La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une itinérance entre imaginaire et perceptions rares… Le temps de laisser naître ses propres illusions

"Insolite comme toute chose ordinaire" (Installation/lecture dans le paysage), Création artistique in situ et pluridisciplinaire, en tournée

Promenade, paysages, lieux rares, découvertes de parties secrètes, cachées, sous-sols, souterrains, portes dérobées, ce spectacle transforme les spectateurs en explorateurs néophytes, ouvre des espaces rarement accessibles au public, fait voir le décor sous des angles nouveaux et ré-aiguise les regards et les visions.



© Sylvie Cavacciuti.
© Sylvie Cavacciuti.
Le collectif l’art au quotidien investit ainsi différents lieux pour mettre en place sa pérégrination. Une ballade artistique et sensuelle, où les textes rythment les étapes, toujours avec le même thème. Un thème imposé pour cette demande d’écriture faite à cinq auteurs : le paysage. Mieux que cela : qu’est-ce qui pour vous fait paysage ? Une formulation qui pourrait sembler un peu précieuse mais qui en fait laisse ouvertes les portes à l’imaginaire, sans cantonner la demande au simple réel, au figuratif, au réfléchi.

Et tout le spectacle, tout ce moment, semble chercher à ouvrir les portes. Celles des lieux investis par le collectif (les portes dérobées, les en trompe-l’œil et les solides) et les clôtures qui parfois, même inconsciemment, enferment nos imaginaires. C’est ainsi que par petits groupes, les oreilles couvertes par des casques HF, l’exploration commence. Sensation de sécurité. Une voix murmure le texte de Kitsous Dubois… son paysage se glisse dans les esprits pendant que l’œil découvre des escaliers de pierre en spirale, les tunnels antiques et des salles remplies de rayonnages de livres ; et que nous avançons sur le parcours, guidés par des colliers de pommes plus rouges que celles des contes.

© Sylvie Cavacciuti.
© Sylvie Cavacciuti.
Pour cette représentation, nous sommes à la bibliothèque Forney, Hôtel de Sens, Paris 4e. D’où les rayonnages de livres qui emplissent les caves anciennement pleines de barriques et de denrées. Tout se mêle alors : l’architecture ancienne, l’usage moderne qui en est fait, la sensation d’être un intrus dans cet univers et la dimension poétique et visionnaire du texte qui s’égrène dans les casques pour créer une sorte de bulle où l’on s’isole, où l’on se sent bien.

Puis d’autres sensations, d’autres univers, d’autres découvertes, d’autres étapes, d’autres manières d’entendre et de voir, même les yeux fermés, nous emportent ailleurs. On abandonne les casques, les comédiennes s’emparent des autres textes, sortes d’essais poétiques qui s’accordent aux lieux visités où les transcendent. On entend les mots de Jean-Charles Massena, de Jacques Rebotier, de Jean-Paul Curnier.

Le collectif parvient ainsi à faire s’entrechoquer les sensations, à susciter les sensualités liées à cette thématique du paysage : celui que l’on voit, celui où l’on est, celui que l’on entend raconter. Car la grâce est bien d’être soudain partie intégrante nous aussi d’un paysage, qui porte son histoire, ses plaies, ses beautés et qui nous accueille en lui comme un grain de vie.

Le spectacle sera proposé dans différents lieux cet été et cet automne.

"Insolite comme toute chose ordinaire"

© Sylvie Cavacciuti.
© Sylvie Cavacciuti.
Installation/lecture dans le paysage.
Textes de : Jean-Paul Curnier, Kitsou Dubois, Jean-Charles Massera, Jacques Rebotier, Cécile Wajsbrot.
Conception et mise en espace : Sylvie Cavacciuti et Sophie Maillard.
Artistes Interprètes : Caroline Espargilière, Patricia Morejon et Sophie Maillard.
Compositeur : Ronan Maillard.
Régie générale et création lumière : Pierre Bergan.
Régie Son : Enzo di Meo.
Conception du dispositif sonore : Ben-Jamin Karamehmedovic.
Accompagnement à la mise en espace et coordination : AnSo Raybaut-Pérès.
Durée : 2 h.
40 personnes par parcours/promenade.
Par le Collectif l’art au quotidien.

Samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017 à 11 h et 16 h 30 (deux représentations par jour) : sur le pont - Centre national des arts de la rue en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes, La Rochelle (17).
5, 6, 7 et 8 octobre 2017 (dates à préciser, à raison de deux représentations/parcours par jour) : Art'R - Lieu de fabrique itinérant pour les arts de la rue à Paris et en Île-de-France, sur la Petite Ceinture dans le 12e et 20e arrondissement, Paris.
Entre septembre et novembre 2017, une installation plastique et sonore sera aussi proposée dans différents lieux du 12e, 18e et 20e arrondissement de Paris (librairies, cafés, jardins, ateliers d'artistes, etc. Programme en cours d'élaboration.

>> collectiflartauquotidien.blogspot.fr

Bruno Fougniès
Jeudi 22 Juin 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020