La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Un poignard dans la poche" Au secours Ionesco, tes Rejetons arrivent !

Si, pour leur premier spectacle, les énigmatiques Rejetons de la Reine - collectif issu de la troisième promotion de l'éstba (École supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine) - ne prennent pas un risque… c'est celui de passer inaperçus. Le moins que l'on puisse dire, c'est que leur proposition perturbe les attendus d'une représentation assise confortablement dans son fauteuil, nous projetant tout de go sur l'avant-scène d'un "théâtre de l'absurde", initié naguère par un autre enfant terrible, un certain Eugène Ionesco.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
L'ombre du "Rhinocéros", né en 1959 de l'imaginaire du dramaturge franco-roumain, plane ce soir-là sur le plateau du studio de création du TnBA sous les traits d'un mystérieux bouc, apparaissant tour à tour aux membres d'une famille très ordinaire réunie à l'occasion d'un déjeuner dont la suite s'avèrera moins ordinaire. Sous le vernis culturel, toujours prêt à se fissurer au moindre coup de canif (de poignard en l'occurrence), l'animal cornu associé au diable (cf. "Le Sabbat des sorcières" de Francisco Goya) pointera inopinément son mufle pour faire symptôme du monstre tapi en chacun.

Tout commence dans l'univers réaliste d'une première invitation à déjeuner conviant la petite amie de la fille chérie d'un couple lambda pour, de manière circulaire, terminer autour de la même table… après que le plateau eut été le théâtre de phénomènes abracadabrantesques orchestrés par de jeunes comédiens mus par le désir collectif de rendre intranquille la scène.

Faisant face au public, deux parents de notre temps, interchangeables sous tous rapports, attendent fébrilement… Curieux comme pas deux de découvrir l'heureuse élue et tout autant soucieux de bien la recevoir - faut vous dire madame monsieur que chez ces gens-là, on connaît les bonnes manières -, la mère a été chargée de préparer un agneau au basilic dont les tribulations à elles seules mettront en appétit… Jusque-là, on pourrait se croire invité aux prémices d'une scène boulevardière chez de quelconques petits bourgeois que l'on devine transparents. Sauf que, à d'infimes détails, on pressent qu'il n'en est rien, un discret parfum de "La Noce chez les petits bourgeois" de Bertolt Brecht flottant dans l'air.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Et dès que l'impétrante se présentera, le doute ne sera plus de mise. Chef de projet - entendre : meneuse anarchiste activiste… - elle va introduire dans ce milieu ultra normé le grain de folie enrayant la mécanique des conventions cultivées comme viatique. Catalysant par sa présence décalée les désirs et frustrations, ce petit monde va voler en éclats. Interchangeant alors rôle et place, faisant taire tout surmoi oppressif pour donner voix aux fantasmes, les protagonistes "déchainés" - au sens littéral - découvrent des territoires qui leur étaient interdits, territoires où rôde le monstrueux indompté.

Le premier symptôme du dérèglement généralisé des "sens" est à repérer dans les "dé-cadences" du langage pris à son propre piège. Dans ces phrases d'une banalité confondante répétées en boucle et avançant sur place en trébuchant, les mots creux se prennent les pieds l'un dans l'autre pour mieux tomber dans le vide qu'ils énoncent. Comme si le temps chahuté voulait en vain par le truchement des mots de tous les jours s'ancrer à une réalité rassurante alors que par ailleurs le plateau est mis à feu et à sang sous l'effet de la folie furieuse qui l'embrase.

Inanité du langage reliée à l'absence de caractères des personnages. Aucune psychologie singulière, tous étant des clones sans autre existence que celle que leur confère le titre qu'ils se donnent, et encore celui-ci est-il constamment blackboulé par le jeu des situations. Ainsi l'un se fait roi, l'autre reine, les deux se rejoignant dans l'adage du psychanalyste Jacques Lacan pointant qu'"un roi qui se prend pour un roi est un fou". Et c'est bien une "scène" folie qui souffle, le roi et la reine, visages ensanglantés par le poignard sorti de la poche de l'activiste révolutionnaire, ressuscitant l'instant d'après avoir été saignés à rouge… pour être à nouveau trucidés, avant de reprendre leur place à table comme si de rien n'était.

Car d'intrigue, il n'y en a pas non plus. Aucune progression, que des digressions "encerclées" par le même schéma de table réunissant, au début comme à la fin de la pièce, les mêmes personnages dans la même disposition. Un point de capiton cependant relie entre elles les scènes "explosées" : l'apparition du mystérieux bouc faisant effraction sous différentes formes, mais portant toujours le même nom : Antoine !

Mais de qui Antoine est-il au juste le prête-nom ? Tantôt, il est vu comme le bouc des voisins troublant la quiétude et mettant les nerfs à vif des parents. Tantôt, c'est le bouc porté avec tendresse dans les bras de l'activiste déplorant par la suite qu'il soit victime des snipers contre-révolutionnaires. Tantôt c'est encore le bouc enfanté par la mère ("Rosemary'baby" de Roman Polansky ?) et donc frère monstrueux de la fille de la famille. Autant de flashs métaphorisant en chacun le même objet fuyant, celui des peurs ou des désirs inavoués.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
"Un poignard dans la poche" peut "déconcerter"… Mais c'est à ce point précis que se noue son intérêt. Celui d'un "antithéâtre" où la parole n'a de sens que pour dire l'effondrement d'un langage seul apte à signifier le rien de nos existences se délitant dans un conformisme mortifère. Ainsi l'agneau au basilic tant de fois sorti du four devient un savoureux plat de spaghettis (écho du surprenant "il est neuf heures" de La Cantatrice chauve tandis que résonne les dix-sept coups de la pendule anglaise…), le bouc jamais représenté mais toujours présent métaphorisant pour sa part le "je-ne-sais-quoi" essentiel.

Et si l'on rit "absurdement", c'est que ce comique porte dans ses plis l'intuition de l'absurde, il devient l'arme à portée de mains - "un poignard dans la poche" - pour dire le tragique d'une époque où la communication policée tue le sens et obscurcit tout horizon d'attente. Dans ce contexte, un tantinet désespérant, la proposition de cette jeune troupe "décomplexée" trouve toute sa place et mérite d'être entendue… et saluée !

Vu au Studio de création du TnBA (Bordeaux), le mercredi 13 octobre 2021 à 20 h dans le cadre du festival FAB 2021.

"Un poignard dans la poche"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Création 2021.
Mise en scène collective : Les Rejetons de la Reine.
Texte : Simon Delgrange.
Dramaturgie : Franck Manzoni.
Avec : Jérémy Barbier d'Hiver, Clémentine Couic, Alyssia Derly, Julie Papin.
Lumière : Arthur Gueydan.
Costumes : Jeanne Bonenfant.
Remerciements à Gala Ognibene pour ses conseils et son aide précieuse en scénographie.
Durée : 1 h 20.

A été représenté du 12 au 16 octobre 2021 au TnBA dans le cadre du FAB 2021.

Les 6 et 7 décembre 2021.
À 18 h et 21 h.
Dans le cadre du Festival Impatience 2021.
Jeune Théâtre National, 13, rue des Lions Saint-Paul, Paris 4e.
>> jeune-theatre-national.com

>> festivalimpatience.fr

Yves Kafka
Lundi 6 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022