La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Tristan et Isolde"… Danser avec Wagner.

"Tristan et Isolde : Salue pour moi le monde", Théâtre national de Chaillot, Paris

La chorégraphe Joëlle Bouvier fait exister la danse dans l'œuvre majeure de Wagner comme une voix de ténor dans un opéra. Les danseurs arrivent à éclipser l'absence des chants dans des chorégraphies où la gestuelle, sobre et précise, incarne une passion amoureuse.



© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
"Tristan et Isolde", composé entre 1857 et 1859, est un opéra de Wagner (1813-1883). Le compositeur dut attendre cinq ans avant qu'il ne soit créé le 10 juin 1865 et joué pour quatre représentations au théâtre royal de la cour de Bavière grâce à Louis II de Bavière. Cette attente était due au fait que les moyens mis en œuvre étaient importants et que la qualité vocale demandée rare, Tristan ayant une tessiture de ténor dramatique et Isolde une tessiture de soprano dramatique. Wagner devait prendre son mal en patience en retardant d'un mois la première puisque Malvina Schnorr von Carolsfeld, qui devait interpréter Isolde (et son mari Ludwig, Tristan), était souffrante.

Nietzsche, qui assista à la première, écrivait plus de vingt ans après dans "Ecce Homo" (1889) : "Mais aujourd'hui encore, je cherche en vain une œuvre qui ait la même dangereuse fascination, la même effrayante et suave infinitude que Tristan et Isolde. Le monde est pauvre pour celui qui n'a jamais été assez malade pour goûter cette volupté de l'enfer".

Wagner, dans son essai "L'œuvre d'art de l'avenir" (1849), présente une nouvelle conception de l'opéra, la Gesamtkunstwerk (œuvre d'art totale) où il mêle de façon indissociable musique, chant, poésie, danse, théâtre et arts plastiques.

"Tristan et Isolde" est l'histoire d'une Passion. Tristan (Geoffrey Van Dyck), tombant fou amoureux d'Isolde (Sarawanee Tanatanit), est au service du roi Mark (Armando Gonzalez Besa) à qui elle est promise comme la poétesse Mathilde Wesendock, dont Wagner était éperdu et qui lui a inspiré cet opéra, était la femme de son mécène Otto von Wesendonck.

© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
Pour Joëlle Bouvier, Wagner est une "musique de l'esprit, absolument pas faite pour la danse". Dans celle-ci, la musique accompagne le geste ou ne l'accompagne pas, voire est inexistante. Le défi pour la chorégraphe est de ne pas faire de la danse un simple compagnon de l'opéra de Wagner.

Les voix ténor et soprano disparaissent pour laisser place aux mouvements. Les corps des danseurs apparaissent dans des costumes colorés. Les pas et les portées s'agencent dans un espace où la scénographie est superbe. Elle donne à chaque scène une couleur cinématographique qui raconte une passion par l'attitude des corps, des positions, des déplacements.

Tout est joué sobrement en faisant de chaque geste, un mouvement souple, léger, souvent fragile, parfois vif. La scénographie plante un décor où les couleurs et les voiles habillent la scène. Ainsi, ils flottent autour d'Isolde, agités par les danseurs, pour simuler un espace soufflé par des vents contraires. Ceux-ci deviennent vagues, mer, arbres, appuis, bateau, compagnons d'armes et de misère, roi, amoureux, valets.

Il n'y a aucun verbe car tout est geste. La danse se fait théâtre. Avec la musique, nous sommes à la rencontre de trois arts où l'expression, l'attitude et le déplacement sont au centre. Aussi, le corps est à la jonction d'un mouvement qui se fait fixe et tournant, immobile et se déplaçant. Les émotions deviennent les supports du corps pour prendre le flambeau du jeu et faire que la gestuelle incarne une passion amoureuse.

Les premières scènes sont accompagnées de mouvements au rythme très lent et semblent glisser sur la musique. Ceux-ci ne sont pas décomposés mécaniquement mais gardent une harmonie dans le déroulé de leurs enchaînements. La gestuelle, à la fois fine et légère mais très soutenue dans les émotions, fait du corps un élément central, une partition corporelle.

© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
Celui-ci est à la fois élastique, presque brisé et aérien, lourd, combatif et élément d'une mère Nature déchaînée. Ou fragile et tombant comme une feuille lorsque Tristan est soutenu par des gardes. La gestuelle se fait la garante d'une alchimie entre musique et livret d'opéra, entre sentiments intérieurs et éléments extérieurs, entre l'intimité d'une passion secrète et l'extériorisation d'une ardeur amoureuse qui ne peut se cacher.

L'opéra est scindé en une large vue des danseurs pris comme un seul ensemble dans laquelle ceux-ci sont liés comme une mer à ses vagues. Et par un corps, élément artistique, qui devient un îlot de vie où la gestuelle est accompagnée de mouvements petits ou amples, légers ou vifs dans des solos où le danseur devient à la fois "personne" qui se démarque d'un groupe et "personnage" qui est au centre d'une histoire où la passion amoureuse se joue d'un roi mais pas d'une destinée. Cette dichotomie artistique fait se rencontrer la danse avec l'opéra, la musique avec le geste, le livret avec la chorégraphie.

La légèreté est l'essence de tous les mouvements dans une passion douloureuse "lourde" d'obstacles et de dangers où le corps, par petites touches, arrive à créer une riche configuration artistique sans que l'opéra, par l'absence des voix ténor et soprano, n'en perde son cachet.

"Tristan et Isolde : Salue pour moi le monde"

Chorégraphie : Joëlle Bouvier
D'après "Tristan und Isolde" de Richard Wagner.
Assistants chorégraphie : Emilio Urbina et Rafael Pardillo.
Avec les danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève : Sarawanee Tanatanit, Geoffrey Van Dyck, Armando Gonzalez Besa, Sara Shigenari, Yumi Aizawa, Céline Allain, Louise Bille, Ornella Capece, Andie Masazza, Virginie Nopper, Angela Rebelo, Lysandra Van Heesewijk, Madeline Wong, Valentino Bertolini, Natan Bouzy, Zachary Clark, Vladimir Ippolitov, Xavier Juyon, David Lagerqvist, Nathanaël Marie, Simone Repele, Nahuel Vega.
Dramaturgie : Daniel Dollé.
Scénographie : Émilie Roy.
Costumes : Sophie Hampe.
Lumières : Renaud Lagier.
Son : Jean-Marc Pinget.
Maîtres de ballet : Grant Aris, Grégory Deltenre.
Pianiste : Serafina Demianova.
Habilleuses : Caroline Bault, Olga Kondrachina.
Production Ballet du Grand Théâtre de Genève.
Durée : 1 h 30.

Du 23 mars au 1er avril 2016.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30.
Théâtre National de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Lundi 28 Mars 2016

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011