La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un quatuor déjanté pour une partition d'humour noir so british !

"Que faire de Mr Sloane", Comédie des Champs-Élysées, Paris

Kath, une "Lolita" d’un certain âge, prend comme locataire le joli et inquiétant Mister Sloane. Elle le traite comme un fils, puis comme un amant, ce qui ne plaît pas du tout à son frère qui cherche aussi à séduire l’étrange minet, et à son père convaincu que Sloane est un meurtrier…



Michel Fau, Charlotte de Turckheim, Gaspard Ulliel © Lot.
Michel Fau, Charlotte de Turckheim, Gaspard Ulliel © Lot.
Cette pièce, délicieusement amorale, est un petit bijou d’humour noir typiquement British. Heureusement que l’auteur avait pris délibérément l’angle de la farce, sinon ce huis-clos à quatre personnages possédait tous les ingrédients pour constituer une éprouvante tragédie. Or, on n’arrête pas de rire. D’une part en raison d’une écriture très acide et, d’autre part grâce à une mise en scène et à des jeux de comédiens tout-à-fait jubilatoires.

Déjà, aucun des quatre protagonistes n’est normal. Chacun a son grain, son handicap, sa fêlure, son déséquilibre. Écrite quatre ans avant le sulfureux "Théorème" de Pasolini, la pièce de Joe Orton aurait presque pu influencer le réalisateur italien. Mais, si le principe est le même, ça ne va pas aussi loin. Nous sommes - et c’est tant mieux - bien plus dans le registre de la farce ; de la farce noire, certes, mais de la farce. Nos personnages sont tellement névrosés qu’ils en deviennent caricaturaux ! Pour notre plus grand plaisir.

Les prestations de Charlotte de Turckheim et de Michel Fau sont proprement ébouriffantes. Dès son apparition, Charlotte déclenche les rires avec son allure de gros bonbon enrobé de taffetas rose, surmonté d’un monumental chignon torsadé. On la croirait sortie d’un roman de Barbara Cartland. Elle minaude, prend des poses, des airs affectés… Elle n’a aucun scrupule pour forcer le trait. Et ça passe. A la voir aussi mutine, on devine tout de suite qu’elle s’est mise en mode séduction. Elle pourrait se révéler pathétique, voire grotesque, elle n’est qu’amusante et touchante. En dépit de ses manœuvres maladroites et éhontées, elle nous est d’emblée sympathique.

Gaspard Ulliel, Charlotte de Turckheim © Lot.
Gaspard Ulliel, Charlotte de Turckheim © Lot.
Michel Fau, lui, crée une fois de plus un personnage haut en couleurs, une sorte de dandy précieux et décadent, autoritaire, misogyne et jaloux, souvent odieux, mais fragilisé par son attirance pour le charmant Mister Sloane.

L’objet de toutes les attentions de cette chatte enamourée et de cet Oscar Wilde de boulevard, est campé par un Gaspard Ulliel surprenant. Il pourrait se contenter de n’être que beau. Mais il n’est qu’ambiguïté. Il est à la fois désarmant et opportuniste, candide et pervers. Surtout, il est sujet à des bouffées de violence dont il est le premier surpris et qu’il est incapable de maîtriser. Son rôle est de loin le plus complexe à interpréter. Autant ses partenaires sont formatés, autant il est imprévisible et indiscernable.

Et puis il y a le personnage du père de Kathy et Eddy. Il baigne dans une douce sénilité qui le rend oublieux et craintif. Il se fait rabrouer et maltraiter par tout le monde. Pourtant, il a la sensation confuse de détenir une clé du mystère. Mais son esprit est tellement embrumé qu’on ne sait pas si une lueur va en sortir.

Nous avons donc là un quatuor on ne peut plus gratiné. C’est vraiment du concentré. Nous frôlons l’absurde en permanence sans jamais y tomber. On se délecte sans cesse devant une écriture féroce, décapante, remarquablement mise en valeur par les comédiens. D’ailleurs, les quelques longueurs que l’on pourrait déplorer sont sauvées et par le texte et par le jeu habité des acteurs. Je me répète et j’insiste : Charlotte de Turckheim et Michel Fau sont en tous points remarquables et nous offrent de superbes compositions. Il faut dire en outre que le responsable des costumes, David Belugou, leur a concocté une garde-robe qu’il faut oser porter sans craindre le ridicule.

Maintenant, c’est à vous de deviner qui est vraiment Mystère Sloane…

"Que faire de Mr Sloane"

Gaspard Ulliel, Charlotte de Turckheim, Jean-Claude Jay © Lot.
Gaspard Ulliel, Charlotte de Turckheim, Jean-Claude Jay © Lot.
Texte : Joe Orton.
Adaptation : Vanasay Khamphommala.
Mise en scène : Michel Fau.
Avec : Charlotte de Turckheim (Kathy), Gaspard Ulliel (Mr Sloane), Michel Fau (Eddy), Jean-Claude Jay (Daddy).
Assistant à la mise en scène : Damien Lefèvre.
Décor : Bernard Fau.
Costumes : David Belugou.

Spectacle du 29 septembre au 31 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche à 16 h.
Comédie des Champs-Élysées, Paris 8e, 01 53 23 99 19.
>> comediedeschampselysees.com

Article publié en partenariat avec >> critikator

Gilbert Jouin
Vendredi 26 Octobre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019