La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un fantôme hante le plateau... serait-ce Marx ? Ou de celui de l'espoir encore espéré...

"Le Capital et son singe", Théâtre La Colline, Paris et Tournée

En ces temps de crise du capitalisme où triomphe la cupidité, selon les propres termes du prix Nobel d'économie Joseph E. Stiglitz, il est doux d'entendre la parole de ceux qui furent si longtemps dénigrés. Ces socialistes du XIXe siècle dont les analyses sur les écarts entre la valeur et le prix, la production et l'objet, ainsi que la part du travail de l'homme (sa part tout simplement) retrouvent une actualité aigüe.



© Marine Fromanger.
© Marine Fromanger.
Dans "Le Capital et son singe", Sylvain Creuzevault réunit, autour de plats de lentilles, des militants. Ils sont intemporels... Ils sont surpris par le spectateur dans le méli-mélo de leurs débats d'idées sur l'urgence d'instaurer une république alors que des forces contraires œuvrent puissamment. Ils ont des maîtres à penser et leurs propres querelles. Tous s'affrontent, chacun se fondant dans son propre modèle. Ils ont la lutte ouvrière. Réunion banale.

Et par leur entremise Blanqui, Blanc, Raspail, Lamartine, Engels, Ledru Rollin mais aussi Freud, Lacan, Foucault ou Rosa Luxembourg. Ils débattent de l’Économie, du Travail, du Régalien, de la Propriété, de la République, du Commerce, de l’Échange… De la Production et de la Consommation, du Producteur et du Consommateur, du Formatage. Ils se montrent sensibles au manque d'alphabétisation de la société et du manque de conscience citoyenne de la part de leurs contemporains.

De les entendre analyser aussi intelligemment et passionnément, et justement le spectateur est un peu triste de les voir mis en échec.

© Marine Fromanger.
© Marine Fromanger.
Le public est installé en bi-frontal, le noir n'étant jamais vraiment complet, le dispositif n'évolue pas. Le débat se déroule en un huis clos des idées implicitement éternelles et coupées du monde.

Dans cette simplicité, les personnages semblent s'évaporer en autant d'archétypes. Autant de mises à distances par rapport au texte ou aux personnages. La mise en scène perd toute aspérité et profondeur. Ce théâtre reflète plus qu'il ne traduit le monde, mime le spectacle du monde avec les conséquences que cela peut avoir sur la perception du sens. Comme si l'anecdote importait plus que le principal (le dividende plus que le capital ?), le jeu semble parasiter le propos. L'ironie plane comme un fantôme sur le plateau… comme Marx. Comme un doute.

Et quand le jeu procure de beaux moments (la scène du procès politique est très drôle), le rire qu'il déclenche sonne un peu étrange. De manière indécidable le rire oscille à la surface des choses entre moquerie ricanement ou rire franc tout en faisant ressentir comme un bruit de fond, un bruit de l'humain, un bruit de révolte dont pourtant le spectacle dans sa totalité suggère l'inanité.

Un fantôme hante le plateau. Celui de l'espoir encore espéré.

Au spectateur de dépasser le nihilisme qui s'installe. Il aimerait bien que les économistes brillants du XXIe siècle, ceux de Toulouse par exemple, l'aident à apporter des réponses.

"Le Capital et son singe"

© Marine Fromanger.
© Marine Fromanger.
À partir du Capital de Karl Marx.
Mise en scène : Sylvain Creuzevault.
Avec : Vincent Arot, Benoit Carré, Antoine Cegarra, Pierre Devérines, Lionel Dray, Arthur Igual, Clémence Jeanguillaume, Léo-Antonin Lutinier, Frédéric Noaille, Amandine Pudlo, Sylvain Sounier, Julien Villa, Noémie Zurletti.
Lumières : Vyara Stefanova et Nathalie Perrier.
Scénographie : Julia Kravtsova.
Costumes : Pauline Kieffer et Camille Pénager.
Masques : Loïc Nébréda.
Durée : 2 h 45 environ.

Du 5 septembre au 12 octobre 2014.
Du mercredi au samedi à 20 h, le mardi à 19 h 30 et le dimanche à 15 h.
Théâtre La Colline, Grande Théâtre, Paris 20e, 01 44 62 52 52
>> colline.fr

Tournée :
● 5 et 6 novembre 2014 : La Scène Watteau - Scène conventionnée, Nogent-sur-Marne (94).
● Du 26 au 29 novembre 2014 : MC2, Grenoble (38).
● 4 et 5 décembre 2014 : L'Archipel - Scène nationale, Perpignan (66).
● Du 5 au 7 février 2015 : La Filature - Scène nationale, Mulhouse (68).
● Du 13 au 14 février 2015 : Le Cratère - Scène nationale, Alès (30).
● Du 11 au 14 mars 2015 : Bonlieu - Scène nationale, Annecy (74).
● Du 13 au 16 mai 2015 : Théâtre national, Bruxelles (en partenariat avec le Kunstenfestivaldesarts).

Jean Grapin
Vendredi 19 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020