La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Until the lions"… Une danse féline comme la grâce

Dans un superbe spectacle où la musique, le chant et le théâtre accompagnent le Kathak, danse originaire de l'Inde, Akram Khan nous fait découvrir un épisode du Mahabharata dans lequel le chorégraphe pose la question de l'identité sexuelle.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Akham Kran renoue avec le Kathak, danse originaire de l'Inde, pour raconter l'histoire d'Amba (Ching-Ying Chien), princesse enlevée le jour de ses noces par Bheeshma, prince du royaume voisin, qui l'offre en mariage à son frère. Elle recouvre sa liberté mais est rejetée par sa famille, son fiancé. Et implore les dieux. Le chorégraphe s'est inspiré de cet épisode du Mahabharata pour "renouer avec quelque chose qui a toujours tenu une place très chère dans (s)on cœur depuis l'enfance".

C'est sur cette thématique de dépossession d'un statut social et humain au travers de la sexualité, que le chorégraphe bâtit un spectacle riche de créativité, autant musicale, scénographique que chorégraphique. Les trois axes se rencontrent au carrefour du talent dans des gestuelles qui allient, selon les personnages, une grâce, une "douceur" dans les formes et une animalité dans les gestes. Pour Akram Khan, Amba est "un être ayant la capacité de modifier son apparence physique, puisque son corps féminin se transforme en corps masculin".

Le tout est animé par la figure "humaine", tout en énergie du chorégraphe qui joue de théâtralité. Il est tel un dompteur qui manie les tensions et les équilibres, les relâchements et les empoignades.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Les danses sont très physiques selon deux approches différentes, fauve ou gracile, terrienne ou aérienne. La première regorge de mouvements où la tension des membres tient lieu d'équilibre. Le corps est essentiellement proche du sol. La seconde possède une gestuelle ample où les membres supérieurs dirigent le corps vers le haut, comme pour se libérer de la gravité terrestre.

Sur scène se trouve un tronc coupé où sont visibles des rainures à l'intérieur. Christine Joy Ritter, à l'allure féline, monte dessus, les jambes longeant le sol pour l'agripper, presque instinctivement, la plante du pied formant un angle droit par à-coups. Les déplacements sont longitudinaux.

Ching-Ying Chien (Amba) est dans une dynamique longitudinale, avec des mouvements fins, amples, élevés tout en ayant des expressions parfois brusques, figées au sol. Son rapport à Akram Khan est frontal, les corps se touchant, se heurtant. Le chorégraphe est un maître de cérémonies qui exécute des solos dans lesquels la gestuelle est marquée d'intensité et de tension avec les bras collant au tronc et où les mains finissent en courbes, faisant des arrondis telles des virgules.

Le jeu est théâtral avec une musique, autour de guitare et de percussions, très présente, accompagnée de chants. Tout est lié et se mélange superbement donnant une atmosphère envoutante et délicieuse de mystère.

"Until the lions"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Akram Khan Company.
Direction artistique et chorégraphique : Akram Khan.
Concept narratif, scénario, texte : Karthika Naïr.
Avec : Akram Khan, Ching-Ying Chien, Christine Joy Ritter et les musiciens Sohini Alam, David Azurza, Yaron Engler, Vincenzo Lamagna.
Conception visuelle : Tim Yip.
Conception lumières : Michael Hulls.
Musique originale composée par Beautiful Noise (Vincenzo Lamagna) en collaboration avec Sohini Alam, David Azurza, Yaron Engler, Akram Khan, Christine Joy Ritter.
Dramaturgie : Ruth Little.
Assistante de direction : Sasha Milavic Davies.
Assistant chorégraphie : José Agudo.
Voix-off : Kathryn Hunter.
Durée : environ 1 heure.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Du 5 au 17 décembre 2016.
Lundi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h.
La Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

Tournée
20 et 21 janvier 2017 : Luxembourg.
16 février 2017 : Angers (49).
21 et 22 février 2017 : Sète (34).
26 et 27 février 2017 : Brest (29).
3 et 4 mars 2017 : Reims (51).

Safidin Alouache
Mardi 13 Décembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020