubourgs de Johannesburg, la pantsula et le gumboot, danses d’expression sociale et politique qui ont émergé dans les années cinquante durant la politique d’Apartheid qui sévissait en Afrique du Sud.



© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
Sophiatown a été un quartier multiracial de Johannesburg où noirs, indiens et métis habitaient. Puis, en 1955, l’Apartheid a décidé de séparer les différentes populations en déplaçant, entre autres, les noirs dans le quartier de Soweto.

Ce sont sur le chant, la danse et la musique que se tisse cette comédie musicale qui retrace l’histoire sociale et politique de Sophiatown. C’est au travers de ce prisme autant politique, mémoriel qu’artistique que nous convie le spectacle autour de la pantsula et du gumboot, sous le prisme de rythmes effrénés et de mouvements dont la géométrie angulaire est inexistante.

La pantsula est une danse syncopée rapide durant laquelle les bras des danseurs basculent de haut en bas dans des relâchés nourris de mouvements simples et rapides des membres inférieurs et supérieurs. Vifs, les mouvements restent toutefois dans un pré-carré où l’amplitude n’est pas la qualité première.

© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
La gestuelle participe à des mouvements rapides. Elle semble ainsi presque esquissée. Et pourtant, tendus, vibrants, ondulés, latéraux, de biais ou frontaux, les mouvements sont de différents ordres et marqués d’un cachet corporel autant dynamique que léger.

Les pas sont déportés sur les côtés donnant une latitude aux bras qui épousent de biais un espace faisant du tronc l’axe fixe des mouvements avant que des tremblements n’apparaissent le long du visage des danseurs ou à l’extrémité de leurs membres inférieurs et supérieurs.

Rien n’est académique dans cette danse, académisme dans le sens où la gestuelle est portée par les mouvements comme résultat ou conséquence de ceux-ci. Les mouvements portent la gestuelle donnant un influx, un rythme second aux membres qui fait que celle-ci semble mourir à chaque fin de mouvements pour renaître ensuite au suivant. Le jeu théâtral est aussi très présent où les danseurs, par des attitudes faciales et corporelles, donnent aux mouvements un timbre de joie et de bonne humeur.

© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
La seconde danse, le gumboot, était un code qu’utilisaient les mineurs noirs entre eux car ils étaient interdits de parole devant les propriétaires blancs. Le gumboot s’est forgé une identité corporelle en élaborant un mode d’expression développé, devenant "langage" corporel, qui a donné lieu ensuite à une danse. Tout se joue sur les membres inférieurs revêtus de bottes et sur lesquels les mains viennent taper pour donner du rythme et des tonalités différentes sur le plastique des bottes. Les mouvements des bras et des mains vont du bas vers le haut dans une posture où le dos du danseur est souvent courbé.

Les bottes deviennent autant instrument de musique que "ballerine". Un même instrument devient le fil conducteur de la musique et de la danse. Les mineurs ont fait de leur outil de travail un Art comme réponse originale et inventive pour faire d’une force d’exploitation un instrument d’émancipation. La botte, outil aliénant du travailleur, devient une émancipation artistique.

La pantsula et le gumboot sont habillés de spontanéité, de naturel et d’expressivité. Le spectacle est aussi accompagné de chants et de musique, au travers du clavier, du saxophone et de percussions

La danse devient le porte-voix d’une expression et d’une revendication d’un peuple. Elle est ainsi la digne représentante d’un Art qui joue et qui a joué avec succès un rôle dans les faubourgs de Johannesburg comme outil d’épanouissement politique, culturel et social.

"Via Sophiatown"

© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
Par la compagnie Via Katlehong Dance.
Directeur artistique : Buru Mohlabane.
Chorégraphe : Vusi Mdoyi avec la collaboration de Mpho Molepo et toute l’équipe de Via Katlehong Dance.
Costumes : Dark Dindie.
Lumières : Alix Veillon.
Scénographie et direction technique : David Hlatshwayo.
Chant et narration : Nomathamsanqa Baba, Thembinkosi Hlophe.
Musiciens : Jackson Vilakazi, Muzi Radebe.
Percussions : Tshepo Nchabeleng, Vuyani Feni.
Avec : Tshepo Nchabeleng, Vuyani Feni, Mandlenkosi Fanie, Vusi Mdoyi, Mbali Nkosi, Matshidiso Mokoka, Boitumelo Tshupa, Thembinkosi Hlophe.
Durée : 1 h 10.

Du 14 juillet au 3 août 2014.
Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche à 17 h.
Avec le festival Paris Quartier d'été.
Théâtre de la Cité Internationale, Paris 14e, 01 43 13 50 50.
>> theatredelacite.com

Tournée
2 septembre 2014 : Festival Oriente Occidente, Rovereto (Italie).
18 novembre 2014 : Espace Michel-Simon, Noisy-le-Grand (93).
21 novembre 2014 : Théâtre de la Renaissance, Mondeville (14).
25 au 27 novembre 2014 : MC2, Grenoble (38).
29 novembre 2014 : Ma scène nationale, Montbeliard (25).

13 mars 2015 : Les Salines, scène nationale, Martigues (13).
17 mars 2015 : Théâtres en Dracénie, Draguignan (83).

Safidin Alouache
Mardi 29 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020