La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Tristan et Isolde"… Danser avec Wagner.

"Tristan et Isolde : Salue pour moi le monde", Théâtre national de Chaillot, Paris

La chorégraphe Joëlle Bouvier fait exister la danse dans l'œuvre majeure de Wagner comme une voix de ténor dans un opéra. Les danseurs arrivent à éclipser l'absence des chants dans des chorégraphies où la gestuelle, sobre et précise, incarne une passion amoureuse.



© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
"Tristan et Isolde", composé entre 1857 et 1859, est un opéra de Wagner (1813-1883). Le compositeur dut attendre cinq ans avant qu'il ne soit créé le 10 juin 1865 et joué pour quatre représentations au théâtre royal de la cour de Bavière grâce à Louis II de Bavière. Cette attente était due au fait que les moyens mis en œuvre étaient importants et que la qualité vocale demandée rare, Tristan ayant une tessiture de ténor dramatique et Isolde une tessiture de soprano dramatique. Wagner devait prendre son mal en patience en retardant d'un mois la première puisque Malvina Schnorr von Carolsfeld, qui devait interpréter Isolde (et son mari Ludwig, Tristan), était souffrante.

Nietzsche, qui assista à la première, écrivait plus de vingt ans après dans "Ecce Homo" (1889) : "Mais aujourd'hui encore, je cherche en vain une œuvre qui ait la même dangereuse fascination, la même effrayante et suave infinitude que Tristan et Isolde. Le monde est pauvre pour celui qui n'a jamais été assez malade pour goûter cette volupté de l'enfer".

Wagner, dans son essai "L'œuvre d'art de l'avenir" (1849), présente une nouvelle conception de l'opéra, la Gesamtkunstwerk (œuvre d'art totale) où il mêle de façon indissociable musique, chant, poésie, danse, théâtre et arts plastiques.

"Tristan et Isolde" est l'histoire d'une Passion. Tristan (Geoffrey Van Dyck), tombant fou amoureux d'Isolde (Sarawanee Tanatanit), est au service du roi Mark (Armando Gonzalez Besa) à qui elle est promise comme la poétesse Mathilde Wesendock, dont Wagner était éperdu et qui lui a inspiré cet opéra, était la femme de son mécène Otto von Wesendonck.

© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
Pour Joëlle Bouvier, Wagner est une "musique de l'esprit, absolument pas faite pour la danse". Dans celle-ci, la musique accompagne le geste ou ne l'accompagne pas, voire est inexistante. Le défi pour la chorégraphe est de ne pas faire de la danse un simple compagnon de l'opéra de Wagner.

Les voix ténor et soprano disparaissent pour laisser place aux mouvements. Les corps des danseurs apparaissent dans des costumes colorés. Les pas et les portées s'agencent dans un espace où la scénographie est superbe. Elle donne à chaque scène une couleur cinématographique qui raconte une passion par l'attitude des corps, des positions, des déplacements.

Tout est joué sobrement en faisant de chaque geste, un mouvement souple, léger, souvent fragile, parfois vif. La scénographie plante un décor où les couleurs et les voiles habillent la scène. Ainsi, ils flottent autour d'Isolde, agités par les danseurs, pour simuler un espace soufflé par des vents contraires. Ceux-ci deviennent vagues, mer, arbres, appuis, bateau, compagnons d'armes et de misère, roi, amoureux, valets.

Il n'y a aucun verbe car tout est geste. La danse se fait théâtre. Avec la musique, nous sommes à la rencontre de trois arts où l'expression, l'attitude et le déplacement sont au centre. Aussi, le corps est à la jonction d'un mouvement qui se fait fixe et tournant, immobile et se déplaçant. Les émotions deviennent les supports du corps pour prendre le flambeau du jeu et faire que la gestuelle incarne une passion amoureuse.

Les premières scènes sont accompagnées de mouvements au rythme très lent et semblent glisser sur la musique. Ceux-ci ne sont pas décomposés mécaniquement mais gardent une harmonie dans le déroulé de leurs enchaînements. La gestuelle, à la fois fine et légère mais très soutenue dans les émotions, fait du corps un élément central, une partition corporelle.

© GTG/Grégory Batardon.
© GTG/Grégory Batardon.
Celui-ci est à la fois élastique, presque brisé et aérien, lourd, combatif et élément d'une mère Nature déchaînée. Ou fragile et tombant comme une feuille lorsque Tristan est soutenu par des gardes. La gestuelle se fait la garante d'une alchimie entre musique et livret d'opéra, entre sentiments intérieurs et éléments extérieurs, entre l'intimité d'une passion secrète et l'extériorisation d'une ardeur amoureuse qui ne peut se cacher.

L'opéra est scindé en une large vue des danseurs pris comme un seul ensemble dans laquelle ceux-ci sont liés comme une mer à ses vagues. Et par un corps, élément artistique, qui devient un îlot de vie où la gestuelle est accompagnée de mouvements petits ou amples, légers ou vifs dans des solos où le danseur devient à la fois "personne" qui se démarque d'un groupe et "personnage" qui est au centre d'une histoire où la passion amoureuse se joue d'un roi mais pas d'une destinée. Cette dichotomie artistique fait se rencontrer la danse avec l'opéra, la musique avec le geste, le livret avec la chorégraphie.

La légèreté est l'essence de tous les mouvements dans une passion douloureuse "lourde" d'obstacles et de dangers où le corps, par petites touches, arrive à créer une riche configuration artistique sans que l'opéra, par l'absence des voix ténor et soprano, n'en perde son cachet.

"Tristan et Isolde : Salue pour moi le monde"

Chorégraphie : Joëlle Bouvier
D'après "Tristan und Isolde" de Richard Wagner.
Assistants chorégraphie : Emilio Urbina et Rafael Pardillo.
Avec les danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève : Sarawanee Tanatanit, Geoffrey Van Dyck, Armando Gonzalez Besa, Sara Shigenari, Yumi Aizawa, Céline Allain, Louise Bille, Ornella Capece, Andie Masazza, Virginie Nopper, Angela Rebelo, Lysandra Van Heesewijk, Madeline Wong, Valentino Bertolini, Natan Bouzy, Zachary Clark, Vladimir Ippolitov, Xavier Juyon, David Lagerqvist, Nathanaël Marie, Simone Repele, Nahuel Vega.
Dramaturgie : Daniel Dollé.
Scénographie : Émilie Roy.
Costumes : Sophie Hampe.
Lumières : Renaud Lagier.
Son : Jean-Marc Pinget.
Maîtres de ballet : Grant Aris, Grégory Deltenre.
Pianiste : Serafina Demianova.
Habilleuses : Caroline Bault, Olga Kondrachina.
Production Ballet du Grand Théâtre de Genève.
Durée : 1 h 30.

Du 23 mars au 1er avril 2016.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30.
Théâtre National de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

Safidin Alouache
Lundi 28 Mars 2016

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022