Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un Hamlet patchwork et baroque au Château de Grignan

Dans le cadre des fêtes nocturnes, Jean-Luc Revol met en scène une des pièces les plus connues du répertoire théâtral : "Hamlet" de Shakespeare. Avec Philippe Torreton dans le rôle titre, Jean-Michel Desprats à la traduction et Xavier Simonin comme assistant à la mise en scène, le cocktail s’est transformé en un étrange nectar, superbement applaudi par le public, et aux saveurs explosives mais inégales pour le critique.



Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Aller au château de Grignan est une sorte de pèlerinage au bout duquel le spectacle qu’offre chaque année le Conseil Général de la Drôme est la cerise sur le gâteau de ce beau parcours. Ouvert à tous, les promeneurs se retrouvent sur ce site magnifique pour partager un moment d’émotion. Les fêtes nocturnes du Château existent depuis 25 ans. De tradition populaire (au sens noble du terme), ce théâtre, ouvert à tous, attire et réunit des spectateurs aux horizons très divers.

Le lieu et l’esprit qui y règnent ont donc cette qualité évidente de vouloir offrir à un très large public un spectacle de qualité joué par des grands noms du théâtre. Cet Hamlet est en ce sens une réussite et un succès populaire indéniables. L’an dernier, François Rancillac, avec Le Roi s'amuse, avait remporté un franc succès. Et cette année Jean-Luc Revol a réussi son coup : œuvre de commande, il a permis de rendre accessible un texte au plus grand nombre sans en diminuer sa portée.

La force incroyable de cette interprétation est d’avoir désacralisé le personnage. La traduction de Jean-Michel Desprats compte beaucoup dans cette réussite. Ce linguiste n’est pas seulement un universitaire de renom. Co-fondateur de la Maison Antoine Vitez (centre internationale de la traduction théâtrale), il a entre autres traduit tout Shakespeare dans la belle collection bilingue de la Bibliothèque de la Pléiade. Avec Hamlet, on peut dire qu’il a su rester au plus proche de la gouaille shakespearienne et permettre aux comédiens d’en conserver son rythme (intense) et son souffle poétique. Loin d’être le Hamlet romantique (dada des hugoliens), il en fait un personnage éponyme terriblement baroque. Dans sa mise en scène, Jean-Luc Revol l’entend bien comme cela. Superbe et juste. Dans le mille !

Philippe Torreton et Catherine Salviat dans "Hamlet" © Andy Parant
Philippe Torreton et Catherine Salviat dans "Hamlet" © Andy Parant
Imaginez un château campé dans toute sa hauteur, entouré de ses remparts. Imaginez encore un plateau entièrement nu, un hémicycle large et profond, à ciel ouvert. Au milieu de cette immensité, s’élève un Philippe Torreton à la voix haute et claire, qui se cogne par instants aux murs rugueux du château d’Elseneur. Le jour décline en même temps que cette voix finira par se perdre… dans un murmure étoilé. Immensité superbe et effrayante. Le vertige est intense.

Une atmosphère quasi fantastique se dégage de cet espace : de la scénographie de Sophie Jacob (un plateau nu et glacial dissimule de manière astucieuse ses tombes et ses trappes), à la mise en lumière de Bertrand Couderc (où les ombres fantastiques dansent sur les remparts et démultiplient l’espace à l’infini)… cet ensemble est une réussite. Jusque dans le choix des costumes masculins du couturier Eymeric François : hybrides, ils ont la rigueur nordique associée au baroquisme d’"el Siglo de Oro" espagnol. À la fois familière et étrange, leur allure est comme le reste… austère et chargée.

Toutefois, si l’on est touché par la "vision fantomatique et irréelle" de la belle Ophélia qui emporte le spectateur par le mouvement gracieux de sa grande robe blanche, la magie évanescente du personnage retombe comme un soufflé devant les nœuds roses et criards de la robe en satin brillant. Faute de goût évident ou œillères du critique un peu trop envahi par la vision préraphaélite de la muse de Millais ? Le doute restera et là n’est pas l’essentiel.

Jean-Luc Revol, Antoine Cholet, Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Jean-Luc Revol, Antoine Cholet, Philippe Torreton dans "Hamlet" © Andy Parant
Place donc à la belle équipée : parmi la troupe de comédien, il y a bien sûr Philippe Torreton, chouchou du public, qui emporte les suffrages. Il est arrivé à composer un personnage torturé et étouffant, animé d’une conscience extralucide que rejette en même temps avec force tout son être. Nous aurons l’occasion de revenir plus longuement sur cet héros et anti héros tout à la fois, à l'occasion d'une interview avec Philippe Torreton, réalisée à l'issue du spectacle, et que nous mettrons en ligne prochainement.

Disons pour le moment que son aura est telle qu’il devient difficile aux autres acteurs de se placer et de trouver le ton juste.

Même si... un hommage certain doit être rendu au jeu de Catherine Salviat qui tient le rôle de Gertrude (reine et mère de Hamlet). Le port altier, dans sa large robe noire sertie d’argent, elle ressemble à une diva sortie tout droit d’un opéra, une poupée de cire, presque désincarnée. Jean-Luc Revol entretient à juste titre le mystère de ce personnage. Beau masque hypocrite ou auto-défense d’une femme attaquée dans ses chairs pour qui la vérité serait trop lourde à porter ? Elle est une belle énigme dans la pièce de Shakespeare qui trouve merveilleusement son prolongement dans le jeu ambigu et superbe de la Sociétaire du Français.

Même si encore, on est aussi impressionné et amusé par l’apparition du spectre (Christophe Garcia). Voulue ou non, (délire du critique ? Fort possible !), en tout cas la référence à Dark Vador nous a paru évidente : la voix amplifiée et la respiration forte, le "Je suis ton père" résonne avec éclat et amusement, et nous en restons médusés. Cette manifestation, traitée à la fois avec ampleur et dérision, ne fait qu’accentuer l’ambiguïté du personnage éponyme: ombre fantastique ou reflet fantasmatique d’une conscience tiraillée.

Mais… Même si nous avons un énorme respect pour le travail d’Anne Bouvier (qui est par ailleurs une formidable comédienne), elle manque ici de candeur et de vérité : elle ne convainc pas et l'on croit difficilement à la folie d'Ophélie. Certes, un peu plus juste dans son monologue, le duo Torreton-Bouvier ne fonctionne cependant pas. Espérons qu’elle arrivera à trouver un équilibre face au déchaînement superbe de son partenaire qui a tendance à étouffer et éclipser la belle.

Enfin, pour ne citer que ceux-là, Laërte (Cyrille Thouvenin) ne fait pas le poids. Le déséquilibre est patent, au point qu’il compense par un jeu tout en force et qui manque trop souvent de nuance.

Mais ne nous égarons pas et ne noyons pas ce travail (qui n'en est pas moins grand) par un flot de critiques négatives. Ils jouent pendant deux mois et venir les voir si tôt est toujours une prise de risque. Pour en avoir parlé avec Xavier Simonin (que l'on avait vu dans L'Or de Cendrars), nous n’avons aucun doute que chacun arrive à trouver sa place et sa respiration. Pour le moment, Hamlet est encore (une belle) polyphonie. Gageons qu’elle devienne très vite une symphonie.

"Hamlet"

Philippe Torreton dans "Hamlet" © Francis Rey
Philippe Torreton dans "Hamlet" © Francis Rey
(Vu le 05 juillet 2011)

Texte : William Shakespeare.
Traduction : Jean-Michel Desprats.
Mise en scène : Jean-Luc Revol, assisté de Xavier Simonin.
Avec : Philippe Torreton, Catherine Salviat, Anne Bouvier, George Claisse, Jean-Marie Cornille, Cyrille Thouvenin, Yann Burlot, José-Antonio Pereira, Christophe Garcia, Vincent Talon, Franck Jazédé, Antoine Cholet, Romain Poli, Jean-Luc Revol.
Scénographie : Sophie Jacob.
Costumes : Eymeric François.
Lumière : Bertrand Couderc.
Régie générale : Olivier Even.
Constructeur décorateur : Emmanuel Laborde et Vincent Boisserolle.
Perruques : Antoine Wauquier.
Son : Bernard Vallery.

Du 1er juillet au 20 août.
Château de Grignan.
Réservations : 04 75 91 83 65.
www.ladrome.fr


Samedi 9 Juillet 2011


1.Posté par montant michèle le 25/07/2011 09:29
Pour info: la vidéo de l'entretien que Philippe Torreton nous a accordé est en ligne sur le site ci-dessus.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021