La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une facétie burlesque teintée de féminisme et de désirs de justice, comme un succédané espiègle de l'actualité

"Mais n'te promène donc pas toute nue !", Comédie de Picardie, Amiens

Dans la famille des pièces en un acte de Georges Feydeau, je voudrais l'épouse la plus rebelle, la plus vigoureuse et la plus mutine sur la voie de l'émancipation féminine… J'ai nommé Clarisse ! Dans "Mais n'te promène donc pas toute nue !", Feydeau laisse la part belle aux revendications d'indépendance (de pensée et d'action), de justice de la femme. Et Charly Marty, pour notre plus grand bonheur, s'en empare à bras-le-corps.



© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Pour rappel, la pièce met en scène les Ventroux. Le mari, ambitieux, député à l'envie de ministère, reçoit un industriel important, réputé adversaire pour l'hôte. Afin de préserver la bienséance et les codes sociaux en cours, l'époux demande à sa femme Clarisse de cesser de se promener en tenue légère dans leur appartement. Celle-ci, éprise de liberté et d'égalité sexiste ne s'en laisse pas conter et préfère l'affrontement à la soumission.

Les échanges se font acides et virulents. Les situations tournent au "gaguesque", à l'incongru avec une pointe savamment épicée… Bref le féroce vaudeville se met en place… Mais c'est du Feydeau avec l'imparable mécanique de ses farces limite bouffonnes, avec ses entrées et ses sorties, ses clichés et ses facilités, son rythme endiablé et ses effets cadencés… Entre comédie burlesque et théâtre de l'absurde.

Mais, dans ses pièces en un acte à la trajectoire conjugale, Feydeau, homme de son siècle et auteur à la vertu visionnaire, nous parle de l'incommunicabilité récurrente - depuis des siècles, et pour les siècles à venir, semble-t-il - entre l'homme et la femme, le politique et le citoyen (actualité quand tu nous tiens !), l'économique et le social. Et "Ne n'te promène donc pas toute nue !" (créée en 1911) en est l'exemple étalon.

© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Et si cela peut paraître incongru de monter Feydeau en 2018, dans le projet de Charly Marty, cela prend au contraire un nouveau sens et donc tout son sens. Immédiatement, le metteur en scène fait montre d'un certain penchant pour l'aspect féministe de cette facétie conjugale. Cette approche revendicatrice - n'oublions pas que l'Union sociale et politique des femmes, et ses suffragettes, sont nées en 1903 en Grande-Bretagne - va constituer la colonne vertébrale du squelette dévoilé, décharné, par Marty, du mécanisme vaudevillesque de l'auteur.

Charly Marty va tout d'abord intervenir sur la temporalité en jonglant avec trois époques, celle du texte et de son verbe bien spécifique, celle de la transposition dans les années 68 - et son vent de liberté, de réflexions, de remises en question, de créativité - et celle d'aujourd'hui, 2018, anniversaire des "50 ans de 68", et émergence de nouveaux questionnements, manifestations, revendications, instillés par les "gilets jaunes".

Pour cette dernière, si elle se révèle involontairement dans la création de la compagnie "Les Indiens", elle interroge incontestablement le spectateur - tout en lui laissant sa liberté d'analyse, d'interprétation - sur les derniers événements, sur nos attitudes, nos positions sur des sujets débattus depuis plus d'un siècle et qui marquent avec effervescence, depuis quelque temps, notre présent : l'égalité homme-femme, la perte de confiance en l'homme politique, le respect des différences (avec le mariage pour tous), etc.

© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Ensuite, le metteur en scène va s'affranchir des clichés et des rouages rythmiques propres à Feydeau. Premièrement en déstructurant le décor d'un appartement bourgeois puis en le transformant en barricades mâtinées de champ de bataille et de vision crépusculaire d'un monde en déshérence, à l'avenir incertain… Deuxièmement, en cassant la partition musicale habituelle du faiseur de comédie, Charly Marty jouant sur les silences, la musicalité des répliques, la cadence des ouvertures et fermetures de portes, du crescendo et diminuendo des joutes verbales…

La production de Charly Marty et de son équipe, tous réellement talentueux et investis dans cette création, riches d'enthousiasme et d'énergie, avec une mention particulière pour "l'électrique" Camille Roy, emmène les spectateurs dans des chemins de questionnements non résolus mais n'oublie pas de rester festive et impertinente, avec un final explosif, carnavalesque, avec une esquisse de retour à l'animalité, et les épices d'une chanson salace… Mais, Ô combien, joyeuse, tonique et revigorante !

"Mais n'te promène donc pas toute nue !"

© Ludo Leleu.
© Ludo Leleu.
Texte : Georges Feydeau.
Mise en scène : Charly Marty.
Avec : Mathieu Barché, Yannik Landrein, Camille Roy, Charles-Antoine Sanchez, Simon Vincent et les voix de Marie-Thé Lévêque et Jacqueline Marty.
Lumière : Hugo Dragone.
Son : Vincent Fleury.
Costumes : Betty Rialland.
Scénographie : Analyvia Lagarde.
Compagnie Les Indiens.
Durée : 1 h 20.

Du 14 décembre 2018 au 20 décembre 2018.
Mardi, mercredi et samedi à 19 h 30, jeudi et vendredi à 20 h 30, dimanche à 15 h 30.
Comédie de Picardie, Amiens (80), 03 22 22 20 20.
>> comdepic.com

Gil Chauveau
Mardi 18 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020