La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Vernon Subutex 1"… Pièce rock d'un roman cru !

Le metteur en scène allemand Thomas Ostermeier reprend le premier volet d'une trilogie romanesque de Virginie Despentes. Dans une atmosphère où la dérive sociale et le sexe sont des éléments importants de dramaturgie, la poésie de l'écrivaine en sort avec éclat dans une mise en scène qui allie le sombre des états d'âme et la vivacité de la musique avec les pulsions des personnages. Un clair-obscur heureux qui décrit le constat de notre société actuelle.



© Thomas Aurin.
© Thomas Aurin.
"Vernon Subutex 1" (2015) est un roman de Virginie Despentes, le premier d'une trilogie, qui raconte la vie d'un disquaire ayant fait faillite et qui essaie de trouver un hébergement de quelques jours chez ses amis. C'est une immixtion autant sociale que psychologique dans une marginalité nouvelle pour le principal protagoniste où les sentiments s'embrassent parfois dans des pulsions destructrices de laisser-aller, ou régénératrices dans des besoins sexuels. C'est au carrefour de cette situation que Thomas Ostermeier trempe son talent, massif et direct, pour en vêtir des éléments éloquents de l'œuvre au travers d'une scénographie et d'une mise en scène parfois sombres.

La pièce est séquencée en chansons. Elles sont accompagnées par des musiques rythmées avec un son souvent très saturé. Nous basculons dans des moments de concert, comme des échappatoires au monde, créant des ruptures entre différents tableaux où nous nous retrouvons chez les uns et les autres, dans des lieux souvent intérieurs. L'extérieur reste suspendu à des endroits où le sexe tient comptoir au travers de propos crus. Ces échappatoires musicales sont tissées dans un tempo "rock", à l'exception d'une, permettant de se retrouver dans un ailleurs, un autre espace-temps plein d'énergie et de revendication, comme pour fuir une réalité terne.

© Thomas Aurin.
© Thomas Aurin.
La scénographie découvre une scène tournante avec ses multiples télévisions de tailles plutôt petites et ses écrans beaucoup plus grands et très visibles disposés à un étage supérieur pour être mis en évidence. Nous sommes dans un autre référentiel qui est celui d'une visibilité assumée au travers d'outils "médiatiques", les écrans et télévisions faisant relais à un monde qui les entoure. Cette foultitude d'objets qui balancent des images, du texte en noyant des informations qui ne sont ni lues, ni compréhensibles, fait écho à un monde devenant une masse informe et indescriptible.

Comme ce que vit Vernon Subutex (Joachim Meyerhoff), sans repère, dépassé par une situation incompréhensible et où sa vie ne dépend plus que d'un recours à l'autre ou d'une pulsion de survie, la sienne. Il s'agit presque d'un film dans sa conception avec cette scénographie circulaire qui propose différents lieux comme un monde tournant où chacun se perd pour se retrouver. Ou l'inverse.

Dans cette atmosphère se mêlent de la tension, de la tendresse dans des rapports où les propos, d'ordre sexuel et parfois politique, ne font pas dans la dentelle. Les intérieurs de l'âme humaine et les extérieurs physiques se rencontrent. Il y a une double focale où une extériorité, qui est celle de l'apparence et de l'intime, celle d'une déchéance sociale mettant en lumière les relations des uns et des autres, sont la trame du travail de Thomas Ostermeier. Tout semble décalé avec, pour chaque personnage ou groupe de personnages, un monde différent de son protagoniste, comme un puzzle où les pièces s'emboîtent sans se réunir.

© Thomas Aurin.
© Thomas Aurin.
Un revolver lumineux est suspendu tout en haut et cache parfois, selon la place du spectateur, les surtitres. Il est toujours en l'air et change de position durant tout le spectacle. Très visible, cet objet lumineux, aux contours électriques, plane toujours au-dessus des tableaux, laissant penser à un symbolisme sexuel en rapport avec la mort.

Le texte est joué en allemand avec une scène en anglais et quelques répliques en français. De même, les chansons sont en allemand avec une en français. Dans ce mélange des langues, teinté d'humour par deux fois où le sexe, au travers de propos, tient les premiers rôles, se mêlent différents univers où chacun essaie de vivre selon son ego et ses envies.

La scénographie est de couleur sombre ainsi que les costumes. L'éclat vient des protagonistes avec leurs tranchants et leurs truculences. Tout est direct, franc et sans détours, porté par la création de Thomas Ostermeier et le texte de Virginie Despentes qui réfléchit, dans une poésie de la rue, les désirs avortés d'un personnage au contour social de grande actualité aujourd'hui.

"Vernon Subutex 1"

© Thomas Aurin.
© Thomas Aurin.
D'après le roman "Vernon Subutex 1" de Virginie Despentes.
En allemand, surtitré en français.
Adaptation : Florian Borchmeyer Bettina Ehrlich Thomas Ostermeier.
Traduction du français : Claudia Steinitz.
Mise en scène : Thomas Ostermeier.
Avec : Thomas Bading, Holger Bülow, Stephanie Eidt, Henri Maximilian Jakobs, Joachim Meyerhoff, Bastian Reiber, Ruth Rosenfeld, Julia Schubert, Hêvîn Tekin, Mano Thiravong, Axel Wandtke et Blade AliMBaye (en vidéo).
Musiciens : Henri Maximilian Jakobs, Ruth Rosenfeld, Taylor Savvy, Thomas Witte.
Scénographie et costumes : Nina Wetzel.
Vidéo : Sébastien Dupouey.
Musique : Nils Ostendorf.
Dramaturgie : Bettina Ehrlich.
Lumière : Erich Schneider.
Production la Schaubühne, Berlin.
Durée : 4 h 15 (avec un entracte).

Du 18 au 26 juin 2022.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 15 h.
Odéon-Théâtre de l'Europe, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Vendredi 24 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024