La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Tristan et Isolde"… Danser avec Wagner.

"Tristan et Isolde : Salue pour moi le monde", Théâtre national de Chaillot, Paris

La chorégraphe Joëlle Bouvier fait exister la danse dans l'œuvre majeure de Wagner comme une voix de ténor dans un opéra. Les danseurs arrivent à éclipser l'absence des chants dans des chorégraphies où la gestuelle, sobre et précise, incarne une passion amoureuse.



© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
"Tristan et Isolde", composé entre 1857 et 1859, est un opéra de Wagner (1813-1883). Le compositeur dut attendre cinq ans avant qu'il ne soit créé le 10 juin 1865 et joué pour quatre représentations au théâtre royal de la cour de Bavière grâce à Louis II de Bavière. Cette attente était due au fait que les moyens mis en œuvre étaient importants et que la qualité vocale demandée rare, Tristan ayant une tessiture de ténor dramatique et Isolde une tessiture de soprano dramatique. Wagner devait prendre son mal en patience en retardant d'un mois la première puisque Malvina Schnorr von Carolsfeld, qui devait interpréter Isolde (et son mari Ludwig, Tristan), était souffrante.

Nietzsche, qui assista à la première, écrivait plus de vingt ans après dans "Ecce Homo" (1889) : "Mais aujourd'hui encore, je cherche en vain une œuvre qui ait la même dangereuse fascination, la même effrayante et suave infinitude que Tristan et Isolde. Le monde est pauvre pour celui qui n'a jamais été assez malade pour goûter cette volupté de l'enfer".

Wagner, dans son essai "L'œuvre d'art de l'avenir" (1849), présente une nouvelle conception de l'opéra, la Gesamtkunstwerk (œuvre d'art totale) où il mêle de façon indissociable musique, chant, poésie, danse, théâtre et arts plastiques.

"Tristan et Isolde" est l'histoire d'une Passion. Tristan (Geoffrey Van Dyck), tombant fou amoureux d'Isolde (Sarawanee Tanatanit), est au service du roi Mark (Armando Gonzalez Besa) à qui elle est promise comme la poétesse Mathilde Wesendock, dont Wagner était éperdu et qui lui a inspiré cet opéra, était la femme de son mécène Otto von Wesendonck.

© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
Pour Joëlle Bouvier, Wagner est une "musique de l'esprit, absolument pas faite pour la danse". Dans celle-ci, la musique accompagne le geste ou ne l'accompagne pas, voire est inexistante. Le défi pour la chorégraphe est de ne pas faire de la danse un simple compagnon de l'opéra de Wagner.

Les voix ténor et soprano disparaissent pour laisser place aux mouvements. Les corps des danseurs apparaissent dans des costumes colorés. Les pas et les portées s'agencent dans un espace où la scénographie est superbe. Elle donne à chaque scène une couleur cinématographique qui raconte une passion par l'attitude des corps, des positions, des déplacements.

Tout est joué sobrement en faisant de chaque geste, un mouvement souple, léger, souvent fragile, parfois vif. La scénographie plante un décor où les couleurs et les voiles habillent la scène. Ainsi, ils flottent autour d'Isolde, agités par les danseurs, pour simuler un espace soufflé par des vents contraires. Ceux-ci deviennent vagues, mer, arbres, appuis, bateau, compagnons d'armes et de misère, roi, amoureux, valets.

Il n'y a aucun verbe car tout est geste. La danse se fait théâtre. Avec la musique, nous sommes à la rencontre de trois arts où l'expression, l'attitude et le déplacement sont au centre. Aussi, le corps est à la jonction d'un mouvement qui se fait fixe et tournant, immobile et se déplaçant. Les émotions deviennent les supports du corps pour prendre le flambeau du jeu et faire que la gestuelle incarne une passion amoureuse.

Les premières scènes sont accompagnées de mouvements au rythme très lent et semblent glisser sur la musique. Ceux-ci ne sont pas décomposés mécaniquement mais gardent une harmonie dans le déroulé de leurs enchaînements. La gestuelle, à la fois fine et légère mais très soutenue dans les émotions, fait du corps un élément central, une partition corporelle.

© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
Celui-ci est à la fois élastique, presque brisé et aérien, lourd, combatif et élément d'une mère Nature déchaînée. Ou fragile et tombant comme une feuille lorsque Tristan est soutenu par des gardes. La gestuelle se fait la garante d'une alchimie entre musique et livret d'opéra, entre sentiments intérieurs et éléments extérieurs, entre l'intimité d'une passion secrète et l'extériorisation d'une ardeur amoureuse qui ne peut se cacher.

L'opéra est scindé en une large vue des danseurs pris comme un seul ensemble dans laquelle ceux-ci sont liés comme une mer à ses vagues. Et par un corps, élément artistique, qui devient un îlot de vie où la gestuelle est accompagnée de mouvements petits ou amples, légers ou vifs dans des solos où le danseur devient à la fois "personne" qui se démarque d'un groupe et "personnage" qui est au centre d'une histoire où la passion amoureuse se joue d'un roi mais pas d'une destinée. Cette dichotomie artistique fait se rencontrer la danse avec l'opéra, la musique avec le geste, le livret avec la chorégraphie.

La légèreté est l'essence de tous les mouvements dans une passion douloureuse "lourde" d'obstacles et de dangers où le corps, par petites touches, arrive à créer une riche configuration artistique sans que l'opéra, par l'absence des voix ténor et soprano, n'en perde son cachet.

"Tristan et Isolde : Salue pour moi le monde"

Chorégraphie : Joëlle Bouvier
D'après "Tristan und Isolde" de Richard Wagner.
Assistants chorégraphie : Emilio Urbina et Rafael Pardillo.
Avec les danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève : Sarawanee Tanatanit, Geoffrey Van Dyck, Armando Gonzalez Besa, Sara Shigenari, Yumi Aizawa, Céline Allain, Louise Bille, Ornella Capece, Andie Masazza, Virginie Nopper, Angela Rebelo, Lysandra Van Heesewijk, Madeline Wong, Valentino Bertolini, Natan Bouzy, Zachary Clark, Vladimir Ippolitov, Xavier Juyon, David Lagerqvist, Nathanaël Marie, Simone Repele, Nahuel Vega.
Dramaturgie : Daniel Dollé.
Scénographie : Émilie Roy.
Costumes : Sophie Hampe.
Lumières : Renaud Lagier.
Son : Jean-Marc Pinget.
Maîtres de ballet : Grant Aris, Grégory Deltenre.
Pianiste : Serafina Demianova.
Habilleuses : Caroline Bault, Olga Kondrachina.
Production Ballet du Grand Théâtre de Genève.
Durée : 1 h 30.

Du 23 mars au 1er avril 2016.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30.
Théâtre National de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Lundi 28 Mars 2016

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019