La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Un poignard dans la poche" Au secours Ionesco, tes Rejetons arrivent !

Si, pour leur premier spectacle, les énigmatiques Rejetons de la Reine - collectif issu de la troisième promotion de l'éstba (École supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine) - ne prennent pas un risque… c'est celui de passer inaperçus. Le moins que l'on puisse dire, c'est que leur proposition perturbe les attendus d'une représentation assise confortablement dans son fauteuil, nous projetant tout de go sur l'avant-scène d'un "théâtre de l'absurde", initié naguère par un autre enfant terrible, un certain Eugène Ionesco.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
L'ombre du "Rhinocéros", né en 1959 de l'imaginaire du dramaturge franco-roumain, plane ce soir-là sur le plateau du studio de création du TnBA sous les traits d'un mystérieux bouc, apparaissant tour à tour aux membres d'une famille très ordinaire réunie à l'occasion d'un déjeuner dont la suite s'avèrera moins ordinaire. Sous le vernis culturel, toujours prêt à se fissurer au moindre coup de canif (de poignard en l'occurrence), l'animal cornu associé au diable (cf. "Le Sabbat des sorcières" de Francisco Goya) pointera inopinément son mufle pour faire symptôme du monstre tapi en chacun.

Tout commence dans l'univers réaliste d'une première invitation à déjeuner conviant la petite amie de la fille chérie d'un couple lambda pour, de manière circulaire, terminer autour de la même table… après que le plateau eut été le théâtre de phénomènes abracadabrantesques orchestrés par de jeunes comédiens mus par le désir collectif de rendre intranquille la scène.

Faisant face au public, deux parents de notre temps, interchangeables sous tous rapports, attendent fébrilement… Curieux comme pas deux de découvrir l'heureuse élue et tout autant soucieux de bien la recevoir - faut vous dire madame monsieur que chez ces gens-là, on connaît les bonnes manières -, la mère a été chargée de préparer un agneau au basilic dont les tribulations à elles seules mettront en appétit… Jusque-là, on pourrait se croire invité aux prémices d'une scène boulevardière chez de quelconques petits bourgeois que l'on devine transparents. Sauf que, à d'infimes détails, on pressent qu'il n'en est rien, un discret parfum de "La Noce chez les petits bourgeois" de Bertolt Brecht flottant dans l'air.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Et dès que l'impétrante se présentera, le doute ne sera plus de mise. Chef de projet - entendre : meneuse anarchiste activiste… - elle va introduire dans ce milieu ultra normé le grain de folie enrayant la mécanique des conventions cultivées comme viatique. Catalysant par sa présence décalée les désirs et frustrations, ce petit monde va voler en éclats. Interchangeant alors rôle et place, faisant taire tout surmoi oppressif pour donner voix aux fantasmes, les protagonistes "déchainés" - au sens littéral - découvrent des territoires qui leur étaient interdits, territoires où rôde le monstrueux indompté.

Le premier symptôme du dérèglement généralisé des "sens" est à repérer dans les "dé-cadences" du langage pris à son propre piège. Dans ces phrases d'une banalité confondante répétées en boucle et avançant sur place en trébuchant, les mots creux se prennent les pieds l'un dans l'autre pour mieux tomber dans le vide qu'ils énoncent. Comme si le temps chahuté voulait en vain par le truchement des mots de tous les jours s'ancrer à une réalité rassurante alors que par ailleurs le plateau est mis à feu et à sang sous l'effet de la folie furieuse qui l'embrase.

Inanité du langage reliée à l'absence de caractères des personnages. Aucune psychologie singulière, tous étant des clones sans autre existence que celle que leur confère le titre qu'ils se donnent, et encore celui-ci est-il constamment blackboulé par le jeu des situations. Ainsi l'un se fait roi, l'autre reine, les deux se rejoignant dans l'adage du psychanalyste Jacques Lacan pointant qu'"un roi qui se prend pour un roi est un fou". Et c'est bien une "scène" folie qui souffle, le roi et la reine, visages ensanglantés par le poignard sorti de la poche de l'activiste révolutionnaire, ressuscitant l'instant d'après avoir été saignés à rouge… pour être à nouveau trucidés, avant de reprendre leur place à table comme si de rien n'était.

Car d'intrigue, il n'y en a pas non plus. Aucune progression, que des digressions "encerclées" par le même schéma de table réunissant, au début comme à la fin de la pièce, les mêmes personnages dans la même disposition. Un point de capiton cependant relie entre elles les scènes "explosées" : l'apparition du mystérieux bouc faisant effraction sous différentes formes, mais portant toujours le même nom : Antoine !

Mais de qui Antoine est-il au juste le prête-nom ? Tantôt, il est vu comme le bouc des voisins troublant la quiétude et mettant les nerfs à vif des parents. Tantôt, c'est le bouc porté avec tendresse dans les bras de l'activiste déplorant par la suite qu'il soit victime des snipers contre-révolutionnaires. Tantôt c'est encore le bouc enfanté par la mère ("Rosemary'baby" de Roman Polansky ?) et donc frère monstrueux de la fille de la famille. Autant de flashs métaphorisant en chacun le même objet fuyant, celui des peurs ou des désirs inavoués.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
"Un poignard dans la poche" peut "déconcerter"… Mais c'est à ce point précis que se noue son intérêt. Celui d'un "antithéâtre" où la parole n'a de sens que pour dire l'effondrement d'un langage seul apte à signifier le rien de nos existences se délitant dans un conformisme mortifère. Ainsi l'agneau au basilic tant de fois sorti du four devient un savoureux plat de spaghettis (écho du surprenant "il est neuf heures" de La Cantatrice chauve tandis que résonne les dix-sept coups de la pendule anglaise…), le bouc jamais représenté mais toujours présent métaphorisant pour sa part le "je-ne-sais-quoi" essentiel.

Et si l'on rit "absurdement", c'est que ce comique porte dans ses plis l'intuition de l'absurde, il devient l'arme à portée de mains - "un poignard dans la poche" - pour dire le tragique d'une époque où la communication policée tue le sens et obscurcit tout horizon d'attente. Dans ce contexte, un tantinet désespérant, la proposition de cette jeune troupe "décomplexée" trouve toute sa place et mérite d'être entendue… et saluée !

Vu au Studio de création du TnBA (Bordeaux), le mercredi 13 octobre 2021 à 20 h dans le cadre du festival FAB 2021.

"Un poignard dans la poche"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création 2021.
Mise en scène collective : Les Rejetons de la Reine.
Texte : Simon Delgrange.
Dramaturgie : Franck Manzoni.
Avec : Jérémy Barbier d'Hiver, Clémentine Couic, Alyssia Derly, Julie Papin.
Lumière : Arthur Gueydan.
Costumes : Jeanne Bonenfant.
Remerciements à Gala Ognibene pour ses conseils et son aide précieuse en scénographie.
Durée : 1 h 20.

A été représenté du 12 au 16 octobre 2021 au TnBA dans le cadre du FAB 2021.

Les 6 et 7 décembre 2021.
À 18 h et 21 h.
Dans le cadre du Festival Impatience 2021.
Jeune Théâtre National, 13, rue des Lions Saint-Paul, Paris 4e.
>> jeune-theatre-national.com

>> festivalimpatience.fr

Yves Kafka
Lundi 6 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022