Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un Hamlet patchwork et baroque au Château de Grignan

Dans le cadre des fêtes nocturnes, Jean-Luc Revol met en scène une des pièces les plus connues du répertoire théâtral : "Hamlet" de Shakespeare. Avec Philippe Torreton dans le rôle titre, Jean-Michel Desprats à la traduction et Xavier Simonin comme assistant à la mise en scène, le cocktail s’est transformé en un étrange nectar, superbement applaudi par le public, et aux saveurs explosives mais inégales pour le critique.



Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Aller au château de Grignan est une sorte de pèlerinage au bout duquel le spectacle qu’offre chaque année le Conseil Général de la Drôme est la cerise sur le gâteau de ce beau parcours. Ouvert à tous, les promeneurs se retrouvent sur ce site magnifique pour partager un moment d’émotion. Les fêtes nocturnes du Château existent depuis 25 ans. De tradition populaire (au sens noble du terme), ce théâtre, ouvert à tous, attire et réunit des spectateurs aux horizons très divers.

Le lieu et l’esprit qui y règnent ont donc cette qualité évidente de vouloir offrir à un très large public un spectacle de qualité joué par des grands noms du théâtre. Cet Hamlet est en ce sens une réussite et un succès populaire indéniables. L’an dernier, François Rancillac, avec Le Roi s'amuse, avait remporté un franc succès. Et cette année Jean-Luc Revol a réussi son coup : œuvre de commande, il a permis de rendre accessible un texte au plus grand nombre sans en diminuer sa portée.

La force incroyable de cette interprétation est d’avoir désacralisé le personnage. La traduction de Jean-Michel Desprats compte beaucoup dans cette réussite. Ce linguiste n’est pas seulement un universitaire de renom. Co-fondateur de la Maison Antoine Vitez (centre internationale de la traduction théâtrale), il a entre autres traduit tout Shakespeare dans la belle collection bilingue de la Bibliothèque de la Pléiade. Avec Hamlet, on peut dire qu’il a su rester au plus proche de la gouaille shakespearienne et permettre aux comédiens d’en conserver son rythme (intense) et son souffle poétique. Loin d’être le Hamlet romantique (dada des hugoliens), il en fait un personnage éponyme terriblement baroque. Dans sa mise en scène, Jean-Luc Revol l’entend bien comme cela. Superbe et juste. Dans le mille !

Philippe Torreton et Catherine Salviat dans "Hamlet" © Andy Parant
Philippe Torreton et Catherine Salviat dans "Hamlet" © Andy Parant
Imaginez un château campé dans toute sa hauteur, entouré de ses remparts. Imaginez encore un plateau entièrement nu, un hémicycle large et profond, à ciel ouvert. Au milieu de cette immensité, s’élève un Philippe Torreton à la voix haute et claire, qui se cogne par instants aux murs rugueux du château d’Elseneur. Le jour décline en même temps que cette voix finira par se perdre… dans un murmure étoilé. Immensité superbe et effrayante. Le vertige est intense.

Une atmosphère quasi fantastique se dégage de cet espace : de la scénographie de Sophie Jacob (un plateau nu et glacial dissimule de manière astucieuse ses tombes et ses trappes), à la mise en lumière de Bertrand Couderc (où les ombres fantastiques dansent sur les remparts et démultiplient l’espace à l’infini)… cet ensemble est une réussite. Jusque dans le choix des costumes masculins du couturier Eymeric François : hybrides, ils ont la rigueur nordique associée au baroquisme d’"el Siglo de Oro" espagnol. À la fois familière et étrange, leur allure est comme le reste… austère et chargée.

Toutefois, si l’on est touché par la "vision fantomatique et irréelle" de la belle Ophélia qui emporte le spectateur par le mouvement gracieux de sa grande robe blanche, la magie évanescente du personnage retombe comme un soufflé devant les nœuds roses et criards de la robe en satin brillant. Faute de goût évident ou œillères du critique un peu trop envahi par la vision préraphaélite de la muse de Millais ? Le doute restera et là n’est pas l’essentiel.

Jean-Luc Revol, Antoine Cholet, Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Jean-Luc Revol, Antoine Cholet, Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Place donc à la belle équipée : parmi la troupe de comédien, il y a bien sûr Philippe Torreton, chouchou du public, qui emporte les suffrages. Il est arrivé à composer un personnage torturé et étouffant, animé d’une conscience extralucide que rejette en même temps avec force tout son être. Nous aurons l’occasion de revenir plus longuement sur cet héros et anti héros tout à la fois, à l'occasion d'une interview avec Philippe Torreton, réalisée à l'issue du spectacle, et que nous mettrons en ligne prochainement.

Disons pour le moment que son aura est telle qu’il devient difficile aux autres acteurs de se placer et de trouver le ton juste.

Même si... un hommage certain doit être rendu au jeu de Catherine Salviat qui tient le rôle de Gertrude (reine et mère de Hamlet). Le port altier, dans sa large robe noire sertie d’argent, elle ressemble à une diva sortie tout droit d’un opéra, une poupée de cire, presque désincarnée. Jean-Luc Revol entretient à juste titre le mystère de ce personnage. Beau masque hypocrite ou auto-défense d’une femme attaquée dans ses chairs pour qui la vérité serait trop lourde à porter ? Elle est une belle énigme dans la pièce de Shakespeare qui trouve merveilleusement son prolongement dans le jeu ambigu et superbe de la Sociétaire du Français.

Même si encore, on est aussi impressionné et amusé par l’apparition du spectre (Christophe Garcia). Voulue ou non, (délire du critique ? Fort possible !), en tout cas la référence à Dark Vador nous a paru évidente : la voix amplifiée et la respiration forte, le "Je suis ton père" résonne avec éclat et amusement, et nous en restons médusés. Cette manifestation, traitée à la fois avec ampleur et dérision, ne fait qu’accentuer l’ambiguïté du personnage éponyme: ombre fantastique ou reflet fantasmatique d’une conscience tiraillée.

Mais… Même si nous avons un énorme respect pour le travail d’Anne Bouvier (qui est par ailleurs une formidable comédienne), elle manque ici de candeur et de vérité : elle ne convainc pas et l'on croit difficilement à la folie d'Ophélie. Certes, un peu plus juste dans son monologue, le duo Torreton-Bouvier ne fonctionne cependant pas. Espérons qu’elle arrivera à trouver un équilibre face au déchaînement superbe de son partenaire qui a tendance à étouffer et éclipser la belle.

Enfin, pour ne citer que ceux-là, Laërte (Cyrille Thouvenin) ne fait pas le poids. Le déséquilibre est patent, au point qu’il compense par un jeu tout en force et qui manque trop souvent de nuance.

Mais ne nous égarons pas et ne noyons pas ce travail (qui n'en est pas moins grand) par un flot de critiques négatives. Ils jouent pendant deux mois et venir les voir si tôt est toujours une prise de risque. Pour en avoir parlé avec Xavier Simonin (que l'on avait vu dans L'Or de Cendrars), nous n’avons aucun doute que chacun arrive à trouver sa place et sa respiration. Pour le moment, Hamlet est encore (une belle) polyphonie. Gageons qu’elle devienne très vite une symphonie.

"Hamlet"

Philippe Torreton dans "Hamlet" © Francis Rey
Philippe Torreton dans "Hamlet" © Francis Rey
(Vu le 05 juillet 2011)

Texte : William Shakespeare.
Traduction : Jean-Michel Desprats.
Mise en scène : Jean-Luc Revol, assisté de Xavier Simonin.
Avec : Philippe Torreton, Catherine Salviat, Anne Bouvier, George Claisse, Jean-Marie Cornille, Cyrille Thouvenin, Yann Burlot, José-Antonio Pereira, Christophe Garcia, Vincent Talon, Franck Jazédé, Antoine Cholet, Romain Poli, Jean-Luc Revol.
Scénographie : Sophie Jacob.
Costumes : Eymeric François.
Lumière : Bertrand Couderc.
Régie générale : Olivier Even.
Constructeur décorateur : Emmanuel Laborde et Vincent Boisserolle.
Perruques : Antoine Wauquier.
Son : Bernard Vallery.

Du 1er juillet au 20 août.
Château de Grignan.
Réservations : 04 75 91 83 65.
www.ladrome.fr


Samedi 9 Juillet 2011


1.Posté par montant michèle le 25/07/2011 09:29
Pour info: la vidéo de l'entretien que Philippe Torreton nous a accordé est en ligne sur le site ci-dessus.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

© David Dubost.
De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

© Xavier Cantat.
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020