La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Via Sophiatown… Quand la danse devient un porte-voix politique

"Via Sophiatown", Théâtre de la Cité Internationale, Paris puis en tournée

Dans sa dernière comédie musicale, la compagnie Via Katlehong Dance nous invite à découvrir deux danses venues des faubourgs de Johannesburg, la pantsula et le gumboot, danses d’expression sociale et politique qui ont émergé dans les années cinquante durant la politique d’Apartheid qui sévissait en Afrique du Sud.



© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
Sophiatown a été un quartier multiracial de Johannesburg où noirs, indiens et métis habitaient. Puis, en 1955, l’Apartheid a décidé de séparer les différentes populations en déplaçant, entre autres, les noirs dans le quartier de Soweto.

Ce sont sur le chant, la danse et la musique que se tisse cette comédie musicale qui retrace l’histoire sociale et politique de Sophiatown. C’est au travers de ce prisme autant politique, mémoriel qu’artistique que nous convie le spectacle autour de la pantsula et du gumboot, sous le prisme de rythmes effrénés et de mouvements dont la géométrie angulaire est inexistante.

La pantsula est une danse syncopée rapide durant laquelle les bras des danseurs basculent de haut en bas dans des relâchés nourris de mouvements simples et rapides des membres inférieurs et supérieurs. Vifs, les mouvements restent toutefois dans un pré-carré où l’amplitude n’est pas la qualité première.

© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
La gestuelle participe à des mouvements rapides. Elle semble ainsi presque esquissée. Et pourtant, tendus, vibrants, ondulés, latéraux, de biais ou frontaux, les mouvements sont de différents ordres et marqués d’un cachet corporel autant dynamique que léger.

Les pas sont déportés sur les côtés donnant une latitude aux bras qui épousent de biais un espace faisant du tronc l’axe fixe des mouvements avant que des tremblements n’apparaissent le long du visage des danseurs ou à l’extrémité de leurs membres inférieurs et supérieurs.

Rien n’est académique dans cette danse, académisme dans le sens où la gestuelle est portée par les mouvements comme résultat ou conséquence de ceux-ci. Les mouvements portent la gestuelle donnant un influx, un rythme second aux membres qui fait que celle-ci semble mourir à chaque fin de mouvements pour renaître ensuite au suivant. Le jeu théâtral est aussi très présent où les danseurs, par des attitudes faciales et corporelles, donnent aux mouvements un timbre de joie et de bonne humeur.

© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
La seconde danse, le gumboot, était un code qu’utilisaient les mineurs noirs entre eux car ils étaient interdits de parole devant les propriétaires blancs. Le gumboot s’est forgé une identité corporelle en élaborant un mode d’expression développé, devenant "langage" corporel, qui a donné lieu ensuite à une danse. Tout se joue sur les membres inférieurs revêtus de bottes et sur lesquels les mains viennent taper pour donner du rythme et des tonalités différentes sur le plastique des bottes. Les mouvements des bras et des mains vont du bas vers le haut dans une posture où le dos du danseur est souvent courbé.

Les bottes deviennent autant instrument de musique que "ballerine". Un même instrument devient le fil conducteur de la musique et de la danse. Les mineurs ont fait de leur outil de travail un Art comme réponse originale et inventive pour faire d’une force d’exploitation un instrument d’émancipation. La botte, outil aliénant du travailleur, devient une émancipation artistique.

La pantsula et le gumboot sont habillés de spontanéité, de naturel et d’expressivité. Le spectacle est aussi accompagné de chants et de musique, au travers du clavier, du saxophone et de percussions

La danse devient le porte-voix d’une expression et d’une revendication d’un peuple. Elle est ainsi la digne représentante d’un Art qui joue et qui a joué avec succès un rôle dans les faubourgs de Johannesburg comme outil d’épanouissement politique, culturel et social.

"Via Sophiatown"

© Annely Boucher.
© Annely Boucher.
Par la compagnie Via Katlehong Dance.
Directeur artistique : Buru Mohlabane.
Chorégraphe : Vusi Mdoyi avec la collaboration de Mpho Molepo et toute l’équipe de Via Katlehong Dance.
Costumes : Dark Dindie.
Lumières : Alix Veillon.
Scénographie et direction technique : David Hlatshwayo.
Chant et narration : Nomathamsanqa Baba, Thembinkosi Hlophe.
Musiciens : Jackson Vilakazi, Muzi Radebe.
Percussions : Tshepo Nchabeleng, Vuyani Feni.
Avec : Tshepo Nchabeleng, Vuyani Feni, Mandlenkosi Fanie, Vusi Mdoyi, Mbali Nkosi, Matshidiso Mokoka, Boitumelo Tshupa, Thembinkosi Hlophe.
Durée : 1 h 10.

Du 14 juillet au 3 août 2014.
Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche à 17 h.
Avec le festival Paris Quartier d'été.
Théâtre de la Cité Internationale, Paris 14e, 01 43 13 50 50.
>> theatredelacite.com

Tournée
2 septembre 2014 : Festival Oriente Occidente, Rovereto (Italie).
18 novembre 2014 : Espace Michel-Simon, Noisy-le-Grand (93).
21 novembre 2014 : Théâtre de la Renaissance, Mondeville (14).
25 au 27 novembre 2014 : MC2, Grenoble (38).
29 novembre 2014 : Ma scène nationale, Montbeliard (25).

13 mars 2015 : Les Salines, scène nationale, Martigues (13).
17 mars 2015 : Théâtres en Dracénie, Draguignan (83).

Safidin Alouache
Mardi 29 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021