La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une facétie burlesque teintée de féminisme et de désirs de justice, comme un succédané espiègle de l'actualité

"Mais n'te promène donc pas toute nue !", Comédie de Picardie, Amiens

Dans la famille des pièces en un acte de Georges Feydeau, je voudrais l'épouse la plus rebelle, la plus vigoureuse et la plus mutine sur la voie de l'émancipation féminine… J'ai nommé Clarisse ! Dans "Mais n'te promène donc pas toute nue !", Feydeau laisse la part belle aux revendications d'indépendance (de pensée et d'action), de justice de la femme. Et Charly Marty, pour notre plus grand bonheur, s'en empare à bras-le-corps.



© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Pour rappel, la pièce met en scène les Ventroux. Le mari, ambitieux, député à l'envie de ministère, reçoit un industriel important, réputé adversaire pour l'hôte. Afin de préserver la bienséance et les codes sociaux en cours, l'époux demande à sa femme Clarisse de cesser de se promener en tenue légère dans leur appartement. Celle-ci, éprise de liberté et d'égalité sexiste ne s'en laisse pas conter et préfère l'affrontement à la soumission.

Les échanges se font acides et virulents. Les situations tournent au "gaguesque", à l'incongru avec une pointe savamment épicée… Bref le féroce vaudeville se met en place… Mais c'est du Feydeau avec l'imparable mécanique de ses farces limite bouffonnes, avec ses entrées et ses sorties, ses clichés et ses facilités, son rythme endiablé et ses effets cadencés… Entre comédie burlesque et théâtre de l'absurde.

Mais, dans ses pièces en un acte à la trajectoire conjugale, Feydeau, homme de son siècle et auteur à la vertu visionnaire, nous parle de l'incommunicabilité récurrente - depuis des siècles, et pour les siècles à venir, semble-t-il - entre l'homme et la femme, le politique et le citoyen (actualité quand tu nous tiens !), l'économique et le social. Et "Ne n'te promène donc pas toute nue !" (créée en 1911) en est l'exemple étalon.

© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Et si cela peut paraître incongru de monter Feydeau en 2018, dans le projet de Charly Marty, cela prend au contraire un nouveau sens et donc tout son sens. Immédiatement, le metteur en scène fait montre d'un certain penchant pour l'aspect féministe de cette facétie conjugale. Cette approche revendicatrice - n'oublions pas que l'Union sociale et politique des femmes, et ses suffragettes, sont nées en 1903 en Grande-Bretagne - va constituer la colonne vertébrale du squelette dévoilé, décharné, par Marty, du mécanisme vaudevillesque de l'auteur.

Charly Marty va tout d'abord intervenir sur la temporalité en jonglant avec trois époques, celle du texte et de son verbe bien spécifique, celle de la transposition dans les années 68 - et son vent de liberté, de réflexions, de remises en question, de créativité - et celle d'aujourd'hui, 2018, anniversaire des "50 ans de 68", et émergence de nouveaux questionnements, manifestations, revendications, instillés par les "gilets jaunes".

Pour cette dernière, si elle se révèle involontairement dans la création de la compagnie "Les Indiens", elle interroge incontestablement le spectateur - tout en lui laissant sa liberté d'analyse, d'interprétation - sur les derniers événements, sur nos attitudes, nos positions sur des sujets débattus depuis plus d'un siècle et qui marquent avec effervescence, depuis quelque temps, notre présent : l'égalité homme-femme, la perte de confiance en l'homme politique, le respect des différences (avec le mariage pour tous), etc.

© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Ensuite, le metteur en scène va s'affranchir des clichés et des rouages rythmiques propres à Feydeau. Premièrement en déstructurant le décor d'un appartement bourgeois puis en le transformant en barricades mâtinées de champ de bataille et de vision crépusculaire d'un monde en déshérence, à l'avenir incertain… Deuxièmement, en cassant la partition musicale habituelle du faiseur de comédie, Charly Marty jouant sur les silences, la musicalité des répliques, la cadence des ouvertures et fermetures de portes, du crescendo et diminuendo des joutes verbales…

La production de Charly Marty et de son équipe, tous réellement talentueux et investis dans cette création, riches d'enthousiasme et d'énergie, avec une mention particulière pour "l'électrique" Camille Roy, emmène les spectateurs dans des chemins de questionnements non résolus mais n'oublie pas de rester festive et impertinente, avec un final explosif, carnavalesque, avec une esquisse de retour à l'animalité, et les épices d'une chanson salace… Mais, Ô combien, joyeuse, tonique et revigorante !

"Mais n'te promène donc pas toute nue !"

© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Texte : Georges Feydeau.
Mise en scène : Charly Marty.
Avec : Mathieu Barché, Yannik Landrein, Camille Roy, Charles-Antoine Sanchez, Simon Vincent et les voix de Marie-Thé Lévêque et Jacqueline Marty.
Lumière : Hugo Dragone.
Son : Vincent Fleury.
Costumes : Betty Rialland.
Scénographie : Analyvia Lagarde.
Compagnie Les Indiens.
Durée : 1 h 20.

Du 14 décembre 2018 au 20 décembre 2018.
Mardi, mercredi et samedi à 19 h 30, jeudi et vendredi à 20 h 30, dimanche à 15 h 30.
Comédie de Picardie, Amiens (80), 03 22 22 20 20.
>> comdepic.com

Gil Chauveau
Mardi 18 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019