La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Variations" légères et subtiles !

Créé le 9 octobre 2019 à Bonlieu, scène nationale d'Annecy, le chorégraphe français Rachid Ouramdane explore dans "Variations", à l'aide du Tap dance et de la danse contemporaine, les relations croisées entre la musique et l'artiste au travers de leurs différences et de leurs ressemblances. Dans deux solos séparés, Ramon Sanchez et Anne Hanauer interprètent, chacun dans son style, les compositions de Jean-Baptiste Julien.



© Nicolas Lelièvre.
© Nicolas Lelièvre.
Noir sur scène avec quelques ampoules allumées au-dessus du sol. Le plateau découvre une scénographie composée d'un long rectangle blanc baigné de lumière sur lequel Ruben Sanchez arrive. Il démarre par quelques pas de Tap dance. Steps(1) et stamps(2) dessinent le rythme qui prend son envol au fil de l'eau. D'abord légers, presque timides, les premiers pas sont effectués au bord des planches. Le tempo donné par le danseur fluctue. Là rapide, plus loin se ralentissant, un peu avant, s'accélérant, le plateau devient un lieu où la gestique évolue au gré des pieds et des talons, aiguillons de la chorégraphie.

Le Tap dance, art issu des musiques et des danses africaines et européennes, est né au XIXe siècle avec William Henry Lane (1825-1852), alias Master Juba, qui, dans les années 1840, mixe des éléments de rythmes africains et de danse irlandaise. Les minstrels, spectacles racistes dans lesquels les artistes blancs se noircissaient le visage pour caricaturer les noirs, ont intégré dans certains numéros le Tap dance. L'heure de gloire de cet art se poursuit jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale à Hollywood avec de remarquables danseurs tels que Fred Astaire (1899-1987) et Gene Kelly (1912-1996). Puis c'est le déclin à partir des années cinquante dans les studios hollywoodiens jusqu'à sa renaissance dans les années soixante-dix à Broadway avec, entre autres, Gregory Hines.

© Nicolas Lelièvre.
© Nicolas Lelièvre.
Les tapotements des pieds, plus ou moins forts et rapides sur les planches, donnent un tempo et une musicalité au solo, faisant ainsi caisse de résonance aux figures de Ruben Sanchez. Celles-ci débutent uniquement par les membres inférieurs pour ensuite finir par l'entièreté du corps. Les bras se lèvent avec le tronc qui fait un demi-tour tout en suivant sa trajectoire tout au long de la scène rectangulaire.

L'artiste fait de sa personne un véritable vibrato. Ça claque, ça bouge, ça ralentit, ça accélère, tout est rupture et le danseur devient relais corporel de la musique de Jean-Baptiste Julien. Les mouvements des pieds gagnent en intensité avec une attaque au sol qui l'accélère. Les jambes et les bras s'inscrivent dans la chorégraphie et se transforment en gouvernail quand le plat du pied et le talon en sont le volant. Cette première partie du spectacle donne à voir un rapport au temps changeant car le tempo, la musique et la gestuelle de Ruben Sanchez évoluent en intensité et en vitesse. La séquence est alimentée par ces ruptures que les brushes(3) et pick up(4), entre autres, animent.

© Nicolas Lelièvre.
© Nicolas Lelièvre.
Puis noir sur scène, les lumières redescendent pour ensuite remonter et faire apparaître en deuxième partie, de la danse contemporaine avec Annie Hanauer. C'est aussi un solo dans une scénographie presque identique dans sa nudité, mais pas dans son contour, l'espace n'étant pas dessiné par le même long rectangle comme pour la première partie. Accompagnés là aussi des compositions de Jean-Baptiste Julien, les mouvements de la danseuse deviennent amples et larges. La tête descend, le tronc se courbe. Tout est bascule. Les membres inférieurs s'étendent. C'est tout le corps qui est moteur sans qu'un élément en particulier en soit l'aiguillon. Au sol, la tête s'aide des jambes pour effectuer un pivotement. L'équilibre n'est jamais rompu, celles-ci étant souvent bien plantées en terre avec des bras qui semblent battre les airs.

La chorégraphie est dans un rapport au corps qui est la seule limite, comme tout un chacun, alors que pour le premier solo, c'était l'espace. La place prise par la silhouette d'Annie Hanauer dans chacune de ses gestiques est coordonnée par un soin délibéré à se mouvoir faisant d'elle un centre d'attention scénographique à la fois mouvant et fixe, les déplacements n'étant pas délimités dans un lieu géométrique réduit.

© Nicolas Lelièvre.
© Nicolas Lelièvre.
La scène nue met en exergue les gestiques de l'artiste. Les planches deviennent à chaque déplacement le média intangible d'un mouvement mouvant. Elles sont ainsi ce qui ne bouge pas, les lumières restant fixées. À l'inverse de la séquence avec Ruben Sanchez où figures du Tap dance et trajets de différentes vitesses apportaient une allure bien progressive, avec Annie Hanauer, nous sommes dans une continuité évolutive. Les deux chorégraphies sont comme des miroirs inversés, avec toutefois la quasi même scénographie, celle d'un espace nu qui nous fait découvrir la grammaire artistique de nos solistes. Chacun se nourrit des variations musicales de Jean-Baptiste Julien pour faire exister son art dans sa spécificité.

(1) Step : frappe sur la 1/2 pointe avec transfert de poids.
(2) Stamp : frappe du pied plat avec transfert de poids.
(3) Brush : frappe brossée avant, arrière, coté, ou en croisant devant ou arrière.
(4) Pick up : Brush en haut (en soulevant le genoux).

"Variations"

© Nicolas Lelièvre.
© Nicolas Lelièvre.
Conception et chorégraphie : Rachid Ouramdane.
Avec Annie Hanauer et Ruben Sanchez.
Musique : Jean-Baptiste Julien.
Lumières : Stéphane Graillot.
Décors : Sylvain Giraudeau.
Durée : 1 h.

Le spectacle s'est joué du 10 au 14 janvier 2023 au Théâtre national de Chaillot à Paris.

Safidin Alouache
Jeudi 19 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022